Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Nikon 58 mm f/1,4 : chères corrections

17/10/2013 | Franck Mée

Nikon étoffe sa gamme de focales fixes à très grande ouverture. Après les 24 mm, 35 mm, 50 mm et 85 mm, c’est au tour d’un 58 mm d’atteindre les f/1,4. Au passage, le tarif est dans la lignée des nouvelles optiques de la marque : salé...

Présentation

Nikon a une belle gamme de focales fixes à f/1,4 : 24 mm, 35 mm et 85 mm atteignent cette généreuse ouverture, pour des tarifs un peu moins généreux (2 389 €, 2 089 € et 1 849 € au lancement, respectivement). Au milieu, le bon vieux 50 mm f/1,4 G fait figure de bonhomme abordable : il n’a pas la bague dorée et le traitement nanocristal de ses congénères, mais il est beaucoup, beaucoup moins cher — on le trouve aisément sous les 400 €.

Le nouveau Nikkor 58 mm f/1,4 fait, lui, bien partie de la gamme récente : bague jaune, plaque d’identification dorée, traitement nanocristal et, selon Nikon, un traitement particulier pour proposer des performances exceptionnelles dès la pleine ouverture sur l’ensemble du champ — aberrations chromatiques, coma et vignetage seraient ainsi spectaculairement réduits, ce que nous voudrons évidemment vérifier par nous-mêmes.

Bien entendu, son tarif est lui aussi dans la lignée des optiques fixes citées en début d’article : 1 739 €. Si nous comprenons qu’un 85 mm (plus gros, donc plus coûteux), un 24 mm et un 35 mm (conception rétrofocus plus complexe) atteignent de tels tarifs, nous sommes ici en présence d’un objectif standard, à peine plus long que le tirage de la monture ; les optimisations apportées à pleine ouverture peineront à justifier un tarif plus de quatre fois supérieur à celui du 50 mm, qui reste très bon dès f/2 et tout à fait utilisable à f/1,4...

- Le site de Nikon

Fiche technique Nikkor AF-S 58 mm f/1,4 G

Nikkor AF-S 58 mm f/1,4G

  • Prix : 1 739 €
  • Type : Standard lumineux / portrait
  • Focale : 58 mm
  • Monture : F, compatible 24x36 mm
  • Formule optique : 9 lentilles dont 2 asphériques en 6 groupes, traitement nanocristal
  • Bague de mise au point : oui
  • Motorisation : SWM
  • Stabilisation : -
  • Ouverture maximale : f/1,4
  • Ouverture minimale : f/16
  • Diaphragme : 9 lamelles, circulaire
  • Distance minimale de mise au point : 58 cm
  • Accessoires fournis : pare-soleil, étui souple
  • Diamètre du filtre : 72 mm
  • Dimensions (L x ø)  : 85 x 70 mm
  • Poids : 385 g

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages

  • je pige pas pourquoi ils l’ont pas fait en f/1,2 ; et pourquoi c’est si cher pour juste f1,4 alors que le 85mm f/1,4 et moins cher et plus utile , ce 58mm est à peine 8 mm de plus que le 50mm f/1,4 pour 1000€ de plus !!! certe je pense que la qualité est meilleur mais de là 1000€ de plus !!!

  • Il ne faut pas le regarder comme un 50mm++ mais comme le successeur du Nikkor Noct 58mm f/1.2, objectif AIs mythique hors normes qui, de mon humble avis, doit être l’objectif fixe qui a la plus forte côte en occasion (+3000€).

    • Exactement.
      C’est également le pendant du 50/1.2 L du concurrent qui propose 4 objectifs 50mm à son catalogue dont un 50mm macro.
      Nikon revient donc à égalité avec son concurrent sur ce créneau.
      Comme Nikon est incapable de proposer "à la régulière" des objectifs f/1.2 avec sa monture F, il préfère réaliser un 58/1.4 AFS en s’efforçant d’en faire un objectif de référence de sa catégorie.
      Oui, c’est bien vu.

    • Désolé de vous contredire mais le vieux noct Nikkor n’a rien à voir avec ce 58 mm afs. Le noct Nikkor, comme son nom l’indique est opti’misé pour la photo de nuit et d’éviter le probleme numero un : le coma (déformation des points lumineux ronds qui deviennent allongés). Le vieux noct Nikkor se négocie aujourd’hui aux environs de 2000/2500 euros maximum en très bon etat. Plus cher, c’est trop cher. Il a deux défauts majeur : il est flou sur les bords jusqu’à au moins f5,6 et il vignette. Le nouveau 58 mm sera forcement meilleur mais effectivement pour au moins quatre fois le prix du 50 F1,4, on peut se demander si l’investissement est rentable. De manière générale, l’utilisation d’une ouverture de F1,4 n’est pas vraiment recommandée pour deux raisons : l’ouverture annoncée est rarement REELLEMENT F1,4 et la grande ouverture pose des probleme de lecture au capteur, le probleme est connu et a ete discute sur les forums plus techniques.
      Le reste de la discussion n’offre aucun intérêt. Discuter du prix dans l’absolu est vain. Cette optique se situe dans une gamme d’autres optiques nikon ouvrant à F1,4 et toutes coutant plus ou moins la meme chose. Les tests démontreront les qualités et les faiblesses de cette optique. La seule vraie question sera de savoir si le.gain absolu en qualité par rapport au petit frere est tel que la difference de prix se justifie pour ceux qui enont les moyens.

