Publié le : 21/02/2013

Nikon D7100 : 24 Mpxl sans filtre passe-bas

Après une année placée sous le signe du plein format, Nikon renouvelle son offre dans le domaine de l’APS-C, sur le segment expert. Le D7100 reprend notamment le système autofocus à 51 collimateurs et voit sa définition augmenter à 24 Mpxl.

Présentation

Nikon dévoile le successeur du D7000, deux ans après sa sortie. Un reflex ambitieux, positionné alors juste en dessous du D300s et surtout face au Canon EOS 60D. Des appareils situés à mi-chemin entre les segments amateurs et professionnels. Au vu des caractéristiques, et en attendant une prise en main du boîtier, le D7100 se rapproche un peu plus de l’étage supérieur.

JPEG - 192.2 ko
Le D7100 bénéficie de nombreux joints d’étanchéité.

Définition en hausse

Le capteur Cmos APS-C voit sa définition passer de 16 Mpxl à 24 Mpxl. Tout sauf une surprise, les D3200 et D5200 ayant emprunté la même voie. En revanche, la décision de Nikon de se passer d’emblée de filtre passe-bas, est plus étonnante. La marque a récemment proposé un tel modèle, le D800E n’étant autre qu’un D800 dénué de cet attribut. Pentax offre aussi la même philosophie, avec les K-5 II et K-5 IIs. Là, Nikon n’offre pas d’alternative. Comme Fujifilm avec le capteur Cmos X-Trans des X-PRO1 et X-E1, dotés il est vrai d’une structure de filtres colorés différents de la classique matrice de Bayer. Sans filtre passe-bas, le risque de moiré sera vraisemblablement plus important, tandis que la restitution des détails devrait être meilleure. Seul un test permettra de juger la pertinence de ce choix.

51 collimateurs

Exit le capteur AF à 39 collimateurs. En dotant le D7100 du système autofocus à 51 collimateurs avec suivi 3D, Nikon rapproche le nouveau-venu de la gamme experte, voire professionnelle. Et atténue un peu plus l’espoir de voir arriver un successeur du D300s. Même si le mode Rafale reste bloqué à 6 im/s, quand ce dernier photographie à 8 im/s (avec le renfort de la poignée MB-D10 et d’un accu haute capacité). Cependant, la cadence passe à 7 im/s sur le D7100, moyennant un recadrage de 1,3x. La définition chute alors à 15,6 Mpxl. Le châssis, partiellement conçu en alliage de magnésium (dessus et face arrière), assure une protection contre la poussière et les intempéries, autre caractéristique digne d’un boîtier expert. La mesure de l’exposition sur 2016 photosites, déjà à l’œuvre sur le D7000 et les reflex 24 x 36 sortis l’an dernier par Nikon, est reconduite. Tout comme le double compartiment pour cartes SD et la visée à 100 % (grossissement 0,94x).

L'ergonomie du D7100 est très proche de celle du D600.

Petit frère

En apparence, le D7100 ressemble, à s’y méprendre, au D600. La présence d’un micro stéréo et des filtres Effets sur le barillets de réglages principal du D7100 permettent de le distinguer du modèle 24 x 36, en regardant la vue de dessus. Au dos, les touches sont agencées de la même manière. Seule leur répartition diffère légèrement, notamment avec l’apparition d’un bouton « i » sur le D7100. Ce dernier permet d’accéder directement à une nouvelle fonction, en mode Live View : la mesure spot de la balance des blancs, qui permet d’ajuster de manière précise la température de couleur, ce qui devrait notamment être précieux en vidéo. L’écran de 3,2 pouces offre une définition de 1,22 Mpts. Malheureusement, il n’est pas orientable. Un flash intégré est bien présent. C’est le même qui officiait dans les entrailles du D7000 (NG 12, synchro X au 1/250e). Il permet de piloter des flashs sans fil à distance.

Le D7100 bénéficie d'un écran LCD de 3,2 pouces et 1,22 Mpts.

