Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Le piqué (1ére partie)

02/12/2007 | Jean-Marie Sépulchre

Les mesures de piqué ont été effectuées avec mon système DxO Analyzer, déjà présenté dans les articles sur le 18-200 VR Nikon ou le 24-105 Canon. Il faut souligner que la mesure dans les angles est très sévère. Ces mesures sont doublées de photos de murs de briques prises à une distance d’environ 30 m.

L’appareil a été utilisé en Jpeg, à 100 Iso, en réglage de base standard. Ce réglage procure des images assez douces qui gagneraient, selon les sujets, à être un peu accentuées…parfait pour le portrait, le niveau par défaut me semble un peu trop tendre pour des paysages urbains, par exemple. On aura intérêt à remonter un peu l’accentuation si on trouve que le piqué n’est pas assez percutant, mais le défaut inverse est bien entendu plus grave : si l’image est trop accentuée à la prise de vue, on ne pourra pas se débarrasser des franges blanches en agrandissant. Si l’image est un peu douce, il suffit de remonter un peu l’accentuation en post-traitement !
En position 16 mm

Le piqué mesuré est très élevé à toutes les ouvertures, bien que la diffraction se fasse sentir à f/16. On note cependant un défaut dans les angles à pleine ouverture, défaut certainement renforcé par le vignettage qui rend les détails plus sombres et par l’aberration chromatique qui provoque des franges de couleur. L’examen de la cartographie de ces défauts montre clairement qu’il ne s’agit pas de décentrage, mais de la dégradation qui se produit en cercle de couverture de l’optique… peut-être celui-ci est-il limite par rapport à la définition du capteur. Les zones rouges d’aberration chromatique dangereuse et verte de vignetage sont tout à faits réparties sur les quatre angles, et leur délimitation est bien circulaire !

Il est rare cependant de faire du paysage en grand angle à pleine ouverture…et on disposera d’un joker avec l’Alpha-700, qui est le premier reflex à proposer un cadrage en format 16/9 pour avoir une image plus panoramique que l’on pourrait visionner sur un téléviseur HD (le boîtier est doté de la connectique HDMI). En cadrant des paysages larges (en 10 Mpxl), le recadrage va supprimer les zones d’angles où se produit le défaut !

Cadrage à 16 mm
Le test sur briques montre que l’on risque quand même, à fort taux d’agrandissement, d’avoir de petites franges colorées sur la partie de l’image la plus proche des bords. Il n’y a guère de solution que logicielle à ce problème, mais DxO Optics Pro est annoncé compatible avec l’Alpha-700, nul doute que le module du zoom 16-80 sera élaboré.
Ces défauts s’atténuent en fermant le diaphragme et je conseille donc d’utiliser une ouverture de f/8 ou f/11 en paysage urbain détaillé ! Il ne faut d’ailleurs pas oublier que si la lumière est faible, l’Alpha-700 a d’impressionnantes ressources en sensibilité ou en réduction du flou de bougé.

En position 24 mm

À 24 mm la faiblesse notée dans les angles à 16 mm est toujours présente, bien que le niveau d’aberration chromatique soit moins important. Ceci a peu d’importance en reportage (on est proche de la focale large naturelle en 24 x 36), mais en paysage il vaudra mieux continuer à choisir f/8 ou f/11.

En position 35 mm

À 35 mm, le rendement du 16-80 devient très homogène et de très haut niveau à f/5,6 sur tout le champ de l’image. Le piqué devient excellent dès la pleine ouverture sur la zone centrale et l’image est toujours propre, sans risque de présenter des franges d’aberration chromatique.

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages