Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Nikon D500 : 73 optiques testées

05/08/2016 | Benjamin Favier

Dans cet opus consacré au reflex APS-C haut de gamme, Jean-Marie Sepulchre a passé en revue trente-neuf focales fixes et trente-quatre zooms. En mettant l’accent sur les optiques macro et les longues focales, ainsi que les Nikkor AIS, qu’affectionne particulièrement l’auteur.

En attendant la Photokina, qui prendra ses quartiers à Cologne du 20 au 25 septembre, il ne fait aucun doute que le boîtier le plus marquant du premier semestre est le D500. Après cinq ans d’attente, Nikon a enfin donné une descendance aux D300/D300s, avec la manière, puisque le nouveau venu reprend les principales caractéristiques du D5, autofocus et vidéo Ultra HD en tête. C’est donc fort logiquement que notre collaborateur, Jean-Marie Sepulchre, lui consacre un ebook, avec soixante-treize tests optiques à la clé.

Avant d’attaquer les bancs d’essai, cent-seize pages sont consacrées à la présentation de l’appareil, de son écosystème, ainsi qu’à diverses mesures relatives au bruit et à la dynamique. Nous apprenons ainsi, en ce qui concerne la gamme dynamique, « que le D500 est très proche du niveau du grand capteur du D4 de 800 à 102 400 Iso. » Les férus d’assemblage apprécieront la description très détaillée des matériaux qui charpentent le D500 (lire page 14). Le chapitre 3 distille de nombreux conseils liés aux réglages pour paramétrer au mieux son boîtier, du choix de l’espace couleurs à la mesure de la lumière en passant par les réglages de l’autofocus. La partie consacrée à la vidéo est plus dense qu’à l’accoutumée, les caractéristiques du D500 sur ce point expliquant cette évolution par rapport aux précédentes publications dans cette collection.

Sélection restreinte de zooms performants

Le plat de résistance est servi aux chapitres 7 et 8. Au menu, trente-neuf focales fixes et trente-quatre zooms. Outre les objectifs Nikkor (le sigle DX, indiquant les modèles dédiés à l’APS-C, apparaît en rouge), on trouve des optiques compatibles Samyang, Sigma et Tokina. Pour chacune, les graphiques DxO renseignent sur les performances en matière de piqué, vignetage et distorsion. Une note globale est attribuée, cinq pastilles symbolisant le Graal. Si l’on trouve nombre de bons élèves parmi les focales fixes, rares sont les zooms, tous types confondus, à obtenir la note maximale, sur le capteur de 20 Mpxl du D500. Par exemple, les Sigma 17-70 mm f/2,8-4 Contemporary et Nikkor 200-500 mm f/5,6 font partie des valeurs sûres.

Les vidéastes regarderont de près le 8-16 mm, qui offrira l’équivalent d’un 18-35 mm en mode 4K sur le D500 ; il n’y a pas de focale aussi large dans la gamme Nikon, ce qui limite les possibilités en matière de cadrage au grand-angle en vidéo Ultra HD, en raison du coefficient supplémentaire de 1,5x. Toujours en configuration de tournage, les optiques AIS à mise au point manuelle comme le 105 mm f/2,5 sont appréciées pour la fluidité de la bague de mise au point et l’on note au passage des performances globales de haut vol. Il s’agit du vingt-et-unième livre de la collection d’ebooks rédigés par Jean-Marie Sépulcre chez Eyrolles, le seizième consacré à un boîtier Nikon.

- Le Nikon D500, réglages, tests techniques et objectifs conseillés
- Éditions Eyrolles
- Ebook, 265 pages
- 16,99 €

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages

  • Curieux de voir quelles étaient les optiques testées, je suis allé sur le site de l’éditeur ou j’ai trouvé la liste. Le sigma 17-70 me semblait intéressant. Je suis donc allé voir le test de JMS. Et là, je suis perplexe. Je vous explique. Le bleu foncé indiqué l’excellence. Il y a ce bleu d’excellence, donc la,performance maximale, à tous les étages. Or dans la,conclusion, JMS écrit : pour le,paysage, à la focale la plus large, il faut fermer de plusieurs crans. Dont acte. Je suis donc allé voir sur Photozone, le site bien connu, et là, pas de surprise, le test confirme bien la,faiblesse de l’optique sur les bords à la focale de 17 mm. comment dès lors expliquer ce bleu d’excellence en position grand angle, et comment se fier aux autres tests pour acheter en bonne connaissance de cause ?? J’aimerais comprendre.

  • Mon pauvre, les tests, c’est comme les sondages et les statistiques, ça sert à vendre de la lessive...

  • Pas d’accord avec @2 dans ce cas là : je pense que les tests de JMS sont fait avec sérieux et les résultats annoncés semblent bien correspondre à la réalité pour les combinaisons boîtiers/objectifs que j’ai pu tester ces dernières années. Par contre on n’est jamais à l’abri d’une erreur d’impression (ex : permutation de 2 graphiques entre 2 pages). J’imagine qu’il va vérifier s’il y a un problème sur cet objectif précis.

  • du point de vue de la richesse des optiques testées, c’est tout bon.
    Par contre JMS, il y a un gros oubli : les gens qui montent des tromblons sur un D500 (300 2.8, 400 2.8, 500F4, etc et même 200-500) les marient parfois avec des TC, et si il y a qq allusions par écrit aux TC dans l’ouvrage, les graphiques avec les TC sont complétement absents. Dans les ouvrages précédents on avait droit à ces graphiques avec TC (D3s, etc)
    Pourquoi avoir choisi de supprimer cette partie très intéressante sur un boitier qui a pour vocation de monter des tromblons ? Si tu as malgré tout fait ces mesures il y aurait moyen de les partager sur le site ?