Publié le : 28/06/2008

Les aberrations chromatiques

Nos mesures ayant été effectuées avec un Nikon D300, donc le logiciel interne et le logiciel externe (Nikon Capture NX) suppriment automatiquement l’aberration chromatique, le niveau résiduel aux angles les plus ouverts est critiquable. En effet, dans les angles on peut encore mesurer une frange de 2 pixels de large à f/8…mais comme le montre le graphique elle reste concentrée dans une zone minuscule (les zones rouges). La situation est par contre très bonne à 16 mm de focale.


Aberration chromatique maximale

Focale f/2.8 f/8
11 mm 1,5 2
14 mm 1 0,8
16 mm 0,4 0,6

Les tests de terrain n’ont par contre pas montré de présence de franges violettes gênantes, ce qui était le plus gros défaut relevé sur le 12-24 mm de même marque quand je l’avais essayé en 2006 avec un boîtier D200. Mais attention, cette notation positive ne vaut que quand on utilise le JPG natif du D300, ou que l’on développe son fichier avec Nikon Capture NX (ou NX2). Si l’on préfère utiliser Adobe Camera Raw, les franches d’aberration chromatique et les zones violettes seront bien présentes, donc l’optique présente toujours cette faiblesse, comme son prédécesseur dans la marque !


Pour vérifier la présence ou non de franges violettes, il faut photographier un sujet sombre en contre jour violent, ici les branches en haut à droite de l’image


En haut, crop du JPG boîtier du D300, au centre développement par Nikon Capture NX 2, en bas développement du RAW par Adobe Camera Raw en mode automatique

Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Les commentaires liés à cet article

Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

[
0
]