Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Le piqué (1)

20/12/2007 | Jean-Marie Sépulchre

Le piqué a été mesuré avec la mire DxO et le logiciel DxO Analyser, avec la même échelle de note que pour le Canon Eos 5D de résolution comparable. Cependant j’ai désiré savoir quelle était la qualité maximale atteinte par ces nouvelles optiques, et après avoir fait des essais comparatifs (sans aucun biais, puisque le prise de vue s’effectue, miroir relevé, simultanément en Nef et en Jpeg) j’ai effectué les mesures en Raw, développé par Nikon Capture NX 1.3 – logiciel fourni avec le D3 – mais en mode automatique, sans post-traitement de l’image.

Globalement, les Raw présentent en réglage de base un piqué meilleur que les JPG, ces derniers étant très peu accentués dans l’appareil (niveau 3 sur… 9 positions de netteté). On retrouve l’écart que les vieux nikonistes connaissaient bien entre le Jpeg et le Raw du D200 ou du D2h : le Jpeg est assez doux pour supporter une accentuation Photoshop virile en préparation presse, le Raw est ajustable très finement mais est assez accéré par défaut. Aussi, pour savoir ce que les optiques avaient dans le ventre au maximum des possibilités de l’appareil, les graphes qui suivent ont été calculés sur les prises de vues en Raw. Quatre zones de l’image sont analysées : le centre, où s’effectue l’autofocus, les quatre points où se croisent les lignes de force des tiers, les bords, et le plus délicat, les angles de l’image.

- 14 mm :

Seuls les angles à pleine ouverture ne sont qu’en zone « très bon », en fermant d’un cran les performances sont au sommet avec une homogénéité totale. Du jamais vu en très grand angle, même avec les meilleurs zooms argentiques d’autrefois. Pour une telle focale les résultats sont même stupéfiants.

- 20 mm :

La position 20 mm présente le même profil qu’au plus grand angle, l’image n’est que très bonne dans les angles, ceci s’expliquant principalement par le vignetage qui assombrit les détails, mais dès f/4 on est excellent sur la totalité du champ.

- 24 mm

C’est toujours dans les angles qu’à la pleine ouverture on ne dépasse pas la position « très bon », de façon un peu plus accentuée qu’à 20 mm, mais à examiner les trois focales mesurées on admettra que le piqué est remarquablement homogène dès f/4 dans toutes les positions et à tous les diaphragmes… la pleine ouverture étant au sommet au centre et dans les lignes des tiers.

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.