[ Accueil ]

[ Club ]

[ ]

[
0
]

Voir le sommaire complet illustré

NOUVEAU ! ABONNEMENT SANS ENGAGEMENT DE DURÉE
MDLP lance en 2018 une offre d’abonnement sans engament de durée sur sa version numérique (disponibles smartphones, tablettes et ordinateurs). Vous êtes libre de résilier ou suspendre à tout moment votre souscription par l’envoi d’un simple émail à l’adresse émail à abonnement@lemondedelaphoto.com Afin de vous faire découvrir cette offre pour vous procurer votre magazine préféré, nous vous proposons une offre préférentielle : vous payez 1€ le premier numéro, puis 3,90 € les numéros suivants. Paiement par CB 100% sécurisé par la société Générale. Cliquer sur ce LIEN pour bénéficier de cette offre.


PARTIE #1 : LA THÉORIE

Cette première partie est consacrée aux principes fondamentaux de prise de vue avec un reflex.

Sommaire : ■ À l’heure du choix d’un système… : 10 points clés ■ Et si les conseilleurs étaient les payeurs… ■ Grands classiques et nouveaux pionniers ■ Grands classiques et nouveaux pionniers : ■ La guerre des hybrides 24 x 36 ■ Est-ce la fin des reflex ? ■ Les petits formats ont de l’avenir ■ Quels progrès pour la visée électronique ? ■ Renaître en hybride avec les bagues ■

