Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Nikkor Z 24 mm f/1,8 S : une absence enfin comblée

04/09/2019 | LAURENT KATZ

Avec le Nikkor Z 24 mm f/1,8 S, Nikon poursuit le développement de sa gamme de focales fixes lumineuses, avec une focale souvent employée en photo urbaine ou de paysages.

Présentation


A ce jour, le catalogue des focales fixes présente les Nikkor Z 35 mm f/1,8 S , Nikkor Z 50 mm f/1,8 S et le Nikkor Z 85 mm f/1,8 S. Que complétera un Nikkor Z 58 mm f/0,95 S Noct. Sans 21 mm, 24 mm ou 28 mm à se mettre sous la dent. Et chez Samyang, on ne trouve que les 14 mm f/2,8 et 85 mm f/1,4, des optiques manuelles et peu onéreuses, respectivement 469 € et 399 €. C’est dire si le 24 mm est le bienvenu.

Sa construction en impose. Normal, il appartient à la S-Line, l’équivalent de la gamme d’optiques à bague dorée en monture F, au niveau qualitatif élevé, avec, indique Nikon, des aberrations et une courbure de champ minimales. Il abrite une formule optique composée de douze lentilles en dix groupes, avec du revêtement nanocristallin pour minimiser le flare et les images fantômes.

L’autofocus repose sur deux systèmes de déplacement des lentilles, pour un gain de rapidité, de précision et de préservation de l’angle de champ. La bague de réglage, pour la mise au point en mode manuel, est paramétrable pour ajuster l’exposition ou gérer l’ouverture quand l’AF est actif. Il n’y a pas de stabilisateur interne : il faudra donc compter sur celui de l’appareil. L’objectif est prêt à affronter les temps pluvieux en raison d’une protection à base de joints.

Ceux qui lorgnent plutôt vers le Z6 que le Z7, pour d’évidentes raison économiques, devront patienter encore longtemps avant que Nikon ne décline ce 24 mm, et les autres focales fixes, en versions moins lumineuses, par exemple f/2,8 ou f/4, et surtout plus discrètes et abordables. Ce 24 mm sera en vente le 17 octobre pour 1199 €.

- Le site de Nikon

Fiche technique

  • Prix : 1 199 €
  • Type : focale fixe 24 x 36
  • Focale : 24 mm
  • Monture : Nikkor Z
  • Formule optique : 12 lentilles en 10 groupes (1 x ED, 4 x asphériques)
  • Bague de mise au point : oui (non graduée)
  • Protection tout temps : oui
  • Motorisation : oui
  • Stabilisation : -
  • Ouverture maximale : f/1,8
  • Ouverture minimale : f/16
  • Diaphragme : 9 lamelles
  • Distance minimale de mise au point : 25 cm
  • Pare-soleil : oui (HB-88)
  • Diamètre du filtre : 72 mm
  • Dimensions (L x ø)  : 96,5 x 78 mm
  • Poids : 450 g

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages

  • La vache , à 1200 € ... il n’est vraiment pas donné cet objectif !
    Il est annoncé à 1000 $ aux US (donc HT).

  • Tant qu’il y a des acheteurs, pourquoi se priver.
    La balle est dans le camp des utilisateurs.

  • @1
    La vache … à lait, ce sont les clients (certains) qui achètent à n’importe quel prix.

  • @Laurent Katz
    Très franchement,ça m’étonnerait que Nikon décline ses 24mm en versions moins lumineuses : Les focales fixes
    ont moins la cote sauf pour les pros et les passionnés.
    Les budgets "serrés" se rabattront donc sur les zooms, à commencer par le 14-30/4 S ou des zooms plus économiques qui ne manqueront pas d’arriver.
    Si Nikon doit commercialiser un autre 24mm, ce sera plutôt un ultralumineux, c’est à dire un 24/1,2 Z plutôt qu’un 24/1,4 désormais considéré comme "has been" chez les ingénieurs Nikon (très probablement ).
    Peut-être les nikonistes peuvent-ils espérer une version Z du Samyang 24/2,8 FE ???
    Le 24/4 ? Ça, je crois aussi qu’on le verra davantage au musée de la photo que dans un line-up d’opticien !
    Ils font désormais partie de l’histoire !
    Même Leica n’ose plus descendre aussi bas : Leur 24 "standard" est ouvert à f/3,8 ! Un progrès stupéfiant...

  • L’optique est beaucoup plus chère que le modèle 24/1,8 AFS G mais la formule n’a rien à voir avec le modèle
    précédent pour reflex (hormis le nombre total apparent de lentilles).
    La formule intègre 4 lentilles asphériques dont au moins une est "double face".
    L’ancienne version pour reflex se contentait de 2 lentilles asphériques...
    Assez curieusement, Nikon ne communique pas sur cette technologie mais les résultats sont là :
    L’optique est (à en croire la MTF publiée !) exploitable dès la PO presque sans arrière-pensées ; un test poussé nous permettra d’en savoir un peu plus à ce sujet.
    2 points noirs :
    - La facture (le 24/1,8 AFS G se négocie plutôt autour de 700 boules en ce moment)
    - La motorisation STM (donc en cas de panne AF...)

  • @5. Effectivement, la motorisation STM combinée à la map "fly by wire" ont le gros inconvénient de rendre l’objectif inutilisable en cas de panne de motorisation. Encore un argument pour garder mes boîtiers F et Z en parallèle.
    J’ai un 17-35 f/2.8 dont le moteur USM donne des signes de faiblesses ... mais qui reste utilisable malgré tout.

    Sinon, je ne crois pas beaucoup au retour d’un Z 24 mm f/2.8 ... mais un pancake Z 40 mm f/2.8, par contre :-) !?

  • Une autre remarque concernant la map "fly by wire" : c’est une sacré économie pour les fabricants, puisque plus de rampe de map mécanique très coûteuse à fabriquer (tolérances serrées).

    C’est aussi pour cela que je trouve ce 24 mm un peu cher (et malgré sa belle construction otique) : 1000 € aurait été plus raisonnable, cad le prix US avec taxes comprises..

  • Les arguments généralement avancés par les fabricants pour justifier le STM (ou le nano-USM chez Canon !) sont le bruit quasi-inaudible de ces moteurs
    (c’est bien pour la vidéo) et ....la rapidité (également une bonne chose pour la vidéo ou le suivi AF en rafale), bien supérieure à un USM conventionnel.

    Les fabricants sont parfaitement conscients du problème de fiabilité des STM, mais ont-ils le choix ?

    À l’origine, les AF des mirrorless étaient lents par rapport aux reflex et le STM a permis non seulement de combler
    cette lacune mais de supplanter le reflex aujourd’hui (Tout le monde sait aujourd’hui qu’un A9 est plus rapide qu’un
    reflex pro et assure 20i/s avec AF sans "broncher".Ce sera sans doute le cas lorsque les rafales passeront à 24i/s voire davantage pour le futur A9 Mk II. Idem pour la vidéo qui passera bientôt en 8K ).

    Que dirait le consommateur s’il achetait un mirrorless avec vidéo 8K et que ce même fabricant ne serait pas capable
    de proposer des optiques capables d’encaisser le suivi AF au rythme de 24/30 i/s ???

    Personnellement, je pense que les concurrents de Sony se sont sentis obligés de passer au STM pour ne pas subir un handicap commercial vis-à-vis de ce dernier.
    Les PDM de Sony en FF ont significativement augmenté depuis l’arrivée du A7.

    À noter que Canon n’a pas mis tous ses oeufs dans le même panier et CERTAINES optiques (plutôt dédiées à la photo
    one-shot) conservent une motorisation USM conventionnelle :

    *28-70/2.0 L RF
    *50/1.2 L RF
    *85/1.2 LRF (Un comble quand on sait que la motorisation du 85/1.2 L EF II est USM-by wire- !)

