Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

La Lumière

29/05/2015 | DENIS JEANT

La mesure de la lumière ?

Sur la plage ou sur la mer, la lumière est intense en plein soleil. Votre appareil en mode tout automatique sera tenté de surexposer l’eau ou le sable. Préférez utiliser la mesure spot pour la mesure d’exposition du sujet comme un goéland sur des rochers noirs ou un enfant pâle sur du sable. Selon le cas, vous pouvez aussi réduire d’un à deux IL en corrigeant l’exposition. Contrôlez l’histogramme et n’hésitez pas à bracketer en cas de lumières difficiles ou à réaliser des photographies HDR.

Indispensables filtres

Les filtres permettent d’apporter ce petit plus qui peut faire toute la différence. Il en existe des ronds qui se vissent sur vos optiques ou des carrés qui se glissent dans un porte filtre. Le filtre vissant doit être adapté au pas de vis de l’optique (par exemple , 70 ou 50 mm de diamètre). Pour le porte filtre qui supporte les filtres carrés, il dispose d’un adaptateur avec un diamètre correspondant également au pas de vis de votre objectif. Utilisez des filtres de taille adaptée pour éviter un vignetage sur vos photos (assombrissement des coins). Par exemple, un filtre carré 85 mm est adapté à un capteur APS-C et pour une focale supérieure à 18 mm. Pour les autres situations (capteur plein format, fisheye...), un filtre de 100 mm sera utilisé. Le zoom Nikkor 14-24 mm f/2,8 ne dispose pas de pas de vis frontal. Lee filters et Formatt proposent des solutions pour ce type d’optique, de même que des portes filtres adaptés aux appareils hybrides. Le porte filtre présente l’avantage de disposer de plusieurs fentes pour pouvoir ajouter plusieurs filtres en même temps devant l’optique. Il existe des filtres en résine ou en verre (beaucoup plus chers). Privilégiez des filtres de qualité. Pour le verre, optez pour un traitement multicouche et une monture fine (slim). Quel intérêt d’investir dans une bonne optique et d’utiliser un filtre de piètre qualité ? Bannissez les filtres premiers prix. Il dépend généralement du diamètre du filtre et de sa qualité optique.

- Le filtre polarisant
Utiliser un filtre polarisant permet de rendre le ciel plus saturé en mettant en valeur les nuages, diminue les reflets sur l’eau ou les autres surfaces réfléchissantes et protège vos optiques. Il est l’un des seuls filtres dont l’effet ne peut pas être reproduit lors du post-traitement. Notre préférence va à ceux en verre et vissant (59 à 300 euros). Ils présentent l’avantage de se ranger facilement en l’état avec chaque optique et de bien les protéger. Nous vous recommandons les marques Hoya ou B+W (Schneider optics) ou Kenko. Son utilisation est relativement simple : il suffit de faire pivoter la bague frontale du filtre pour doser l’effet.

- Les filtres densité neutre pour les poses longues
Pour la photographie de paysage de bord de mer, il existe une technique permettant de bloquer une quantité définie de lumière avant qu’elle ne rentre dans votre optique pour aller sur le capteur. Pour cela vous pourrez utiliser des filtres densité neutre (ND comme Neutral Density) et appelés par erreur filtres gris neutre. Contrairement à une idée reçue, ces filtres ne sont pas vraiment gris. Le principe est plutôt de respecter au maximum la colorimétrie de la scène photographiée, sans affecter les couleurs. Il existe des filtres ND variables. La densité varie alors en tournant une bague. Mais leur qualité optique est moindre. Pour cette raison préférez utiliser des valeurs fixes ou associer plusieurs filtres de valeurs différentes ensemble. Le filtre dégradé neutre (GND comme Graduated Neutral Density) permet lui aussi de diminuer la quantité de lumière mais seulement sur une partie de l’image. Il réduit les écarts de luminosité entre le ciel et le sol ou la mer, par exemple lors d’un lever ou coucher de soleil. Lorsque la scène est trop contrastée, la dynamique du capteur est insuffisante pour exposer correctement les deux. Par contre pour ces derniers, un porte filtre avec filtre carré sera préféré au vissant. En effet, ce dernier limite les possibilités en terme de composition. Vous n’aurez comme d’autres choix que de positionner la ligne d’horizon au centre de l’image contrairement au filtre carré qui coulisse dans le porte filtre. Pour compenser cette perte de luminosité (sous-exposition), on pourra donc jouer sur la vitesse d’obturation plus lente (avec des temps de poses plus longs pour avoir plus de lumière). Pour calculer la bonne vitesse d’obturation, nous vous conseillons des applications pour iPhone ou Android qui vous simplifieront la vie. Par exemple pour iOS (iPhone, iPad, iPod), Long exposure calculator de Junel Corales (gratuit) ou Long exposure calculator de Ilya Genkin (3,59 euros). Pour ceux qui sont sous Android, vous pouvez utiliser les chartes gratuites proposées sur le site de ce dernier auteur ( www.genkin.org). Quels intérêts d’utiliser ce type de filtres ? En utilisant cette technique, vos photos de paysage vont prendre une autre dimension. L’eau est probablement l’élément qui se prête le mieux à la pose longue. Par exemple, vous pourrez obtenir une surface de la mer totalement lisse avec ce petit coté laiteux laissé par l’écume des vagues. Il existe différents modèles en fonction de la quantité de lumière qui est filtrée. Par exemple, un filtre ND4x ou .6 ND ne laissent passer que 25 % de la lumière. Nous vous recommandons de commencer avec ce type de filtre qui vous fera perdre 2 valeurs de diaphragme. Nous vous conseillons les marques Lee filtres, Formatt, Hitech ou Tiffen. Selon les marques, le porte filtre avec adaptateur coûte de 50 à 100 euros. Des kits sont vendus avec deux filtres, porte filtre et adaptateur de 150 à 250 euros selon les marques. Maintenant que vous êtes équipés, il ne reste plus qu’a installer le filtre sur votre objectif grand angle préféré (24 ou 28 mm par exemple). Choisissez un joli paysage marin avec une belle étendue d’eau en mouvement. De préférence, essayer de placer un premier plan pour donner de la profondeur à l’image. Une stabilité absolue est requise pour vos prises de vues . Pour cela un trépied est indispensable comme un déclencheur à distance. Je vous recommande particulièrement TriggerTrap (triggertrap.com) si vous êtes dotés d’un smartphone sous Android ou d’un iPhone sous iOS. Il vous permettra de programmer la durée de pose sur votre smartphone qui pilotera votre reflex (voir encadré ci-dessous).

Le triggerTrap
Si vous êtes équipés d’un smartphone sous Android ou d’un iPhone, le TriggerTrap (triggertrap.com) est un accessoire très intéressant pour piloter votre reflex. Une douzaine de kits sont disponibles aujourd’hui pour rendre le produit compatible avec de très nombreux reflex, voir hybrides. Ce produit a été développé suite a une levée de fond sur la plateforme de financement participatif Kickstarter . Il vous permettra de programmer la durée de pose et beaucoup plus. Il possède des fonctions très évoluées dont des modes Timelaps, HDR, Timelaps HDR, suivi des étoiles, Wifi maître et esclave... Il gère différents mode de déclenchements avec les capteurs qu’embarquent votre smartphone comme le GPS, le bruit ou les vibrations... L’app. pour iOS ou Android est traduite en français, gratuite et l’interface (dongue et câble) coûte 29,16 euros.



Introducing Triggertrap Mobile from Triggertrap on Vimeo.

De même, évitez le vent et un sol meuble comme du sable qui peuvent provoquer des micromouvements dont vous n’aurez pas conscience. Pour une meilleure visibilité, vous pouvez utiliser le liveview. Pour la mise en point, je vous recommande de la faire en manuel avant de monter le filtre. Selon la valeur de la densité optique il est impossible de faire directement le point via le verre de visé une fois le filtre ND monté. Sans compter l’autofocus qui risque de « patiner » dans le vide. Travailler avec un temps de pose suffisamment long afin d’obtenir une mer totalement lisse avec ce petit coté laiteux. Par contre, un problème sous-jacent, un peu plus ennuyeux, est le bruit généré par le capteur. Plus vous tirerez sur la pose longue, plus le bruit sera présent sur vos photos. Chaque génération de « reflex » apporte son lot d’amélioration en ce domaine. Le bruit devient visible, sans être gênant, à partir de 60 secondes et pour autant que la valeur ISO soit basse. Pour cette raison, sélectionnez 200 ISO. La moindre tache sur l’objectif et/ou sur le capteur se verra mise en valeur par la pose longue. Cette conséquence est liée à la génération du bruit évoquée plus haut et au fait que vous utiliserez d’avantage des petites ouvertures telles que f/22 que des grandes (ce qui accentue le phénomène). Nous vous recommandons de travailler avec l’histogramme afin d’avoir une courbe avec un bon étalement des hautes et basses lumières. L’idéal est si possible de travailler avec une “exposition à droite”. Coté post-traitement, vous pouvez réchauffer légèrement l’image et jouer sur la saturation des couleurs.

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.