    • Eh bé ! En voilà un qui a bien appris sa leçon. C’est incroyable de voir le nombre de Nikonistes endoctrinés !!!
      Vous avez un noct-nikkor ? On va supposer que oui !
      Je vous propose un truc. vous prenez un boîtier FF et vous montez votre noct-nikkor dessus.
      Ensuite, vous faites une tof à PO d’un ciel bien étoilé sans nuage : Je vous garantis que les étoiles auront un aspect de fléchette sur les bords !
      Comment je le sais ? Oh, c’est très simple : Je possède la plupart des ultralumineux du marché venant de chez Canon dont le fameux 85/1.2 L II qui est un objectif
      de référence parmi les f/1,2 toutes catégories confondues (Normal, la couverture angulaire et la plus faible de tous les objectifs f/1.2 !).

      Le nouveau 58/1.4 AFS a toutes les chances d’être mieux corrigé des différentes aberrations géométriques qui affectent ce genre d’objectif, d’autant plus qu’un f/1.4 est plus facile à corriger qu’un f/1,2. Ajoutez à celà les moyens informatiques de 2013 par rapport à ceux qui étaient disponibles en 1977, l’apparition éventuelle de nouveaux verres, les progrès considérables dans l’art des asphériques et vous verrez toute la différence qualitative qui existe entre un Noct-nikkor et le 58/1.4 AFS à PO,
      même en fermant votre noct-nikkor à f/1.4 !

      Quand Nikon racontait dans ses prospectus que le noct-Nikkor était "optimisé" pour la photo de nuit, c’était simplement pour dire qu’il était mieux adapté qu’un 50/1.2 ordinaire existant déjà dans le catalogue Nikon. Après il ne faut pas non plus exagérer les perfs de cet objectif : On gagnait 1/2 diaph !!!!

      Avec le numérique aujourd’hui, on gagne des diaph à la pelle avec les capteurs numériques modernes : Un "vulgaire" 50/1.8 AFS fermé à f/2.8 et 2400 isos vous donnera de meilleurs résultats que votre 58/1.2 Noct-nikkor à 400 isos !!! Et votre 50/1.8 dispose de l’AFS, fait du tracking,etc...que votre Noct-nikkor ne fait pas.

      Le nouveau 58/1.4 AFS, malgré son prix, a des perfs optiques légèrement inférieures au 85/1,4 AFS dont on sait qu’il a de la coma.

      Et puis vous oubliez de parler des autres aberrations géométriques ! Il n’y a pas que la coma !
      Essayez donc de comparer votre Noct-nikkor avec le 58/1.4 AFS sur l’aberration de sphéricité (Présence des fameuses franges pourpres sur des éclairages violents par exemple).

      Donc voilà : La valeur du Noct-Nikkor est aujourd’hui essentiellement...affective.Un 50/1.2 L le "plie" sans problème et pourtant il a plus de champ (bien pratique en photo d’intérieur ).Chez Canon, on est toujours mort de rire en regardant les nikonistes se prosterner devant un caillou qui est démodé depuis...au moins 1/4 de siècle !

      Pour ce qui est de la compatibilité des ultralumineux avec les capteurs numériques, vous avez effectivement en partie raison. Les capteurs numériques s’accomodent mal des objectifs ouvrant à mieux que f/2.8....(voire des objectifs GA).
      Plus l’objectif est ouvert à partir de cette ouverture et plus le rendement photonique se dégrade. Effectivement, DxO avait fait un article indiquant le niveau de pertes pour des objectifs de f/1.4 ou f/1.2.

      Malgré tout, je dois vous rassurer, si les pertes sont importantes, elles n’empêchent pas l’objectif de rendre sa spécificité, de diminuer la PDC.
      Par ailleurs, ce problème est provisoire : Les fabricants sont parfaitement au courant du problème et travaillent à le résoudre.
      On espère commercialiser des capteurs "hybrides" (d’ici 2015 ou après) qui auront une meilleure tolérance aux rayons inclinés.
      Cette tolérance est aujourd’hui de 10º par rapport à la normale au capteur. On espère porter cette limite à 30º.
      Pas de fatalité.

    • Pour ce qui est de la justification du prix, rassurez-vous : Nikon n’aura aucune difficulté à trouver une clientèle pour son 58/1.4 AFS.
      Il y a dans ce bas monde des pauvres...et des moins pauvres. Pour certains, dépenser 1700 € dans un 58mm est une goutte d’eau !
      Et comme je l’ai déjà dit, il y a les passionnés, ceux pour qui la qualité de construction est primordiale, ceux qui veulent bokeh particulier, ceux qui cherchent un certain rendu,etc...
      En face (Canon), certains clients ne se cachent pas d’avoir acheté un 50/1.2 L EF qui est affiché à un tarif comparable.Pourtant, les défauts de cet objectif sont connus.

    • raté, je n’ai pas de noct nikkor parce que je sais que cette optique est mauvaise montée sur un d800. Je réagissais face au "mythe" supposé qui entoure cette optique.
      quant aux optiques Canon ouvrant à la très théorique ouverture de f1,2, des études techniques très sérieuses ont démontré qu’on était très loin du compte et du f1,2, sans compter la difficulté très réelle celle là de faire une MAP à pleine ouverture. On peut regretter que Nikon ne fabrique pas d’optique ouvrant à f1,2 mais moi franchement, je n’en vois pas l’intérêt ? Comme vous le dites, on a de bien meilleurs résultats (plus homogènes, etc) avec une optique ouvrant à F1,8 ou moins qu’avec une optique qui ouvre à F1,2 ou F1,4. Personnellement, je ne désire pas entrer dans un débat stérile qui oppose les Canonistes et les Nikonistes, ce sont des débats de pinailleurs. Tout le monde connait votre dévotion à Canon, c’est votre droit, mais ne parlez pas de nikonistes endoctrinés, s’il vous plait, c’est complètement déplacé. Je ne suis pas marié à Nikon ni à Canon et si j’ai choisi de travailler avec du Nikon, c’est parce que j’y trouve mon compte. Moi au moins, contrairement à Canon qui a changé sa monture, je peux encore utiliser TOUS mes objectifs ais en complément des AFS.

    • Meuh non, une optique n’est pas plus mauvaise (à de très rares exceptions près !) sur capteur numérique que sur film photo !
      Dans le pire des cas, vous aurez des franges colorées ou des franges pourpres synonyme d’aberration de sphéricité. Ça se corrige...
      Bien sûr, on doit faire des choix sur l’usage de cet objectif...comme pour les 50/1.0 L ou 50/1.2 L Canon.

      Pour ce qui est de l’ouverture des objectifs ultralumineux Canon, un 50/1.2 L a bien une ouverture géométrique de f/1.2 !
      Le fait que le capteur ait un mauvais rendement (T1.8 dit-on ) est en réalité un faux problème. Canon dope les isos en douce et le tour est joué !
      C’est une histoire de rendement : Un capteur numérique a un rendement quantique aujourd’hui de 50%. Si le rendement du f/1.2 sur capteur est de 50% par rapport à un objectif ouvert à disons f/2.8, le rendement quantique sera de 25% .C’est encore laaaaargement meilleur qu’un film argentique !!!
      Quel est le rendement des films argentiques ? 1% ? 5% ? Pourtant, on a encore jamais vu quelqu’un dire que l’ouverture d’une optique n’était que théorique sous prétexte que le rendement du film transformait une toute petite fraction des photons !!!

      Pour ce qui est des difficultés à faire la Map, oui elles sont réelles...mais pas pires que du temps de l’argentique AF et moins pires que du temps du stigmomètre !
      C’est un point sur lequel les fabricants travaillent (DPCA, PDAF, CDAF ) et sont en passe de résoudre totalement le problème.

      Sinon, si vous trouvez que je suis canophile, reconnaissez au moins que je suis le meilleur avocat de ce 58/1.4 AFS ! Je sais aussi reconnaître que Nikon fait du bon travail de temps en temps ! ;-)

      Quant à la polémique que vous suggérez sur le changement de monture Canon, je vous pose la question : À qui la faute ???
      La faute à une monture conçue en 1959, qui était mal née, a été modifiée à deux reprises et qui était inadaptable à l’AF des années 1980’ , contrairement à celle de Nikon.
      Canon n’a pas changé de monture de gaieté de coeur, croyez-moi !

    • Je vous suggère de lire les commentaires de Haruo Sato de chez Nikon.
      C’est pas moi qui le dit, c’est lui :
      "What were the basic design concepts behind the development of the AF-S NIKKOR 58mm f/1.4G ?
      Sato : "There were two important elements. The first was to develop the basic design concept of the Noct Nikkor, achieving superior reproduction of point light sources as point images without distortion or fringes while retaining higher resolution than that of the Noct Nikkor."

      En clair, Haruo Sato dit que Nikon a voulu développer un nouveau Noct mais plus qualitatif que le vieux AIs.
      Ici l’interview compléte :
      http://imaging.nikon.com/history/scenes/33/index.htm

      Donc merci d’arrêter de dire que je dis des bêtises, cela vous donnera l’occasion de ne pas en écrire..

       :)

    • ah tiens un Canoniste qui n’as rien d’autre a faire a part venir raconté des conneries sur Nikon
      vous venez critiqué ??? mais vous avez donc testé ce 58 mm avant tous le monde ??? Whoouaaaou je sait pas ou vous l’avez eut mais
      avant de venir raconté n’importe quoi ici regardez déjà votre (si vous l’avez vraiment) 50 f1,2 qui n’apporte pas grand chose a un 50 mm 1,4 de canon a part peut être ce la raconté. Une optique que j’ai vendu fois en 12 ans !!!!! et cla c’est fait ... samedi , ben pour une superbe optique elle est trés demandez dit ton !!!
      on dit toujours faut laisser sa chance aux produits dans la vente est ben c’est pas faute de lui avoir laisser !!!

    • Et vous , faites attention à votre orthographe avant de troller...

    • Bonsoir,

      Je partage une grande part de votre analyse technique sur les optiques ultra lumineux .En revanche, je tiens à souligner que le 50/1.2 est juste une vaste blague optique .Qualitativement cela reste une escroquerie marketing. J’en ai utilisé souvent, provenant de différents loueurs ou collègues.Rien à voir avec le 85.

      Bonne soirée.

    • Troller, quelle vilaine expression !
      Vous pourriez faire l’effort de vous exprimer en français :)

    • C’est sûr qu’il ne vaut pas un bon 50/1.4 comme les modèles "haut de gamme" récemment mis sur le marché.

      De là à dire qu’il s’agit d’une "blague marketing", non.

      Canon a une politique bien précise sur le 50 ultralumineux de luxe et s’y tient !Son objectif est clairement d’améliorer l’état de l’art des f/1.2 ou mieux, domaine assez peu exploré par les opticiens.

      1971- 55/1.2 AL FD qui, s’il est totalement dépassé aujourd’hui, représentait un bon en avant par raport aux 50-55/1.2 non ashérique de l’éoque.

      1982-50/1.2 L FD plus compact,plus léger (seulement 380g !) qui permet une couverture angulaire légèrement améliorée en rejoignant la "norme standard "
      des autres 50 mm. Le problème de cet objectif était son rendement dans les ouvertures moyennes, assez en retrait par rapport à l’excellent 50/1.4 FD.