  • @PhilippeC (m-6)
    Pour ce qui est d’un retour d’un hypothetique 24/2,8 Z, ça me paraît totalement exclu comme je l’ai dit précédemment :
    1-Un 24/2,8 Z entrerait en compétition avec les zooms f/2,8 voire f/4 ou même des zooms f/3,5-5,6
    et ces derniers ont tendance à phagocyter le marché.Nikon a dailleurs renoncé à remplacer son 24/2,8 AFD pour proposer plutôt un 24/1,8 AFS capable de se distinguer des zooms en offrant un bokeh sensiblement différent des zooms conventionnels...
    2-Samyang est déjà sur les rangs et a certainement demandé à Nikon de lui ouvrir sa monture Z (moyennnant finance !)
    3-Nikon a d’autres chats à fouetter en ce moment (Ils doivent reconstituer toute une gamme optique Z pour en faire une alternative compétitive face à la monture F : Ça va leur prendre 10 ans !) et s’ils doivent sortir une nouvelle focale fixe 24mm, ce sera plutôt un 24/1,2 S à vocation professionnelle...

    Pour ce qui est d’un hypothétique 40/2,8 "Pancake", ce sera très difficile : Le tirage mécanique de la monture Z vaut 16mm . Or, on n’a jamais vu une focale fixe GA/standard plus courte que sa focale !
    Ce qui fait qu’un hypothétique 40/2.8 S Nikkor mesurerait 26mm au minimum...
    Pour rappel, le 45/2.8 Ai-P Nikkor (plus vraiment en honneur de sainteté à l’ère du numérique !) mesurait 17mm....auquel il fallait ajouter les 46,5 mm du tirage mécanique de la monture F...

    Pour rappel, l’objectif le plus compact jamais commercialisé en FF mirrorless est le 35/2,8 FE Samyang : 33 mm !
    Mon petit doigt me dit que le record n’est pas près de tomber...

  • @9. J’ai bien précisé dans mon post 6 que je ne croyais pas beaucoup au retour d’un Z 24 mm f/2.8.

    Sinon, très bonne remarque quant au tirage, on ne peut rien contre les lois de la physique :-) !
    De ce fait, le "pancake mirrorless" n’a pas forcement à se comparer à son cousin reflex ; on peut très bien imaginer un Z 40 mm (ou 35 mm) f/2.8 dans les 40 mm d’épaisseur ... ce sera toujours plus compact que n’importe quelle objectif Z déjà commercialisée, que ce soit chez Nikon ou d’autres.

  • @Philippe C (m-10)
    À titre d’information, Zeiss avait autrefois (avant la guerre !!!) réalisé un GA de type "semi-télé" qui faisait
    environ 37mm de longueur depuis l’apex jusqu’au plan focal (un groupe convergent à l’avant et un groupe
    divergent à l’arrière) : Le 35/2,8 Biogon (très différent des Biogons d’aujourd’hui !).
    Une telle compacité était rendue possible par la formule "semi-télé"....mais cet objectif souffrait d’un vignettage très important à PO et une forte inclinaison des rayons issus de la pupille de sortie (35º ?),
    ce qui fait qu’un tel objectif serait très mal adapté aux mirrorless numérique d’aujourd’hui (L’inclinaison des rayons des objectifs pour le numérique est limitée à 25º afin de rester compatible avec la tolérance des capteurs Japonais .).

  • @PhilippeC
    Pour ce qui est du tarif, il s’agit d’un prix d’appel destiné à mettre en valeur le produit.
    Comme d’habitude, les SP devraient ramener les "ambitions" de Nikon a de plus justes proportions.
    En 2015, Nikon avait proposé son 24/1,8 AFS G 850 €, on le trouve aujourd’hui entre 600 et 720 €.
    On trouve actuellement le 24/1,4 G FE Sony 1550 € ; ça m’étonnerait que Nikon puisse conserver bien longtemps un tarif aussi élevé pour un f/1,8 face à l’offre de la concurrence...

  • @4,5,8,9,11,12...…………… Le feuilleton eric-p ; bla-bla-bla !!
    Tout cela pour un produit commercialisé le mois prochain.

  • @Denis (m-13)
    Si vous avez quelque chose à dire sur cet objectif, faites-le ! Ça m’évitera d’intervenir ...