Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Le piqué (2 ème partie)

02/12/2007 | Jean-Marie Sépulchre

En position 50 mm

Même si la pleine ouverture est un peu moins bonne, le rendement à 50 mm est comparable à celui observé à la focale de 35 mm. Les meilleures ouvertures sont f/8 et f/11, mais l’ensemble est très régulier.

En position 80 mm

Alors qu’aux focales intermédiaires, on a toujours une position d’excellence entre f/5,6 et f/11, à 80 mm on découvre un niveau qui est seulement du grade très bon en majorité. Il y a moins d’écart entre le centre et les angles qu’en angle large, simplement le niveau général de piqué a baissé, ce que confirment aussi les recadrages sur la façade en brique, bien qu’une longue focale, à plus faible profondeur de champ, soit toujours plus handicapée sur les bords qu’une courte focale.

Résumé

La cartographie générale de piqué montre bien que le 16-80 est à son meilleur niveau aux focales et diaphragmes moyens, et qu’il sera plus à l’aise en paysage et en photographie générale qu’en reportage à pleine ouverture. Il n’en reste pas moins que la netteté est toujours excellente au centre à f/5,6, et sur une grande étendue de focales et de champs à f/8, dont le niveau est excellent sur toute l’image aux focales intermédiaires. On évitera autant que possible de trop solliciter la position f/16, la plus grande profondeur de champ se faisant au détriment de la qualité d’image, du fait de la diffraction provoquée par la petite taille des photosites du capteur. Globalement, le piqué sera toujours suffisant – parfois avec un peu d’accentuation supplémentaire – pour les tirages en format A3 voire A2.

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Ulule Lemondedelaphoto
CEWE