Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

La fin d’une initiation

01/10/2007 | Michel Lion


©Bruno Calendini / www.calendini.com

Dans ce reportage, nous avons tenu à raconter notre expérience en toute objectivité. D’après de multiples sources très bien informées, la corrida d’aujourd’hui n’est apparemment plus celle qu’a connue Hemingway. Sa popularisation tend à en faire un business où beaucoup de toreros vedettes semblent préférer combattre des taureaux plus faciles, de manière à assurer le spectacle devant un public de moins en moins connaisseur, en prenant un minimum de risques et en gagnant beaucoup d’argent. On entend parler de cornes rabotées, de picadors verbalisés pour avoir un peu trop insisté afin d’affaiblir un taureau avant le combat ou encore de toreros qui visiteraient des élevages pour repérer les animaux dangereux. Indéniablement, l’affrontement entre un homme et un taureau avoisinant les 600 kg demeure un sujet photogénique. Les arènes, les animaux tout en muscles, les habits richement brodés des toreros scintillants sous la lumière andalouse peuvent donner de belles images. Reste à assumer le sang, un spectacle qui tourne autour de la mort et qui condamne des milliers de taureaux tous les ans…
Hemingway, lui, adorait. Il ne s’encombrait pas de telles considérations estimant que « la mort est la fin de toutes choses et que l’on ne peut rien faire d’autre que de la subir ». Dans Mort dans l’après midi il écrivit même : « la mort est un remède souverain à toutes les infortunes ». C’était peu de temps avant son suicide.

Nous tenons à remercier respectueusement les personnes que nous avons rencontrées sur place qui, quelles que soient leurs opinions, nous ont parlé de la corrida avec leur cœur, beaucoup de passion et de franchise.

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages

  • En tant qu’aficionada (donc j’aime la tauromachie) je vous remercie pour ce reportage honnête. Les photos sont très belles, et j’ai bien aimé les commentaires, qui sentent le vécu. Il existe également des fêtes similaires à la féria de Séville, mais plus petites en taille, à Nîmes, Arles, Dax, Bayonne.
    Oui la vie a changé depuis Hemingway, pas seulement la tauromachie. Mais dire que les toreros prennent un minimum de risque, est vrai seulement pour certaines "vedettes" qui ont les moyens de choisir. Les autres, la majorité, doivent affronter ce qu’on leur propose, et pour avoir vu une tienta, vous savez que ce bétail là n’a rien d’innocent.
    Oui la mort est à la fin de chaque vie, et croyez bien que je n’ai aucune envie de me suicider pour autant !
    Merci en tous cas pour l’honnêteté de votre démarche.

  • bravo pour ce reportage photos, celles-ci sont dune grande richesse autant au niveau des couleurs qu’a celui de leur pertinence.....

    imbéciles sont ceux qui ont dénoncé, (sans doute avant davoir lu les textes) votre position soit-disant favorable face a la corrida...

    bref, bravo à tous ceux qui ont participé à ce reportage et bonne continuation !

    viva espana !

Ulule Lemondedelaphoto
CEWE