- À l’heure du choix d’un système… : 10 points clés Un système, c’est la combinaison d’un ou plusieurs appareils avec des objectifs interchangeables et des accessoires optionnels, tous les éléments devant être compatibles entre eux et évolutifs au cours du temps. Mais selon les besoins, il peut être très différent et en cette fin 2018 l’offre a évolué, notamment en haut de gamme. - Et si les conseilleurs étaient les payeurs… QUELS OBJECTIFS CHOISIR ? Comment s’y retrouver dans une gamme optique très étendue… parfois de longues recherches s’imposent. - Canon : Il existe désormais quatre gammes optiques chez Canon, les EF pour reflex 24 x 36, les EF-S pour reflex APS, les EF-M pour les hybrides APS, et le R pour hybrides 24 x 36 : les 24 x 36 ne peuvent accueillir que les EF, les hybrides les EF-M, plus les EF et EF-S avec un adaptateur, et les reflex APS les EF et les EF-S, mais en aucun cas les EF-M. Le nouvel EOS-R dispose de ses optiques et d’un adaptateur pour les objectifs EF. - Nikon : En principe, tous les reflex numériques Nikon peuvent utiliser tous les objectifs Nikkor, ceux réservés au petit capteur « DX » 16 x 24 mm s’adaptant aux grands capteurs « FX » 24 x 36 avec un recadrage. Mais en principe seulement, car il existe dans les faits de nombreuses restrictions et incompatibilités. Et la nouvelle gamme hybride apporte aussi son lot d’incompatibilités malgré la bague de conversion. - Pentax Pentax n’est venu au format 24 x 36 numérique très récemment, et doit reconstruire une gamme, beaucoup d’anciens objectifs prévus pour l’argentique manquant de définition pour le capteur 36 millions de pixels. Par contre, la gamme APS est attractive en matière de focales fixes compactes, mais subsistent quelques lacunes. - Sony Sony a développé deux gammes d’optiques selon la monture A (anciens reflex et SLT) et E (hybrides compacts) et les décline en deux formats de capteur, 24 x 36 et APS… les appareils à monture E acceptent aussi les objectifs à monture A avec un adaptateur, mais il est impossible de monter un objectif E sur un boîtier à monture A… Pour Sony, la priorité est clairement à l’hybride, les nouveautés marquantes concernent ces modèles. - Fujifilm : Fujifilm qui dans le passé avait développé des gammes argentiques en 24 x 36 et moyen format est revenu sur le marché numérique avec une gamme très complète de boîtiers APSe, du boîtier amateur au pro de reportage X-T3 tout en investissant le marché du moyen format numérique avec sa nouvelle gamme GFX à capteur 33 x 44 mm. - Olympus : Fujifilm qui dans le passé avait développé des gammes argentiques en 24 x 36 et moyen format est revenu sur le marché numérique avec une gamme très complète de boîtiers APSe, du boîtier amateur au pro de reportage X-T3 tout en investissant le marché du moyen format numérique avec sa nouvelle gamme GFX à capteur 33 x 44 mm. - Panasonic : Venu nettement plus tard qu’Olympus à la photographie, l’électronicien Panasonic a mis les bouchées doubles et a construit une importante gamme de boîtiers Lumix Micro 4/3 et sa collaboration avec Leica lui permet de proposer un choix haut de gamme en plus des très bonnes optiques de sa propre marque. - Sigma : Fujifilm qui dans le passé avait développé des gammes argentiques en 24 x 36 et moyen format est revenu sur le marché numérique avec une gamme très complète de boîtiers APS, du boîtier amateur au pro de reportage X-T3 tout en investissant le marché du moyen format numérique avec sa nouvelle gamme GFX à capteur 33 x 44 mm. - Tamron : Tamron ne commercialise que des objectifs et propose une gamme de zooms assez étendue, mais peu de focales fixes à l’exception de la nouvelle gamme SP stabilisée que l’on mobilisera donc aussi pour les boîtiers APS faute d’offre spécifique dans ce format. - Grands classiques et nouveaux pionniers : Certaines marques qui avaient presque disparu du marché au début du siècle ont amorcé de belles renaissances, tandis que de nouveaux entrants permettent de renouveler l’offre et de stimuler les acteurs déjà en place. - La guerre des hybrides 24 x 36 : Nikon avaient pris soin de préparer le terrain fin août et Canon début septembre, tous les visiteurs de la Photokina savaient qu’ils pourraient y prendre en main les nouveaux modèles 24 x 36 à viseur électronique. Mais nul ne se doutait de la grande offensive lancée par Leica, Panasonic et Sigma la veille de l’ouverture du salon… - Est-ce la fin des reflex ? : Beaucoup ont vu cela comme un signe. Lors de la dernière Photokina, aucun nouveau reflex APS ou 24 x 36 : seul Leica a joué les trouble-fête avec l’annonce du S3 de format 30 x 45 mm, alors même que c’est une petite niche pour la vénérable maison de Wetzlar… qui affichait des ambitions renouvelées pour les modèles sans miroir de visée. - Les petits formats ont de l’avenir : Il y a dix ans, alors que Canon avait défini le reflex expert avec l’EOS 5D, rejoint ensuite par le Nikon D700 et le Sony A900, certains observateurs annonçaient la fin prochaine des « petits formats » APS et 4/3. Non seulement ils ont prospéré, mais l’invention des hybrides Micro 4/3 a aussi essaimé en format APS et le déferlement annoncé des hybrides 24 x 36 n’annonce pas plus leur mort. - Quels progrès pour la visée électronique ? Tous les constructeurs qui se lancent parfois avec retard sur le créneau des hybrides à viseur électronique (EVF) usent de métaphores mêlant révolution et avenir pour présenter leurs appareils… en fait presque tous dotés de la même définition. Chaque année les progrès sont plus sensibles, mais la qualité absolue reste à atteindre. - Renaître en hybride avec les bagues : Les bagues d’adaptation permettant d’utiliser quasiment tous les objectifs du marché mondial sur un hybride ont vu timidement le jour avec les premiers modèles Micro 4/3 et APS. Depuis, des centaines de produits différents ont été conçus.

PARTIE #2 : LE GUIDE DES BOÎTIERS

BIEN CHOISIR : GAMME PAR GAMME, LES APN AU BANC D’ESSAI


Gamme par gamme, la rédaction vous propose une sélection de tests indispensable
pour faire son choix !

- Capteur micro 4/3 : Olympus OM-D E-M10 Mark III ■ Panasonic Lumix DMC-GX9 ■ Olympus OM-D E-M1 Mark II ■ Olympus OM-D E-M1 Mark II ■ Panasonic Lumix DMC-G9 ■