      1989-Canon réalise grâce à sa nouvelle monture un 50/1.0 L EF, premier et toujours unique objectif f/1.0 avec AF et USM !
      Je ne vais pas vous mentir : C’est sans doute le pire objectif que Canon ait jamais commercialisé dans cette monture...si on regarde le critère des paires de lignes à PO.
      Il a néanmoins ses avocats dont je fais partie.

      2006-Canon revoit ses ambitions "à la baisse" avec le 50/1.2 L EF.

      Comme j’ai également un exemplaire de cet objectif, je vais vous dire ce que j’en pense :

      - Par rapport au 50/1.0 L EF, il est bien meilleur à PO ! (Les mauvaises langues vous diront que ce n’est pas difficile)

      - Par rapport au 50/1.2 L FD, il est légèrement meilleur à PO...et il est surtout beaucoup plus utilisable dans les ouvertures moyennes même s’il reste en retrait par rapport à un banal 50/1.4 EF.

      La finition est bien meilleure qu’un 50/1.4 EF :

      - MaP "semi-interne" (Le fût interne ne sort jamais du fût externe, ce qui le protège mieux des chocs, contrairement au 50/1.4 EF)

      - Rendement amélioré par rapport au 50/1.4 EF à f/1.4

      - Traitement antireflets bien meilleur

      - USM plus rapide et plus silencieux

      - Fenêtre de lecture des distances meilleure que le 50/1.4 EF (mais moins bonne que le 50/1.0 L EF).

      En ce qui concerne les perfs otiques, on reproche souvent au 50/1.2 L EF son mauvais bokeh et ses AC....mais les autres ne font pas mieux !

      Pour un usage en "available light", ces inconvénients ne sont pas gênants. Il faut juste apprendre à utiliser cet objectif avec ses limites. :o )

      Quant à la comparaison avec le 85/1.2 L II, elle est sans objet.
      Le 85 est un objectif à portraits alors que le 50 mm, bien que moins performant qu’un 85mm (mais c’est normal), est un objectif relativement polyvalent.

      - On l’utilise pour du portrait large
      - En intérieurs
      - Certains petits objets
      - Paysage
      - scènes de rue.

      Enfin, il est beaucoup plus léger ( 500g), compact et agréable à porter qu’un 85/1.2 L II ( 1kg)...

      C’est un de mes objectifs préférés. :0)

    • C’est la "novlangue" internet !
      Troll, LOL, Thread, et autres Smileys... font désormais partie du "patrimoine culturel" des internautes !
      Il faut bien vivre avec son temps,non ?
      Rassurez-vous, je n’oublie pas la langue de Molière ! ;-)

    • Je ne partage pas votre point de vue sur le fait qu’un Noct 58mm F 1,2 serait "mauvais" sur un D800...

      "Les bras m’en tombent.."
      J’ai ce 58mm en verre minéral qui a été trés peu distribué, vu que Leitz et Nikon se sont retrouvés en procès pour une histoire de brevet...
      A sa sortie, Nikon a précisé qu’il piquait dés la pleine ouverture et que le rendement maximum se situait à F2,8 ! Ce que j’ai vérifié maintes fois en argentique et en numérique, et nous annoncer qu’il n’est pas de qualité sur un D800 est tout à fait contestable... Le problème étant de savoir si vous avez su vous servir correctement de ce D800 dont le seul défaut serait qu’il est susceptible sur des vitesses lentes..
      Equipé sur mon D800E me donne entièrement satisfaction et s’avère époustouflant sur le rapport piqué/douceur par rapport à une foule d’optiques...
      Seul mon 200mm F2 peut rivaluser avec cette optique mythique....
      Quand au prix en occasion, vous le trouverez difficilement en dessous de 3000 euros, et de par surcroît les quelques bénéficiaires ne s’en séparent pas....
      Quant à votre interrogation de l’intérêt d’une optique ouvrant à F 1,2, je m’interroge, car cette voie permet des clichés tout à fait sortant de l’ordinaire à la recherche d’une créativité "artistique"... Observez la gamme de chez Leica M....

  • 18-35 sur le titre de la fiche technique ? Un correctif s’impose. Pas grave.

  • @Franck Mée

    Je ne partage pas votre avis sur les critiques adressées à l’encontre de cet objectif.
    Canon et Nikon ont toujours réservé un créneau pour un objectif type "50mm ultralumineux"
    plutôt destiné à une clientèle professionnelle ou amateur fortuné (et passionné !)

    Dans les années 70’, Nikon a proposé un Noct-Nikkor 58/1.2 qui représentait alors un sommet de l’état de l’art pour ce type d’objectif.

    Malheureusement, le passage à l’AF condamne Nikon à réaliser des objectifs limités à f/1.4.

    Nikon a donc décidé de réaliser un 58/1.4 hautes performances.

    Les performances annoncées par Nikon sont de haut niveau. La MTF10 est supérieure à 60% sur l’ensemble du champs
    (exception faite de quelques % de l’image à 50-60% !)
    La MTF10 est à > 80% sur 85% de la surface de l’image.C’est excellent !

    Les performances optiques semblent légèrement supérieures au 50/1.4 de référence actuelle : Le summilux asph. Leica M (certes avec 8mm de focale en plus) !

    À la différence du Leica, il a l’AFS et disposent de toutes les exigences des pros.

    Un objectif exclusif, une finition pro, traitement "N", verres spéciaux (2 asphériques), une demande relativement faible font grimper la facture au niveau de ce que propose Canon pour son 50/1.2 L EF . C’est un tarif "normal". :o )

    • Vous ne partagez jamais l’avis de quiconque, sauf le vôtre, évidemment.

