Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Leica M10 : plus compact, connecté… sans vidéo

18/01/2017 | Benjamin Favier

La firme allemande vient d’annoncer un nouveau M, depuis Wetzlar. En attendant une prise en main développée dans quelques jours, voici les premières images de la bête…

Présentation

L’arrivée d’un nouveau M est toujours un petit événement. Que l’on adhère à la philosophie Leica ou pas. Alors que la marque avait abandonné la numérotation en 2012 avec le M Type 240, voici le M10, qui ne succède donc pas directement au M9, puisque d’autres modèles sont apparus entre-temps, dont le Type 246 ou le M Type 262, dénué de fonctions LiveView et vidéo.

Le tournage ne fait pas non plus partie de l’ADN du M10. Le SL reste la référence de la marque dans ce domaine. Par contre, il y a bel et bien une fonction LiveView, avec focus peaking. Mais le principal argument du M10 (Type 3656) par rapport aux M Type 240 et 262, c’est la légère cure d’amincissement dont il a fait l’objet : Leica a repris toute la conception du télémètre, qui devrait gagner en précision au passage, et du viseur. En volume, le M10 se rapproche ainsi d’un M7 argentique. Les Leicaistes qui fustigeaient la protubérance des M numériques apprécieront… À l’intérieur, on trouve un capteur Cmos de 24 Mpxl. Pas celui du SL, précise Leica, nous y reviendrons lors de notre prise en main. Cette version offre une plage de sensibilité comprise entre 100 et 6400 Iso, avec une extension à 50 000 Iso. Le processeur Maestro II est par contre hérité du SL.

Conséquence, le M10 assure des rafales de 5 im/s (contre 3 im/s auparavant) sur une trentaine de Raw ou une centaine de Jpeg. La visée ne passera pas forcément par le télémètre ou l’écran LCD de 3 pouces et 1,04 Mpts. Un viseur électronique optionnel, le Visoflex, sera proposé, avec une définition de 2,4 Mpts à la clé. Il pourra être orienté à 90° à la verticale. À noter, cet accessoire inclut un module GPS. Par contre, le M10 bénéficie d’une fonction WiFi en interne pour partager ses fichiers. Plus étonnant est l’absence de prise USB. L’autonomie de la batterie annoncée déçoit avec environ 210 déclenchements (Cipa). Rendez-vous dans quelques jours pour une première prise en main.

Sortie du M10 prévue courant janvier au prix de 6500 €, boîtier nu.

- Le site de Leica

Fiche technique

  • Capteur : Cmos 24 Mpxl plein format
  • Visée sur LCD : Oui
  • Stabilisateur : -
  • Protection du boîtier : Oui (poussières et projection d’eau)
  • Wi-Fi : oui
  • GPS : opt. (via le viseur Leica Visoflex)
  • Format : 3/2
  • Définition photo maxi : 5 976 x 3 992 pixels
  • Définitions vidéo : -
  • Sensibilités : 100 - 50 000 Iso (extension 100 Iso)
  • Bracketing sensibilité : NC
  • Formats de fichiers : Jpeg, Raw (DNG)
  • Espace de couleurs : sRGB, AdobeRGB
  • Monture : Leica M (codage 6 bits)
  • Coefficient multiplicateur : 1x
  • Mise au point  : télémétrique
  • Modes d’exposition : Manuel, priorité ouverture
  • Mesure de l’exposition : TTL
  • Plage d’exposition : NC
  • Type de mesure : Pondérée centrale en visée optique
  • Histogramme : NC
  • Compensation d’exposition : +/- 3 IL par 1/3 IL
  • Bracketing d’exposition : 3 ou 5 im. sur +/- 3 IL
  • Vitesse : 8 s - 1/ 4000 s
  • Vitesse de synchro X : 1/180 s
  • Rafales : 5 im/s (entre trente et quarante images, selon les réglages)
  • Retardateur : 2, 12 s
  • Balance des blancs : Auto, prédéfinie (7), mesurée, manuel (2 000-13 100 K)
  • Bracketing balance  : NC
  • Réglages divers : -
  • Prise flash : Sabot
  • Contrôle du flash : Mesure TTL
  • Flash intégré : -
  • Compensation d’exposition au flash : NC
  • Commentaires sonores : NC
  • Visée : Optique télémétrique avec mesure de base effective de 69,31 mm, grossissement 0,73x ;
  • Moniteur : LCD 3 pouces/1,039 Mpts
  • Écran LCD de contrôle : -,
  • Stockage : SD, SDHC, SDXC
  • Interfaces : griffe porte-accessoires Iso avec contacts supplémentaires pour viseur Leica Visoflex
  • Configurations utilisateurs : 4
  • Touches personnalisables : NC
  • Télécommande : NC
  • Logiciels : Lightroom
  • Accessoires fournis : Accu et chargeur, sangle
  • Alimentation : Accu Li-Ion 7,4 V, 1 300 mAh
  • Dimensions : 139 x 38,5 x 80 mm
  • Poids : 660 g (avec batterie)

