Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Nikon AF-S 28 mm : grand-angle lumineux

19/04/2012 | Laurent Katz

Nikon ne s’adonne toujours pas au pancake, se concentrant plutôt dans l’optique lumineuse, donc encombrante. Dernier opus : un 28 mm ouvert à f/1,8, enrichi au traitement Nanocristal.

Un grand-angle de voyage

C’est ainsi que Nikon qualifie sa nouvelle optique, compatible avec les reflex FX (plein format) et DX (APS-C) de la marque. Pas faux si l’on considère que l’amoureux de paysages, de photos panoramiques, de prises de vue à l’intérieur des cathédrales et autres bâtiments tirera profit de la luminosité importante, puisque l’objectif ouvre à f/1,8. Mieux que le modèle actuel, le 28 mm f/2,8 D AF, muni d’une bague de diaphragme qui en trahit l’ancienneté.

L’usage de la motorisation SWM pour la mise au point, le traitement Nanocristal qui minimise les images parasites, la présence de lentilles asphériques montrent que l’on est dans le haut de gamme. Ce que confirme le prix de 699 €, identique à celui du réflexe D3200 en kit qui vient d’être annoncé. On attend avec impatience sa sortie en mai, pour voir s’il rend justice au capteur ultra défini du D800.

Fiche technique

Nikkor AF-S 28 mm f/1,8 G

  • Type : grand-angle
  • Focale : 28 mm (42 mm, éq. APS-C)
  • Monture : Nikon F
  • Compatibilité : FX, DX
  • Formule optique : 11 éléments (2 asphériques) en 9 groupes, traitement Nanocristal
  • Protection : -
  • Bague de mise au point : oui
  • Motorisation : oui (SWM)
  • Stabilisation : -
  • Ouverture maximale : f/1,8
  • Ouverture minimale : f/16
  • Diaphragme : 7 lamelles
  • Distance minimale de mise au point : 25 cm
  • Grandissement : 0,22x
  • Accessoires : housse CL-091 (fournie), pare-soleil HB-64 (fourni)
  • Diamètre du filtre : 67 mm
  • Dimensions (L x ø)  : 80,5 x 76 mm
  • Poids : 330 g
  • Prix : 699 €

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages

  • super bonne nouvelle, mais un peu cher quand m^me.

  • C’est un progrès appréciable par rapport au 28 mm f/2.8 actuel.
    Du coup j’attend avec impatience un 24mm f/1.8 pour mon D300s, qui fera un équivalent 35mm.

  • Vivement les tests de JMS, si ce n’est déjà fait....
    Aussi bon que le 14 24 à focale équivalente ? Enfin un poil au-dessus !

  • Quel progrès !
    Après nous avoir concocté un 85/1.8 AFS avec 20 ans de retard sur son concurrent direct, Nikon récidive avec un 28 /1.8 à motorisation ultrasonique ... 17 ans après celui du concurrent !

    À ce rythme là, le 70-200/4 AFS VR n’est pas prêt de sortir. Pas grave : La patience des nikonistes est légendaire.

    Trêve de sarcasmes, c’est quand même une bonne nouvelle pour la gamme FX qui comble lentement mais sûrement son retard sur son principal concurrent.

    Pour réagir par rapport à un intervenant, il n’est pas si étonnant de voir le tarif du 28/1.8 AFS "modéré" par rapport à celui du 24/1,4 AFS : PAS DE VERRE ED dans la formule optique et ouverture f/1.8 Vs f/1.4.

    • Patience légendaire chez Nikon, et arlésiennes chez Canon (200-400, 24-70, 1Dx), chacun sa croix...

      "Lentement mais sûrement" ? Depuis 2007, Nikon a sorti en moyenne une optique tous les 2 mois environ (33 optiques si je ne m’abuse). Et à en juger par le nombre de brevets déposés (dont le 70-200 f/4 VRII, publié il y a un an), et l’opportunité offerte par le capteur du D800 de hisser la gamme optique vers le haut, ça laisse augurer un bon rythme de renouvellement et de comblage de trous béants.

