Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Les défauts optiques

19/04/2012 | SEPULCHRE Jean-Marie

Les défauts optiques :

Le graphique qui suit illustre les commentaires sur chaque objectif, globalement le vignetage est très réduit et la distorsion modérée. Seul le 18 mm présente dans les angles une aberration chromatique mesurable, mais jamais critique.


- Ci-dessus : Les défauts optiques mesurés sont très peu marqués

Cependant les essais de terrain (relatés dans le journal dans l’article consacré au boîtier) ont mis en lumière des risques fréquents de présence de franges violettes (purple fringing) avec le 18 mm, surtout en contre jour avec des sujets se détachant sur un ciel. Certes, les défauts se verront peu ou pas du tout sur un tirage de taille A3, mais dès que l’on voudra faire un plus agrandissement d’exposition on risque de voir le défaut apparaître pendant l’opération d’interpolation, par un logiciel de post-traitement ou par l’imprimante. Le logiciel Silkypix fourni ne permet pas de corriger correctement ces franges, mais bien qu’il ne soit pas encore compatible avec les RAF du X-Pro1, DxO Optics Pro (version 7) est très efficace pour combattre ce défaut sur les JPEG.


- Ci-dessus : Exemple d’image risquant de faire apparaître des franges violettes


- Ci-dessus : Vision à 100% écran d’un morceau de l’image, JPEG sans correction


- Ci-dessus : Vision à 100% d’un morceau de l’image
avec correction manuelle du JPEG par DxO Optics Pro v7t A3+

Absence de filtre AA et netteté
Si la configuration par défaut des JPEG du X-Pro1 donne des résultats de haut niveau aux mesures, le rendu global de l’image peut sembler manquer un peu de « croustillant », alors qu’on espère généralement d’un appareil dépourvu de filtre AA une netteté beaucoup plus élevée que celle obtenue avec un capteur filtré de même définition. Or une comparaison rapide par temps gris (le plus sévère pour le micro contraste) entre le X-Pro 1 avec le 60 macro et un Nikon D7000 équipé du Micro Nikkor de 60 mm montre que ce n’est pas vraiment le cas, surtout en mode standard par défaut sur des RAW avec le logiciel de chaque constructeur. Il semble qu’il y ait deux explications à la chose : d’une part il est vraisemblable que Fuji a exploité un autre atout de l’absence de filtre AA, le fait que l’accentuation n’a pas besoin d’être aussi importante qu’avec un filtre, pour favoriser un modelé plus nuancé et un rendu de type argentique qui fait la réputation de la maison ; d’autre part le logiciel fourni n’est absolument pas à la hauteur des très hautes qualités du boîtier et des objectifs.

>>>Fig11-XPro1<<<
- Ci-dessus : Exemple d’image par temps gris permettant de voir le rendu des matières


- Ci-dessus : Vision à 100% écran d’un morceau de l’image, JPEG sans correction


- Ci-dessus : Vision à 100% écran d’un morceau de l’image, RAW sans correction


- Ci-dessus : Vision à 100% écran d’un morceau de l’image avec le Nikon D7000, RAW sans correction

Quels résultats en hauts ISO ?
Un des atouts du X-Pro1 est le reportage discret en haute sensibilité, aidé en cela par l’excellente qualité des trois objectifs dans la zone centrale et aux grandes ouvertures. Sur la base d’un test très habituel avec un éclairage incandescent on peut dire que le JPEG par défaut du X-Pro1 est tout à fait à la hauteur jusqu’à 3 200 ISO et encore parfaitement utilisable à 6 400 ISO, ce sont sans doute les meilleurs résultats observés sur ce test avec un capteur APS de 16 Mpix. Non seulement les couleurs restent bien saturées, mais encore les ombres restent très propres avec la réduction de bruit de base, et sans lissage excessif. Une fois de plus cependant il sera déconseillé de travailleur en RAW avec le logiciel par défaut, on voit bien sur nos extraits que le RAW à 3 200 ISO en développement par défaut est nettement moins bon que le JPEG à 6 400 ISO. Nous n’avons aucun doute sur le fait que, quand des logiciels « rois des hauts ISO » comme Lightroom 4 ou DxO 7 seront compatibles avec le X-Pro1, les résultats du couple X-Pro1 et ses optiques seront tout à fait exemplaires en haute sensibilité.


- Ci-dessus : Exemple d’image en éclairage incandescent


- Ci-dessus : Vision à 100% écran d’un extrait du JPEG à 1 600 ISO


- Ci-dessus : Vision à 100% écran d’un extrait du JPEG à 3 200 ISO


- Ci-dessus : Vision à 100% écran d’un extrait du RAW à 3 200 ISO


- Ci-dessus : Vision à 100% écran d’un extrait du JPEG à 6 400 ISO

MDLP N°45, Mai 2012
- Retrouvez l’intégralité de notre test sur les objectifs du Fujifilm X-Pro1 le XF 18 mm f/2R, le XF 35 mm f/1,4R, le XF 60 mm f/2,4 R MACRO dans notre numéro quarante-cinq du MondedelaPHOTO.com, actuellement en kiosque.
- Lire le sommaire du N° 45 de MDLP

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



CEWE