Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Le piqué (2)

20/12/2007 | Jean-Marie Sépulchre

- 24 mm

Il était intéressant de savoir s’il convient de laisser l’optique en place à 24 mm…ou d’utiliser le 24-70 mm à son angle le plus ouvert. La réponse sera sans ambiguïté, le rendement dans les angles et sur les bords est meilleur avec le zoom grand angle qu’avec le transstandard.

Certes, la différence se fait dans la nuance, car pris isolément le 24-70 serait jugé excellent… mais tant les prises de vue sur mire que les essais prouvent qu’avec un rendu globalement un peu plus doux et avec des dégradations plus importantes dans les angles, il souffre un peu de la comparaison avec le 14-24. On verra de plus ci-dessous que la distorsion du 14-24 est quasi nulle en bout de course, alors qu’elle est visible sur le 24-70 à sa position minimale, et qu’en Jpeg subsistent des aberrations chromatiques dont le super grand angle est exempt.

Il n’en reste pas moins que, comparé au célèbre 24 mm f/2,8 à lentilles flottantes dont les résultats fascinaient nombre de photographes depuis un quart de siècle, les deux zooms sont très supérieurs aux ouvertures de f/2,8 et f/4, par leur homogénéité centre-bords. Le fixe rejoindra les performances du 24-70 à partir de f/5,6, sans jamais atteindre celles du 14-24.

- 35 mm

A 35 mm, le piqué est beaucoup plus régulier sur le champ complet de l’image dès la pleine ouverture, bien que les angles soient toujours en retrait. Aux ouvertures moyennes, l’homogénéité est parfaite et l’image est véritablement excellente.

- 50 mm

Que reste-il aux 50 mm lumineux ? Le 50 mm AFD f/1,8 que j’ai mesuré pour comparer avec la position équivalente du zoom présente le même piqué entre f/4 et f/11, mais est nettement moins bon à f/2,8 et ne percute pas vraiment à f/1,8-f :2 ; le 50 mm AFD f/1,4 est correct au centre à pleine ouverture, très bon à f/2 mais ne devient homogène qu’entre f/4 et f/5,6. Le zoom sera plus performant en basse lumière si on veut mettre en valeur tout le champ (par exemple une scène de spectacle à distance moyenne), l’ultra lumineux ne s’en sortira que sur des sujets centrés, car il commence à se dégrader sérieusement dès la ligne des tiers. En soi, le résultat du 50 f/1.4 reste très honorable, mais on réfléchira vraiment à ses besoins avant de l’acheter neuf !

- 70 mm

Le piqué reste excellent au centre à toutes les ouvertures, mais toutes les autres zones de l’image sont en retrait, même si la qualité reste très bonne. Un écart encre bords subsiste à f/4 et ensuite n’est plus vraiment perceptible en pratique. Néanmoins le rendement à 70 mm est un peu moins bon que celui de la position 50 mm, dont la qualité est exemplaire.

- La Carte

La synthèse des niveaux de piqué lève les incertitudes que l’on pourrait avoir en observant les minimes écarts de niveau sur les graphes des ouvertures moyennes. On conviendra dès lors que le 24-70 est excellent, mais que le 14-24 est exceptionnel.

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.