    • Au contraire, je partage l’avis des meilleurs professionnels qui existent sur cette planète : Les fabricants eux-mêmes !
      Le créneau du 50mm ultralumineux de luxe existe depuis 40 ans (Canon 55/1.2 AL, 1971) et a fait ses preuves en termes d’images de marque.
      On pourrait remonter plus loin avec la glorieuse époque des télémétriques des années 1950’-1960’.

      Ce que je reproche aux journalistes, c’est d’être toujours à la limite de la démagogie en appliquant une "grille de lecture" du consommateur "moyen".
      Effectivement, on pourrait se demander pourquoi Nikon commercialise un objectif qui est plus de 4x plus cher qu’un 50/1.4 AFS.
      Le problème est exactement le même qu’une bouteille de vin. Un bon bordeaux ne se négocie pas au prix d’une bouteille de vin de table !

    • Et finalement il n’est même pas cher par rapport au Zeiss Otus 55 mm f/1,4 récemment publié.

    • Inutile de vous étendre davantage, nous avions tous compris que votre pension de retraite vous permettait d’acquérir de grands crus :)

    • Je suis d’accord. J’ajouterai que le pire est que cette grille de lecture biaisée des journalistes se répand rapidement et finit par devenir une vérité sans contradiction possible.
      Je m’insurge contre ces journalistes technophiles, auto-proclamés expert en photographie, qui réclament de la part de fabricants de la technologie dont ils pensent (non, rêvent) qu’elle puisse se substituer à la créativité. Pire, ils enjoignent à grand renfort de courbes et de jugement à l’emporte pièce, le photographe a devenir ce consommateur béni-oui-oui qui s’extasie à la lecture des fiches techniques ou suffocant sur des avis dont la seule origine peut remettre en cause la pertinence du propos.

      A cela, je leur conseille d’aller dans la vraie vie, de vous confronter à la réalité photographique et d’en faire quelque chose qui nourrisse chez vous VOTRE opinion.

    • Arrêtez de mythifier le 58 noct Nikkor, il répondait a un besoin pointu et n’était certainement pas le meilleur 50 ou 55 mm de chez nikon, le meilleur, c’était le 55 micro F2.8. Voir ma réponse a éolien.

    • HiHiHi ! Effectivement !...mais le nikkor a l’AFS et tous les avantages d’un objectif conçu pour un boîtier de la même marque
      (correction inboard éventuelle des aberrations,etc...).
      Accessoirement, il est pratiquement 3x plus léger....

    • Ce sont les effets collatéraux de la nikolâtrie ! Chez Canon, on est loin de vouer un culte pour une optique, aussi bonne soit-elle (Exception faite du 1200/5.6 L dont la valeur repose sur la rareté).

    • Je ne "mythifie" rien : un objectif coté 3000€ d’occasion est mythifié tout seul par cette seule démesure.

      Ensuite que cela soit justifié ou pas, je vous laisse libre de votre opinion et vous ne manquerez pas de faire de même avec celle des autres (la mienne inclus).

    • Holà ! Comme vous y allez Eolien. Je suis d’accord avec, pratiquement, tous vos propos. Je ne supporte plus les diverses courbes et mesures publiées en permanence dans les magasines et sites. Elles ne sont pas inutile, mais devraient être prises pour ce qu’ils sont, càd un moyen d’écarter les culs de bouteille du marché. D’autant plus que rien n’assure le consommateur qu’il aura un objectif avec les mêmes performances que celui testé (variation dans la production et présélection par les fabricants des objectifs pour teste). Et, effectivement, ces mesures et les commentaires les accompagnants peuvent données à croire qu’un objectif optiquement performant améliorera la créativité. Ce qui est bien sûr totalement faux. Ces propos sont aussi valable pour ce qui est de l’utilisation des logiciels, qui comme chacun sait, permettent à certains photographes de devenir subitement bons mais pas forcément créatifs.
      Toutefois, les journalistes ont accès à un peu prés toutes les nouveautés et peuvent les essayer et comparer sur mires mais aussi dans les conditions réelles. De plus je pense que la plupart d’entre eux sont des passionnés de photo. Leurs avis me semblent importants et fondés. Et évidemment leurs discours sont rédigés pour le plus grand nombres et sont forcément formatés. C’est légitime. Dans ce sens, je pense qu’il y a aujourd’hui la place pour un magasine orienté davantage expert.

    • La nikolâtrie n’est pas une vue de l’esprit !
      Chez Canon, on proposait le même genre d’objectif ...dont la cote s’est complètement effondrée depuis : Les 55/1.2 AL et 50/1.2 L valent 1/10º de la cote d’un Noct-Nikkor pour des perfs à PO qui n’ont rien à envier au Noct-Nikkor. Tant mieux pour moi : J’ai pu m’en procurer un facilement ! ;-)
      La chute de la cote est peut-être également due au fait que cet objectif est inutilisable sur EOS....mais il va le devenir sur Alpha 7 !

      Idem quelques années plus tard avec le 50/ 1.0 L EF qui reste à ce jour le seul f/1.0 à disposer de l’AF ! Sa cote s’est peut-être effondrée du fait d’un choix technique malheureux : L’objectif devient inutilisable en cas de panne AF du fait de la MAP "by wire" . Déjà !