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages

  • Merci Benjamin,
    Encore un magnifique appareil.
    Il devient difficile de suivre les nouveaux boitiers Leica. Renouvellement très rapide et évolution faible.
    C’est la raison pour laquelle il y a une tendance Sony A7 RII, avec la possibilité d’utiliser les optiques M, et les Sony.
    Beaucoup attendent un comparatif magistral des ténors CANON, NIKON, SONY, LEICA, fx sur des photos et optiques comparables, par exemple 15, 21, 28, 35, 50, 90, zoom 24_70, 70_200, 100_400.
    Pour voir où est le meilleur rapport prix compacité qualité, lá, Sony semble gagner et Leica doit être le dernier !

  • J’ai téléchargé plusieurs DNG que j’ai examiné avec GraphicConverter en affichant les données exif.
    Le piqué est excellent sur certaines photos. C’est là où le couple boitier+optique fait la différence.

    Il semble également bien mieux maîtriser la montée ISO que le M240 limité à 3200 ASA pour un bruit facilement rattrapable et non destructif en terme de lissage en regard du piqué.

    Je possède ce boitier ainsi que le Leica Q. La différence est notable entre les deux. Le gain est de deux diaphs (6400 et 12800 ASA, au-delà ce n’est plus exploitable). Le Leica Q me permet de faire des photos en basse lumière que je ne ferai pas avec le M. Par contre, le grain est plus visible en natif à sensibilité équivalente. Mais là encore Lightroom permet assez facilement de sortir des images très propres.

    Le Leica M10, je suppose, devrai permettre de faire encore mieux. C’est je que j’ai pu observer dans les DNG pris à haute sensibilité. De ce point de vue, il n’aura rien à envier à certains boitiers japonais comme le Nikon D810 qui est excellent en basse lumière.

    Il est juste dommage que Leica ne fournisse pas en natif, sur ses boitiers, une option activable pour gommer le grain à haute sensibilité. A titre personnel, cela me ferait gagner du temps de post traitement sur Lightroom ou Dxo.

    Mais il reste le fort différentiel en terme de prix quoi que, si l’on considère la durée de vie potentielle des optiques. J’ai eu personnellement à renvoyer chez Nikon deux optiques pour problème d’AF ce à des tarifs assez prohibitifs. Leica est, certes, plus cher à l’achat mais il faut réfléchir ensuite en terme de durabilité et d’amortissement de l’investissement dans le temps (je parle toujours des optiques car les boitiers sont devenus des consommables, forts chers comme les voitures).

  • On ne peut pas comparer Leica et Canonikon. Ce sont deux démarches et approches différentes de la,photo.

  • Renouvellement trop rapide ? Le 240 est sorti debut 2013 donc il y a 4 ans. Depuis les capteurs ont évolué et cela n aurais du choquer personne de voir un M mark III or au lieu de cela leica a conçu un nouveau boîtier qui n est plus que d’un demi millimètre plus épais que les m argentiques avec en prime un nouveauv viseur plus grand... Bientôt le test je suis dans le TGV de retour de wetzlar avec un petiot M10 dans mon sac !!!

  • Chanceux d’avoir le petiot dans le sac, vos estimations vont nous guider, oh testeur suprême ;-)

  • @2
    [certains boitiers japonais comme le Nikon D810] je crois que le D810 est Made in Thailande. Le D800 est japonais.

