Publié le : 17/05/2013
Par : Franck Mée

Magic Lantern : du Raw sur le Canon EOS 5D Mk III

Magic Lantern, groupe proposant des firmwares alternatifs pour les reflex Canon, annonce une nouveauté intéressante : la possibilité de filmer en Raw avec le Canon EOS 5D Mk III. La fonction est pour l’instant réservée à l’EOS C500, haut de gamme des caméras professionnelles de la marque.

Rappelons que Magic Lantern n’est pas une société commerciale. C’est un groupe de programmeurs qui ont développé des micrologiciels pour les reflex Canon. Leur but : améliorer les fonctions vidéo de ces appareils — l’EOS 5D Mk II fut leur première cible, mais le reste de la gamme a peu à peu suivi.

Récemment, les développeurs de Magic Lantern ont annoncé avoir trouvé un flux vidéo Raw au sein de l’EOS 5D Mk III et travailler sur la possibilité de l’enregistrer. C’est désormais chose faite : le site EOS HD a pu tester la vidéo Raw sur un EOS 5D Mk III avec une version de développement de Magic Lantern.

Différentes définitions sont proposées. Les classiques HD 1080p et 720p sont bien entendu présents, en utilisant toute la surface du capteur, ainsi qu’un plus inhabituel 1920 x 1280 pxl, présenté comme idéal pour profiter des objectifs anamorphiques. Ceux-ci compressent l’image horizontalement pour exploiter au mieux le classique film 35 mm, et la hauteur gagnée sur le capteur permet à son tour de mieux adapter le cadre à l’objectif — il faudra bien entendu corriger l’anamorphose dans la suite du flux de production.


Largeurs disponibles en Raw sur l’EOS 5D Mk III. Image © EOS HD.

Plus impressionnant peut-être, différents modes permettent d’extraire une zone du capteur, un photosite donnant un pixel. Dans ce cas, il est possible de monter jusqu’à 3592 x 1320 pxl, avec des pertes de fluidité, ou surtout 2560 x 1080 pxl à 24 im/s. Ce dernier cadre a un rapport largeur/hauteur de 2,37, idéal pour l’intégrer à un flux CinemaScope (format 2,39).

L’enregistrement en Raw se fait sur 14 bits par canal. Chaque image est donc plutôt volumineuse : 4 Mo pour une image Full HD, 7 Mo pour une image en 3,5K. À 24 images par seconde, la Full HD demande donc une carte capable d’’enregistrer 96 Mo/s : les Compact Flash 1000x sont indispensables, et de préférence en très grosses capacités !

Pas pour tous les usages

L’intérêt est à la hauteur des exigences : un flux Raw, comme en photo, laisse toute latitude au post-traitement. La dynamique réelle du capteur est disponible (de l’ordre de 12 IL), au lieu d’être réduite par le traitement interne de l’appareil ; le dématriçage peut être confié à un ordinateur avec une gestion du moiré au cas par cas, la colorimétrie peut être revue à volonté, et l’absence de compression permet d’ajouter des effets sans crainte d’artefacts.

Canon 5D Mark III Continuous Raw Video with Magic Lantern (1920x1280 24p) from Andrew Reid on Vimeo.

Accéder à la vidéo Raw est en principe réservé aux caméras professionnelles : chez Canon, même les EOS-1D C, C100 et C300 ne le proposent pas. Il faut donc accéder à la C500, qui coûte plus de 20 000 €, pour profiter de ce format. La Blackmagic Cinema Camera est le seul appareil filmant en Raw pour un tarif raisonnable, mais elle repose sur un capteur de 9 x 16 mm, avec les limites que cela entraîne (profondeur de champ, sensibilité).

Si Magic Lantern fournit un firmware stable pour ajouter cette fonction à un EOS 5D Mk III, c’est donc un appareil dix fois moins cher que les caméras spécialisées qui va se poser en véritable alternative. Cerise sur le gâteau : le capteur 24 x 36 mm sera même plus grand que le Super 35 mm habituels sur les Arri Alexa, Red et autres produits professionnels du cinéma.

Ne jetez pas déjà vos caméras

Tout n’est pas pour autant parfait. D’une part, il s’agit pour l’heure d’une version de développement, loin d’arriver dans les firmwares fournis par Magic Lantern ; d’autre part, les caméras professionnelles conservent des avantages techniques (obturateur global principalement) et sont accompagnées d’une garantie et d’un service adéquats. À l’inverse, un utilisateur qui "hacke" son EOS doit être conscient qu’il agit à ses risques et périls et peut perdre toute garantie de Canon.

Reste que certains cinéastes ont déjà tourné tout ou partie de leurs films sur des reflex, y compris avec des firmwares non-officiels, et qu’ils doivent attendre avec impatience les prochaines versions stables de Magic Lantern...