    • Bonsoir eric-p. Je trouve vos interventions extrêmement intéressantes et je vous en remercie. Vos arguments concernant le nouveau 58 mm de Nikon m’intriguent. Je suis Leicaïste et je ne travaille pratiquement qu’avec le 1,4/50 mm asphérique de Leica M (sur un M9). Cela fait très longtemps que j’attendais un objectif de Nikon (à mettre par exemple sur un D800, si exigeant en terme de résolution) qui soit enfin digne des objectifs Leica. Il semble qu’il soit enfin arrivé. Pouvez-vous me confirmer que ce nouveau Nikon est meilleur que le 50 mm de Leica ? Et m’expliquer en quoi ? Car si le couple M9 - summilux 50 mm asph. me donne toute satisfaction, je recherche dans certaines situations (lorsque j’ai besoin d’agrandir une photo en la recadrant sans être obligé de porter un téléobjectif trop lourd pour mes vertèbres) deux fois plus de pixels que sur le M9. Dans ce cas, il me faudrait un D800, mais doté d’une focale fixe, légère, polyvalente et performante. Même problématique en ce qui concerne la sensibilité en basse lumière, insuffisante sur le M9 par rapport aux boîtiers Nikon. Je vous remercie par avance de votre réponse qui sera, je n’en doute pas un instant, fortement argumentée et très précise.

    • Je ne peux pas vous garantir que le 58/1.4 AFS Nikkor est meilleur que le 50 lux asph.
      La MTF publiée par Nikon donne "une idée" de la netteté de l’objectif à Pleine Ouverture... épicétou !
      Comme les courbes des 2 objectifs sont assez proches, on peut estimer que les objectifs sont officieusement en compétition pour ce titre, on peut légitimement penser
      que les performances de ces 2 objectifs sont de niveau similaires.

      Le problème des MTF est qu’on ne sait pas au juste comment elles sont réalisées. La comparaison a donc une valeur relative et seul un test rigoureux permettrait de départager les 2 !

      Problème : Le capteur le plus fin disponible chez Nikon comporte 36 MP quand le capteur du M-240 n’en comporte "que" 24 MP !

      J’ai tendance à croire que le 58/1.4 AFS est meilleur que le 50/1.4 Lx Asph. à cause du capteur plus fin du D800 mais seul un test rigoureux permettrait de trancher !

      En ce qui concerne,le rendement optimal dans les ouvertures moyennes, on ne peut rien dire en toute rigueur car Nikon n’a pas publié la MTF à
      f/5.6 par exemple. Toutefois, on a de bonnes raisons de penser que cet objectif se comporte "correctement" à f/5.6 ou f/8 comme la plupart des objectifs de la famille des double-Gauss auquel cet objectif appartient.

      En ce qui concerne les AC, on ne sait en toute rigueur rien de leur niveau aussi bien chez Leica que Nikon. À vérifier !

      Enfin, on ne sait pas non plus quel est le niveau de distorsion du Nikkor car la MTF ne dit rien là dessus.
      Là encore, on "s’autorise" à penser qu’elle est très faible car les ingénieurs sont censés avoir réalisé un travail d’exception dans ce domaine !
      Les samples diffusés ne laissent pas de défaut apparent en la matière mais ce n’est pas un test rigoureux.
      La presse devrait passer prochainement cet objectif "sur le grill" (Une occasion pareille est trop belle pour la laisser passer !) et on aura bientôt une meilleure "idée" de
      ce que cet objectif a "dans le ventre".

      Enfin, il faudra savoir comment cette optique se comporte au niveau du flare.
      Là encore,il ne devrait pas y avoir trop de mauvaises surprises mais souvenez-vous du cas du 50/2 Asph. !!!

      Il n’est pas dit que le Leica soit meilleur ou que le Zeiss (le fameux Otus) le soit cependant même si ce devait être le cas, le Nikkor conserve à mes yeux un énoooorme
      avantage en ce sens qu’il dispose de l’AF. Une fois bien réglé (mais les AF actuels sont perfectibles, surtout à PO !), le 58/1.4 AFS est capable de donner plus rapidement d’excellents résultats à PO que ce soit en OneShot ou en rafale et particulièrement en tracking.

      Inutile donc de dire que j’ai un préjugé largement favorable au Nikkor plutôt qu’au Leica ou au Zeiss.

      Enfin, il y a les considérations de poids et d’encombrement : Même si le zeiss Otus par exemple devait avoir un "léger" avantage en terme de définition sur le Nikkor,
      je crois que je continuerais à privilégier le Nikkor rien qu’à cause de l’AF....et aussi du fait que le poids reste raisonnable (3x moins que le Zeiss !!!).

      Au bout du compte,à vous de voir ! Prenez votre temps, et testez ces petites merveilles par vous même et faites vous votre propre opinion.

    • Des samples du 55/1.4 CZ "Otus" ont récemment été mis en ligne sur le net (Voir SAR).

      Les images sont belles, les couleurs bien saturées, le piqué est bien là dès la PO, ce qui n’est pas un mince exploit.
      Le bokeh en revanche, c’est pas terrible...

    • Les perf’ les perf’ et le modelé ?

      Le Lux Asph 50mm enterre n’importe quelles optiques nipponnes... Le verre minérale haute densité sera toujours meilleur que le verre synthetique...

  • Ce nouveau 50 mm, pardon, 58 mm..., a au moins le mérite d’exister. Quatre 50 mm, c’est bien, mais un nouveau 135 mm up to date, c’est pour quand ? Il y a peut-être urgence ailleurs...

    • 135mm, 300mm f/4 (qui ne devrait plus tarder), renouvellement du x1.4, un nouveau fisheye (qui lui non plus ne devrait pas tarder), un zoom fisheye pour concurrencer le 8-15mm de chez Canon (mais là on peut se brosser), un 24-70 qui vieillit.... J’en oublie sûrement, mais les priorités, c’est effet pas ce qui manque chez Nikon...

