Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Sacs Miggo Agua IPX3 : étanches mais pas submersibles

16/08/2017 | Laurent Katz

Toujours fidèle à la plateforme de financement participatif Kickstarter, Miggo y place trois sacs capables d’affronter les intempéries, norme IPX3 oblige.

Avec un sac Miggo, vous pouvez vous sentir comme un Gene Kelly chantant « sous la pluie », tant cet accessoiriste israélien se sent missionné pour accompagner le photographe sous la bruine, l’averse, la pluie, l’orage ou le pont d’un bateau balayé par les vagues. Après un premier trio de sacs destinés à abriter un unique boîtier, qu’il s’agisse d’un hybride de taille réduite ou un reflex expert — la gamme d’holsters Agua — Miggo a lancé des slings, des sacs à dos, tous imperméabilisés.

Le voilà qui remet ça sur le site de financement participatif Indiegogo, avec un objectif déjà dépassé. Un sac à dos Versa Backpack pour reflex, un Sling Bag et un Drone Lander avec piste d’envol/atterrissage. Tous les trois prêts à affronter l’orage, pour respectivement 169 $, 139 $ et 129 $ ce qui reste des prix raisonnables, sachant qu’une fois la campagne terminée, les tarifs passeront à 219 $, 179 $ et 169 $. Le point commun est la certification IPX3 qui garantit la protection contre la pluie (jusqu’à 60° par rapport à la verticale, pour 10 l/mn pendant 5 mn sous une pression de 80-100 kN/m2), la neige, la poussière et le sable.

JPEG - 83.2 ko
Sur le sac à dos et le sling, un volet étanche dévoile des prises USB, à relier en interne à une batterie de secours (non fournie), pour recharger cette dernière ou alimenter un téléphone ou un appareil photo.

Le Versa Backpack, outre un harnais enveloppant les hanches et qui semble confortable, offre quelques atouts intéressants, à commencer par un portage en mode sac à dos ou sling, l’accès au matériel passant par le côté. Le reflex et son transstandard, le téléobjectif et le flash sont rangés dans un insert muni d’une paire de séparateurs. Mais quel dommage que de n’avoir prévu une sangle pour cet insert, afin de le transformer en sac d’épaule ! Des poches externes, munies d’un zip étanche, accueillent différents objets, la tablette et le portable prenant place dans le compartiment principal. Qui abrite aussi une batterie autonome, à se procurer soi-même, à relier à un jeu de prises accessibles sur le côté du sac. Dont le fond est fabriqué dans un matériau thermoformé, rigide et étanche. Notez qu’il n’y a pas de système de fixation du trépied.
Caractéristiques

  • Dimensions externes : 48 x 29 x 16 cm
  • Dimensions insert : 20 x 26 x 11 cm
  • Compartiment tablette : tablette
  • Compartiment ordinateur : 14,5ʺ
  • Contenance : reflex avec 24-70 mm f/2,8 monté, 70-200 mm f/2,8, flash
  • Poids : 1,9 kg

Le Sling Bag reprend les atouts protecteurs du sac à dos trappe pour prises USB, mais l’intérieur n’accepte qu’un ordinateur ou une tablette, pas les deux. Le matériel photo n’étant plus placé dans un berceau amovible, on peut y caser une optique supplémentaire. Le harnais est singulièrement soigné, avec une zone d’appui bien rembourrée, et une sangle large sur une grande longueur de sorte que le confort sur l’épaule reste maximal même quand le sling est pivoté vers l’avant pour accéder à l’appareil. Et, contrairement au sac à dos, il présente deux sangles pour fixer un trépied.

Caractéristiques

  • Dimensions externes : 42 x 26 x 15 cm
  • Dimensions intérieures : 40 x 24 x 14 cm
  • Compartiment portable : 13,5 ʺ
  • Contenance : reflex avec 24-70 mm f/2,8 monté, 70-200 mm f/2,8, -15 mm f/4, flash
  • Poids : 1,9 kg

À l’opposé des deux autres, le Drone Lander n’est pas voué à recevoir un appareil photo. Sa destinée est le portage d’un drone DJI, de type Mavic Pro ou Spark, avec ses accessoires, le tout placé dans un insert, plus une mini-tablette dans une poche externe. Il intègre une zone d’atterrissage de 85 par 60 cm. Le portage est du type sling.

JPEG - 103.2 ko
Une piste d’atterissage pour votre drône.

Caractéristiques

  • Dimensions externes : 45 x 19 x 14 cm
  • Dimensions intérieures : 40 x 16 x 12,5 cm
  • Compartiment tablette : mini tablette
  • Contenance : drone Mavic Pro ou Spark, 4 hélices de rechanges, 3 accus, chargeur, télécommande
  • Poids : 1,7 kg

- Le site de Miggo (en anglais)

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages

  • Toujours fidèle à la plateforme de financement participatif Kickstarter, le monde de la photo vous INFORME !

  • @1, oui et ensuite on lit "remet ça sur le site de financement participatif Indiegogo"

  • Le financement participatif, je donne donc je suis

    Sur des plates-formes comme KissKissBankBank, Kickstarter ou Ulule, 1 million de Français a déjà financé des projets. De nouveaux mécènes qui, avec quelques euros, vivent les rêves des autres par procuration.

    Le contexte
    Les plates-formes

    Il existe trois grandes catégories de plates-formes de financement participatif (crowdfunding) : des plates-formes de dons (Ulule, KissKissBankBank, MyMajorCompany…), de prêts avec ou sans intérêt (HelloMerci, Unilend…), et de prise de participation au capital d’entreprises (Anaxago, WiSEED). Elles prélèvent une commission de quelques pourcents sur les sommes collectées.
    Comment ça marche ?

    Chaque créateur de projet détermine, avec la plate-forme, le montant qu’il entend collecter. Si cet objectif n’est pas atteint, les contributeurs sont remboursés. En échange de leurs dons, les internautes reçoivent des contreparties des porteurs de projet. Délivrées une fois la collecte de fonds réussie, elles sont souvent symboliques (remerciement, dédicace de CD…). Plus rarement, elles prennent la forme de préachat de produit.
    Les projets financés

    Les projets culturels bénéficient à eux seuls de 73 % des dons, musique en tête. Viennent ensuite la solidarité, les technologies, les commerces et services (selon l’association Financement participatif France).
    En chiffres

    Quelque 1,3 million de Français ont déjà soutenu un projet depuis le lancement des plates-formes en 2007. Les 35-49 ans sont les plus séduits par la formule. En 2014, les prêts ont représenté 88 millions d’euros, les dons, 38 millions, les prises de participation, 25 millions. Pour les dons, la contribution moyenne est de 60 euros, et le montant moyen collecté par projet tourne autour de 3 000 euros.

  • @4 Pourquoi nous copier un article de Le Monde (pas de la photo cette fois !), sans citer vos sources et surement sans autorisation ?
    http://www.lemonde.fr/m-styles/article/2015/06/01/l-important-c-est-de-participer_4644381_4497319.html

  • J’utilise depuis plusieurs année un sac de chez HPA qui est parfaitement fonctionnel et étanche.Ils fabriquent des sacs adapté à la photo depuis bien longtemps. Pourquoi allez chercher loin ce qui est tout prêt.
    https://www.hpa-shop.fr/fr/