Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Leica SL2 : prise en main

06/11/2019 | SEPULCHRE Jean-Marie

Le lancement du Leica SL en octobre 2015 montrait que la vénérable marque de Wetzlar, réputée pour son conservatisme, pouvait offrir un appareil à viseur électronique à la pointe du progrès, voire très avancé en définition de visée et capacités vidéo par rapport à la concurrence de l’époque. Quatre ans plus tard, alors que la haute définition est de mise en 24 x 36 et presque toutes les marques lancent des « sans miroir », le SL2 est plus qu’une très belle mise à jour.

Présentation

L’alliance Leica-Panasonic-Sigma autour de la monture L du SL d’origine a remis en lumière ce boîtier dont la diffusion était restée assez modeste par rapport aux grandes marques japonaises, un peu sans doute du fait des délais importants mis par Leica pour compléter sa gamme optique. La volonté de perfection s’accommode mal de développements très rapides, mais le lancement des boîtiers Panasonic et de ses objectifs, puis des objectifs Sigma en monture L, est aussi de nature à rassurer les possesseurs de Leica qui disposent désormais d’une gamme de choix très large à des tarifs différenciés dans cette monture. Le lancement du SL2 qui intègre un capteur de haute définition – 47 millions de pixels contre 24 – et la stabilisation du capteur témoigne de la bonne santé de l’alliance puisque les capacités du nouveau boîtier se comparent avec celles du Lumix S1R qui était jusqu’à maintenant le « flag ship » de la nouvelle monture.

Design et ergonomie

Le dessin « Bauhaus » du SL ne faisait pas l’unanimité et le SL2 y apporte quelques modifications avec une ligne un peu adoucie qui reprend plus de codes esthétiques des reflex Leica R des seventies. Ce nouveau dessin va de pair avec un nouveau gainage en simili cuir qui offre une meilleure adhérence de la main notamment sur la poignée qui est plus creusée : prendre tour à tour les deux boîtiers permet de s’en rendre compte instantanément. Le changement le plus important vient du remplacement des quatre grandes touches programmables qui jouxtent l’écran arrière par trois petites touches Play, Menu, et Fonctions qui permettent des accès directs aux commandes par l’intermédiaire de l’écran arrière tactile qui présente un tableau de bord des différents réglages.

Il reste cependant plusieurs touches de fonctions personnalisables. Cette conception a des adeptes alors que d’autres préfèrent des touches ou molettes, d’accès plus rapide… comme sur le Leica M10. Reste que cette nouvelle ergonomie est plus conviviale que l’ancienne qui nécessitait de se souvenir, si on ne pratiquait pas le SL très souvent, quelle touche appelait le menu principal et quelle touche la visualisation des photos… Le nouveau dispositif ne permet plus ce type d’erreur.

Confort de visée

Le SL avait créé la sensation avec son viseur de 4,4 millions de points et un grossissement d’image de 0,80x, un record absolu en 24 x 36 comme en visée électronique, cette haute définition est restée inégalée jusqu’au début de 2019 où la dalle Oled de 5,7 millions de points a fait son apparition, le SL2 ne pouvait faire moins que de l’adopter, mais avec un grossissement de 0,78x.

JPEG - 97.1 ko
L’horizon artificiel facilite beaucoup le cadrage en paysage.
Leica L 24-90 mm - 90 mm
Photo : JMS

Même si le gain en définition n’est que de 30 % l’image apparaît presque aussi grande, mais semble moins « électronique » avec des contrastes et transitions plus doux. La mise au point manuelle est encore plus aisée quand on utilise la loupe, de même lorsqu’on agrandit l’image pour en contrôler le piqué. L’écran arrière tactile a lui aussi gagné en définition avec 2,1 Mpts soit deux fois plus que sur le SL.

Autofocus et cadence

L’autofocus est toujours basé sur le contrôle du contraste, mais désormais sur 225 zones au lieu de 49, et il intègre une fonction de détection des personnes et des visages – on peut espérer que la reconnaissance des yeux sera introduite par une mise à jour firmware – sa rapidité est aussi assurée par le fait que les objectifs qui lui sont destinés sont équipés de systèmes de mise au point linéaires souvent dotés de deux moteurs, avec des lentilles très légères permettant des déplacements rapides.

