Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Nikon D500 : Conditions humides

14/09/2016 | Bruno Calendini
JPEG - 171.4 ko
Photo : www.calendini.comEXIF : Nikon D500 ■ AF-S Nikkor DX 16-80 mm f/2,8-4E ED VR ■ 18 mm (equ. à 27 mm en 24x36) ■ 1/500s ■ f/3.5 ■ 100 Iso

Selon le reportage, certains accessoires servent plus que d’autres. En Alaska, la météo nous a parfois joué des tours et il a fallu faire avec. Nous avons passé une semaine en cuissardes avec des manteaux de pluie et des moustiquaires.... c’était la base ! Pour protéger les boîtiers fixés sur des trépieds en permanence, le sac poubelle s’est imposé, car il est léger, assez grand et malléable pour s’adapter aux configurations changeantes jusqu’aux plus grosses (par exemple rotule vidéo + boîtier + téléobjectif + viseur externe ou Atomos Ninja). En revanche, le vent le transforme en voile de bateau ! Il devient alors bruyant et à tendance à se déchirer. Le mieux est alors de l’ajuster avec des élastiques. Avec un peu de sens pratique, ça devient parfaitement fonctionnel.
Dans cette configuration, les pare-soleil sont indispensables. Non plus pour éviter les rayons parasites, mais les gouttes de pluie sur les lentilles. Ils interdisent malheureusement l’usage des filtres ND multigrades en vidéo, mais leur usage n’est pas indispensable au téléobjectif par temps sombre.
Sur la photo ci dessus, notez le sac accroché à l’axe central du trépied par un petit mousqueton. Ce système permet de beaucoup gagner en stabilité. Notez également la housse anti-pluie intégrée du sac Lowepro, efficace et pratique.

Dans ces conditions humides, d’autres matériels devaient être rapidement accessibles tout en restant au sec. C’était le cas des accus, notamment les 2 que j’avais en permanence dans la poche et que je protégeais dans une pochette étanche.

Même chose pour les cartes mémoire : deux étuis étanches et incassables gardaient mes cartes au sec. Je les conservais dans une poche de veste, solidement fixés aux fermetures éclair par des petits lacets. Notez les couleurs particulièrement vives des boîtiers, plus faciles à retrouver dans l’herbe ou dans l’eau, au cas ou j’en perdrais un.

Enfin, le chiffon microfibre. Peu onéreux et très répandu dans le commerce, il est aussi utile qu’efficace pour nettoyer un viseur, un écran ou une lentille d’objectif. Il sert également pour les verres de lunettes, les jumelles... et il est le bienvenu quand quelques gouttes mouillent le matériel, malgré toutes les précautions mentionnées plus haut

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.