    • Les brevets, c’est bien gentil mais ce qui compte c’est ce qu’on trouve sur les étagères. Là, le bilan est moins glorieux :
      Nikon en est encore à liquider ses Ai-S antédiluviens, il y a encore des AFD en pagaille sur le catalogue alors que Canon a pratiquement généralisé l’usage
      de la motorisation ultrasonique dans sa gamme EOS (il n’y a plus que 3-4 optiques qui n’en bénéficient pas encore).
      Ensuite, Nikon a produit des tas de brevets ....qui ne se sont jamais concrétisés :

      *Un zoom fisheye 10.5-16/3.5 qu’on attend encore depuis plus de 10 ans : Canon en a profité !(zoom 8-15/4 L FE)
      *Un 24/2.8 VR et 28/2.8 VR....que Canon a fini par reprendre à son compte (24/2.8 IS USM & 28/2.8 IS USM )
      * Un 200-400/4 AFS VR qu’ils n’arrivent pas à faire progresser (La version II reprend la formule optique du modèle précédent) alors que le concurrent s’apprête à proposer un 200-400/4 LIS à converter intégré.

      Je pourrais continuer longtemps comme ça.
      Dans le milieu optique, tout le monde se fout de la gueule de Nikon pour sa formidable inertie industrielle :

      *Canon parce que Nikon reprend ses idées avec 5 à 20 ans de retard (!)
      *Sigma parce que Nikon n’est pas capable de produire une gamme optique macro cohérente (À quand le remplacement du 200/4 macro AFD antédiluvien ?)
      *Tamron parce qu’ils doivent dépanner Nikon sur certaines optiques du catalogue (14 AFD,....)
      *Tokina qui prend en pitié ces pôOôvres nikonistes en annonçant un 70-200/4 à la place de Nikon
      *Cosina parce qu’ils sont capables de faire des Ai-S qui se vendent mieux (Les Zeiss ZF !)
      *Samyang parce qu’ils sont capables de faire des Ai-S beaucoup moins chers...et bien meilleurs
      *Sony, parce que Nikon n’est toujours pas capable d’assurer sa propre autonomie en matière de capteurs CMOS (!)

      Certes, Canon connaît également des problèmes d’inertie industrielle mais pas au point de concurrencer Nikon !
      *Le 24-70/2.8 L II est un p’tit peu en retard sur le tableau de marche (juillet 2012 au lieu de mai 2012 ; 2 mois de retard, une paille !)
      *Le 200-400/4 LIS annoncé "en développement" en février 2011 et "espéré" (par les aficionados !) pour avril 2012, n’est toujours pas annoncé officiellement par Canon
      mais on espère encore compte tenu de l’annonce des 500 L II & 600 L II pour mai 2012 (officiel)
      *Quant au 1D-X, il est annoncé pour mi-juin après avoir été espéré pour mi-mars : Pas de quoi fouetter un chat !

      Le problème de Nikon est ailleurs :
      Non seulement ils sont lents mais en plus ils se dispersent sur plusieurs formats !
      *Le format CX qui vient encore un peu plus compliquer loa donne avec le format DX et le format FX
      *Des nouveautés optiques qui n’en sont pas vraiment (toilettage du 200-400/4 AFS VR II etc...)
      *Des nouveautés optiques "spéciales geeks" pour contrer les indépendants (Ils s’apprêtent à lancer un 18-300 DX dont on sait déjà qu’il va souffrir en début et fin de range)

      Où va Nikon ?

    • Mince, mais qu’est-ce qu’il m’a pris d’oser adresser la "parole" à un fanboy internationalement réputé qui truste tous les espaces d’échange photo ?
      En plus, je ne peux même pas dire pour ma défense que je ne savais pas...

      Pour la peine, je copierai 100 fois : "je ne dois jamais ô grand jamais provoquer un fanboy sur un forum, même pour rigoler"
      Au moins la punition sera moins longue que la sentence !

    • Voilà un avis sûrement très objectif, pas sectaire du tout ... :-)

      Je crois que vous avez juste oublié (en vrac) :
      - La première mesure matricielle du FA (si çà ce n’était pas une innovation à l’époque !),
      - Des optiques AI-S mythiques comme le fish-eye de 220°, le 13 mm f5.6, le 105 micro,
      - Les premières optiques autofocus avec moteur intégré (he oui ... ce n’était pas Canon !),
      - Le premier 300 mm f/2,
      - La première mesure matricielle couleur,
      - La sortie simultanée des D3 et D300 ... beaucoup de Canonistes étaient "verts" de jalousie,
      - Les meilleurs modules autofocus du monde (et c’est encore le cas aujourd’hui avec le D4),
      - Le zoom 14-24 f2.8, avec un niveau de perfection optique rarement atteint,
      - Le D700 environ 1 an après le D3 (même si le 5D est arrivé entre temps),
      - Le D3s ... un véritable tremblement de terre en hautes sensibilité (Canon n’a toujours pas fait mieux).
      - etc ...

      Il est très difficile d’être bon partout : la gestion d’un portefeuiile de produits très technologiques est tout sauf facile, c’est vraiment une question d’équilibre !
      Au passage, il faut rappeller que Nikon n’a pas du tout les même moyens financiers que Canon (loin s’en faut).

      Pour moi, ce sont 2 des 3 marques mythiques de la photo en reflex avec Leica : la mise en compétition des 2 japonais fait que nous avons aujourd’hui des produits vraiment incroyables, tout simplement inimaginables il y a encore 10 ans (cela fait 32 ans que je fait de la photo !). Ces 2 géants de la photo ont tous les 2 repoussé les limites technologiques pour notre plus grand plaisir.
      Au final, nous avons des outils vraiment magiques pour faire de belles photos ... quelle que soit la marque :-)

    • Oui absolument !
      Si l’industrie automobile avait suivi la courbe de progression des appareils photo, on roulerait tous en soucoupe volante.
      C’est bien pour ça que je viens titiller les nikonistes !
      La course technologique n’est pas finie. Il y a encore pas mal de nouveautés à attendre et l’ère numérique n’a que 10 ans. Les ingénieurs ne sont pas prêts d’être au chômage !

      *Au niveau optique, l’AF va se généraliser ainsi que la motorisation ultrasonique (sauf les objectifs spéciaux). La stabilisation optique devrait également pratiquement se généraliser (sauf les objos spéciaux)
      Des technologies sont en cours de développement pour améliorer encore les performances des optiques (piqué, poids, flare,...)

      *Au niveau des boîtiers, on assiste à un resserrement des forces en présence au niveau pro(Les Nikon D4 et Canon 1 D-X sont très proches)

      Les évolutions à venir sont déjà dans les cartons :

      - AF capteur ou AF phase ?

      - visée reflex ou EVF ?

      - obturateur mécanique ou électronique ?

      - Capteur (suppression du filtre AA, microlentilles voire du filtre IR), réduction du coût des capteurs,...

      - Rafales, vidéo, Buffer,...

      - évolution du format plutôt à la hausse

      - Etc...

      Bref, l’annonce de ce 28/1.8 AFS n’est pour moi qu’un épisode sur l’évolution des reflex et la confiance que Nikon accorde à l’avenir du format FX.
      J’attends (beaucoup ) mieux à l’occasion de la prochaine Kina.

    • ...En retard peut-être, mais au moins les objectifs ne sont pas mous comme chez CANON ;)
      Je suis photographe Pro, et nikonniste par la même : J’ai vu 3 confrères revendrent plus de 4000€ de matos pour passer chez Nikon,
      tant la gamme L elle-même manque incroyablement de piqué...
      Il fallait peut-être mieux attendre assez longtemps une optique de qualité, plutôt que s’obstiner à tâter dans le mou.
      ... Je n’en respecte pas moins Canon qui a bien d’autres qualités !
      Au passage, réétalonner ses prix sur ceux de Nikon, sans avoir la même qualité optique derrière, n’était certainement pas le meilleur plan commercial !

  • Bonne nouvelle en effet, mais à quand un petit 35mm FX de qualité, pas encombrant, à f2 ou à f2.8, et à un prix abordable ?

  • "Nikon ne s’adonne toujours pas au pancake, se concentrant plutôt dans l’optique lumineuse, donc encombrante."
    Est-ce que cette phrase sous-entend un regret ?
    Pour ma part je préfère que Nikon se concentre sur ce qu’il sait faire, de belles optiques, plutôt que de sortir des pancakes ou d’autres combines du genre orientées "tout public" (plusieurs autres fabricants se sont lancés sur ce créneau, je n’y vois pas trop d’intérêt).

    • Pentax a su conjuguer pancake et qualité optique... ^^

    • Bonjour,

      Oui, c’est un regret. Mais heureusement, Voigtländer en produit. Le pancake n’est pas une optique de remplacement, juste une autre solution pour faire des portraits sans mettre sous le nez du sujet un objectif intimidant. Et puis on peut faire une sortie avec un 28 ou un 35 mm compact, et gagner en encombrement. Par ailleurs je ne vois pas pourquoi un pancake ne serait pas une belle optique si l’on y met les moyens.

      Laurent

    • Je serais intéressé de savoir avec quels pancakes Pentax vous avez eu des déboires optiques.
      Laurent

    • ne nous trompons pas de débat. les pancakes sont des optiques destinées à ceux qui veulent voyager léger. Il est logique de les envisager sur des petits boîtiers comme les micro 4/3 ou sony nex parce que la taille du boîtier est dans la même logique. A quoi cela servirait-il de mettre un pancake sur un d4 ou un d800 avec grip ???
      Il faut bien constater - malheureusement - que jusqu’à présent AUCUNE optique pancake Pentax, Sony (le 16 mm est une horreur) ou Voigtländer en aps-c (je pense au 20 MM, je ne parle pas du 40mm) ne tiennent la route optiquement. J’ai essayé le 20 mm voigtländer et le pancake Pentax : je n’ai jamais essayé des optiques aussi chères et aussi ... mauvaises sur les bords : une catastrophe. Même en diaphragmant à 8, le Voigtländer est un cul de bouteille, quant au Pentax, il faut lui ajouter, en plus du flou, les aberrations chromatiques. On a fait un buzz autour des pancakes mais honnêtement, je ne vois pas vraiment ce qu’ils apportent - en tout cas au moment où on parle - au photographe. Le semi-pro et le pro, s’ils veulent voyager léger, partent avec du leica m9, ou alors ils sélectionnent un zoom et deux optiques fixes lumineuses pour leur reflex. Le pancake : un effet de mode dans le monde du reflex !! On rêve toujours d’un boîtier silencieux et discret comme le ricoh grd, équipé d’un très bon 28 mm, d’un excellent viseur et d’un capteur performant. Ne me parlez pas du Fuji X100 : c’est déjà trop gros, l’optique n’est pas nette sur les bords, l’obturateur première version est défaillant et les menus sont alambiqués. Leica, avec son X1, aurait pu frapper fort mais il a raté son entrée à cause de l’autofocus trop lent, de l’optique pas assez large, d’une autonomie de batterie ridicule et d’un écran à pleurer. Qui sait, un X2 qui nous surprendrait ???

    • Bonjour,

      Au risque de vous choquer, d’autant plus que je travaille dans une revue qui publie des tests optiques pointus, je dois avouer me satisfaire des pancakes Pentax (mais pas du Sony 16 mm qui lui est vraiment mauvais). Le piqué extrême, du sol au plafond, que j’apprécie, n’est pourtant pas un critère déterminant pour moi. Je dirais que le prix n’en vaut pas la chandelle. Et comme je ne risque pas de devenir footballeur de Ligue 1, patron du CAC 40 ou star du cinéma, je ne me vois pas passer au M9 et aux Summicron. Et quand je me serai décidé entre l’EOS 5D Mark III et le Nikon D800, les Voigtländer seront du voyage, et sans doute un caillou Zeiss aussi.

      Un niveau de qualité décent me convient et des portraits au 70 mm (les bords sont flous de toute manière en raison de la mise au point) m’ont permis de réaliser des tirages A3 qui tiennent la route. Et j’emploie d’autres pancakes (sur un K5) avec satisfaction. Une bonne photo n’est pas forcément piquée, tout dépend de sa nature. Et DxO est là pour éradiquer des aberrations chromatiques gênantes. Mon usage n’est évidemment pas professionnel et ces quelques considérations n’ont d’autre but que de faire prendre conscience aux différents débatteurs de nos forums que les attentes techniques des uns et ses autres diffèrent selon leur sensibilité, leur budget et la destination des images. Et d’éviter les avis péremptoires et définitifs sur ce qui est bien ou mal.

      Laurent