Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Le FinePix F200EXR inaugure son SuperCCD EXR

04/02/2009 | LAURENT KATZ

04/02/2009 – Présenté lors de la dernière Photokina, le SuperCCD EXR est annoncé comme étant l’œil du futur compact haut de gamme de Fujifilm.


On sait que parmi les défauts des capteurs figurent une plage dynamique limitée pour capturer les écarts entre les basses et les hautes lumières, et une sensibilité au bruit dès que les Iso s’élèvent, du moins pour les minuscules imageurs qui équipent les compacts.

Les ingénieurs de Fujifilm, le cerveau toujours en ébullition, ont imaginé une structure de capteur, dont nous vous dévoilions les tenants et aboutissants ici. Ce capteur permet de jouer la carte d’une définition élevée (12 Mpxl pour le premier modèle), de la sensibilité (12 800 Iso en 3 Mpxl, 6 400 Iso en 6 Mpxl et 3 200 Iso à pleine définition) ou de la dynamique dans les hautes lumières (image en 6 Mpxl). Ce sont les modes Haute Résolution, Haute Sensibilité et Plage Dynamique Étendue.

C’est une évolution du FinePix 100fd, le 200EXR (369 €, sortie prévue pour mi-avril) qui va en bénéficier. Le boîtier est assez classique et malgré ses ambitions photographiques (zoom 5x, afficheur 3 pouces/230 kpxl, simulation du rendu de films argentiques Velvia, Provia et Astia, plus le N&B et le sépia), Fujifilm — c’est désespérant — n’ a pas totalement joué la carte des modes Priorité. Une variante de l’exposition programmée assure la priorité Ouverture, mais pas Vitesse, avec une ergonomie d’accès contestable. Dommage.

La facette grand public est plus séduisante, avec de nombreux modes Scènes et, c’est tendance, la reconnaissante automatique de scènes (SR-A, Scene Recognition Auto), réglage qui choisit lui-même quel programme-résultat appliquer. Mieux, EXR-Auto détermine le fonctionnement du capteur (définition, haute sensibilité ou haute dynamique) et s’appuie aussi sur SR-Auto pour sélectionner le mode Scène parmi Portrait, Paysage, Macro, Portrait en contre-jour, Nuit, Portrait de nuit. Ce qui montre qu’un détecteur de mouvements du sujet (comme chez Panasonic) n’est pas prévu, puisque Sport n’y figure pas.

Le flash aussi bénéficie d’innovation, avec un contrôle fin pour un usage possible en mode Macro, sans éclaircissement excédentaire du sujet. Le F200EXR reste sagement cantonné à la vidéo standard, en 640 x 480 pixels, mais offre une sortie HD pour l’affichage sur un téléviseur. Une démarche louable, mais inaboutie, car Fujifilm n’a pas opté pour l’HDMI, préférant une sortie composante qui implique l’usage d’un câble optionnel à trois connecteurs en sortie.

Principales caractéristiques

- Capteur : CCD 1/1,6e de pouce 12 Mpxl
- Format d’images : 4/3, 3/2 et 16/9
- Définition maximale : 4 000 x 3 000 pixels
- Zoom : F3,3-5,1/6,4-32 mm (éq. 24 x 36 : 28-140 mm)
- Mode macro : 5 cm
- Mise au point : multizone, détection de visages, vue par vue, continue
- Stabilisation : capteur
- Viseur : -
- Écran : LCD 3 pouces/230 kpxl
- Modes d’exposition : modes Scènes (17), scène automatique
- Sensibilité : 100 – 3 200 Iso (6 400 maxi en 6 Mpxl, 12 800 en 3 Mpxl)
- Vitesse : 8 s – 1/1 500e s
- Rafale : sur 3 ou 12 images
- Stockage : mémoire interne (48 Mo), xD ou SD/SDHC
- Vidéo maxi : 640 x 480 pixels (30 im/s)
- Sorties : hi-speed USB, A/V, HD composantes
- Accu : accu Li-Ion

Le site de Fujifilm

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages

Les optiques Nikon