Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Leica DG Vario 8-18 mm f/2,8-4 : un ultra grand-angle de plus en Micro 4/3

19/04/2017 | Benjamin Favier

Après le Leica DG Vario 12-60 mm f/2,8-4 OIS, Panasonic dévoile le Leica DG Vario 8-18 mm, de même ouverture, mais dépourvu de stabilisation optique. En attendant le 50-200 mm, dont le prototype avait été montré en même temps que les deux autres, lors de la dernière Photokina.

Présentation

Nous savions que ce Leica DG Vario 8-18 mm f/2,8-4 était sur les rails, depuis sa présentation à la Photokina 2016. Une maquette de ce modèle figurait aux côtés de celles des Leica DG Vario 12-60 mm – officiellement dévoilé en février dernier – et du téléobjectif 50-200 mm, ce trio accompagnant le prototype du GH5, sorti depuis (lire notre test dans notre numéro 95, actuellement en kiosque).

Nous en savons désormais plus sur les caractéristiques de ce zoom ultra grand-angle. Jusqu’ici, dans la gamme Lumix, il fallait se tourner vers le 7-14 mm f/4 pour utiliser ce type d’objectif. Ou regarder du côté d’Olympus et sa gamme M.Zuiko, où existent un 7-14 mm f/2,8 et un 9-18 mm f/4-5,6. Ce Leica Leica DG Vario 8-18 mm f/2,8-4 offre l’équivalent d’un 16-35 mm sur les boîtiers Micro 4/3. Il n’est pas stabilisé, à l’instar des modèles tout juste cités. Les possesseurs d’un GH4 le regretteront, tandis que ceux qui utilisent un GX8, G80 ou un GH5 s’appuieront sur leur système de stabilisation à cinq axes intégré. Il est malgré tout dommage que ce zoom soit dénué de système OIS, tant nous avons été bluffés par l’efficacité de la technologie Dual IS 2, qui allie stabilisation optique et mécanique, en photographiant et en filmant avec le GH5.

En revanche, il sera possible de braver des intempéries avec ce 8-18 mm, qui bénéficie d’une construction en métal et de joints d’étanchéité. Différence importante par rapport au 7-14 mm, la présence d’un filetage pour filtres de 67 mm de diamètre (un porte-filtre adapté est nécessaire avec le 7-14 mm muni d’un pare-soleil inamovible). La distance minimale de mise au point est de 23 cm à toutes les focales. À 16 mm (en équivalent 24 x 36), l’ouverture maximale est de f/2,8, tandis qu’elle est de f/4 à 36 mm. Le diaphragme compte sept lamelles. La formule optique (quinze éléments en dix groupes) comprend de quatre lentilles asphériques, des verres ED et UHR. Un traitement Nano Cristal est censé réduire le flare et les images fantômes. Le poids est de 315 g.

L’optique sera vendue 1 199 € fin mai.

- Le site de Panasonic

Fiche technique

  • Type : Zoom
  • Focales : 8-18 mm (16-36 mm en éq. 24 x 36)
  • Monture : Micro 4/3
  • Formule optique : 15 lentilles en 10 groupes
  • Bague de mise au point : oui
  • Protection tout temps : oui
  • Motorisation : oui
  • Stabilisation : -
  • Ouvertures maximales : f/2,8-4
  • Ouverture minimale : f/22
  • Diaphragme : 7 lamelles
  • Distance minimale de mise au point : 23 cm
  • Pare-soleil : oui
  • Diamètre du filtre : 67 mm
  • Dimensions (L x ø)  : 88 x 73 mm
  • Poids : 315 g

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages

  • Ce zoom était très attendu et permet de voir où en sont les ambitions de Panasonic sur le marché photo.
    Le bilan est mitigé :

    - Contrairement au 7-14/4 , on retrouve enfin la focale "18 mm" polyvalente très appréciée des photographes "experts/pros" ; Panasonic reprend l’idée du classique zoom 16-35 qu’on trouve couramment en 24x36.

    - La qualité optique est bien là à voir les premiers "samples" publiés par dépriviou.

    - L’ouverture est en progrès avec un zoom f/2.8-4 au lieu du f/4 du 7-14.

    Mais ...ce zoom marque les limites techniques de Panasonic incapable de proposer un f/2.8 constant contrairement
    à son concurrent direct Olympus. En 24x36, Canon propose un 16-35/2.8 performant à toutes les focales...

    Le tarif est au même niveau qu’un 16-35/4 LIS qui propose la stabilisation optique en plus et les perfs liées au FF.

    Le poids et l’encombrement sont relativement élevés par rapport au format...

    Je me répète encore : Les partisans du MFT prétendent concurrencer le 24x36 mais ils n’y parviennent toujours pas sur le critère Q/P, ce zoom étant l’équivalent d’un 16-35/5.6-8...proposé au prix d’un 16-35/4 LIS.

    Après, on s’étonne que Panasonic fasse des restructurations au sein de sa branche photo...

  • Une ouverture constante à f2.8 aurait augmenté le poids et le volume de l’optique, de même que la,stabilisation qui n’est plus vraiment indispensable sur les boîtiers MFT modernes contrairement aux boîtiers traditionnels Dslr cAnonikon qui n’ont pas encore compris ( moins Canon qui a quand même sorti un 35 is plus performant que le,Nikon) que la stab aujourd’hui, c’est un vrai grand argument de vente.
    il est vrai qu’Olympus propose un 7-14 à f2.8 constant mais au prix d’une lentille fort exposée et d’un poids et volume importants. Panasonic a sans doute cherché le compromis mais on aurait pu s’attendre à un tarif un peu moins musclé effectivement au vu des performances.

