Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Le World Press Photo à Paris

25/11/2017 | Nadia Trujillo

L’exposition itinérante des photographies primées par l’édition 2017 du World Press Photo fait escale à Paris jusqu’au 3 décembre.

GIF - 227.4 ko
Mediterranean Migration, 3e prix Reportages Spots d’information
Des réfugiés s’entassent dans la cale d’un bateau transportant plus de 500 personnes.
Photo : Mathieu Willcocks / Grande Bretagne / MOAS

Comme chaque année, le prestigieux concours de photojournalisme a rendu son verdict. Pour cette 60e édition, le jury, réuni à Amsterdam, a dû trancher parmi pas moins de 80 408 images proposées par 5 034 photographes provenant de 126 pays. Au final, le World Press Photo 2017 a décerné ses premiers prix à 45 photographes de 25 pays et choisi l’image du photographe turc Burhan Ozbilici (The Associated Press) comme la World Press Photo de l’année. On y voit Mevlut Mert Altintas, un officier de police, après qu’il a assassiné l’ambassadeur russe en Turquie, Andrey Karlov, lors d’une exposition d’art à Ankara, le 19 décembre 2016.

GIF - 264 ko
Photo : Burhan Ozbilici / The Associated Press / Turquie
An Assassination in Turkey

« La décision fut difficile, mais au final, nous avons senti que cette image était à la fois forte et témoignait de la haine de notre époque. Chaque fois qu’elle revenait à l’écran, nous avions un mouvement de recul. Cette photo est également marquante, car elle incarne le sens et la signification du World Press Photo » confie Mary F. Calvert, membre du jury.


Les photographies primées dans huit catégories font l’objet d’une exposition itinérante couvrant une centaine de villes. À Paris, pour la première fois, c’est la Galleria Carla Sozzani qui accueille les images de tous les lauréats dans une scénographie mêlant accrochages et projections avec des témoignages audio des auteurs.

GIF - 189.8 ko
The Silent Victims of a Forgotten War, 1er prix Photos isolées Vie Quotidienne
Najiba tient dans ses bras son neveu Shabir (2 ans), blessé par l’explosion d’une bombe qui a tué sa soeur, à Kaboul, Afghanistan.
Photo : Paul Bronstein / États-Unis / Getty Images / Reportage pour Pulitzer Center on Crisis Reporting

- Crédit image d’accueil : Valery Melnikov / Russie / Rossiya Segodnya
Black Day of Ukraine, 1er prix Projets à long terme
Des civils fuient leur maison en feu suite à une attaque aérienne dans le village de Luhanskaya, près de Lougansk, Ukraine.

Informations pratiques

- Où : Galleria Carla Sozzani, 22 rue Marx Dormoy, 75018 Paris
- Quand : du 4 novembre au 3 décembre 2017
- Site du World Press Photo

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages

  • Merci d’avoir signalé cette exposition.
    Par contre, c’est un peu dommage de ne l’avoir mentionné que maintenant (25/11), alors que l’expo se termine dans une semaine, le 03/12. Il va falloir se dépêcher :-) !

  • Du choix de la World Press Photo de l’année :
    mettre en pâture cette image de haine aux plus jeunes, aux plus faibles, notamment dans le cadre d’une exposition qui se dit culturelle voire artistique pour témoigner soi-disant de la violence de notre époque (des fois qu’on n’en soit pas conscient...), ce n’est pas rendre service à l’humanité, c’est violenter les plus fragiles et donner des idées aux plus perturbés, c’est banaliser la médiocrité, c’est faire l’apologie de la violence, ce n’est pas de l’information, c’est du voyeurisme, c’est la valorisation d’un monde dégénéré et de l’humain devenu cancer de la planète...
    Oui à l’information mais pas à l’aide d’une sur-médiatisation par l’image nauséabonde.

  • "Couvrez ce sein que je ne saurais voir. Par de pareils objets les âmes sont blessées, et celà fait venir de coupables pensées."
    Tartuffe, acte 3, scène 2.

  • @2
    +1. C’est la honte, et elle est représentative.

  • Cette photo est également marquante, car elle incarne le sens et la signification du World Press Photo

    On ne saurait mieux dire.