Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Monter des panoramas

03/05/2009 | Leo Tairraz

En numérique, la réussite d’une image panoramique passe avant tout par une acquisition d’images soignée puis par leur assemblage dans un logiciel spécialisé. Dans ce domaine, de nombreuses solutions existent à destination de l’amateur occasionnel ou des utilisateurs expérimentés.

Une simple question d’assemblage ?

Avant l’arrivée de l’image numérique, la photographie panoramique posait la même problématique qu’aujourd’hui : matériel d’acquisition spécialisé au format panoramique très coûteux ou prise de vue multiple puis assemblage manuel ou recadrage. D’un point de vue professionnel, la question du matériel ne se posait pas vraiment, mais du côté amateur, point de planche de salut à l’exception de l’assemblage ou du recadrage. En dehors de l’utilisation d’un matériel dédié "abordable" de type Horizon, Noblex ou Widelux, l’amateur se retrouvait dans la plupart des cas à la tête de séries de tirages argentique à l’équilibre colorimétrique rarement parfait d’un tirage à un autre. Difficile donc d’envisager un montage panoramique parfait, sans raccords visibles hormis la solution du recadrage dans un tirage grand format. Assemblage ou recadrage En argentique, l’assemblage de plusieurs images présente donc deux principaux défauts : irrégularité des couleurs d’un tirage à l’autre et surtout une séparation franche et marquée très désagréable entre chaque image. En numérique, la méthode logicielle par assemblage permet donc théoriquement de s’affranchir de ces contraintes. Mais selon le logiciel utilisé (et les technologies embarquées), tous ne sont pas égaux et imposent donc quelques règles de bases quand à la méthode à utiliser à la prise de vue. La méthode par recadrage ne demande pas de logiciels dédiés. De simples retoucheurs d’images comme Photoshop Element ou PaintShop Pro feront donc largement l’affaire pour recadrer l’image avec au moins un rapport 1/2. La seule contrainte reste ici la définition de l’image de base et donc un capteur puissant. La focale reste au choix de l’utilisateur et pas forcément avec un grand-angulaire même si panoramique rime avec grand-angle… Dans le cas d’un tirage au format A3, gardons à l’esprit un capteur de 10 à 14 millions de pixels et une définition de l’image fixée entre 254 et 300 dpi. Pas de contraintes majeures avec la méthode par assemblage mais toujours le même objectif d’une définition entre 254 et 300 dpi pour l’impression. L’utilisation des modes manuels de l’appareil (mise au point et exposition) associé à un travail sur pied sur le point nodal facilitera le travail des logiciels même si certains comme Autopano Pro savent fort bien se tirer d’affaire quels que soient les modes de prises de vues. Assemblage numérique L’image numérique permet donc de s’éviter l’utilisation d’un appareil dédié et a très largement contribué à la généralisation, voire la banalisation de l’image panoramique. Certains fabricants d’appareils photo ont même introduit des modes d’acquisitions directement sur leurs appareils, voire même sur des téléphones. Mais cette méthode, aussi sympathique soit-elle, demeure encore imprécise et incompatible avec les exigences de l’amateur averti et des experts en matière de tirage et d’impression jet d’encre. Le marché du logiciel s’est donc mis à la page et offre de nombreuses solutions dédiées. L’un des plus accessible est directement intégré à Photoshop CS (et aussi Photoshop Elements). Le module Photomerge (cf. encadré), accessible également depuis le Bridge, permet de créer des panoramiques par assemblage. Au premier contact, la fonction panoramique de Photoshop peut sembler rudimentaire mais derrière une interface rustique se dissimule un outil assez intéressant pour peu que l’on ne lui demande pas la lune. PTGui est un logiciel déjà assez ancien dont la réputation n’est plus à faire et d’une utilisation relativement simple. Beaucoup plus évolué que Photomerge, PTGui est capable de créer des panoramiques HDR ou encore des visites virtuelles. Compatible Mac depuis la version 7, PTGui n’est malheureusement disponible qu’en anglais. Autopano Pro (cf. plus bas) est devenu en très peu de temps la référence absolue en matière d’image panoramique. Utilisable par les débutants, la qualité et la puissance de ses outils ont également conquis le monde pro chez qui il est devenu "LA" référence absolue. Il détient au passage le record du monde de la plus grande photo panoramique par assemblage du monde, une vue de Harlem incroyable (www.harlem-13-gigapixels.com). ImageAssembler 3 est un des logiciels les plus appréciés des adeptes du panoramique. Ce n’est pas le plus puissant mais son potentiel permet de couvrir les type de projections les plus utilisées (a plat, cylindrique et sphérique). ImageAssembler possède des outils d’alignement des lentilles et corrige la distorsion radiale et sait produire des images sur 360° en une seule étape. La version professionnelle offre une meilleure gestion des images prises à main levée, l’export au format Photoshop multicouche, les profils ICC et les images codées sur 16 bits. Dans un registre plus professionnel, Sticher est un des logiciels les plus complet du marché et sait presque tout faire. Revers de la médaille, son interface est relativement complexe et difficile à prendre en main. Sticher offre un large panel d’outils pour la réalisation de panoramas interactifs et des visites virtuelles. Longtemps handicapé par un tarif très élevé, Sticher, aujourd’hui dans le giron d’Autodesk, a vu son prix fondre au soleil. À l’image d’Autopano Pro, Panorama Factory cache une très haute technologie mais son interface, pourtant relookée, risque d’effrayer le débutant. Le premier contact avec ce logiciel est plutôt difficile mais sa puissance rassurera les experts avec des outils qui couvrent aussi bien le panoramique classique, les visites virtuelles et les panoramas interactifs. Panorama Factory demande une certaine pratique de l’image panoramique et donnera de bons résultats qu’en prenant soin de travailler en calant son appareil sur le point nodal. PhotoStitch, fourni gratuitement avec tous les logiciels accompagnant les appareils numériques de Canon nous permet de conclure ce petit tour d’horizon des logiciels panoramiques. Le petit logiciel de Canon est du genre "presse-bouton" et ne fonctionne qu’en mode automatique. PhotoStitch n’est pas un foudre de guerre et il ne faudra pas lui demander d’effectuer des assemblages trop complexes mais il est tout de même capable de créer des panoramiques au format QuickTimeVR sur 360°. Dommage que l’on ne puisse intervenir sur le mode de projection des images avant l’assemblage…
L’outil de création de d’images panoramiques inclus dans Photoshop est un modèle de simplicité et fonctionne de façon quasi automatique. Son interface volontairement austère a sans doute été conçue pour rassurer. Mais que l’on ne s’y trompe pas, sous cet habillage se dissimule beaucoup de technologie pour la réalisation de panoramiques destinés à l’impression. L’accès à Photomerge se fait soit via le Bridge, soit directement depuis Photoshop. L’importation des images sera la seule fois où l’utilisateur apercevra l’interface monacale de Photomerge. L’outil d’Adobe ne dispose d’aucun outil de correction, ni de fonction HDR et encore moins de fonctions interactives ou de création de visite virtuelle. Les rares options restent à mettre au crédit des différents modes de projection géométrique, à la correction du vignetage et à la correction de la déformation géométrique. Au final, Photomerge œuvre discrètement dans Photoshop ou il créé un fichier sous forme de calques et masques de fusion. L’outil d’Adobe donne de très bons résultats dans la mesure où les images ne comportent pas de grosses difficultés techniques du genre sujet ou feuillage en mouvement. L’harmonisation colorimétrique est plutôt correcte et ne demande guère de reprise dans Photoshop. Comparé à Autopano Pro ou encore PTGui, Photomerge manque de punch coté netteté, voire même franchement limite sur les bords de l’image. Un bon outil de dépannage pour l’amateur en l’absence d’un logiciel plus pointu.


