Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Lightroom et les objets dynamiques

25/07/2008 | Gilles Théophile

Gilles Théophile nous éclaire sur la compatibilité de Lightroom avec l’univers des plug-ins et tord le cou à l’idée préconçue d’un logiciel fermé. Mieux il nous démontre la logique de gestion continue de son flux de production pour développer ses Raw grâce à Lightroom. Pointu et didactique, un must dans la série de nos tutoriels consacrés à ce logiciel d’Adobe.

La sortie d’Aperture 2.1 avait fait beaucoup de bruit il y a quelques mois. En effet, le logiciel d’Apple permet l’utilisation de plug-ins, créneau dans lequel beaucoup d’éditeurs de logiciels se sont engouffrés. En réalité, Aperture 2.1 n’offre rien de plus que Lightroom 2.0, puisqu’il s’agit d’utilisation d’éditeurs externes brisant le flux de production en Raw. Malgré tout, Adobe propose quelque chose dont le logiciel d’Apple n’est pas capable : un canal de traitement non destructif grâce au concept des objets dynamiques de Photoshop.

Un objet dynamique est un calque conservant tous les attributs du fichier source et, par conséquent, les corrections appliquées restent totalement réversibles. Si vous pensiez que l’utilisation d’excellents plug-ins comme Nik Viveza, Color Efex, Silver Efex et leurs fameux outils U-points étaient réservés à Aperture, détrompez-vous : vous pouvez vous en servir via Lightroom et Photoshop mais mieux, en gardant l’avantage d’un flux non destructif.



Fig.1 ci-après : Dans Lightroom, sélectionnez l’image à traiter puis, par clic-droit, choisissez "Ouvrir en tant qu’objet dynamique dans Photoshop" dans le menu contextuel.


Figure 01 ci-dessus

Fig.2 et 3 ci-après : Une fois ouverte dans Photoshop en tant qu’objet dynamique (palette des calques en fig.2), allez, par exemple, dans le menu Filtre>Nik Software>Silver Efex Pro (fig.3).


Figure 02 ci-dessus

Figure 03 ci-dessus

Fig.4 ci-après : Les trois plug-ins Nik cités dans l’introduction sont compatibles avec les objets dynamiques de Photoshop. Lors du premier lancement, une fenêtre de dialogue vous avertira que le plug-in va se comporter en filtre dynamique (vous pouvez cocher "Ne plus afficher" pour ne plus voir cette fenêtre de dialogue).


Figure 04 ci-dessus

Fig.5 et 6 ci-après : Effectuez les corrections et retouches nécessaires puis, pour les appliquer, cliquez sur OK dans l’interface du plug-in (fig.5). Une barre de progression indique que le filtre est en cours d’application (fig.6).


Figure 05 ci-dessus

Figure 06 ci-dessus

Fig.7 et 8 ci-après : De retour dans l’interface de Photoshop, enregistrez le fichier (fig.7) dans le dossier d’origine - au format PSD - et assurez-vous d’avoir bien sélectionné la compatibilité maximale au format PSD (fig.8).


Figure 07 ci-dessus

Figure 08 ci-dessus

Fig.9 ci-après : Pour diverses raisons techniques, Lightroom 2.0 n’est pas encore capable de rapatrier automatiquement les fichiers sous forme d’objets dynamiques. Vous devez synchroniser le dossier dans lequel vous les sauvegardez.


Figure 09 ci-dessus

Fig.10 ci-après : Après synchronisation, le fichier sera importé dans le catalogue Lightroom. Si les corrections n’apparaissent pas, faites un clic-droit sur l’image puis allez dans le menu contextuel Métadonnées > Lire les métadonnées depuis le fichier (note : si les corrections n’apparaissent toujours pas, passez d’un module à l’autre).


Figure 10 ci-dessus

Fig.11 et 12 ci-après : Pour modifier les corrections du fichier, renvoyez-le dans Photoshop, cette fois en sélectionnant Modifier dans Photoshop CS3 (fig.11 - il ne se passera rien si on choisit à nouveau le mode objet dynamique) et en choisissant Modifier l’original dans les options (fig.12).


Figure 11 ci-dessus

Figure 12 ci-dessus

Fig.13 et 14 ci-après :Dans Photoshop CS3, le fichier est toujours considéré comme un objet dynamique. Pour supprimer la correction précédente, il suffit, dans la palette Calques, de saisir le filtre dynamique puis de le glisser dans la petite corbeille (fig.13). A partir de là, vous pouvez reprendre le travail à zéro, puisque nous sommes restés dans un flux de travail non-destructif et totalement réversible (fig.14).


Figure 13 ci-dessus

Figure 14 ci-dessus

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages