Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Le verdict

15/04/2011 | Jean-Marie Sépulchre

Le Verdict

Caractéristiques

C’est le seul 40 mm disponible en neuf pour les boîtiers 24 × 36, il est compact et léger et permet la photo naturelle et discrète.

Fabrication

La fabrication est sérieuse, en monture métal et la finition est bonne. Le parasoleil est fourni.

Ergonomie

La bague de mise au point est un peu étroite, mais une large bague aurait nui à la compacité. Que ce soit sur Canon ou Nikon la confirmation électronique de mise au point est efficace, et le diaphragme est commandé par les molettes de l’appareil, l’ergonomie est donc très confortable par rapport à l’utilisation sur Canon d’optiques anciennes avec une bague d’adaptation.

Qualité optique

Le piqué est globalement très bon, malgré une petite faiblesse à pleine ouverture sur Canon dont le capteur exige plus de pouvoir séparateur, mais sur les deux boîtiers il est véritablement excellent aux ouvertures moyennes. Les légers défauts optiques de vignetage et distorsion, typiques d’une formule style « sixties » se corrigeront néanmoins facilement.

Rapport qualité/prix

Pour un objectif unique par ses caractéristiques et de très bonne qualité, produit en petite série, le prix semble justifié.

Note : 8,6 / 10

Les +

- Cadrage naturel
- Belle qualité de construction
- Très beau piqué en fermant un peu le diaphragme

Les -

- Un peu trop compact pour les grandes mains
- Vignetage à pleine ouverture
- Traces d’aberration chromatique sur Canon

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages

  • Par conséquent, sans intérêt.

    • « Par conséquent, sans intérêt. »
      Avez-vous vraiment lu et compris le test, pour exprimer une opinion aussi inepte ?

      Cet objectif est simplement unique dans sa classe.
      Pour le photographe travaillant en DX, il équivaut à un 60mm/2.0 ultra-compact, ultra-léger.
      Avec en prime un module close-up très valable.
      Un Ultron 40mm, un Color-Skopar 20mm et un Apo-Lanthar 90mm, voici un trio ultra-léger de très grande classe, à f:2.0 !

      Merci à J.-M.S. pour ce test très informatif. Si vous voulez en savoir plus, consultez le test de Lloyd Chambers sur Diglloyd.com, et le blog de Volker Gilbert sur questionsphoto.com. Ils arrivent au même résultat : l’Ultron 40mm est unique, et d’un rapport qualité-prix assez exceptionnel pour son unicité.

    • Je faisais référence au FX ou au 24 x 36 en argentique.
      Sur ce type d’optique 2.0 c’est moins intéressant qu’1.4 en lumière ambiante donc sans éclairage d’appoint...
      De plus, il faut fermer considérablement pour obtenir la quintessence...
      Vous avez dit inepte, je vous trouve intolérant car je ne jugeais personne...
      Et puis entre nous, vos gourous me font sourire.

    • « Je faisais référence au FX ou au 24 x 36 en argentique. »

      Que n’eussiez-vous point précisé d’emblée votre propos si péremptoire !

      « Sur ce type d’optique 2.0 c’est moins intéressant qu’1.4 en lumière ambiante donc sans éclairage d’appoint... De plus, il faut fermer considérablement pour obtenir la quintessence... »

      Contre-sens. Si l’on cherche l’ouverture maximale, on prend son parti de l’encombrement et du poids ; rien qu’à voir les 1.4 de Nikon, Canon, Zeiss ou Sigma. En plus, il faut se contenter de performances optiques (piqué, acuité, vignetage) plus modestes à pleine ouverture. Pour obtenir la “quintessence”, ce sont justement ces objectifs-là qu’il faut fermer, et “considérablement”. L’Ultron mise sur la compacité, avec des performances acceptables dès 2.0. Autre concept. Même un Summilux 1.4 n’atteint pas tout à fait, à 2.0, la qualité du rendu d’un Summicron 2.0 à pleine ouverture. Doit-on en conclure que le Summicron est moins intéressant en lumière ambiante que le Summilux ? Des générations de praticiens du Leica vous prouveront le contraire. Diriez-vous d’une Smart qu’elle est “sans intérêt” parce qu’elle n’est pas une Jeep ? Libre à vous de le trouver inadéquat à vos besoins, mais de grâce, ne généralisez pas.

      « Vous avez dit inepte, je vous trouve intolérant car je ne jugeais personne... »

      “Inepte”, du latin ineptus : qui n’est pas approprié, déplacé, hors de propos, maladroit, impertinent, déraisonnable (se référant aux choses et aux personnes).

      « Et puis entre nous, vos gourous me font sourire. »
      Traiter les références citées pour complément d’information de “gourous”, voilà qui est encore inapproprié, hors de propos, déraisonnable, autrement dit : inepte. Qu’elles vous fassent sourire, j’en suis fort aise ; cela m’emplit d’équanimité.

    • Les analyses très approfondies de Lloyd Chambers et de Sean Reid sont parfaitement convergentes : l’Ultron 40mm a ses limites, comme tout type de matériel, mais c’est un très bon objectif, très plaisant à utiliser qui plus est.

    • Merci à JMS pour ce test. Dommage que la bonnette close-up livrée avec l’objectif ne soit pas abordée ici. C’est un petit plus intéressant il me semble.

      J’attends avec impatience le test du color-skopar 20 mm du même fabricant...

    • Le péremptoire met de l’eau dans son vin...

      Si l’on souhaite vraiment privilégier l’encombrement/poids, il me semble qu’il n’ y a qu’une seule alternative, c’est le télémétrique en 24 x 36 (argentique/numérique) comme en MF (Mamiya 7 II) notamment lors de certains déplacements.

      Lorsqu’on choisi un FX ou un reflex 24 x 36 argentique, le poids on en prend son partie car des boîtiers comme le F5 ou le D3 pèsent déjà près de 1,280 Kg (quelques grammes de plus ou de moins...).

      Si l’on ajoute un Nikon AFS 35mm f/1,4 (testé par JMS) d’un excellent rapport iso/ouverture en intérieur et laissant encore la possibilité d’aborder le portrait, en ce qui concerne le piqué, il est excellent dès f/2.0 jusque sur les bords et très bon dans les angles.
      A f/1,4 il est également meilleur. En ce qui concerne les autres paramètres, il fait également la différence.

      Mais on peut se contenter du 2.0 de 35 mm très léger et particulièrement efficace.

      Quant au AF-S 50 mm f/1,4, c’est une très belle focale ; toutefois, certains photographes préfèrent utiliser un 85 mm particulièrement pour le portrait.
      La combinaison 35mm et 85mm permet, me semble-t-il, d’aborder plus de situations différentes.

      Certes, le prix de ces optiques est sans commune mesure avec celui de la marque Voigtländer mais quelques utilisateurs préfèrent parfois cette proposition en fonction de l’utilisation finale.

      Cordialement.

    • Cet objoctif es vraiment une bombe. Et je l’affirme l’ayant possédé et revendu betement. J’ai vraiment regretté....