- Olympus OM-D E-M10 Mark III Créateur avec Panasonic du standard Micro 4/3, Olympus s’est distingué dès son premier modèle – le Pen E-P1 sorti mi-2009 – en adoptant un look rétro dérivé de ses mythiques reflex. L’OM-D E-M10 Mark III est l’héritier de cette tradition. Mais qu’apporte donc concrètement cette troisième itération de l’E-M10 ? - Panasonic Lumix DMC-GX9 Le Lumix GX9 a incontestablement un air de famille avec le GX80 dont il récupère la compacité. Il hérite aussi de quelques attributs du G9 et fait siens ceux du GX8 auquel il succède. Sur le papier, cela donne un produit très prometteur. Mais qu’en est-il sur le terrain ? Comme on va le voir, le nouveau venu réserve quelques surprises. - Olympus OM-D E-M1 Mark II Avec ce modèle, Panasonic vise les photographes experts et pros. Le G9 vient ainsi épauler le GH5 au sommet de la gamme Lumix, ce dernier ayant avant tout les faveurs des vidéastes. Même capteur, même viseur (enfin presque), même stabilisateur, ergonomie très proche… pourvu d’un processeur plus récent que son aîné, le G9 fait-il vraiment mieux, en prise de vue fixe ? - Panasonic Lumix DMC-G9 Avec ce modèle, Panasonic vise les photographes experts et pros. Le G9 vient ainsi épauler le GH5 au sommet de la gamme Lumix, ce dernier ayant avant tout les faveurs des vidéastes. Même capteur, même viseur (enfin presque), même stabilisateur, ergonomie très proche… pourvu d’un processeur plus récent que son aîné, le G9 fait-il vraiment mieux, en prise de vue fixe ?

- Capteur APS-C : Canon EOS 80D ■ Fujifilm X-T3 ■ Nikon D500 ■ Sony A6500 ■

- Canon EOS 80D : Ce modèle, sorti en 2016, évolue sur un créneau de plus en plus occupé par les appareils hybrides. Parmi les reflex, il concurrence les D7500 et K-3 II. Avec son écran LCD orientable et tactile, la technologie Dual Pixel AF et un système AF flambant neuf, il affiche, sur le papier, une rare polyvalence. - Fujifilm X-T3 Fujifilm avait lancé au printemps son flag-ship APS-C, le X-H1 qui reprenait le viseur haute définition du moyen format GFX 50S et intégrait la stabilisation du capteur. Si le X-T3 plus compact, mais vendu 400 € moins cher ne reprend pas la stabilisation du capteur, il se paie le luxe d’avoir le même viseur, une définition supérieure avec un capteur BSI favorable aux hauts Iso, et des cadences de tir photo et vidéo nettement supérieures à son frère haut de gamme. - Nikon D500 Un reflex APS-C est-il digne d’un usage professionnel ? Le D500 ne laisse planer aucun doute, tant il affiche un haut niveau de performances dans tous les domaines. Seule l’absence de flash pondère notre enthousiasme vis-à-vis de ce boîtier, qui ravive de la plus belle des manières la flamme sur un front déserté par Nikon depuis le D300s. - Sony A6500 Avec l’A6500, c’est un nouveau coup de boutoir donné aux reflex aux cadences infernales. Sans détrôner un Nikon D500, pour rester dans la famille APS-C, ce nouvel hybride s’ajoute à quelques autres que les spécialistes du genre développent à marche forcée pour accélérer l’inéluctable transition vers les appareils photo à objectifs interchangeables et visée électronique.

- Capteur 24x36 : Canon EOS 6D Mark II ■ Canon EOS R ■ Nikon D850 ■ Nikon Z6 ■ Nikon Z7 ■ Pentax K-1 Mark II ■ Sony A7 III ■ Sony A7R III ■

- Canon EOS 6D Mark II Dans la foulée du convaincant EOS 80D, dont nous avons loué la polyvalence l’an passé, nous attendions beaucoup d’un éventuel successeur du 6D, qui reprendrait des caractéristiques du boîtier APS-C à deux chiffres. Cette version Mark II du modèle plein format d’entrée de gamme comble en partie nos espérances. En partie seulement, car plusieurs aspects, comme la visée, la vidéo ou le stockage, auraient dû faire l’objet d’une plus grande attention de la part de Canon. Explications. - Canon EOS R S’il y a bien une chose qui perdure, c’est l’ère EOS des appareils experts et professionnels. À visée optique ou électronique. Quant à savoir si les reflex traditionnels ont encore une longue vie, rien n’est moins sûr face à la génération hybride plein format que Canon initie avec l’EOS R fraichement sorti du bois. Enfin ! - Nikon D850 Le Nikon D850 est probablement le premier vrai généraliste, à la fois très défini, pour le paysage et l’architecture, sensible pour le reportage et les spectacles, rapide et bon metteur au point pour la photo sportive ou la chasse en images. Il est également doué pour la vidéo, parlant couramment en 4K et jouant du timelapse 8K… Un produit très abouti qui nous a séduits. - Nikon Z6 Depuis la sortie du duo D600/D800 il était de tradition que le haut de gamme reflex Nikon ait non seulement une définition supérieure au modèle amateur expert, mais aussi des avantages déterminants en matière de construction, de visée, d’autofocus. Avec le duo Z6/Z7 l’écart de prix de 1 400 € ne semble concerner que la définition du capteur. - Nikon Z7 Le Z7 est attendu au tournant par les Nikonistes, tentés de franchir le Rubicon en direction des Sony Alpha. Durant notre banc d’essai, nous avons été tentés, à de nombreuses reprises, de comparer cet hybride 24 x 36 au D850, dont les caractéristiques sont très proches. Alors que Canon est également arrivé sur ce segment, et que Panasonic en fera autant l’an prochain, le Z7 tient-il toutes ses belles promesses ? Indice : l’avenir du reflex s’obscurcit sérieusement… - Pentax K-1 L’arrivée d’un appareil plein format constitue toujours un événement sur le marché de la photo. Ce K-1 Mark II s’inscrit dans la pure tradition des reflex K numériques. Un roc, conçu pour les baroudeurs, doté d’un beau pentaprisme et d’un capteur Cmos 24 x 36 stabilisé, avec une ergonomie configurable aux petits oignons. Reste une question, dont l’orientation a valeur de réponse : les évolutions dont le Mark II a fait l’objet suffisent-elles à faire oublier le K-1, commercialisé deux ans auparavant ? - Sony A7 III Nous avons été impressionnés par l’A7R III. À peine le temps de souffler, Sony dévoile un autre hybride plein format… qui ressemble beaucoup à son aîné sur le segment « R ». Comme lui, l’A7 III embarque un capteur 24 x 36 rétroéclairé. Et quand on voit l’ergonomie et les caractéristiques, on se dit que le chemin va être bien long du côté de la concurrence, pour combler le retard… - Sony A7R III L’A7R III ne change rien d’essentiel par rapport au R II. Pourtant, à force de corriger les petits manques, de combler les lacunes, de rendre l’appareil plus attrayant, Sony a donné de nouveaux galons à son champion. Les gains justifient-ils de revendre son ancien modèle ? Attireront-ils les mordus de reflex ? La firme se donne-t-elle vraiment les moyens de séduire les professionnels cherchant la haute définition ? Éléments de réponse.|

PARTIE #3 : LE GUIDE DES OPTIQUES

BIEN CHOISIR : GAMME PAR GAMME, LES OBJECTIFS AU BANC D’ESSAI

- Les grands angles : Olympus M.Zuiko Digital ED 12-100 mm f/4 IS PRO ■ Sigma 14-24 mm f/2,8 DG HSM ART ■ Tamron 28-75 mm f/2,8 Di III RXD ■ Canon EF 24-105 mm f/4L IS II USM ■

Gamme par gamme, la rédaction vous propose une sélection de tests indispensable pour faire son choix ! - Olympus M.Zuiko Digital ED 12-100 mm f/4 IS PRO : Avec ses reflex 4/3, Olympus livrait de gros zooms ouverts à f/2… pour le Micro 4/3, le constructeur a fait le choix d’ouvertures plus modestes, le 12-100 mm f/4 pourrait presque remplacer le doublon 12-40 mm et 40-150 mm f/2,8 - Sigma 14-24 mm f/2,8 DG HSM ART Nikon a longtemps eu l’exclusivité du zoom super grand-angle de haute qualité. Canon l’a bousculé avec son 11-24 mm et Sigma avec le 12-24 mm, les deux ouverts à f/4… mais voici que Sigma lance un doublon à son best-seller avec un 14-24 mm f/2,8. - Tamron 28-75 mm f/2,8 Di III RXD Le 28-75 mm f/2,8 est un grand chez Tamron, sa dernière version à moteur intégré date d’une bonne dizaine d’années. Mais au lieu de le moderniser, à l’instar des SP G2, la marque innove en le déclinant en monture Sony E avec une nouvelle formule optique. - Canon EF 24-105 mm f/4L IS II USM C’est à l’occasion de la sortie en 2005 de l’EOS 5D, le premier reflex numérique Canon 24 x 36 « expert », que le zoom stabilisé 24-105 mm f/4L avait renouvelé le genre. Plus de dix ans après, la version II de cette optique de légende se présente comme le zoom de kit de l’EOS 5D Mark IV.

