Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Le mode Panorama

17/06/2011 | CALENDINI Bruno


Photo : Bruno Calendini / www.calendini.com

Sony NEX-5 + E 18-200 mm f/3,5-5,6 OSS - focale 18 mm - 1/250e - f/11 – 200 Iso

La fonction Panorama marche bien et elle est assez sympathique à mettre en œuvre. Tout son intérêt réside dans la façon dont l’appareil est capable d’assembler une série de photos pour au final, fournir un fichier de 12 416 ou 8 192 pixels de large (au choix) et de 1 856 pixels de haut. Attention cependant aux petites imperfections si votre balayage n’est pas linéaire et régulier. Dans le doute, n’hésitez pas à répéter plusieurs fois l’opération. J’ai photographié cinq fois le panorama ci-dessus. Quatre vues sont parfaites et l’une des photos présente un défaut, alors qu’il n’y avait aucun piège majeur dans ce décor.


Détail (cadre rouge) de la photo ci-dessus. On constate deux petits décalages.

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages

  • Reportage beau et plein d’enseignement qui relate fidèlement la pratique effective du Sony nex 5 et de ses différentes optiques.
    Pour l’usage débutant, la photo en Jpeg et à main levée est efficace et agrémentée de quelques "plus" très appréciables (fusion d’images : en cas de très faible luminosité, HDR et panoramas), il en est de même pour la vidéo en tout auto (avec mise au point continue) ;
    L ’amateur "averti" qui veut voyager léger et qualitatif y trouvera malgré tout son compte grâce, effectivement, au microprogramme version 3 et, de plus, Sony met à disposition des modèles 3 et 5, par téléchargement, celui tout nouveau et amélioré de son NEX "C3". Je pense qu’il convient aussi ici, d’attirer l’attention sur les différents réglages paramétrables ou manuel de la balance des blancs que je tiens pour une grande réussite.
    Des limitations techniques bien réelles subsistent et peuvent être palliées ou contournées avec un peu de sagacité, une fois qu’on s’est familiarisé avec les spécificités de l’engin (le cas de la mémorisation indissociable du point et de l’exposition, remarquée dans l’article, en est bien un parfait exemple).
    Tout n’est pas résolu pour autant, en particulier, les inconvénients soulignés : quant à la qualité moyenne du grand angle ; quant au défaut de tropicalisation (c’est aussi une question de prix toutefois) ; ou bien quant à la trop grande exposition du capteur à la poussière, (sauf à laisser un le zoom à demeure comme il est dit et même, à utiliser deux boitiers, option que le faible encombrement de ces derniers et leur prix relativement modéré permettent à certains d’envisager) ; le bruit de fonctionnement de l’obturateur ,églament noté à très juste titre, est par contre un inconvénient insurmontable et j’y ajouterais encore une difficulté, pour ma part du moins, quant à l’impossibilité d’apprécier réellement de la prodonfeur de champ.
    Sur quelques détails enfin j’aimerais encore apporter un petit complément :
    La visée sur le LCD reste possible en toutes circonstances en effectuant le réglage "plein solei" de sa luminosité ; le flash minimaliste fourni (qui correspond à l’usage ordinaire du grand-angle et du petit zoom et sert bien comme éclairage d’appoint parfaitement modulable) peut être réhaussé avec un accessoire spécifique recommandé pour l’objectif 18-200 (mais vendu en sus) , en outre, un flash complémentaire plus puissant et plus grand, annoncé avec le "C3" , apportera une solution plus performante - ; pour les écarts de luminosité, en parallèle avec la HDR illustrée dans l’article, il faut envisager l’emploi de la fonction DRO réglable, aussi proposée par Sony ;
    Enfin, et pardon d’avoir été si bavard mais c’est à la mesure du grand plaisir pris à lire cet article, j’adhère parfaitement à l’excellente conclusion, en recommandant toutefois à "la clientèle chevronnée" à laquelle il y est fait allusion de ne pas "ignorer" systématiquement certains des modes auto qui parviennent à des résultats d’une qualité étonnante qui auraient exigé à défaut bien plus du temps et de réflexion et surtout un matériel supplémentaire spécialisé et encombrant.