Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

MK2 : conférences sur la photographie

12/10/2017 | Sandrine Dippa

Jusqu’au 5 avril 2018, le MK2 Quai de Loire organise des conférences autour de la photographie. Voici le programme.

Après les ateliers pratiques de la saison dernière, voici les conférences. Depuis le début du mois, le MK2 Quai de Loire, situé dans le 19ème arrondissement parisien, propose des cours sur la photographie s’adressant aux curieux de tous niveaux. Ces réunions réalisées en collaboration avec Des Mots et Des Arts, une structure proposant - entre autres - des cours d’histoire de l’art accessibles à travers des visites guidées, ont lieu un jeudi par mois (de 20h à 21h30) jusqu’au 5 avril 2018. Le cycle découpé en deux parties (octobre-décembre puis janvier-avril) sont présentés par Paul Bernard-Nouraud et Nicolas-Xavier Ferrand, historiens de l’art. Côté tarif, il faudra compter 20 € par cours, 150 € pour un trimestre et 270 € pour l’année entière. Les inscriptions se font directement sur le site de Des Mots et Des Arts.

- Le site de MK2

Programme 2017/2018


Partie 1 : L’invention du langage photographique

12 octobre 2017 : La photographie et l’impressionnisme : une rencontre déterminante
19 octobre 2017 : Le naturalisme et la photographie de presse : l’engagement du photographe
9 novembre 2017 : Les pictorialistes : une image esthétique
16 novembre 2017 : La photographie officielle : la diffusion de l’image au service du pouvoir
23 novembre 2017 : Les femmes photographes
30 novembre 2017 : La preuve par l’image : l’usage de la photographie dans la sphère policière
7 décembre 2017 : La photographie surréaliste : l’image du rêve
14 décembre 2017 : La nouvelle objectivité : quand la photographie devient art
21 décembre 2017 : La photographie documentaire : l’enregistrement du réel ?

Partie 2 : la photographie face au réel

18 janvier 2018 : Les humanistes : la poétique du quotidien
25 janvier 2018 : L’œil témoin : la photographie de guerre
1e février 2018 : La photographie de mode : de Blumenfeld à Sarah Moon
8 février 2018 : La démocratisation de la photographie ou l’entrée de l’appareil photo dans les foyers
15 février 2018 : Quand la politique s’en mêle : la photographie, un outil de communication ?
8 mars 2018 : Censure érotique
15 mars 2018 : La dématérialisation de la photographie : la photographie à l’ère du numérique
22 mars 2018 : La beauté de l’ancien : quand les procédés traditionnels refont surface
29 mars 2018 : Panorama de la photographie aujourd’hui
5 avril 2018 : L’invité cinéma : le regard de Laurent Delmas, journaliste cinéma

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages

  • La photographie c’est une succession d’expériences personnelles avec ses erreurs, ses échecs et ses beaux RDV ; point n’est besoin de suivre des cours...
    Fréquentez les expositions comme vous dévoreriez des livres, faites votre "chimie" ; tout le reste, c’est du flan.
    Les personnes qui vous vendent des stages sont des commerçants.

  • Vaste débat !
    Certes. Mais acheter LMDLP, un livre ou visiter une expo c’est à titre onéreux, rien n’est gratuit ou presque.
    Alors bon, oui sa chimie perso...Faut-il exclure des compléments, si l’on aime ?
    Personnellement, j’apprécie les propositions du genre si elles sont bien faites, novatrices et enrichissantes ; non celle issues d’un commerce creux, voire déloyal.
    Dans le genre de commerce de qualité extrême, je recommande par exemple l’offre de "Studio JIMINY", que de bonnes choses. (Pour info. je n’ai aucune action intéressée de près ou de loin avec Studio JIMINY).
    Tout cela pour dire que les commerçants ne sont pas tous à placer dans le même sac. Dans mon parcours, j’ai suivi qq. stages qualitatifs qui me permirent de gagner du temps, etc.
    Finalement, libre à chacun de réaliser sa propre chimie.

  • +1 avec 1. Il faut fuir l’influence de qui que ce soit. Le seul manuel utile est celui du matériel./

  • Dans ces conditions pourquoi intervenir ici ? C’est déjà participer au débat.
    On est loin du mode d’emploi pur et dur.

  • Un peintre peut aussi utiliser son pinceau sans aller au cours ?
    Les arts majeurs et même "mineurs" demandent une initiation et si je peux comprendre que,certains peuvent s’en passer , je ne comprends pas bien la.reaction q,consiste à penser qu’il s’agit de commerce. On enseigne les,beaux arts, l’histoire de la.peinture et ....la photographie, ne vous en déplaise. Toute organisation a un coût .hélas, libre à vous d’y adhèrer ou pas. Si vous achetez un livre sur un photographe que vous aimez (cartier bresson, par ex), vous faites aussi une démarche commerciale il me semble.....