- Les zooms téléobjectifs : Panasonic Leica DG Vario-Elmarit 50-200 mm f/2,8-4 ASPH ■ Canon EF 70-200 mm f/4L IS USM II ■ Tamron 70-210 mm f/4 Di VC USD ■ Fujinon XF 100-400 mm f/4,5-5,6 R LM OIS WR ■ Sigma 100-400 mm f/5-6,3 DG OS HSM ■ Tamron 100-400 mm f/4,5-6,3 Di VC USD ■ Sigma 150-600 mm f/5-6,3 DG OS HSM Sports ■ Tamron SP 150-600 mm f/5-6,3 Di VC USD G2 ■

- Panasonic Leica DG Vario-Elmarit 50-200 mm f/2,8-4 ASPH Un 50-200 mm f/2,8-4, quand les 24 x 36 offrant le même cadrage sont des 100-400 mm f/4,5-5,6 voire f/4,5-6,3. Et le tarif ne semble pas excessif, si la qualité est à la hauteur de la marque prestigieuse qu’il porte. - Canon EF 70-200 mm f/4L IS USM II Le Canon 70-200 mm f/4 est un grand classique. Il a inauguré voici près de 20 ans la tendance « pro léger » des zooms à ouverture constante moins lumineux que les classiques « f/2,8 ». Voici une toute nouvelle version. - Tamron 70-210 mm f/4 Di VC USD Hasard du calendrier… ou pas, alors que dans notre numéro 109 nous testions le nouveau Canon 70-200 mm f/4, voici le Tamron 70-210 mm de même ouverture, proposé presque deux fois moins cher. Dilemme évident qui peut aussi se poser pour un Nikoniste… - Fujinon XF 100-400 mm f/4,5-5,6 R LM OIS WR Le manque de longues focales dans la gamme Fujinon X était signalé depuis plusieurs années. Ce zoom est un grand pas en avant pour combler cette lacune en attendant des fixes très lumineux… - Sigma 100-400 mm f/5-6,3 DG OS HSM Appartenant à la série Contemporary, le nouveau Sigma 100-400 mm apparaît un peu comme une réduction du 150-600 mm disponible dans les finitions Contemporary, mais aussi Sports. Mais les performances ne sont pas réduites, loin de là… - Tamron 100-400 mm f/4,5-6,3 Di VC USD Tamron innove avec un zoom 150-600 mm… Sigma réplique avec deux versions de même focale, puis présente un 100-400 mm plus léger. Au tour de Tamron de riposter avec son interprétation du 100-400 mm ! - Sigma 150-600 mm f/5-6,3 DG OS HSM Sports Sigma a riposté avec deux 150-600 mm au modèle de même focale proposé par Tamron. Voici la version « lourde » de la gamme Sports, bardée de protections pour la photo tous temps. - Tamron SP 150-600 mm f/5-6,3 Di VC USD G2 G2 pour « Génération 2 » d’un super-zoom à succès, Tamron a revu la construction, la formule optique, l’autofocus et le stabilisateur. Ce modèle adopte une finition vraiment haut de gamme.

- Focales fixes : Samyang AF 14 mm f/2,8 F ■ Olympus M.Zuiko Digital ED PRO 17 et 45 mm f/1,2 ■ AF-S Nikkor 28 mm f/1,4 E ED ■ Pentax HD D-FA* 50 mm f/1,4 SDM AW ■ Canon EF 85 mm f/1,4L IS USM ■ Olympus M.Zuiko Digital ED 300 mm f/4 Pro IS ■ Sony FE 400 mm f/2,8 GM OSS ■ Sigma 500 mm f/4 DG OS HSM Sports ■

