Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Le Salon de la Photo 2010 en 4 mn chrono

13/11/2010 | Benjamin Favier

La grand-messe annuelle de la photo à Paris a fermé ses portes le 8 novembre dernier. Avec une fréquentation encore en hausse par rapport à l’année dernière, le Salon de la Photo s’installe comme un rendez-vous incontournable pour tous les passionnés.

Quelques 77 962 visiteurs ont parcouru les allées du Hall 4, Portes de Versailles, à Paris, du 4 au 8 novembre. Un chiffre en hausse de 7% par rapport à l’année dernière. Un beau succès pour ce rendez-vous annuel. Panasonic avait réservé l’annonce de son DMC-GF2 sur le Salon, en exclusivité. Une sortie qui confirme la recherche d’une plus grande compacité au niveau des appareils. Nous en avons profité pour essayer d’en savoir un peu plus sur deux autres modèles attendus. Le fameux Fujifilm X100 , présenté à la Photokina en octobre, et un compact expert signé Olympus, qui sortira dès le mois de janvier 2011. Ces deux produits sont encore à l’état de maquette.
Le Salon, c’est aussi l’occasion de découvrir toutes sortes de nouveautés, de manipuler des appareils ou des accessoires, de suivre les conseils de photographes professionnels ou de spécialistes. L’image figurait en bonne place, avec la librairie du Salon, de multiples conférences et une superbe exposition consacrée à Willy Rizzo.

- Réalisation, montage et commentaires : Benjamin Favier
- Interviews : Pascale Brites et Laurent Katz

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages

  • Sympa ce petit résumé du salon.
    Bonne route à vous.
    Philippe

  • Des 3 dernières éditions auxquelles j’ai assisté, celle-ci est de loin la plus décevante, et à regarder votre résumé aux airs de publi-reportage, j’ai vraiment l’impression d’avoir vu un autre salon...

    - Une sensation de répétition d’une année sur l’autre, un salon qui stagne sans progresser
    - Peu d’expositions photo, et surtout peu d’expositions de grande qualité
    - Manque de place (un seul hall paraît inadéquat)
    - Certains "shows" parfois trop bruyants et saugrenus, quand ils sont accessibles
    - Trop de monde par rapport à la surface du salon
    - Difficulté pour circuler et assister aux conférences, même en semaine
    - Peu de rencontres avec les photographes exposants
    - Manque de sujets intéressants et de mise en situation pour tester le matériel en prise de vue
    - Accueil à certains stands pas toujours sympathique
    - Accès aux téléobjectifs Nikon retreints aux professionnels (libre les années précédentes) sans la moindre explication, et longue file d’attente pour rien
    - Sécurité parfois obtue et peu cordiale au niveau des accès

    Pour moi l’an prochain, ce RDV "incontournable" sera sans moi...

    • Cher SalociN

      Nous prenons note de votre remarque qui concerne votre sentiment suite à votre venue sur le salon.
      Nous ne le partageons pas mais vous êtes libre dans cette truibune de donner votre sentiment.
      Par contre quelque chose m’embête profondément : attaquer sans cesse l’éthique de nos journalistes.
      Accusation facile, péremptoire et sous anonymat bien entendu... Je me demande en quoi ce reportage vidéo peut -il être qualifié de publi-reportage ? Je ne vous comprends pas.
      Enfin en ce qui concerne les Zooms je vous invite à lire notre N°30 vous y verrez que nous y consacrons une large tribune.

      Vincent Trujillo
      Directeur des Publications

    • Pourtant, j’ai bien dit "aux airs" de publi-reportage, je n’ai pas affirmé que s’en était un. Je critique la forme ici, et pas le fond.

      Rien à voir avec votre engagement de journaliste ni votre libre-arbitre que je ne remets nullement en cause. Cependant, votre réaction standardisée prouve néanmoins que vous être régulièrement soumis à ce type d’attaque, et je sais bien que constamment, à chaque annonce d’appareil majeur, vous êtes soumis à des attaques type "le Monde de la photo, VRP de la marque XXX". Je me mets 2 minutes à votre place, et ce n’est pas agréable. Par ailleurs, il n’est pas non plus dans mes habitudes de verser dans ce type de facilité.

      Seulement force est de constater qu’au delà de certains oublis compréhensibles de par sa durée, ce montage zappe un bon nombre de points qui sautent pourtant aux yeux du quidam visiteur, et qu’il ne rend pas bien compte de ce que ce salon de la photo est devenu, c’est à dire plus une foire bruyante au matériel qu’une vraie redéfinition de la "photo".

      Peut-être que mon erreur est d’attendre de vous autre chose que votre avis de professionnel et d’exposant visiblement ravi en tout point, et qui conclut que ce salon est un réel succès et un RDV INCONTOURNABLE seulement parce qu’il a un nombre croissant de visiteurs, phénomène essentiellement dû à la démocratisation massive de la photo amenée par le numérique ?
      Un RDV incontournable pour moi, c’est Montier-en-Der, malgré sa spécificité. Et ce salon parisien, s’il continue sur sa "lancée", n’aura jamais la résonance que peut avoir la Photokina.

      Après, libre à vous de développer au delà de mes réflexions ou de votre réaction énervée, et de dire pourquoi vous n’êtes pas d’accord avec cet avis. Je vous lis et continue de vous lire avec attention.

    • En ce qui concerne les Zooms, rien à redire pour votre couverture presse, mais sans le prendre pour vous, je trouvais l’initiative de ce salon intéressante et pensait que ça méritait ne serait-ce que 10 petites secondes dans le montage, d’autant que ces 2 prix ont servi d’ouverture au salon.

      D’autant plus que la couverture sur le net est pour ainsi dire très maigre... dommage quand l’idée est de faire émerger deux photographes.

      Sur ce, je cesse de vous importuner avec mon avis et redevient un "anonyme" (avec un vrai mail pourtant) lecteur silencieux.

    • Certes j’ai été déçu par ce salon. Le côté passion était plutôt relégué en second lieu face à des acteurs économiques (dont je nie pas tout de même l’importance).

      Mais se permettre de critiquer la qualité des photos exposés (pour salociN), prouve encore que certains
      ne comprennent toujours pas la notion de l’art.

      Effectivement, tu n’y seras pas l’année prochaine et c’est tant mieux.

    • Le graphiste de profession que je suis apprécie ton grand sens de la clairvoyance et du troll ^^
      Surtout à propos d’une notion aussi abstraite, subjective et fourre-tout que la "notion de l’art", souvent bien pratique pour justifier l’absence de talent et/ou de vision.

      Je réitère en développant un peu plus, mais les expositions du salon, entre celles qui servaient de support commercial et celles posées là parce qu’il restait un peu de place, n’étaient pas - de mon avis - toujours cohérentes dans leur ensemble et/ou de grande qualité compte tenu de l’attente que l’on peut placer dans un salon aux ambitions "nationales". Cela dit, je reconnais qu’il y a suffisamment d’expos photos et de musées sur Paris pour se contenter à ce niveau là, et que la vocation du salon n’est sans doute pas la même que celle d’un musée.

      Montier-en-Der a ceci de bien qu’il sépare le matériel de l’artistique, ce qui permet de contenter les fans de technique d’un côté et d’offrir de l’autre un bon "spectacle" aux gens venus voir des clichés superbes avec une bonne lisibilité, ce que le salon de la photo pourrait très bien faire s’il s’en donnait les moyens et disposait d’un ou deux halls supplémentaires (en distribuant moins d’invitations gratuites par exemple ?)

      Après, tout n’est pas affreux, et si je n’ai pas non plus assisté à toutes les conférences, j’ai notamment apprécié l’expo "périphérique" du stand Sony aux tons très esthétisants, les 2 lauréats des zooms pour leur réelle volonté de sortir des sentiers battus en offrant un regard neuf, et l’expo des 30 photographes qui malgré le côté hétérogène et un peu casse gueule du thème se dévorait d’une traite.

  • Et pas un mot sur les Zooms 2010, censés mettre en avant des photographes émergents :-(

    • Bonjour SalociN

      Je ne pense pas que vous puissiez comparer Montier en Der qui est un festival de photographie dédié à l’image et le Salon de la photo, dont le but est de montrer, expliquer, promouvoir et vendre du matos en collant à l’actualité (le mot "foire" que vous employez convient finalement assez bien, et il n’est pas péjoratif à mes yeux, même si la fréquentation de quelques stands est plutôt proportionnelle à la profondeur du décolleté des hotesses qu’à la qualité de leurs appareils).
      A Montier, vous avez des marques qui gravitent autour d’une manifestation photo, à Paris, quelques photographes accrochés "en habillage" sur un évènement axé à 90% sur les outils photographiques. Sachant cela, je ne comprends pas très bien votre déception. Et puis, rien n’est jamais parfait : je connais bien Montier en Der et je ne suis pas toujours emballé par la programmation. Le plus étant parfois l’ennemi du mieux, chaque année propose toujours plus d’expos, ce qui noie des photos extraordinaires dans des travaux beaucoup moins intéressants. Le tout réalisé avec des moyens un peu bricolés qui laissent parfois à désirer.