  • Bien entendu, la comparaison est difficile, mais je me place dans une situation de compacité, qualité des résultats, universalité, et prix.
    Imaginons, on fait de la street photo, de l’architecture, du paysage, du portrait, de l’animalier, de la macro, du sport, des enfants.
    Avec un investissement contrôlé, un parc d’optiques, par exemple des M, et en comparant les sorties de fichiers, en terme de rendu, définition, n’étant pas toujours d’accord sur ces points de rendu avec Ken Rockwell, mais plus en accord avec Steve Huff, ... je crois que sur les boitiers haute définition, les avis des utilisateurs, de JMS sont intéressants. Bien qu’adorant et utilisant Leica, surtout argentique, j’aurais un faible pour le Sony A7 RII en terme de rapport qualité, résultats, compacité, universalité, prix ?
    Oui, le renouvellement n’est pas trop rapide, mais, beaucoup plus qu’avant.
    Bonnes photos et grand plaisir avec ce petiot qui changera des tanks M240, M9, ... mes poignets ...
    Quand je parle du Sony A7 RII, c’est avec les optiques M, car les Sony Zeiss, je ne vois pas de différence de compacité avec un Nikon et un Canon.

  • En parlant de Leica, une belle histoire : le plus beau, le M3.
    Deux M3 avec le même numéro de série á lire sur le site de Bellamy, notre fameux "japancamerahunter", amoureux de Leica. On rajoutera un triple w devant, puis un point com après, et vous pourrez y accéder ;-)

  • D’après les premiers tests internationaux, le petiot est mieux, ... c’est mieux que chez Apple, ... quoique ... heureusement á 6500 euros ça serait un peu idiot, ... mais sachez qu’on peut le trouver moins cher ailleurs.
    Néanmoins, la comparaison que tout le monde attend sur de la photo réelle, c’est le match Leica Sony, qu’est ce que ça donne ! M240 le tank aux tendances magenta, les Sony assez métalliques, réajustés avec le 7R2 qui est deux fois moins cher, ... permet de faire la mise au point aussi bien et reçoit les optiques M qui marchent trés bien selon Steve, et c’est vrai.
    Peut-être qu’une affaire de style et d’approche photo !!!

  • Sur la comparaison avec les Sony A7 R (et R II) c’est sur les pixels en plus que Sony fait la différence, en plus du prix. Parce que si l’on compare à définition égale le rendu d’un A7 et d’un M, tous deux 24 Mpxl...question piqué il n’y a pas de débat optique Leica identique, Leica lisse moins. Pour le rendu des couleurs cela ne m’a jamais perturbé, on adapte le traitement du RAW à son idée. Il faut savoir dans la problématique que le A7RII martyrise les grands angles Leica, à voir si le M10 est meilleur ou identique au M(240)...quelques tests s’imposeront (ce week end !) mais pour l’instant si on a un 28 mm...1° M 2° SL 3° A7 et A7 ii 4° A7R et RII ;
    Ensuite entre la philosophie LV et EVF et la philosophie télémètre et viseur optique, c’est une histoire de goût, de préférences, mais aussi de capacité d’adaptation. Je connais des photographes à qui l’EVF donne des maux de tête, et d’autres qui ne s’en sortent pas au télémètre et à la mesure très centrée des Leica M...donc au delà des considérations de budget il y aussi la pratique de tel ou tel système.

  • "réajustés avec le 7R2 qui est deux fois moins cher, ... permet de faire la mise au point aussi bien et reçoit les optiques M qui marchent trés bien selon Steve, et c’est vrai."

    Euh, non, c’est inexact. Le capteur Sony n’est pas conçu pour recevoir les GA/UGA Leica et les objectifs se comportent
    moins bien sur A7 R II que n’importe quel Leica M 24x36. Pour des focales supérieures à 35mm, les capteurs sony se comportent sans doute assez bien voire mieux du fait de la meilleure définition d’un A7r / A7 r II.

    Dans l’absolu,les GA Sony /Sony-Zeiss se comportent sans doute mieux que les équivalents chez Leica, ...mais ils sont beaucoup plus récents...et beaucoup plus volumineux
    (1/4 de siècle sépare le 35 lux asphérique d’un 35/1.4 Sony-Zeiss FE).

    On attend avec impatience l’arrivée du 16-35/2.8 GM FE qui sera sans doute beaucoup plus encombrant que les GA Leica mais aura pour lui la polyvalence...et le coût.

    Après, il y a la finition Leica,l’absence d’AF (qu’un photographe peut préférer à long terme)...