Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Lumix S 16-35 mm f/4 Pro : priorité à la légèreté

06/11/2019 | Benjamin Favier

Ce zoom grand-angle investit la gamme Lumix S en monture L, dans la catégorie Pro. S’il offre un poids contenu, nous regrettons qu’il ne soit pas stabilisé.

Présentation

Il y a deux manières d’accueillir cette annonce. D’un côté, il faut souligner le vide enfin comblé dans la gamme Lumix S. De l’autre, la concurrence féroce sur ce segment en monture L ; d’autant plus que nous attendions un zoom OIS avec une ouverture constante à f/4 ; tant le système Dual IS 2 (double stabilisation mécanique et optique) impressionne, par exemple avec le Lumix S 24-105 mm f/4 Macro OIS.

Le Lumix S 16-35 mm f/4 Pro devra donc rendre une copie impeccable pour tenir la dragée haute aux Leica Super-Vario-Elmar-SL 16-35 mm f/3,5-4,5 ASPH. (certes vendu beaucoup plus cher), mais surtout au Sigma 14-24 mm f/2,8 DG DN Art, en monture L, vendu à un tarif très proche (1529 €) et dont les performances nous ont impressionnés (lire notre test dans notre guide matériel 2019/2020 actuellement en kiosque).

Sur le papier, vis-à-vis de ces deux modèles, le 16-35 mm Lumix S peut déjà se targuer d’un poids de seulement 500 g, quand les zooms Leica et Sigma accusent respectivement 990 g et 795 g sur la balance.

Ce 16-35 mm f/4 rejoint donc la catégorie Pro dans la gamme optique Lumix S, ce qui signifie que la conception optique répond à un cahier des charges dicté par Leica. La formule comprend douze éléments (trois lentilles asphériques, une ED et une UHR) répartis en neuf groupes.

La distance minimale de mise au point se situe à 25 cm, pour toutes les focales. Le diaphragme comporte neuf lamelles. Et il sera possible d’utiliser des filtres de 77 mm de diamètre. La finition est en métal, et l’optique est pourvue de joints d’étanchéité.

Disponibilité annoncée pour début janvier 2020, au prix de 1599 €.

- Le site de Panasonic

Fiche technique

  • Prix : 1599 €
  • Type : Zoom 24 x 36
  • Focales : 16-35 mm
  • Monture : Leica L
  • Formule optique : 12 éléments (1 ED, 3 asphériques, 1 UHR) en 9 groupes
  • Bague de mise au point : oui
  • Protection tout temps : oui
  • Motorisation : oui
  • Stabilisation : -
  • Ouverture maximale : f/4
  • Ouverture minimale : f/22
  • Diaphragme : 9 lamelles circulaire
  • Distance minimale de mise au point : 25 cm
  • Pare-soleil : oui
  • Diamètre du filtre : 77 mm
  • Dimensions (L x ø)  : 99,6 x 85 mm
  • Poids : 500 g

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages

  • Comment LMDP peut-il "regretter" l’absence de stabilisation optique sur le 16-35/4 S ???
    Les boîtiers Panasonic sont stabilisés et assurent à eux seuls des gains de 3-4 vitesses (de mémoire !) ;
    ça signifie, concrètement parlant, qu’on peut utiliser cet objectif avec des temps de pose de 1" à 16mm.
    Ajouter une stabilisation optique permettrait des temps de pose de 8" sans flou de bougé !
    De vous à moi, qui en aura réellement besoin ???
    Sans doute pas grand monde et Panasonic a décidé de faire l’impasse en privilégiant le poids, la simplicité de la formule optique et le coût. C’est également une option délibérée chez Nikon pour ses optiques S.
    Le seul argument qui plaide en faveur de la stabilisation conjuguée (qui sera prochainement utilisée chez Canon) est surtout d’ordre marketing ; c’est un peu comme si un constructeur auto disait à un automobiliste que sa voiture pouvait faire du 500 Km/h ....tout en sachant pertinemment qu’il sera impossible en pratique d’y parvenir (limite de vitesse, sécurité des pneus, conso,etc...).
    Elle est surtout utile pour les "longues" focales car on peut utiliser un 70-200 à 1/2 " sans flou de bougé.
    Ça tombe bien, Panasonic a effectivement intégré la stabilisation optique sur ses 70-200 !

    Par ailleurs, les comparaisons faites avec les objectifs cités sont peu recevables :

    - Le 16-35/4 S est plus léger, compact, discret qu’un 14-24/2,8 DN DG ; il a un filtre avant et les focales
    28mm et 35mm auxquelles les photographes sont, mine de rien, très attachées.

    - Quant à comparer cet objectif avec un Leica, par nature "anti-concurrentiel", c’est tout bonnement risible !

    Non, s’il faut absolument chercher la "petite bête" sur ce zoom, c’est le manque d’ambition sur le range.

    Canon a les dents longues et envisage un zoom GA 14-40 qui risque de faire de l’ombre à ce 16-35/4 S...quand il sera sorti ! Pour le moment, le chat n’est pas là et les souris dancent...

  • Prise en main rapide au salon : effectivement assez compact, mais j’ai trouvé que la bague de zoom manquait un peu de fluidité.
    La finition est tres bonne, mais fait assez plastique.

  • Contradiction : vous plaidez pour la légèreté comme argument de vente et en même temps , vous pensez qu’un 14-40 canon va faire de l’ombre alors que probablement ce 14-40 sera d’un poids appréciable......

  • @3
    Que savez-vous du poids du futur 14-40 ???
    Tant que ce zoom n’est pas sorti, le 16-35 Pana est compétitif.
    Seulement, Canon cherche depuis longtemps à élargir le range de ses zooms de manière à résister à la concurrence des "piranhas" (Sigma, Tamron,etc...).
    Pour celà, il s’en donne les moyens en développant en permanence de nouvelles lentilles asphériques qui permettent de réduire le poids de ses zooms conventionnels (Par exemple le récent 70-200/2,8 LIS RF)
    ou de maintenir "à peu près constant" le poids des futurs zooms GA /transtandards envisagés (certainement inférieurs à la barre "fatidique" du Kilogramme).
    Pour rappel, Samyang a présenté un 18/2,8 FE qui pèse 145g, soit -62% par rapport au Nikkor 18/2,8 AFD.
    Une telle performance serait impensable sans le recours aux asphériques (le samyang se contente de 9 lentilles quand le Nikkor en demande 13).
    Même si le futur 14-40 pèse 700g (en supposant qu’il sera bien commercialisé car il n’est qu’un brevet pour le moment), il sera compétitif par rapport aux 16-35 de 500g ; on n’a encore jamais vu un photographe se rompre une vertèbre pour 200g !

  • @3
    Vérifications faites (Je vous invite à consulter les brevets relatifs aux 14-40/4 & 16-40/4 !), la formule optique de ces zooms n’est pas très compliquée (en apparence !) : Seulement 15 lentilles (12 pour le 16-35 Pana) !!!
    Et la lentille frontale ne mesure que 58mm environ.
    Autrement dit, le surcoût au niveau du poids sera relativement négligeable (700 g à tout casser).
    Notez bien que la commercialisation de ce zoom n’est pas certaine :
    Ce zoom est en compétition interne avec un 16-40/4 qui présente la particularité d’avoir une distorsion plus "raisonnable" (3% au lieu de 4,5%) en ouverture de range.
    À notez également que la différence de poids entre les 2 optiques brevetées est minime :
    Alors que la formule du 14-40 comporte 15 lentilles, celle du 16-40 en comporte 14...