Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Les secrets de la macro créative

15/03/2016 | Laurent Katz

Voilà un livre, certes emprunt de techniques, qui s’intéresse surtout à l’aspect artistique de la macrophotographie. Pratiquée non pas dans l’esprit du botaniste ou de l’entomologiste, mais dans celui du photographe jouant avec les lumières, les couleurs et les formes.


Dès l’avant-propos, on sent que le livre va plaire. Tout y est dit : « d’un côté, il y a ceux qui continuent de vouloir montrer un maximum de détails, en directe filiation avec la démarche scientifique, de l’autre ceux qui ont adopté une orientation différente : avec leurs clichés, ils souhaitent retranscrire une ambiance et ne se concentrent pas sur le fait de montrer objectivement les choses, mais tentent plutôt de les suggérer. Ils invitent le spectateur à regarder une image en laissant de l’espace à son imaginaire. ».

Si le premier chapitre parle du matériel, c’est dans l’optique du sujet couvert par le livre. La vingtaine de pages n’est pas un panorama désincarné des appareils, des optiques et des accessoires. Il est surtout truffé de considérations en ligne directe avec la macro. Par exemple, pour le capteur, c’est surtout l’incidence sur la profondeur de champ, le grandissement lié à la distance du sujet… L’auteur indique aussi son choix, c’est-à-dire avec quel matériel il travaille sans pour autant le présenter comme un idéal incontournable. Ensuite, il vous fait plonger dans sa vision, par le texte et l’image. Et on mesure, au vu de la variété des photos de l’auteur, la richesse créative de la macro en matière de formes inattendues, nombre d’entre elles étant liées à la qualité du bokeh qu’offre le plein format, matériel privilégié par l’auteur.
De nombreux schémas parsèment les pages, montrant comment les éclairages ont été positionnés, qu’il s’agisse d’un ou plusieurs flashs, d’un simple réflecteur. Mais l’auteur admet préférer « la plus fantastique source de lumière : le soleil. ». Et il ne se prive pas de montrer que la lumière elle-même est un sujet.
Le dernier chapitre est l’histoire et la mise en œuvre du projet artistique de l’auteur : « Évanescent », illustré par un important portfolio. Il est axé sur « la lumière, l’eau et les végétaux » et destiné à « une recherche esthétique sur les formes de la nature (…) et une réflexion artistique sur l’impermanence (…) en ne photographiant que des moments éphémères. ». Ce projet ayant aussi une vocation médiatique (une exposition) et commerciale (la vente de tirages), Denis Dubesset donne aussi quelques pistes sur la mise en phase de l’aspect artistique et de certaines contraintes matérielles. On achève la lecture presque à regret, en espérant retrouver les talents de pédagogue et de photographe dans un futur livre.

- Sommaire

  • L’épineuse question du matériel
  • Une vision créative du monde lilliputien
  • Les sujets
  • Un projet artistique

-  Les secrets de la macro créative, de Denis Dubesset

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages