Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Le test des briques

07/01/2015 | Jean-Marie Sépulchre

Nos duellistes ont été soumis au test des briques par un temps vraiment gris, d’où la nécessité que le contraste des objectifs soit suffisant pour faire ressortir les nuances. Comme pour le test de piqué, les fichiers DNG sont traités automatiquement par L Lightroom 5. Paradoxalement, alors que nos lecteurs savent bien que parfois certaines optiques avec de bonnes mesures à courte distance souffrent dans les angles sur ces murs, les deux modèles offrent tous les deux un champ très plat et des performances élevées au centre et de très bon aloi dans les angles : le peu de courbure de champ mesuré sur mire semble minimisé, mais un examen attentif des prises de vue à pleine ouverture montre plus de contraste au centre mais un peu de nimbé dans les angles sur le Leica alors que les contours des briques sont plus homogènes entre centre et bord avec le Zeiss. À f/5,6 c’est le nirvâna pour les deux concurrents, le Leica semble un plus fin et « transparent »….différence qui pourront être minimisées au tirage selon le papier et le post-traitement adopté. Notre jugement repose bien entendu sur la vision des crops 100%...mais aussi sur l’examen de vrais tirages (Pixma Pro 100, papier Canon glossy II). Donc sur notre tirage sans retouche le Zeiss a un meilleur rendu à f/1,4…et le Leica à f/5,6 ! Là aussi, les différences sont minces.

JPEG - 204.7 ko
Scène de test par temps gris (mais sans pluie).


JPEG - 191.7 ko
Zeiss Distagon à f/1,4 : centre, bord gauche, angle supérieur droit.


JPEG - 249.6 ko
Leica Summilux à f/1,4 : centre, bord gauche, angle supérieur droit.


JPEG - 276.2 ko
Zeiss Distagon à f/5,6 : centre, bord gauche, angle supérieur droit.


JPEG - 288.7 ko
Leica Summilux à f/5,6 : centre, bord gauche, angle supérieur droit.

Marques compatibles et corrections logicielles

Pour les prises de vue en Jpeg à pleine ouverture le Summilux garde un avantage car le boîtier le reconnaît et peut corriger ses rares défauts, notamment compenser son vignetage, alors que le Distagon ne peut bénéficier des mêmes soins. Il faudra donc agir en post-traitement, mais là aussi il peut y avoir des écarts : on peut espérer que Ligthroom intégrera bientôt un module pour le Distagon, mais hélas cela ne risque guère d’être le cas de DxO qui n’a intégré que très peu de modules de correction optique pour le Leica M et n’a mis en ligne aucun module pour Zeiss. Dans ce cas il faudra construire des autoréglages pour la légère correction de distorsion, et pour le vignetage aux grandes ouvertures. Pour se rapprocher du traitement par défaut qu’applique DxO Optics Pro sur la netteté du Summilux, il suffit d’augmenter un peu le micro contraste sans toucher trop à l’accentuation pour obtenir des résultats très proches avec le Distagon.

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.