- EOS HD : enregistrement Raw continu sur le Canon 5D Mk III

Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Les commentaires liés à cet article

Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages

  • Bonjour,

    Il serait intéressant d’avoir l’avis des représentants de Canon à cette nouvelle...
    En effet, Canon à produit le Canon 1DC, le C100, C300 et seule la C300 propose du RAW...
    Alors que des développeurs ont réussit à proposer - depuis leur cuisine et sans aucun moyens - du RAW sur des boitiers type 5DMark2, Mark3, 6D, 7D et même 600D !!

    Il y a de quoi douter de la stratégie de Canon et surtout de sa volonté à fournir le meilleur à ses clients...
    Avec des moyens techniques et financiers si importants, des équipes de R&D certainement à la pointe...Canon vient de se prendre un sérieux camouflet....

    Nous nous faisons plumer...
    Quelle honte !

    Francis

    • Je crois que nous aurions le même genre de surprises si de petits malins s’amusaient à "hacker" d’autre marques.
      Mais heureusement pour elles, ce n’est pas le cas.
      Ce hacking soulève cependant deux questions :
      1- Quels sont les risques de surchauffe du capteur et du processeur en cas d’utilisation intense ?
      2- Quel est l’impact sur la configuration logicielle et surtout matérielle pour un traitement et le montage sachant qu’une séquence de 10 min génère 14 400 images de 7 Mo, soit 100 Go ? Ça risque de faire monter l’addition.

    • à mon sens, surtout si la sortie se fait sur une carte adéquate et/ou un SSD (dans le cas d’une utilisation de la prise HDMI) ça pourrait chauffer moins : zéro traitement, les données ne sont que poussées dehors.
      les bus travaillent toujours à leur vitesse maxi : la présence, ou non, de bourrage vient modifier le débit effectif.

    • Le fait d’utiliser un bus externe peut sans doute diminuer la chauffe due à l’écriture de la carte mémoire mais elle ne modifie en rien le transit de donnée entre le capteur et le processeur.
      Or, c’est bien la problème. Griller une carte mémoire coûte de l’argent mais n’a pas de conséquence sur le fonctionnement de l’appareil. Par contre, griller le processeur ou le capteur en ayant hacker le firmware annule la garantie et va probablement vous obliger à acheter un appareil neuf. Le prix de la réparation des appareils électroniques étant généralement très proche du prix d’un appareil neuf.
      C’est d’ailleurs écrit en toutes lettre sur le site de Magic Lanterne où il est préciser que le hacking peut détruire votre appareil.
      Magic Lantern nous propose donc plus là un exercice de style et de savoir faire qu’une solution alternative aux produits proposés par Canon.

    • Le transit de données entre Capteur et Processeur n’est en aucun cas accru par le hack puisque de toute façon, en usage normal, les mêmes données RAW issues du capteur sont envoyées vers le processeur pour dématriçage et traitement afin de produire la vidéo native compressée en H264. Magic Lantern ne fait que récupérer le flux de données avant dématriçage et l’envoie directement pour écriture sur la carte, écriture qui par la norme UDMA7 est prévue pour un flux allant jusqu’à 167Mo/s maxi. Les cartes actuelles n’atteignent pas encore ce débit, ce sont elles les goulots et non le contrôleur du Mark III, donc à nouveau pas de souci...

      Rappelons enfin que les hacks ML n’installent rien de définitif sur les boitiers car les micro-programmes en question sont résidents sur la carte mémoire.

  • Bonjour,
    existe t il des équivalents à Magic Lantern chez Nikon ?

    • Le hacking des produits Nikon existe, mais il ne semble concerner que des fonctions accessoires comme la durée des séquences vidéos ou la gestion du Wi-FI. Pas de quoi faire de la 4K.
      Cela s’explique assez facilement : Alors que Canon a une branche vidéo où on ne fait que du 4K mais où il y a aussi du caméscope grand public, Nikon n’a qu’une seule activité : la photo.
      Nikon ne s’est jamais vraiment positionné sur ce créneau et ne le fait toujours pas. La marque ne peut faire autrement face à l’évolution de la concurrence elle doit proposer une réponse. Mais son cœur de cible, comme on dit en marketing, reste les photographes.
      Ça explique l’absence de hacking et les récentes sorties des différents appareils des marques.
      Nikon joue à fond la carte appareil photo
      Canon joue dans la mixité photo vidéo (et les optiques)
      Nikon n’a pas de concurrent dans ce domaine restrictif.
      Le concurrent de Canon en vidéo n’est pas Nikon, contrairement à ce croient beaucoup de photographes, mais Sony.
      Je m’égare :)

  • Bonjour, y a-t-il des nouvelles concernant la sortie de ce firmware magic lantern ? Nous sommes en 2014. Merci à vous
    Sam

[
0
]