      Quant à ce petit film, il relate plutôt bien l’ambiance de ces quelques jours

      Ben

    • En fait, sans vraiment chercher à comparer ces 2 manifestations justement très différentes, c’est l’emploi du terme "RDV incontournable" qui me fait les opposer, et qui me fait dire que selon ses propres critères et ses attentes, l’une est plus dispensable que l’autre.

      Ma déception est surtout dans le fait que ce salon ne se contente au final que d’encourager les gens à s’équiper en masse sans autre finalité, à grand renfort d’artifices en tout genre d’un goût plus ou moins douteux, en ne cherchant encore que trop timidement à éduquer leur oeil, à les aider à exploiter vraiment le potentiel de leur matériel parfois très complexe à utiliser et à comprendre, et qui d’ailleurs pour la plupart ne prennent même pas la peine de lire le manuel d’utilisation.
      C’est en quelque sorte un genre de FNAC géante accommodée à la sauce Las Vegas qui n’a pas une grande valeur ajoutée à mes yeux, sinon de permettre l’accès à une gamme d’outils complète et parfois inaccessible (ou même interdit chez Nikon :-\). En plus de l’étouffoir réel que ça devient au fil des éditions. Et plus il y a de monde, moins on prend le temps d’expliquer aux gens.

      Une des raisons qui fait que j’apprécie "Le monde de la photo" plus qu’un autre mag spécialisé, c’est que le dosage entre connaissances matérielles et apprentissage des techniques photos est juste et bien équilibré, en plus d’être didactique. A tous niveaux on en apprend, et c’est là où le mag tire son épingle du jeu.
      Bien sûr, les ateliers d’Adobe, les conférences, les témoignages des pros, l’atelier "je veux être photographe", tout ça va dans le bon sens, même s’il reste quelques barrières entre les gens dont c’est le métier et les autres lambdas.
      Mais on est encore loin de la vocation pédagogique qui pourrait être celle de ce salon, et où le matériel aurait une (très ?) bonne place.

      Cette attente de tirer les gens vers le haut est d’autant plus légitime que la photo devient au fil des ans un vrai phénomène de société grâce au numérique. La hausse de la fréquentation en est une preuve, et pour gagner en intérêt, il me paraîtrait juste que le salon trouve un autre moteur que celui de la course aveugle à l’équipement.

      Et de mon point de vue, il lui manque tout ça à ce salon pour ETRE un RDV incontournable.

    • SalociN

      J’ai beaucoup de photographes autour de moi. Certains d’entre eux n’auraient raté pour rien au monde la découverte des nouveautés. D’autres cherchaient à changer de sac, à discuter avec les responsables de l’UPC, à savoir comment étalonner un écran ou à voir l’expo de Rizzo. Un autre est même venu de Dijon pour rencontrer l’équipe de Mdlp et il est reparti avec le bouquin dédicacé de Calendini, ravi de sa journée. Où trouver en France l’opportunité de faire ça sur un seul et même site, sinon sur ce salon ? Alors OK, comme vous je n’ai pas apprécié les bains de foule ou certains comportements de vendeurs (souvent désagréables ) aux dents longues et prêts à tout pour faire du chiffre. Les attroupements sur certains stands de "photographes" immortalisant les poses parfois saugrenues de mannequins fatiguées. Les Leicaistes qui déambulent avec un M9 bien visible sous des airs suffisants.Les visiteurs bardés de matos qui arborent fièrement leur téléobjectif de 50 cm autour du cou, chargés d’un sac de 15 kg, façon "reporter en mission". Comme vous j’aurais préféré une manifestation un peu plus culturelle et moins mercantile mais vous le dites vous même, il y a des musées et des galeries pour ça.
      J’ai vu autour de moi des échanges techniques, didactiques, ... et je suis sur que les visiteurs qui s’en sont donné la peine (et qui ont eu la chance de faire les bonnes rencontres) ont pu trouver beaucoup de réponses à leurs interrogations.
      En résumé, je crois que beaucoup de personnes auront jugé cet évènement bel et bien "incontournable", ne serait-ce que parce qu’il n’a pas d’équivalent en France aujourd’hui.

      Et pour l’équipe (sympa d’ailleurs) de Mdlp, dont le stand était très animé, c’était je pense une belle opportunité de faire connaître leur travail et de rencontrer leurs lecteurs.

      Alors "incontournable" ce salon ou pas ? Ni plus ni moins que Montier (certes plus convivial et moins "bling-bling"), tout dépend de ce que l’on vient y chercher

      cordialement

      Ben