    • Quelles sont les priorités de Nikon ????Comment évolue le marché photo ? Nikon sort ses optiques en fonction de priorités.
      Il y a 4 ans, Nikon prétendait croire au développement du format DX. Aujourd’hui le FF a le vent en poupe et donc on s’autorise à penser
      (nous sommes dans les milieux autorisés ! ;-) ) que Nikon pourrait s’intéresser à un 28-200/3.5-5.6 AFS VR, à un 28-90/4-5.6 AFS VR, à un 24-120/3.5-5.6 AFS VR II,
      à la généralisation de l’AFS sur l’ensemble de sa gamme FX,etc...

      Bref, Nikon a beaucoup de pain sur la planche et tout le monde ne sera pas servi en même temps ! Un 135/2 AFS VR n’est pas forcément une priorité mais
      deep throat nous a annoncé un nouveau 300/4 AFS VR (DO si les nikonistes sont sages !!!).
      Wait and see...

    • Vous et d’autres ne cesser de demander du nouveau, toujours du nouveau.
      Ensuite, vous vous plaignez que votre matériel est déprécié.

      Finalement, l’obsolescence programmée n’est peut-être pas un concept des constructeurs !

    • Oui effectivement, nos rêves participent à l’enterrement de notre propre matériel ! ;-)
      C’est un peu le propre de la nature humaine : Toujours remettre en cause ce que la génération précédente a péniblement réussi à mettre en place !
      Ceci dit, dans le cas présent, je crois (mais je suis peut-être trop naïf ? ) que le 58/1.4 AFS restera un grand bond en avant qu’il sera difficile de surpasser.

      On peut retracer l’histoire du créneau du 50mm ultralumineux de prestige Nikon en 3 étapes :

      1- Le fameux 50/1.1 Nikkor commercialisé en 1956 (boîtier télémétrique) qui apportait déjà quelques améliorations par rapport au premier 50/1.1 de l’histoire sorti en 1951. Les performances
      n’étaient pas trop ridicules à PO...à condition de prendre des tirages de tailles limitées !

      2- En 1977, Nikon renouvelle le genre avec un 58/1.2 Noct-Nikkor, un des premiers objectifs Nikon à être doté d’une lentille asphérique (les objectifs dotés de cette particularité se comptaient sur les doigts de la main !). Nikon a limité l’ouverture à f/1.2 du fait des contraintes techniques plus fortes de la monture F (impossible de faire un objectif f/1.1 ou mieux avec une monture F !
      Le choix de la focale 58mm a sans doute également été motivé par des considérations de design, un 58/1.2 donnant de meilleures perfs optiques qu’un 50/1.2 à ouverture identique.
      Des perfs meilleures que le 50/1.1 Nikkor à PO (Pas difficile diront les mauvaises langues !)
      Le confort des automatismes des reflex de l’époque (présélection du diaph., mode priorité à l’ouverture,etc...)
      Map mini =0.5 m au lieu de 0.9 m pour le 50/1.1

      3-58/1.4 AFS avec tous les dispositifs des objectifs modernes :
      - Formule revue avec de nouveaux verres et 2 lentilles asphériques
      - Un traitement optique intégrant le fameux traitement antireflet Nanocristal
      - L’AFS
      - ....et toutes les ressources des APN actuels capables d’améliorer encore les perfs de l’objectif (correction du vignettage, distorsion, AC,etc...) !!!

      À l’évidence (Amha !), cet objectif risque de rester longtemps au catalogue (du moins si la monture F parvient à se maintenir dans le temps !)
      Rendez-vous en 2049 pour vérifier si Nikon aura mieux à proposer ! ;-)

    • Ah non épargnez nous les DO chez Nikon ;o) Et les milieux autorisés ont tort de vouloir la résurrection du bad 24-120 3,5-5,6 alors que la gamme actuelle 18-35, 24-85 et 28-300 en ouverture glissantes n’a pas à rougir face à la concurrence !

    • Sur le fond, le démocratique 50 1.4 AFS Nikkor est en retrait par rapport aux plus récents 24 et 85, on peut penser que le 58 remettra les pendules à l’heure. En tout état de cause, le 58 1.2 avait bien du mal sur mire avec le D800E, avec pas mal de nimbé à pleine ouverture...mais dès que mon 58 est livré je ferai non seulement une passe sur mire mais aussi du terrain de nuit !

    • Si la courbe MTF "parle bien", les performances optiques seront légèrement inférieures à celles du 85/1.4 AFS, ce qui est remarquable.
      Il devrait y avoir des résidus de coma mais beaucoup moins que sur le Noct-Nikkor.
      Il restera encore de l’aberration de sphéricité (réputée difficile à corriger complètement !)

      PS : Le récent 55/1.8 CZ E pour Alpha 7 (vendu 1000 €) présente toujours du "purple fringing" à PO (voir les samples sur le net)

    • Est-ce bien utile de répondre à des gens qui ne signent pas leur messages, en particulier quand ceux-ci sont totalement à côté de la plaque ?
      Ca parle de soit-disant obsolescence programmée, mais ça a déjà disparu des écrans radars après une ridicule sentence péremptoire issu d’un cerveau programmé effectivement pour l’obsolète...

      Il ne faut pas non plus perdre de vue que l’industrie de la photo a tout de même une fréquence de renouvellement assez lente (en particulier dans le cas des optiques Nikon), surtout si on la compare à celle des téléphones portables, dont le modèle d’une gamme de smartphone peut parfois se renouveler tous les 8 mois.
      Et soit-dit en passant, les objectifs que je cite sont pour la plupart ceux sur lesquels Nikon travaille déjà (ce qui du coup fait vivre des gens, accessoirement).

      Je vais peut-être dire une bêtise, mais en général, les premiers à se féliciter des évolutions technos sont les collectionneurs eux-mêmes, puisqu’avec les années, ceux-là voient leur vieux matos accéder au statut de collection, et certaines pièces rares atteignent parfois des sommes folles... mais évidemment, tout dépend de la réputation des dites pièces.
      Mais on est bien ici dans la collection qui ne connaît que peu de rationalité. Les autres qui résonnent en terme de besoin, ont déjà soit acquis du tout nouveau matériel, soit fait le choix de l’évolution en prenant soin de réinjecter l’ancien matériel dans le riche circuit de l’occasion, au plus grand bonheur de plein d’autres photographes en quête de bonnes affaires.

      et qui sont donc en proie à renouveler leur matériel l’ont déjà injecté dans le circuit de l’occasion.

    • Est-ce bien utile de répondre à des gens qui ne signent pas leur messages, en particulier quand ceux-ci sont totalement à côté de la plaque ?
      Ca parle de soit-disant obsolescence programmée, mais ça a déjà disparu des écrans radars après une ridicule sentence péremptoire issu d’un cerveau programmé effectivement pour l’obsolète...

      Il ne faut pas non plus perdre de vue que l’industrie de la photo a tout de même une fréquence de renouvellement assez lente (en particulier dans le cas des optiques Nikon), surtout si on la compare à celle des téléphones portables, dont le modèle d’une gamme de smartphone peut parfois se renouveler tous les 8 mois.
      Et soit-dit en passant, les objectifs que je cite sont pour la plupart ceux sur lesquels Nikon travaille déjà (ce qui du coup fait vivre des gens, accessoirement).

      Je vais peut-être dire une bêtise, mais en général, les premiers à se féliciter des évolutions technos sont les collectionneurs eux-mêmes, puisqu’avec les années, ceux-là voient leur vieux matos accéder au statut de collection, et certaines pièces rares atteignent parfois des sommes folles... mais évidemment, tout dépend de la réputation des dites pièces.
      Mais on est bien ici dans la collection qui ne connaît que peu de rationalité. Les autres qui résonnent en terme de besoin, ont déjà soit acquis du tout nouveau matériel, soit fait le choix de l’évolution en prenant soin de réinjecter l’ancien matériel dans le riche circuit de l’occasion, au plus grand bonheur de plein d’autres photographes en quête de bonnes affaires.

    • Ce qui a contribué à maintenir la cote du 58/1.2 Noct-Nikkor à un niveau élevé, c’est peut-être la quasi-exclusivité du produit (Seul Canon et Zeiss ont fait des objectifs standards ultralumineux de luxe pour reflex mais le canon ne se monte pas sur Nikon ) et la relativement faible quantité d’objectifs produits.

      Avec la sortie du nouveau 58/1.2 AFS, les passions vont se calmer et la cote devrait diminuer ...un peu (Ça reste un f/1.2 après tout !).

      Pour ce qui est du renouvellement des objectifs, oui, il est relativement lent pour plusieurs raisons :

      1-Les difficultés techniques pour améliorer un objectif donné sont considérables et même les zooms "populaires" professionnels demandent aujourd’hui environ 10 ans de travail aux opticiens !

      2-Il existe DEUX catégories d’objectifs hyper difficiles à faire progresser :

      A-Les ultralumineux:Les aberrations sont extrêmement difficiles à corriger dans leur ensemble
      à PO et il faut plusieurs décennies pour enregistrer des progrès décisifs dans ce type d’objectif.
      Ainsi, Nikon a mis plus de 30 ans pour renouveler son 50/1.4 de 7 à ....8 lentilles !
      (Canon n’a toujours pas renouvelé sa formule à 7 lentilles datant de 1968 )

      B-Les UGA : On a gagné...1 mm de focale en reflex depuis le fameux 13/5.6 de 1976.

      On espère (croisons les doigts !) gagner encore 2mm pour réaliser (d’ici 2016 ?) un HGA 10mm/4 (Des brevets ont déjà été publiés chez Nikon ).

      Le deuxième problème est que le coût de R&D de ces objectifs est relativement important...pour une poignée d’amateurs.

      Dernier problème : Il est peut-être possible de réaliser des objectifs ultralumineux ou HGA....mais ils sont trop lourds ou/et encombrants et
      risquent de décourager une clientèle potentielle déjà peu nombreuse pour ce créneau.

      Dans le cas des smartphones,les sustèmes optiques sont beaucoup plus simples et faciles à mettre en oeuvre...d’où leur renouvellement quasi-mensuel !!!

  • j’aime voir toutes ces critique de la part de personne qui utilise encore des boitier APS-c ou meme plus bas Canon
    vous n’avez jamais vu un Nikon 58 mm 1,2 NOCT ...moi j’en est un dans mon sac de plus ce 58 mm et là en attendant le 58mm 1,2 qui
    sortira chez Nikon donc ne comparé pas n’importe quoi svp.
    et pour ce qui critique le prix. quand on peu ce payez un 24x36 ont pleur pas aprés sur le prix des optiques ...mais avous avez peut être confondu
    c’est le 35mm DX qu’il vous faut vu votre boitier !!!

  • On va mettre tout lemonde d’accord : lisez le test sur lenstip et vous verrez : 1. Qu’il ne faut jamais rien acheter les yeux fermés 2. Que cet objectif est un des plus mauvais jamais produits par nikon : il n’arrive meme pas au minimum de netteté requis pour etre considéré comme utilisable avant f4. Enfin, jamais je n’avais lu une aussi mauvaise critique depuis des années. Connaissant le sérieux du site, je me dis soit ils sont tombés sur un nanar avec un défaut soit cette optique est vraiment naze, à un point tel que c’est tout juste s’il ne disent pas (ils le disent en fait de manière détournée) que nikon prend ses clients pour des cons. Alors, acheter les yeux fermés, surement pas, et surement pas ce 58 mm !