Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Leica Q-P : simple ravalement de façade

07/11/2018 | Benjamin Favier

Leica propose une déclinaison de son compact haut de gamme 24 x 36. Les évolutions portent uniquement sur la finition…

Présentation

Après un M10-D, sans écran, dévoilé il y a une dizaine de jours, Leica propose une nouvelle déclinaison de son compact 24 x 36 Q, avec le Q-P.

Nous avons vu une version kaki, une version snow, une version argent anodisée. Les modèles passent, mais les caractéristiques demeurent identiques : capteur 24 x 36 de 24 Mpxl, optique 28 mm f/1,7 stabilisée, vidéo 1080p, fonction WiFi.

Voici donc une version noir mat – le premier modèle sorti il y a trois ans arborait un noir brillant – dénuée de logo, avec un déclencheur dont le design fait écho à celui des Leica M. Il sera possible de recourir à l’application Leica Photos, pour piloter l’appareil depuis un smartphone.

C’est tout. Nous attendons plus de la part de Leica, tant nous avons apprécié ce modèle (surtout depuis la mise à jour de firmware 2.0). Nous aimerions, par exemple, que la série s’étende avec des appareils pourvus d’une focale différente, un 35 ou un 50 mm, pour ceux qui n’adoubent pas le 28 mm.

Le Leica Q-P est livré avec une courroie en cuir marron et une seconde batterie, au prix de 4690 €.

- Le site de Leica

Fiche technique

  • Capteur : Cmos 24x36 mm, 24 Mpxl
  • Définition : [3/2] 5 952 x 3 676 pxl
  • Stabilisateur : Optique
  • Tropicalisation : -
  • GPS : -
  • WiFi : Transfert de fichiers et contrôle à distance, configuration par NFC avec application Photos
  • Vidéo : HD 1080p, 30 ou 60 im/s, son stéréo
  • Optique : 28 mm f/1,7
  • Sensibilité : 100 - 50 000 Iso
  • Formats de fichiers : Jpeg, DNG, MP4
  • Espace de couleurs : sRGB, Adobe RGB
  • Mise au point  : Autofocus par détection de contraste simple ou dynamique, avec reconnaissance des visages et suivi du sujet ; manuelle avec peaking et loupe
  • Mise au point mini : 30 cm (17 cm en mode macro)
  • Modes d’exposition : PASM
  • Mesure de lumière : Multizone, pondérée centrale, ponctuelle
  • Compensation d’exposition : +/- 3 IL par 1/3 IL
  • Bracketing d’exposition : 3 im, +/- 3 IL par 1/3 IL
  • Vitesse : 30 s - 1/2 000s, 1/16 000s en obturation électronique
  • Rafale : 3 à 10 im/s
  • Balance des blancs : Auto, préréglée (5), manuelle (2), K
  • Prise flash : Griffe
  • Flash intégré : -
  • Viseur : LCoS 1 280x960 pxl (correspond à 3,68 Mpt en LCD)
  • Moniteur : LCD 3", 1 040 kpt
  • Stockage : SD-SDXC
  • Interfaces : USB 2, HDMI
  • Logiciels : Adobe Lightroom (téléchargement), Leica App (iOS / Android)
  • Accessoires fournis : Accu et chargeur, courroie en cuir, câble USB
  • Alimentation : Batterie Li-Ion BP-DC12 (7,2 V, 1 200 mAh) x2
  • Dimensions : 130 x 80 x 93 mm
  • Poids : 640 g (avec accu)

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages

  • Effectivement, nous aimerions qu’il soit décliné avec un 35 et un 50...
    On aimerait également que les lettres Q et P correspondent certes à "qualité" pour la première mais pauvre pour la seconde avec une déclinaison plus abordable à la mode Fuji par exemple...
    A n’en pas douter, Leica développerait une nouvelle part de marché qui aspirait de toute évidence les nouveaux acquéreurs vers des modèles plus coûteux...
    Autrement dit, donner à tout le monde la possibilité de mettre un pied dans l’univers Leica à moins que le constructeur allemand soit arc-bouté sur un système de classe ???

  • La Rolls au rabais ça n’existe pas ou alors c’est pas une Rolls.
    Fuji propose d’excellents matériels, pourquoi chercher ailleurs si cela convient à moindre prix ?
    L’entrée dans Leica reste effectivement une somme, comme pour tout Premium du reste.

  • Il y a juste un problème avec Fuji......
    C’est que le format 24-36 est inconnu au bataillon et que nombre de logiciels de post traitement ne le prennent pas en charge
    Sinon pour Leica.....c’est plutôt du coté de Panasonic et Sigma qu’il y aura du nouveau tant tarifaire que technologique dans 18 mois sans doute

  • @3
    Inutile de travailler en RAW avec FUJI, c’est probablement les seuls appareils excellents en JPEG directs jusqu’à 6400 ISO.
    Pourquoi chercher les complications ? C’est mon point de vue et cela d’expérience.

  • @4
    Quand vous confiez vos prises de vues aux jpeg de Fuji ou d’un autre vous vous vouez corps et âme aux algorithmes du fabricant.
    L’intérêt de travailler en RAW, c’est justement de faire sa propre interprétation.

  • @5
    Ah bon !
    C’est bien pour cela que j’ai abandonné LES RAWS de Nikon pour passer aux RAWS de Canon qui ne sont pas identiques.
    Les Raws ne sont pas neutres quoique vous en pensiez. C’est déjà une interprétation, même si correction avec logiciel.
    La raison c’est la conception et la marque du capteur sortant d’une usine Canon, Fuji et Sony mais multiples pour Nikon...
    Maintenant, vous pouvez interpréter un Jpeg, suffit d’être précis au départ et pas trop en demander aux tirettes, notamment en WB.

  • La plus grosse erreur c’est la disparition de la pastille rouge.

  • @6
    Ah bon !
    C’est bien pour cela que j’utilise Canon Nikon et Fuji et je n’ai jamais pensé le contraire de votre "enfonçage de portes ouvertes".
    Maintenant, je suis seulement photographe et pas tireur d’élite comme vous !
    Nombre de photographes de l’époque argentique et pas des moindres auraient été heureux d’avoir des raws afin de pouvoir se servir de vos tirettes...
    Mais bon, Vous, vous êtes un très grand photographe !

  • @8
    Pas d’insultes, svp. ( :>(((
    Cela ne valorise pas votre propos, au contraire.
    Quant à moi, j’ai pratiqué avec un Icarex 35Cs à mes débuts, puis pendant des années avec du Nikon, puis maintenant en Canon, Leica et aussi Fuji, en passant par la chambre reflex...J’ai un défaut, je collectionne aussi.
    Inutile de me rappeler l’argentique, j’ai développé la TRI X et autres dias. couleur.
    A l’époque on ne savait pas qu’un jour l’on pourrait tirer des Raws sur écran et shooter à 12800 ISO - EVIDEMMENT.
    L’Anscochrome était limitée à 1600 ASA, et c’était le record...Un autre monde !
    La mise au point était manuelle, le flash valable à condition d’en connaître le NG et le dosage, la synchro au 1/50 s, 18 DIN c’était le tout venant, bref pas de tirettes (les curseurs sur votre logiciel), mais une certaine pratique que les photographes de cette époque expérimentaient pour en jouer avec bonheur.
    Vous semblez bien triste cher 8...Faites vous plaisir avec votre Leica ou iPhone et choisissez bien votre profil colorimétrique préféré.
    Au fait, je ne suis pas très grand, 1m78 seulement ( :>)))

  • Plus de 600 € pour un simple changement de peinture...
    Où est l’innovation technologique ?

    Oui, nous sommes bien dans une stratégie d’écrémage par le pouvoir d’achat.
    Leica et Apple sont dans le même délire commercial...

    Je ne suis pas mécontent d’avoir payé le mien 2 500 € en occasion, un prix plus proche de sa valeur d’usage !
    L’atterrissage sera difficile le jour où un concurrent proposera une alternative.
    (Kronost n’a pu passé, hélas, le stade du proto mais peut être que Pixii ira plus loin) !

  • Le bouton de déclenchement a été modifié....

  • @7 Si si si la pastille rouge se trouve sur le capot au milieu du bouton qui disons...déclenche l’enregistrement vidéo !
    — >[]