Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Nikon D5 : nouvelle génération d’autofocus

05/01/2016 | Benjamin Favier

Le nom du successeur du D4s était connu depuis la fin de l’année dernière. Nikon lève enfin le voile sur ses caractéristiques, notamment un système autofocus entièrement revu, l’arrivée de la vidéo 4K et une montée toujours plus haut, en matière de sensibilité Iso…

Présentation

Le D5, comme ses prédécesseurs, s’adresse avant tout aux photographes professionnels et aux agences. Son lancement en cette année olympique (les Jeux d’été auront lieu à Rio) et d’Euro de football, qui se déroulera en France au mois de juin, est logique. L’accent est donc mis sur la rapidité et la qualité d’image. Et sur ces deux points, le D5 évolue de façon spectaculaire par rapport à ses aînés, avec un système AF revisité et la possibilité de photographier à des sensibilités affolantes…

AF à 153 points

C’est la principale nouveauté du D5. Depuis l’avènement des EOS-1D X et 5D Mark III, Canon avait repris des couleurs et un certain ascendant sur son rival de toujours avec son système autofocus à 61 collimateurs sur ses deux boîtiers plein format (et même 65, tous croisés sur le 7D Mark II). Aussi, le bon vieil AF Nikon à 51 collimateurs, largement éprouvé, a fait long feu. Place à un système à corrélation de phase œuvrant avec 153 points, dont 99 en croix, et 15 exploitables à f/8. Il sera possible en AF dynamique, de sélectionner des groupes de 25, 72 ou 153 points. Le D5 (ainsi que le D500 annoncé simultanément) devient le reflex le plus sensible au niveau du collimateur central (-4 IL) et -3 IL sur tous les autres. Au passage, la cadence augmente aussi, de façon moins spectaculaire, de 11 à 12 im/s, soit au niveau de l’EOS-1D X. Surtout, la mémoire tampon progresse, avec la possibilité de prendre jusqu’à 200 Raw (en 14 bits sans compression) ou Jpeg Fine en une série de rafales à condition d’employer le D5 utilisant les cartes XQD, Nikon ayant doublé les versions, la seconde proposant des CompactFlash seulement.

JPEG - 114.6 ko
L’écran de 3,2 pouces offre une définition de 2,36 Mpts et il est désormais tactile.

Capteur de 20 Mpxl

Ce n’est pas sur ce segment, qui privilégie la vitesse et la réactivité, que l’on s’attendait à ce que Nikon défie les Canon EOS 5DS/5DS R et Sony Alpha 7R II dans le domaine de la définition. Ce sera l’affaire d’un éventuel successeur du D810. Le D5 s’inscrit dans la lignée des navires amiraux de la marque, avec une définition que l’on peut qualifier de raisonnable en 2016. Ce, malgré une hausse, puisqu’elle passe de 16 Mpxl sur le D4s, à 20 Mpxl. A priori, ce ne devrait pas se faire au détriment de la qualité d’image en hautes sensibilités : Nikon annonce une plage allant de 100 à 102 400 Iso, avec la possibilité de l’étendre à 3 280 000 Iso (H5.0) !

Vidéo 4K

L’implémentation du processeur Expeed 5 n’est pas étrangère à cette extension. Ni à l’apparition de la vidéo 4K dans un reflex Nikon. Avec le D90, Nikon faisait figure de pionnière dans le domaine de la vidéo, puisqu’il s’agissait du premier reflex capable de filmer, en HD à l’époque. C’était en 2008. Depuis, le terrain a été occupé par le Canon EOS 5D Mark II, puis par des générations d’appareils hybrides ambitieux, tels les Panasonic GH4 et Sony A7. Il était temps que Nikon réagisse et c’est donc le D5 (avec le D500, annoncé simultanément), qui restera comme le premier reflex de la marque capable de tourner en Ultra HD, à 30, 25 ou 24 im/s. Le tournage en 1080p repose sur la cadence maximale de 50 im/s.

Deux versions du D5 seront disponibles. L’une reposera sur un double compartiment de cartes CF, l’autre sur un double lecteur dédié au format XQD : c’est cette version qui sera disponible en Europe. D’après Nikon France, il faudra recourir au SAV pour avoir droit à la version avec un double compartiment pour cartes CF. La sortie est prévue pour le mois de mars au prix de 6 999 €.

NOTE DE LA RÉDACTION : Nous mettrons cet article à jour au fur et à mesure des informations recueillies en direct depuis le CES, à Las Vegas. À lire aussi, une présentation détaillée du Nikon D500, nouveau reflex expert au format APS-C.


- Le site de Nikon

Fiche technique

  • Capteur : Cmos 24 x 36 mm, 20,8 Mpxl
  • Protection du boîtier : Tropicalisation
  • Stabilisateur : -
  • Anti-poussière : Vibrations ultrasoniques
  • GPS : -
  • WiFi :
  • Définition : [3/2] 5568 x 3 712 pxl [3/2, Raw S] 2 784 x 1 856 pxl
  • Vidéo : 4K à 24, 25 ou 30 im/s ; 1080p à 50 im/s
  • Micro : Stéréo
  • Sensibilité : Auto, 100 - 102 400 Iso, extension à 3 280 000 Iso (H5.0)
  • Formats de fichiers : Jpeg, Raw (NEF), Mov
  • Espace de couleurs : sRGB, Adobe RGB
  • Monture : Nikon F, avec moteur et bague AI
  • Autofocus : Corrélation de phase sur 153 points (99 en croix), sélection individuelle, groupée ou automatique ; collimateur central sensible à -4 IL
  • Mise au point : Autofocus simple, continu, suivi de sujet, manuelle
  • Mode d’exposition : PASM
  • Mesure de l’exposition : TTL par cellule RVB 180K
  • Type de mesure : Multizone 3D III, pondérée centrale sur 8, 15 ou 20 mm, ponctuelle sur point AF sélectionné
  • Compensation d’exposition : +/-5 IL par 1/3 IL
  • Bracketing d’exposition : jusqu’à 9 im. +/- 4 IL
  • Vitesse : 1/8 000 s à 30 sec, pose B
  • Vitesse de synchro X : 1/250 s
  • Rafale : 12 im/s avec AF continu
  • Flash intégré : -
  • Modes flash : Forcé, interdit, anti-yeux rouges, synchro lente premier ou second rideau, synchro haute vitesse
  • Compensation d’exposition au flash : -3 à +1 IL par 0,3 ou 0,5 IL
  • Viseur : Reflex 100 %, 0,72x, dégagement : 17 mm
  • Moniteur : LCD 3,2", 2,36 Mpts, tactile
  • Ecran LCD de contrôle : Oui
  • Modes d’affichage : Zoom, index (4, 9 ou 72 images)
  • Stockage : 2 XQD ou 2 CompactFlash selon la version
  • Connectique : SuperSpeed USB, mini HDMI, prise flash, télécommande / GPS, module WiFi, entrée micro stéréo, sortie casque, RJ45 (Ethernet gigabit)
  • Accessoires fournis : Accu EN-EL18a et chargeur, bandoulière, câble USB
  • Alimentation : Accu Li-Ion 10,2 V, 2 500 mA/h, 3 000 vues (normes CIPA)
  • Dimensions : 160 x 158,5 x 92 mm
  • Poids : 1 415 g (avec batterie et carte)

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages

  • On n’attendait plus le d400, voici le d500. On attendait un mirrorless : rien, nada, nothing. Autant les apscistes feront des bonds de joie à l’arrivée du d500, autant les autres, dont je suis, sont déçus de ne pas voir arriver enfin un digne successeur au nikon v3, sans parler des optiques, un digne successeur au nikon A, ou encore un FF mirrorless. Allez encore un (gros) effort nikon !

  • Enfin Nikon réagit aux avancés de Canon , depuis le tremblement de terre de 2011 j’avais l’impression que nikon se reposait sur ces acquis du D3s, du D300 et du D700. Ces boitiers qui à l’époque étaient en avance sur leur temps en proposant des améliorations que la segmentations des gammes empêchaient. Ces 3 dernières années j’ai vu un D800 délaisser le segment reportage pro à canon et son fabuleux 5DIII, un D600 un peu trop gras et aucune innovation conséquente, Nikon ne faisait même pas l’effort d’innover lors de la sortie d’un boitier, le D750 était un D610 avec l’AF et la mesure de lumière du D800, le D610 etait un boitier pour faire oublier le D600 et le D4S et le SB910 etait là juste pour une mise a jour du firmware et des boutons lumineux....

    Quand je vois les diverses infos de Nikon, je me dit enfin ils réagissent, un D5 avec un nouveau capteur, de nouveaux sommets en sensibilité, un nouvel AF bref on est parti d’une feuille blanche... le D500 pareil , on part d’une feuille blanche , on regarde ce qui marche et si on ne sait pas faire on invente.... c’est ce qui a fait le succès du 5DIII ou du 7DII chez canon là je retrouve la marque qui m’a fait changer de crémerie en 2010...

    Alors je ne pense pas pouvoir changer mon D4 en D5 car le prix est assez exorbitant , pour rappel le D4 etait a 6000€ a sa sortie, 6500 our le D4s et 7000 pour le D5 soit 16% d’augmentation en 4ans, mais j’apprecie grandement la prise de risque et la reponse aux diverses attaques des mirrorless et de leur concurrent favori

  • bonjour quel avance aura Nikon par rapport a ses concurrents comme pentax ou canon même Olympus avec ce nouvel appareil et quel sont les autres sortie d’appareil attendus cette année merci bonne journée
    bonne année 2016

  • @2
    Nikon tout comme canon proposent une évolution pas une révolution. Les révolutions se trouvent chez le mirrorless : Sony, olympus, panasonic voire fuji ont bien plus d’innovations intéressantes que les.canonikon. Le Jour où nikon proposera un boîtier comme le.coolpix A mais avec des optiques interchangeables, avec un système de stabilisation comme les olympus, des optiques comme les Fuji et avec un capteur digne de ce nom, alors nikon cassera la.baraque. Le reste est bien trop cher, trop gros, trop encombrant sinon,comment expliquer l’attente d’un apsc "haut de gamme" ?

  • Très bien pour le sport. Mais maintenant il va falloir travailler sur des optiques de haut vol. Je pense comme mettre à jour un bon 135mm F1.8 à la place du F2, rapide et précis, serait vraiment intéressant....
    En tout cas , on se rend compte que finalement Nikon ne dort pas sur ses acquis.

  • Je suis très décu uniquement du fait qu’on n’a pas la possibilité d’utiliser des cartes CF surtout qu’on a investi sur des très bonnes cartes perfommantes sur le conseil des pro qui disaient que c’est le format PRO à prévilièger à d’autres !

  • UOPS, je suis désolé je n’ai pas tout bien lu, car on peut le commander avec 2 slot CF, j’avais alors confondu avec le D500 qu’on ne peut pas avoir des slots de stockage de cartes CF ! Alors le D5 est vraiment presque parfait.
    Concernant :"Je suis très déçu uniquement du fait qu’on n’a pas la possibilité d’utiliser des cartes CF surtout qu’on a investi sur des très bonnes cartes performantes sur le conseil des pro qui disaient que c’est le format PRO à privilégier à d’autres !"

  • @3

    Il ne faut pas forcément considérer le Nikon D5 comme un jouet technologique destiné à en mettre "plein la vue"
    aux photographes profesionnels et passionnés.
    Le boîtier haut de gamme Nikon doit avant tout être regardé comme un outil destiné aux professionnels,
    donc un modèle de robustesse et de fiabilité, tout en combinant des performances exceptionnelles sur certains critères :

    - Rapport signal/bruit maximal du capteur et faible bruit de lecture du capteur
    - Dynamique aussi élevée que possible
    - Richesse des tons
    - Montée dans les hauts isos
    - couverture AF aussi large que possible
    - Sensibilité de détection dans les BL aussi grande que possible
    - Capacité de suivi des sujets mobiles lors de rafales
    - Vitesse de PDV aussi grande que possible (rafales) avec un buffer d’une capacité également aussi grande que posssible
    - Durabilité de l’obturateur aussi grande que possible (on parle d’une fiabilité moyenne de 400.000 PDV pour ce boîtier)
    - Etc...

    Si le Nikon D5 n’est pas forcément le meilleur boîtier possible pour tous les critères, il fait néanmoins partie des meilleurs pour chacun d’entre eux.

    Globalement, le Nikon D5 est conçu pour être le "nec plus ultra" des boîtiers reflex professionnels et il figurera normalement sur la liste des meilleurs boîtiers de l’année.

  • @4

    Eh oui, Canon / Nikon ne proposent pas ou peu de révolutions mais... ils dominent malgré tout le marché des APN à optiques interchangeables !!!

    Les acteurs du mirrorless sont bien gentils à nous proposer des gadgets en tous genres (connectivité, ciné 4K etc...)
    mais...ils ont tendance à oublier ce qu’est un appareil photo tel qu’on les concevait au siècle dernier...et la gamme optique qui va bien avec !
    Certains acteurs du mirrorless ont bien progressé (Sony), d’autres savent encore tirer leur épingle du jeu (Olympus, Fuji,...)mais au bout du compte les acteurs dominant sont toujours... les mêmes !!!
    À ce petit, certains acteurs du mirrorless, censés représenter la fameuse "modernité", commencent à mordre la poussière (Samsung,....). Comment expliquez-vous celà ???

  • 7 000 € le D5 ! Et certains trouvent Leica cher ! Le D4 faisait 5 800 et là POUM ! 1 200 euros de plus ! J’étais chaud pour le D5 et 24-70 f/2.8... mais là je crois que je vais réfléchir, garder mon D4 serait peut être une bonne idée ...

  • Eric-P, tu parles...parles... encore et encore ici depuis bon nombre de temps, mais peut-on voir tes photos ? Tes exigences me fond tantôt dire que tu es très pointu dans le domaine, tantôt rire aux éclats...

  • Ah je ne pourrais pas vous montrer mes photos sur ce site car il n’y a pas la possibilité de le faire mais où est le rapport
    avec ce que je dis ?

  • Eh oh, les Nikonistes, revenez un peu à la réalité !!!
    Chaque nouveau boîtier est systématiquement critiqué voire dénigré, et les précédents étaient toujours meilleurs, bien sûr. On a atteint le sommet de ce genre de débat lors de la sortie du D800 : Le D700 était alors le chouchou des forums, et rien , pensait-on, ne pourrai jamais le remplacer.
    Quelle tête feriez vous, Messieurs les râleurs si on vous sortait aujourd’hui un appareil pro avec un capteur de 12 MP ???
    Et pourtant, que n’a-t-on pas entendu au sujet de la montée en pixels !!!

    Le D5 me semble être un magnifique bijou, hors de ma portée hélàs... Mais rien que le mode rafale avec suivi du focus me fait rêver, alors...

    Bonne journée à tous !

  • Bonjour,
    Je fais principalement des photos de spectacles, possédant un d4 et un d750, le bruit du mirroir est très important pour moi.
    Quand est il du D5 ? Moins bruyant qu’un D750 ?