- Samyang AF 14 mm f/2,8 F Le 14 mm f/2,8 est un best-seller dans la marque. L’objectif qui a fait connaître Samyang malgré quelques défauts de distorsion grâce à son rapport qualité-prix exceptionnel. Depuis le constructeur a décliné plusieurs versions de cet ultra grand-angle. - Olympus M.Zuiko Digital ED PRO 17 et 45 mm f/1,2 Le format Micro 4/3 a pris sa place en vidéo surtout grâce à Panasonic, Olympus poursuit une voie plus traditionnelle vers la photo de qualité et investit dans une gamme cohérente d’objectifs pro. - AF-S Nikkor 28 mm f/1,4 E ED En 1993 Nikon avait défrayé la chronique avec le 28 mm f/1,4 AF-D, et ce modèle reste coté très haut en occasion. Après avoir renouvelé presque toute la gamme des fixes haute luminosité, Nikon s’attaque au mythe avec cette nouvelle version à diaphragme électrique. - Pentax HD D-FA* 50 mm f/1,4 SDM AW Après le lancement des trois zooms haute définition accompagnant le boîtier Pentax 24 x 36, voici enfin le premier des nouveaux fixes ultra-lumineux de la marque, en espérant qu’il sera vite rejoint par une gamme complète avec grand-angle et téléobjectif. - Canon EF 85 mm f/1,4L IS USM Objectif fétiche de beaucoup de portraitistes, le 85 mm était représenté chez Canon soit par l’énorme et mythique f/1,2L, soit par le démocratique f/1,8… d’où une tentation en direction des compatibles. Mais le nouveau f/1,4 intègre la stabilisation dans le but de ramener les brebis au bercail. - Olympus M.Zuiko Digital ED 300 mm f/4 Pro IS Malgré des zooms de haute qualité, la gamme Olympus Micro 4/3 manquait jusqu’à aujourd’hui de longue focale dédiée au sport et à la chasse photo. Ce 300 mm qui cadre comme en 600 mm en 24 x 36 est là pour y remédier. - Sony FE 400 mm f/2,8 GM OSS Depuis le lancement de l’A9, qui visait clairement le créneau pro par son tarif, mais surtout par ses capacités de suivi autofocus à 20 images seconde, on attendait les premières longues focales de prestige assorties au boîtier. Au printemps 2018 nous avons découvert un 400 mm f/2,8 ultraléger. - Sigma 500 mm f/4 DG OS HSM Sports L’émergence sur le marché des zooms longue focale de haute qualité et de prix raisonnable a semblé faire passer de mode les fixes plus lumineux vendus à des tarifs stratosphériques. Le Sigma 500 mm f/4 est le dernier compatible restant sur ce marché, beaucoup moins onéreux que les Canon ou Nikon concurrents.

N’hésitez pas à nous faire vos commentaires sur l’évolution de notre guide dans le forum associé à cet article.

NOUVEAU ! ABONNEMENT SANS ENGAGEMENT DE DURÉE
MDLP lance en 2018 une offre d’abonnement sans engament de durée sur sa version numérique (disponibles smartphones, tablettes et ordinateurs). Vous êtes libre de résilier ou suspendre à tout moment votre souscription par l’envoi d’un simple émail à l’adresse émail à abonnement@lemondedelaphoto.com Afin de vous faire découvrir cette offre pour vous procurer votre magazine préféré, nous vous proposons une offre préférentielle : vous payez 1€ le premier numéro, puis 3,90 € les numéros suivants. Paiement par CB 100% sécurisé par la société Générale. Cliquer sur ce LIEN pour bénéficier de cette offre.

MDLP Hors Série #37 GUIDE MATERIEL - Papier

par Vanessa Vigier - 

Hors série MDLP - 

11.5 €.

