Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Leica SL : Réglages et prise de vue

20/10/2015 | Jean-Marie Sépulchre

Toutes les fonctions de base sont là, mais sans aucune fantaisie car le SL est dépourvu des modes scènes du Q et même les styles d’images pourtant présents sur le M et le T. Inutile de chercher le style noir et blanc, il n’est disponible qu’en choisissant « monochrome » dans le réglage « saturation » et il vaut mieux faire ses photos en DNG et les convertir ensuite. À côté de cela, on découvre avec surprise que la petite bosse sur le capot à gauche de l’oculaire de visée cache un GPS qui permet de géolocaliser chaque prise de vue (quand on clique sur une image dans Lightroom une fenêtre s’ouvre avec Google Maps pour montrer le lieu photographié… en l’occurrence la maison du testeur pour les photos de mire !) et le SL dispose aussi de la liaison WiFi et de la capacité de pilotage à distance depuis un téléphone, un ordinateur ou une tablette.
Enfin, surprise face à l’austérité de la section photo, en vidéo c’est cerise sur le gâteau, la fonction est très complète, avec un enregistrement 4K jusqu’à 30 im/s en format cinéma super 35 (le format des Leica Summicron dédiés) et le Full HD offrant jusqu’à 120 im/s en cadrant sur toute la largeur du capteur. Une sortie HDMI permet une sortie d’un flux 10 bits codé 4.2.2 et un port audio accessoire permet de coupler entrée micro et sortie casque. En usage reportage léger, le son est stéréo sans accessoire est possible, le micro étant situé devant la griffe flash. Enfin le focus peaking permet d’affiner au mieux la mise au point manuelle.

JPEG - 97.7 ko
Les réglages vidéo sont nombreux et très professionnels.
JPEG - 170.2 ko
En photo comme en vidéo les modes loupe et focus peaking permettent d’affiner ka mise au point manuelle.

Mais c’est quand on veut utiliser le SL comme un reflex traditionnel qu’intervient la nouveauté du SL : le Q impressionnait déjà avec son viseur électronique de 3,7 Mpts, il est déjà dépassé. Avec un viseur EVF de 4,4 millions de points présentant un grossissement de 0,80x, Leica établit le record actuel en matière de visée électronique, avec un dégagement de 20 mm et une image encore plus grande que celle des meilleurs reflex 24 × 36 à miroir. Porter l’œil dans ce viseur est édifiant : la différence de grossissement et de netteté en mode loupe est impressionnante quand on compare ce viseur à l’écran arrière très classique (quoique tactile), et la mise au point manuelle en devient très aisée. Le seul reproche que l’on peut lui faire est qu’il est souvent trop contrasté, comme la plupart des viseurs électroniques, ce qui est agressif quand la lumière est elle-même assez dure. Cela peut-être assez trompeur quant à l’aspect final de la photo que l’on vient de prendre : elle peut apparaître trop « numérique » quand on la revoit dans le viseur, alors qu’elle est très nuancée sur un écran étalonné d’ordinateur.
Le déclenchement est réactif mais le bruit de l’obturateur est assez amorti, plus bruyant que celui du M cependant, notamment en rafale. Dans ces conditions l’autofocus suit bien le mouvement jusqu’à la cadence moyenne de 7 images seconde, le buffer autorisant presque 5 secondes de rafale dans ces conditions. Le stabilisateur est inaudible mais efficace. De toute façon, la masse de l’appareil est déjà un gage de stabilité, en contrepartie il tire sur le cou quand on se promène avec. La prise de vue verticale est néanmoins moins aisée, nous pensons qu’un grip sera annoncé ultérieurement.

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.