  • Il,va falloir aussi arrêter avec les équivalents f5,6/8, etc.
    Les forums sérieux ferment dorénavant les blogs de discussion traitant de manière stérile ce genre de problème d’équivalence qui est un vrai faux problème. À la,longue, ça fatigue....

  • En refusant de comparer l’offre de la concurrence, vous êtes tout simplement dans le déni.
    Ce zoom, qui est tout de même relartivement coûteux (Au Japon il est même annoncé plus cher que le 16-35/4 LIS Cannon !), est censé représenter une alternative au FF (comprendre moins cher avec des perfs décentes).
    Bon, ce zoom n’est pas trop mal mais il se prendra une tanée face à un 16-35/4 LIS sur n’importe quel FF Canon,
    la comparaison avec un 5DsR tournant au fiasco .

    @2
    On estime que le poids d’un zoom "équivalent" (en FOV et ouverture identique) varie comme le carré du format
    (formule empirique qui marche assez bien pour les téléobjectifs en particulier)
    Celà signifie que ce 8-16/2.8-4 pèserait ...1260g en FF !!! Or le récent 16-35/2.8 L III (qui fonctionne très bien sur l’ensemble du range (à part une toute petite faiblesse à 35mm, rien de bien grave) pèse 790g.
    Comment font-ils ?
    Eh bien les responsables de Canon ont donné la réponse : Ils ont utilisé un nouveau verre (vraisemblablement de l’UHR)
    pour maintenir le diamètre de la lentille frontale à un niveau raisonnable (La Lf du 16-35 ne mesure que 58mm
    tandis que celle du 8-16/2.8 mesure 49 mm). De plus, les 4 premiers dioptres du 16-35 sont asphériques.
    Des petits détails qui n’ont l’air de rien mais qui permettent au bout du compte à Canon de proposer un
    16-35/2.8 de poids "raisonnable" (il ne pèse que 790g) avec des perfs "high end" en numérique.
    Transposé au MFT, ce zoom ne pèserait que 200g...
    Tout celà est assez révélateur du retard technologique considérable entre un opticien qui occupe le marché depuis
    plus de 70 ans (il a commencé à produire des boîtiers avec des optiques...Nikon !)
    et un électronicien relativement néophyte qui a du mal à faire parler de lui (Olympus est beaucoup plus dynamique que lui).

  • C’est vrai Eric les utilisateurs d’ultra grand angle les achètent pour avoir une pdc digne d’une lame de rasoir.
    Et puis f2.8 c’est f2.8 quelque soit l’angle du champ !
    Et ce 8-16 permet l’utilisation d’un filtre vissant de taille raisonnable (67mm) ce qu’un 7-14 ne permet pas et pour beaucoup d’utilisateurs c’est un critère d’achat bien plus qu’une faible pdc inutilisable ou d’une plus grande ouverture inutilisable en pratique !!
    Et vive le capteur stabilisé disponible depuis le GX7 chez Panasonic.

    Et le reflex Canon 24x36 à 1000€ prix conseillé à la sortir du boitier (700€ 12 mois plus tard) qui devait sortir en 2010 il n’est toujours pas en vente ?

  • @4
    conucurrence ? Où ça concurrence ??
    vous n’arrêtez pas de comparer des pommes et des poires, c’est récurrent .
    Estce que les commentateurs commentent votre Canon FF au fuji moyen format ?
    Est- ce que ces mêmes commentateurs comparent un smartphone sophistiqué à un Canon ff ?
    A un moment, il faut se dire que ceux qui achètent du Mirrorrless s’en foutent de savoir si le,poids xyz etc par rapport au 16-35 Canon stabilisé et j’en passe.
    Les gens achètent le 8-18 parce que c’est une bonne optique et qu’elle est plus intéressante que le 7-14 sur lequel on ne pouvait pas monter de filtre. Point. Le reste, c’est du vide et du blabla. Allez vous essayer de convaincre une personne qui a acheté une Smart d’acheter une Clio parce que la,Clio roule 8 km/h de plus en pointe ? Non, et bien c’est pourtant ce que vous faites à longueur de commentaires sur le Mirrorrless. On sait que vous vomissez le,mirrorrrless et pourtant, les statistiques ne vous donnnt PAs raison, hélas. Peu importe d’ailleurs, chaque matériel a ses qualités propres et ses défauts. Ceux qui achètent du panasonic ou de la olympus savent très bien que le capteur est plus petit. Et alors ? Ça change quoi ? Si j’ai besoin de voyager léger, je en vais de toute façon PAs prendre un nikon avec un 24-85 ou autre 16-35.
    Enfin, vous critiquez le,prix. La , c’est le pompon. On a quand même un Leica design avec une fabrication tout temps. Qu’est ce que Sony propose ? Des prix surréalistes et personne ne critique, vantant même les qualités des zeiss (largement surestimés ceci dit).
    le summum de la mauvaise foi, de l’incohérence et de la vacuité des propos est atteinte quand vous annoncez que Canon propose un 16-35 stabilisé. Et on remet une couche en comparant le micro 4/3 au Ff, encore des pommes et des poires. Et puis, ignorez vous que les,boîtiers Panasonic et olympus sont stabilisés eux ??
    Bref, le,jour où les,poules auront des dents, l’honnêteté vous conduira peut être par exemple à comparer un 7-14 olympus à un 8-18 Panasonic (focale d’ailleurs intelligemment choisie pour justement éviter le doublon avec Olympus). On peut rêver....