Autopano Pro (ci -dessus)est devenu en l’espace de quelques mois la coqueluche de tous les passionnés d’images panoramiques, qu’ils soient amateurs ou professionnels. Sous un aspect plutôt tranquille se cache en fait un véritable petit surdoué de création d’images panoramique. Une puissance telle que ce n’est sans doute pas un hasard si de nombreux professionnels l’utilisent au quotidien dans leurs productions. L’une des points forts du logiciel est de pouvoir scruter les dossiers d’images pour y détecter automatiquement les groupes d’images qu’il pourra assembler. Un vrai plus en production. Cette phase de détection se paramètre sur plusieurs critères mais les réglages par défaut sont déjà très performants. Chaque série d’image pouvant faire l’objet d’un panorama est regroupée dans un dossier en attente d’assemblage. Autopano Pro dispose de toutes une batterie d’outils permettant d’affiner les paramétrages de l’assemblage, du type de mode de projection jusqu’au calage du point de vue en passant par l’alignement des lignes verticales et au redressement des perspectives. Les points de contrôles sont gérés automatiquement ou manuellement pour des raccords très pointus entre les images. Si Autopano Pro gère parfaitement l’assemblage HDR, le plus impressionnant est à mettre au crédit de la correction des couleurs et de la luminosité, à notre avis inégalé à ce jour. La puissance d’Autopano Pro est telle que l’utilisateur peut quasiment se dispenser toute considération technique à la prise de vue. Les pros et les utilisateurs avancés ne remiseront sans doute pas leur têtes panoramique et continueront à s’aligner sur la pupille d’entrée (ou point nodal) pour un travail fignolé. Mais bien franchement, après avoir "panoramiques" plusieurs dizaines de panoramas effectués à main levée dans le plus total irrespect des règles de base, nous sommes encore bluffés par la qualité d’assemblage d’Autopano Pro tout comme la justesse et la finesse des raccords colorimétriques. Notre seul regret concerne l’absence d’outils pour la création d’image interactive ou de visite virtuelle malgré le support des images de type fish-eye pour la réalisation de panorama 360°.

SÉLECTION LOGICIELS


- Canon PhotoStitch
Tarif : livré avec les APN Canon
Mac : oui // PC : oui
Éditeur : (www.canon.fr)

-  Autopano 1.4.2
Tarif : 118,40 euros
Mac : oui // PC : oui
Éditeur : (www.autopano.fr)

- Image Assembler 3
Tarif : à partir de 50 euros
Mac : non // PC : oui
Éditeur : (www. www.panavue.com/fr/)

- Autodesk Stitcher Unlimited 2009
Tarif : 400 euros Mac : oui // PC : oui
Éditeur : (www.autodesk.fr)

- PTGui Pro 8.1.2
Tarif : 149 euros
Mac : oui // PC : oui
Éditeur : (www.ptgui.com)

- Panorama Factory 5.2
Tarif : 63,17 euros
Mac : oui // PC : oui
Éditeur : (www.panoramafactory.com)

- Photomerge PS CS4
Tarif : inclus dans Photoshop CS et Photoshop Elements
Mac : oui // PC : oui
Éditeur : Adobe (www.adobe.com.fr)

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages