Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Livre : Mobile Street Photography

23/11/2017 | Sandrine Dippa

Mobile Street Photography regroupe les images de vingt-cinq photographes de rue utilisant leur smartphone pour capturer leurs images. L’ouvrage de la plate-forme Out Of The Phone est notamment rythmé par des interviews dévoilant la démarche des différents auteurs.

Qu’on le veuille ou non, la photo au smartphone est entrée dans les mœurs. D’après une étude menée par DxO en septembre dernier, trois personnes sur dix utiliseraient d’ailleurs principalement cet outil pour prendre des photos. C’est sans doute ce constat (en plus de l’amélioration des appareils et de la démocratisation qu’ils apportent) qui a poussé Pierre Le Govic à lancer Out Of The Phone en 2013. La maison d’édition spécialisée dans la publication d’artistes émergents vient de publier Mobile Street Photography aux éditions Eyrolles.

Au fil des 160 pages de l’ouvrage, on peut voir les clichés de vingt-cinq photographes (*voir la liste à la fin de l’article). Leurs images côtoient des interviews invitant - entre autres - à découvrir leurs inspirations, leurs astuces techniques, leurs modes opératoires ou encore leur rapport à la photographie au téléphone. Dans les pages consacrées à Luke Cody, par exemple, le photographe documentaire nous apprend notamment qu’il utilise l’application VSCO Cam pour réaliser ses retouches et qu’il s’inspire des techniques de la photo animalière (objectif invisible…) lors de ses prises de vues. JT White - un photographe basé à Séoul réalisant majoritairement des clichés en noir et blanc - dévoile quant à lui qu’il utilise son téléphone par défaut « lorsque son appareil photo est dans le sac ou ailleurs ». Trois cent quatre-vingts photos sont visibles.

Malgré des interviews pouvant paraître redondantes, l’ouvrage bien rythmé parvient à nous faire découvrir des styles et des univers foncièrement différents. La maquette est aussi claire que les propos.

Mobile Street Photography
22 x 25 cm
160 pages
29,90 €

- Le site d’Eyrolles
- Le site d’Out Of The Phone

*Nadia Anemiche ; José Luis Barcia Fernandez ; Mesut Bilgin ; Yanina Boldyreva ; Ludovic Broquereau ; Luke Cody ; Dan Cristea ; Bredun Edwards ; Charlotte Elissalde ; Orietta Gelardin Spinola ; Evgeniya Gor ; David Green ; David Ingraham ; Richard Koci-Hernandez ; José J. Bonny Lang-Lenton ; Agnès Lanteri ; Thomas Lim ; Eric Mencher ; Maria Moldes ; Brendan Ô Sé ; Jean-Philippe Poli ; Ako Salemi ; JT White et Jammy Yoon.

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages

  • Je n’achèterai pas ce livre. La only one raison c’est qu’ Out of the phone et le 2ème title "mobile street photography" ne me garantissent pas que mes enfants recevront un book qui soit bien en french. Si c’est pour learning franglish : no danke.

  • @1 : en fait, la photo d’une page de texte révèle un texte français, mais alors, en effet, pourquoi nous infliger encore une fois du globish en couverture.

    De manière générale, je constate que les pages "critique" de livres photos dans nos revues favorites, mettent sur le même pied les livres en anglais et en français, même quand le texte est important, et qu’il y a de plus de livres en anglais qui sont traités, parfois même (c’est nouveau...) sans qu’il soit clairement précisé que livre n’est pas écrit ou traduit en français.
    Ceux qui ne lisent pas l’anglais facilement, sont des lecteurs négligeables voire méprisables.

    La Boétie (ami de Montaigne) aurait appelé cela de la "soumission volontaire" ; j’appelle cela une colonisation réussie : celle qui fait de l’autochtone, colonisé jusqu’au cervelet, un bon contremaître du colon, fier de son état de soumission.

  • Il faudrait une sorte de certificat des éditeurs garantissant que le livre est écrit en français "autant que possible", exempt de Out of the dictionnaire, de mobile street langage, de kif la life et autres médiocrités.
    Je ne suis pas strictement contre les mots empruntés pour autant qu’il n’en existe pas de traduction précise.

  • Ce qui est certain c’est que le sous-titre en français affiche une belle faute d’orthographe.

  • @4
    où est la faute d’orthographe ?
    Ceci dit, l’interet du livre est de montrer que n’importe quel outil maîtrisé peut conduire à de bonnes photographies . Pas besoin d’avoir le dernier FF du marché pour réussir de bons clichés...
    j’apprends aussi que l’editeur Eyrolles est spécialisé dans la,publication d’auteurs « emergeants »,je pensais jusque là qu’il publiait surtout des livres « techniques ».