Petite déception cependant pour les reporters sportifs : la cadence de prise de vues en autofocus continu avec calcul image par image de l’exposition et de la balance des blancs est limitée à 6 images seconde alors que si les paramètres de la première image sont bloqués on peut monter à 10 images seconde en obturation mécanique et 20 en obturation électronique. Ce qui ne conviendra pas à toutes les situations de prises de vue…

Des plus et des moins ?

Il est évident que le nouveau capteur de 47 millions de pixels – qui permet de surcroît sur des sujets statiques d’accéder par assemblage à des fichiers de 187 millions de pixels – permet encore mieux d’exprimer les qualités des objectifs développés par Leica en monture L. Et même de beaucoup d’optiques manuelles Leica M ou d’anciennes Leica R, grâce aux bagues d’adaptation qui transmettent au boîtier les codages des optiques qui en sont dotées. Pour certains modèles anciens, dont le pouvoir séparateur serait un peu trop faible, on dispose toujours en Jpg de la définition 24 millions de pixels qui est celle du SL premier du nom.

Ce capteur qui équipe déjà le compact Q2 (notre test avait souligné son excellente qualité) offre un très haut rendement en hauts Iso et une dynamique élevée. Il est ici équipé d’un réseau de microlentilles exclusif au SL2 dans le but d’exploiter au mieux les objectifs M. Et il leur permettra aussi de bénéficier de la stabilisation, puisque de capteur est monté sur un berceau mobile permettant la réduction des vibrations sur 5 axes. Heureuse initiative puisqu’en gamme Leica SL seuls deux zooms disposent de la stabilisation optique. Des petits moins sont néanmoins à signaler, le GPS de très haute précision du SL est remplacé par celui intégré dans les smartphones qui communiquent avec l’appareil par l’application Leica FOTOS et il en est de même pour le WiFi qui nécessite la même configuration.

Excellente qualité d’image… provisoire

Difficile de nous prononcer avec une rapide prise en mains d’un modèle de présérie doté d’un firmware provisoire, un test complet ne pourra intervenir qu’après une mise à jour du boîtier, mais aussi de Lightroom pour traiter les fichiers DNG avec les profils du SL2.

JPEG - 135.4 ko
Ciel noir sur Deauville, les couleurs sont nuancées en réglage standard.
Leica L 35 mm Apo-Summicron
Photo : JMS

Nous n’avons fait que quelques vues touristiques avec le 24-90 mm f/2,8-4 – qui semble parfaitement supporter le surcroît de définition –, mais aussi avec le magnifique 35 mm f/2 Summicron L, très certainement un nouveau standard dans cette focale. Excellents résultats, pour apprécier le piqué mesurable et les hauts Iso, il faudra attendre 2020 !

Des capacités très haut de gamme en vidéo

Le SL premier du nom offrait déjà de belles performances en vidéo avec la 4K 30 images seconde en sortie HDMI 10 bits 4:2:2 et le Full HD 120 im/s… En 2015, il était le seul 24 x 36 à offrir de telles performances à l’époque. Si la 4K s’est largement répandue depuis, le SL2 offre un 4K 10 bits en format vidéo ou cinéma en cadrage 35 mm de large ou APS-C (format cinéma super 35) jusqu’à 60 im/s et même la 5K (4 992 x 3 744 pxl) de 24 à 30 im/s en cadrage 35 mm.

JPEG - 137.2 ko
« J’achèterai Le Monde de la photo pour savoir si vous me publiez vraiment ! »,
me dit le peintre des planches en m’autorisant à mitrailler.
Leica L 24-90 mm - 24 mm
Photo : JMS

Le menu de réglage vidéo, qui peut se configurer rapidement sur l’écran arrière tactile, est spécifique puisque l’on peut choisir entre menu photo ou vidéo. Dans ce cas, on peut régler la sensibilité en ASA… Vieux conservatisme des chefs opérateurs, sans doute, mais surtout le diaphragme se réglera en ouvertures T au lieu des traditionnels F. L’ouverture T est représentative de luminosité réelle compte tenu du facteur de transmission des verres et fonctionnera avec les objectifs Leica SL. En mise au point manuelle, les objectifs cinéma ont toujours une bague de mise au point manuelle gravée en gradations T.

Dont les Summicron et Summilux « super 35 » dédiés cinéma et les extraordinaires Leica Thalia dont la couverture est encore plus large que le capteur 24 x 36. 

La commercialisation du SL2 est prévue pour fin novembre, au prix de 5999 €, boîtier nu.

- Le site de Leica

Premier avis

Premier boîtier Leica à objectifs interchangeables présenté depuis le lancement de la nouvelle « Alliance L », le SL2 offre une définition presque doublée par rapport au premier SL, une révolution pour la marque de Wetzlar lors de sa sortie en 2015. Il intègre un nouveau viseur plus fin au rendu moins « numérique » et la stabilisation du capteur, un dessin adouci et une protection de haut niveau contre les intempéries. Alors que le premier modèle était en aluminium, le SL2 allie capots en aluminium et coque en magnésium, sans pour autant gagner en légèreté, mais sa poignée plus sculptée permet une meilleure prise en main. Il offre des performances de haut niveau en vidéo, autorisant la 4K 10 bits directement sur les cartes mémoire, qui restent des modèles SD.

Leica n’a pas suivi la tendance XQD permettant ensuite l’adaptation des CF express, cela pourra être un handicap par rapport au Lumix S1R auquel il sera immanquablement comparé. Mais les cartes SD restent moins onéreuses. Reste que le SL2 n’est pas en priorité un boîtier de sport, la mise au point continue de l’autofocus étant limitée à 6 images seconde, mais pour les prises de vues courantes la fonction de reconnaissance des silhouettes humaines alliée à la rapidité de la motorisation des optiques Leica en monture L est convaincante, ce qui laisse entrevoir des progrès par la mise à jour du firmware, encore provisoire lors de notre prise en mains. Quant à la qualité d’image, elle est déjà dans la tradition de la marque malgré les caractéristiques « présérie » de l’appareil pris en main.

Comme toujours, avec Leica se pose la question du tarif. Mais paradoxalement le fait de pouvoir désormais utiliser au-delà des excellents, mais coûteux, objectifs Leica L une très large gamme optique autofocus Panasonic et Sigma, de surcroît tous les modèles manuels de la marque (monture M télémétrique et R reflex), permettra certainement une diffusion plus large que celle du SL, handicapé après son lancement par les délais mis à commercialiser de nouveaux objectifs : en 2015 deux zooms et un fixe étaient présentés, en 2020 le SL2 pourra utiliser une trentaine d’objectifs spécialement conçus pour sa monture.

Fiche technique

  • Capteur : CMOS 24 x 36 mm de 47,3 Mpxl sans filtre passe-bas
  • Définition maximale : DNG : 8 368 × 5 584 pixels / JPG : 8 368 x 5 584 pixels – 6 000 × 4 000 pixels – 4 272 × 2 848 pixels
  • Monture/Coefficient : L/1x
  • Sensibilités : 50-50 000 Iso
  • Vidéo : 5K 30, 25 ou 24 im/s, 4K 60, 30, 25 ou 24 im/s, Full HD jusquà 180 im/s, 8 à 10 bits sur carte, 10 bits en HDMI
  • Formats de fichiers : Raw (DNG) 14 bits, JPG 8 bits, MOV, MP4
  • Protection du boîtier : oui norme IP54 -10+40°C
  • Stabilisateur : intégré au boîtier sur cinq axes gain 5,5 vitesses
  • Visée : Oled 5,76 Mpts, 100 %, grossissement 0,78x, dégagement oculaire 21 mm, réglage +2-4 dioptries, taux de rafraîchissement de 120 im/s / Moniteur : 3,2 pouces, 2,10 Mpts tactile
  • Flash intégré : -
  • WiFi/Bluetooth/GPS : Oui/Oui/-
  • Autofocus : détection de contraste sur 225 points avec détection de sujets
  • Mesure de la lumière : Multi zones, Pondérée centrale, Spot
  • Vitesses : 1/8 000s à 30 mn en mode mécanique ; 1/40 000s à 1s en mode électronique ; obturateur donné pour 400 000 déclenchements ; Synchro X 1/250s
  • Rafales : 3 im/s ou 6 im/s en AFC, 10 im/s en AFS sans réajustement exposition obturateur mécanique ou électronique, 20 im/s en AFS sans réajustement exposition obturateur électronique
  • Buffer : 78 DNG ou 100 JPG, 55 DNG + JPG
  • Stockage : 2 SD/SDHC/SDXC (UHS II conseillées)
  • Interfaces : USB 3 Type C, HDMI Type A, micro 3,5 mm, casque 3,5 mm, griffe flash, interface pour poignée multifonction
  • Alimentation : accu Li-Ion 7,2 V, 1 860 mAh, 370 vues CIPA
  • Dimensions/Poids : 146 x 107 x 42 mm / 835 g (sans carte et accu)

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.