Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Nikon Coolpix P330 : enfin du Raw !

05/03/2013 | Benjamin Favier

Présentation

Le Nikon P330 succède au P310, dans le haut de la gamme Coolpix. Il s’impose comme le pendant du P7700, à l’image du S110 par rapport au G15 dans la famille PowerShot chez Canon. Pas de chamboulements au niveau de l’ergonomie. L’essentiel des évolutions a eu lieu à l’intérieur.

L’emplacement des touches et molettes est identique par rapport au P310. La couronne autour du zoom laisse penser qu’on peut actionner cette dernière : il n’en est rien et c’est regrettable, tant cette fonction fait fureur sur des compacts comme le Sony Cyber-shot RX100 ou les Canon PowerShot S. Sur le dessus, on note l’apparition d’un pictogramme dédié au GPS, qui faisait défaut sur le P310. Toujours en surface, les plus observateurs noteront que la couleur de l’optique est raccord avec celle du boîtier dans la version blanche, lorsqu’il est rentré – il était noir auparavant. En revanche, des anneaux noirs sont visibles quand le fût se déploie…

Aménagement intérieur

En interne, les changements sont nombreux. À commencer par la définition et la taille du capteur. Le Cmos de 1/2,3 pouces et 16 Mpxl cède la place à un imageur de 1/1,7 pouces et 12 Mpxl. Une taille en légère hausse et un nombre de pixels revu à la baisse. Nous sommes bien dans le domaine des compacts experts. La luminosité du zoom en atteste également, du moins à la plus courte focale (f/1,8 à 24 mm). La plage de focale voit un peu plus loin puisque l’on passe d’un 24-100 mm à un 24-120 mm, avec une ouverture maximale moyenne en bout de course (f/5,6). La stabilisation VR sur quatre axes est chargée de compenser cela.

Nous avons suffisamment critiqué Nikon pour avoir oublié le format Raw sur les P300 et P310, pour cette fois, saluer l’apparition du format brut dans les entrailles du P330. Cette absence faisait tache par rapport à la concurrence et nous empêchait, au sein de la rédaction, de considérer les deux modèles précédents comme des compacts experts dignes de ce nom. Bien qu’ils disposaient déjà des modes PASM, reconduits ici. La molette de réglages et le bouton FN placé sur le devant sont paramétrables. L’écran LCD de 3 pouces offre une définition de 921 kpts. Il n’est hélas pas tactile. Le mode Rafale progresse, à 10 im/s. Quant au mode Macro, la distance minimale de mise au point reste cantonnée à 3 cm en grand-angle.

Du côté de la vidéo, la cadence disponible est de 60 im/s en Full HD, de type entrelacé. Le micro intégré stéréo est reconduit. Toujours pas de Wi-Fi, sauf via le dongle proposé en option, comme sur les Nikon 1 ou certains reflex comme le D7100. Nikon annonce une autonomie de seulement deux cents vues, ce qui paraît bien insuffisant pour un appareil de cette catégorie.
Il sera disponible dès demain dans le commerce, au prix de 349 €.

- Le site de Nikon

Premier avis

Il y a deux manières de voir le Nikon P330. La première consiste à le comparer aux précédentes versions, les P300 et P310. Et de ce point de vue, les améliorations opérées en interne justifient ce renouvellement. À commencer par l’intégration du format Raw, qui faisait cruellement défaut jusque là. Le zoom 5x (24-120 mm en éq. 24 x 36), la cadence élevée (10 im/s) et le mode macro séduisant (3 cm) en font un compact de poche polyvalent. Et l’augmentation de la taille du capteur, qui s’accompagne d’une baisse de la définition, symbolise la volonté de Nikon de séduire les utilisateurs experts.

Cependant, certains aspects tempèrent notre enthousiasme, en attendant un test. Pourquoi ne pas proposer une couronne paramétrable autour du zoom, surtout lorsque le design le suggère ? Ce qui nous amène à la seconde manière d’analyser le P330 : par rapport à la concurrence. Car cette possibilité existe ailleurs. En outre, l’absence de Wi-Fi et d’écran tactile laissent ce modèle un peu en retrait par rapport à son concurrent direct, le Canon S110, par ailleurs légèrement plus compact. Pour le reste, la gamme Coolpix commence à prendre de l’ampleur sur le versant expert, avec les P330, P770 et le A.

Fiche technique

Principales caractéristiques


- Capteur : Cmos 1/1,7 pouces, 12 Mpxl
- Définition maximale : nc
- Wi-Fi : -
- GPS : oui
- Vidéo maxi : 1080i à 60 im/s
- Zoom : f/1,8-5,6/24-120 mm (éq. 24 x 36)
- Mode macro : 3 cm
- Mise au point : 9 zones, détection de visages, vue par vue, continu, suivi AF
- Stabilisation : optique
- Écran : LCD 3 pouces/921 kpts
- Modes d’exposition : PASM, modes Scènes
- Sensibilités : 80-3 200 Iso
- Vitesses : nc
- Rafale : 10 im/s
- Stockage : SD/SDHC/SDXC
- Sorties : Hi-speed USB, HDMI
- Dimensions/poids : 103 x 58,3 x 32 mm/194 g (avec accu et carte)

- Le site de Nikon

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages

  • Un compact "expert", ah bon ? À part le raw, que peut il bien y avoir sur un petit appareil équipé d’un tout petit capteur qui peut faire dire qu’il s’agit d’un appareil expert ??? D’autant que vous critiquez des fonctions absentes qui auraient éventuellement pu faire croire a un appareil "expert". un tel appareil pour etre expert devrait au minimum etre équipé d’un grand capteur, vous ne croyez pas ? Je vous l’ai déjà ecrit : arrêtez cette inflation sémantique, et parlez plutôt d’un appareil plus évolué techniquement dans la gamme mais pas d’un appareil expert, cela n’a pas de sens.

    • A mon avis, il y a une place pour ces compacts experts :
      Possedant des boitier reflex APS et plein format (Sony), il m’arrive de vouloir partir plus leger. J’ai essaye les compacts dits de voyage (Panasonic TZ-20, dont je me suis debarrasse tres vite, puis -beaucoup mieux- un Fuji F600EXR), mais leur qualitee d’image (meme en RAW et avec une resolution reduite a 8MP) est significativement inferieure a ce que donne mon Canon S100 dont le P330 semble s’inspirer tres fortement. L’ergonomie des ’experts’ est meilleure et on se sent plus proche d’un reflex sur de nombreux points. Les autres compacts sont bourres de gagdets mais ne sont pas faits pour les photographes

    • Vous écrivez : "un tel appareil pour etre expert devrait au minimum etre équipé d’un grand capteur, vous ne croyez pas ?"
      Non, un grand capteur n’est pas l’argument massue pour définir un compact comme étant expert. Regardez la série des Ricoh GRD et vous verrez qu’un compact peut être qualifié d’expert même avec un petit capteur.

    • Soit mais justement aujourd’hui, je dis bien aujourd’hui, ce qu’on reproche fondamentalement ( et j’ai eu un grdIII ) au Ricoh, c’est la taille de son capteur ! Tout le monde en appelle a un Ricoh GR avec un plus grand capteur. Rêvons, un Ricoh GR avec son ergonomie et sa discrétion ET un plus grand capteur, le bonheur absolu ! En attendant, le meilleur dans cette catégorie reste a mon sens l’olympus xz2 avec son écran orientable, son viseur performant en option, la grande luminosité du zoom et l’excellence optique. Difficile a battre.

    • J’utilise un Samsung EX1 depuis 2 ans, véritable compact expert, ouverture f 1.8, écran orientable en tous sens, objectif Schneider-Kreuznach, double stabilisateur, Raw, excellente luminosité à toutes les focales f 1.8 à 5,2mm et f 2.4 à 15,6mm, etc, etc. Et je vous parle même pas du piqué. J’ai trouvé le bloc note idéal.

    • J’ai eu possédé un P300 et je dois avouer qu’a ma grande surprise les jpeg obtenus étaient d’excellente qualité. Piqué, netteté, justesse de la colorimétrie, possibilités de réglages étendues par rapport à un compact classique. Faut pas trop monter dans les ISO mais c’est un excellent choix à un prix raisonnable pour qui veut un petit boitier discret et léger.

  • Bonjour,
    j’hésite entre cet appareil et le Canon S110. Lequel me conseilleriez-vous ?

    D’avance merci pour vos avis.
    Christian

Les optiques Nikon