À l’heure du choix d’un système… : 10 points clés ■ Et si les conseilleurs étaient les payeurs… ■ Grands classiques et nouveaux pionniers ■ Grands classiques et nouveaux pionniers : ■ La guerre des hybrides 24 x 36 ■ Est-ce la fin des reflex ? ■ Les petits formats ont de l’avenir ■ Quels progrès pour la visée électronique ? ■ Renaître en hybride avec les bagues ■ TESTS : Olympus OM-D E-M10 Mark III ■ Panasonic Lumix DMC-GX9 ■ Olympus OM-D E-M1 Mark II ■ Olympus OM-D E-M1 Mark II ■ Panasonic Lumix DMC-G9 ■ Canon EOS 80D ■ Fujifilm X-T3 ■ Nikon D500 ■ Sony A6500 ■ Canon EOS 6D Mark II ■ Canon EOS R ■ Nikon D850 ■ Nikon Z6 ■ Nikon Z7 ■ Pentax K-1 Mark II ■ Sony A7 III ■ Sony A7R III ■ Olympus M.Zuiko Digital ED 12-100 mm f/4 IS PRO ■ Sigma 14-24 mm f/2,8 DG HSM ART ■ Tamron 28-75 mm f/2,8 Di III RXD ■ Canon EF 24-105 mm f/4L IS II USM ■ Panasonic Leica DG Vario-Elmarit 50-200 mm f/2,8-4 ASPH ■ Canon EF 70-200 mm f/4L IS USM II ■ Tamron 70-210 mm f/4 Di VC USD ■ Fujinon XF 100-400 mm f/4,5-5,6 R LM OIS WR ■ Sigma 100-400 mm f/5-6,3 DG OS HSM ■ Tamron 100-400 mm f/4,5-6,3 Di VC USD ■ Sigma 150-600 mm f/5-6,3 DG OS HSM Sports ■ Tamron SP 150-600 mm f/5-6,3 Di VC USD G2 ■ Samyang AF 14 mm f/2,8 F ■ Olympus M.Zuiko Digital ED PRO 17 et 45 mm f/1,2 ■ AF-S Nikkor 28 mm f/1,4 E ED ■ Pentax HD D-FA* 50 mm f/1,4 SDM AW ■ Canon EF 85 mm f/1,4L IS USM ■ Olympus M.Zuiko Digital ED 300 mm f/4 Pro IS ■ Sony FE 400 mm f/2,8 GM OSS ■ Sigma 500 mm f/4 DG OS HSM Sports ■

La ruée vers l’hybride 24 x 36 - 2018 restera une date importante, dans l’histoire des appareils photo. Sous l’ère numérique, nous n’avons pas souvenir d’avoir vécu d’émotions aussi fortes, sur le plan journalistique, que celles procurées par la dernière édition de la Photokina. Bien sûr, la sortie de l’EOS 5D, en 2005, premier reflex 24 x 36 numérique « abordable », puis de l’arrivée de Nikon sur ce segment avec les D3 et D700, en 2007 et 2008, ont marqué les esprits des amateurs de beau matériel que nous sommes. Avant que Sony redistribue les cartes, en 2013, en lançant simultanément les A7 et A7R, premiers hybrides plein format. L’adoption du 24 x 36 cher à Oskar Barnack n’a donc rien d’extraordinaire, dans un appareil numérique, qu’il soit pourvu ou non de miroir. En revanche, le fait que plusieurs acteurs majeurs inaugurent chacun un nouveau système à optiques interchangeables, reposant sur ce format de capteur, a tout à coup ravivé un marché quelque peu moribond. Nikon à la fin de l’été présente ses Z6 et Z7. Canon emboîte le pas avec l’EOS R. Puis Panasonic dégaine les S1 et S1R, encore au stade de développement, certes, mais au cœur d’une triple alliance avec Leica et Sigma autour de la monture L, qui n’a pas finit de faire parler d’elle. Et dans le même temps, Sigma déclare plancher sur un appareil hybride doté d’un capteur Foveon 24 x 36. Un véritable feu d’artifice autour du plein format, donc, auquel n’ont pas participé Olympus, qui reste en marge des « grands capteurs », tandis que Ricoh ne jure – pour l’instant – que par les reflex, et que Fujifilm a misé sur le moyen-format. Ce qui prouve, si besoin en était, qu’il y a une vie, en dehors du 24 x 36, comme le prouve notre article consacré à l’APS-C et au Micro 4/3, ainsi que notre sélection de tests, où les G9 et X-T3 prouvent qu’ils peuvent répondre à des besoins professionnels. Dans la même veine, bien que les appareils à optiques interchangeables dénués de miroir aient le vent en poupe et que la visée électronique n’ait plus à faire ses preuves, il est, à notre avis, encore trop tôt pour enterrer les reflex : la ruée vers l’hybride 24 x 36 pourrait d’ailleurs offrir une seconde carrière à certains d’entre eux, à des tarifs bien plus attractifs, dans les mois à venir… par Benjamin Favier, rédacteur en chef

Commenter ce produit

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.