Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Le sel de la Terre : ode à Salgado

27/02/2015 | Benjamin Favier

Le film de Wim Wenders et de Juliano Ribeiro Salgado est disponible en DVD et Blu-Ray. L’occasion de (re)voir ce portrait du photographe brésilien Sebastião Salgado, enrichi de nombreuses séquences inédites dans la section « Bonus ».

« J’ai découvert cette photo dans une galerie il y a plus de vingt ans. Je ne savais pas qui l’avait prise. Je me suis dit que ce devait être à la fois un grand photographe et un aventurier. » Le cliché noir et blanc dont il s’agit montre une fourmilière humaine évoluant dans un immense cratère boueux à la recherche d’or, à Serra Pelada, dans l’État de Para, au Brésil. Wim Wenders achète le tirage. Il découvre Salgado. Il s’avoue bouleversé par son œuvre, notamment par un portrait de femme touareg aveugle, qui trône dans son bureau. Le film débute avec ces images, commentées par le réalisateur allemand et le photographe brésilien, tous deux s’exprimant dans un français limpide, teinté de leur langue maternelle respective.

Trois voix

À leurs voix s’ajoute celle de Juliano Ribeiro Salgado, fils aîné de Sebastião. Il a coréalisé le film avec l’auteur de Paris-Texas et des Ailes du désir, mais aussi de Buena Vista Social Club (1999) et Pina (2011), deux documentaires biographiques dans la veine du Sel de la Terre. « Il est plus difficile d’avoir devant sa caméra un photographe que n’importe qui d’autre. Par déformation professionnelle, il réagit. Il se sert de son arme privilégiée, son appareil photo. Il te shoote en retour », confie Wenders. Ainsi, à de nombreuses reprises, le bruit du déclencheur se mêle à la bande-son, composée de cordes graves et envoûtantes. Sebastião Salgado a passé sa vie à voyager.

JPEG - 175.8 ko
Sebastião Salgado à la Maison européenne de la photo, lors du vernissage de l’exposition Genesis, en septembre 2013. Photo : Benjamin Favier

À témoigner de la détresse humaine autant que de la beauté du monde. Le film revient sur ses reportages et projets les plus marquants, dont « La main de l’homme » et « Exodes ». Suite à sa couverture du génocide rwandais, il déclare : « Je ne croyais plus en rien. » Il se tourne vers l’écologie. Le projet « Genesis » voit le jour. Son fils Juliano l’a suivi, caméra au poing, en Papouasie et dans le Grand Nord.

Affaire de famille

Le sel de la Terre, c’est aussi une histoire de famille. Il est question du grand-père, Sebastião Salgado, qui a donné son nom à son fils unique. De Lélia, épouse du photographe, à l’origine de leur projet de reforestation dans le Minas Gerais. De Juliano et Rodrigo, leurs deux enfants. Pas de sujets qui fâchent. L’exercice relève plus de l’hommage que du portrait-vérité. Point d’allusions aux polémiques dénonçant une œuvre esthétisant la misère ; pas plus de mention de Vale, deuxième entreprise minière du monde, très controversée au Brésil, qui a financé de nombreux voyages de Salgado durant quatre ans, dans le cadre du projet « Genesis », d’après Le Monde (article « Sebastião Salgado, liaisons dangereuses », publié le 6 décembre 2013). Reste que du militant économiste au photographe humaniste, sa trajectoire hors norme force l’admiration. Pour ceux qui auraient déjà vu le film sur grand écran, les éditions Blu-Ray et DVD proposent de nombreux contenus inédits (environ 40 min) qui valent le détour. Écouter Salgado parler de sa conception du noir et blanc est tout simplement un régal. À chacun ses nuances de gris…

- Photo accueil : Sebastião Salgado à la Maison européenne de la photo, lors du vernissage de l’exposition Genesis, en septembre 2013. © Benjamin Favier


- Le sel de la Terre
- Réalisé par Wim Wenders et Juliano Ribeiro Salgado
- Co-édition francetvdistribution/Le Pacte
- 1h49
- Version française avec passages en langue étrangère sous-titrés
- Bonus : 40 mn
- DVD : 19,99 € ; Blu-Ray : 24,99 €

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



FUJIFILM

Archives Le monde de la photo

NOUVEAUTE : Vous recherchez un article, un test ?

Accédez aux archives MDLP

CEWE