Vidéo et fonctions ludiques

À l’instar des reflex plein format de la marque sortis l’an dernier, le D7100 hérite d’une prise casque. Un micro stéréo intégré fait son arrivée, en plus de la possibilité d’en brancher un via la prise mini jack. Il est possible de tourner en Full HD (1080p) à 30, 25 ou 24 im/s. Les cadences de 60 et 50 im/s sont seulement accessible en 720p, comme sur les D4, D800/D800E et D600, ou alors en 1080i, avec le recadrage 1,3x.

Sept effets font leur apparition, en plus des habituels modes Scènes. Ils sont rassemblés sous une bannière éponyme, sur le barillet de réglages : Couleur sélective, Miniature, High-key, Low-key, Silhouette, Dessin couleur et Vision Nocturne. On retrouve des fonctions habituelles sur les reflex Nikon, comme la prise de vue par intervalles ou le HDR. En outre, le D7100 est compatible avec le dongle Wi-Fi WU-1a, proposé en option. Ce qui signifie qu’il n’intègre pas de mode Wi-Fi. Ni de GPS. Un nouvel accessoire voit le jour, le WR-1 (529 €). Il s’agit d’un émetteur-récepteur pour le contrôler à distance. Il fonctionne par fréquences radio, avec une portée maximale de 120 m.

Le Nikon D7100 sortira le 21 mars au prix de 1 149 € nu. Il sera aussi proposé en kit avec le 18-105 mm VR au prix de 1 349 €.

- Le site de Nikon France

- La fiche officielle du Nikon D7100

Premier avis


2012 fut l’année du plein format pour Canon et Nikon. Le 24 x 36 a fait une entrée fracassante sous la barre des 2000 €, avec les EOS 6D et D600. D’aucuns se sont alors interrogés sur l’avenir du format APS-C sur le segment expert. La sortie du D7100 apporte un premier élément de réponse. Ce type de capteur a encore un avenir et un public (amateur de photographie sportive et animalière)… et une gamme optique dédiée ultra complète et bien plus légère que les modèles uniquement compatibles en plein format. Mais la question se posait d’autant plus chez Nikon que les optiques DX peuvent être montées sur les reflex 24 x 36 de la marque.

L’avènement du D7100 laisse en revanche planer un doute sur la succession du D300s. L’intégration du fameux système autofocus à 51 collimateurs, la construction tropicalisée et les caractéristiques du boîtier laissent peu de place à un tel boîtier, malgré un mode rafale modeste (6 im/s, 7 im/s en recadrage DX 1,3x).

Nikon confirme son intention de ne pas laisser le leadership à Canon dans le domaine de la vidéo, en montrant une certaine cohérence dans sa gamme de reflex experts et professionnels : le D7100 hérite des mêmes attributs que ses aînés, prise casque en tête. Ce qui n’est par exemple pas le cas de l’EOS 6D chez Canon.

Sur le papier (nous n’avons pas pu prendre le modèle en mains), le D7100 s’avère séduisant en diable. Nikon aurait pu aller encore un peu plus loin en le dotant des fonctions Wi-Fi ou GPS et surtout d’un écran orientable. Mais il faut reconnaître que ce reflex APS-C en offre déjà beaucoup. Vivement un test, ne serait-ce que pour évaluer l’impact de l’absence de filtre passe-bas…

- Le site de Nikon

Fiche technique

Principales caractéristiques

- Capteur : Cmos 23,6 x 15,6 mm, 24,1 Mpxl, format 3/2, sans filtre passe-bas
- Protection du boîtier : oui
- Stabilisateur : -
- Anti-poussière : Oui
- LiveView : Oui
- Wi-Fi : -
- GPS : -
- Définition maximale : [3/2] 6000 x 4000 pixels
- Vidéo : 1080p (30, 25, 24 im/s, H,264)
- Sensibilités : Auto, 100-25 600 Iso
- Formats de fichiers : Jpeg, Raw, Raw + Jpeg, Mov
- Espace de couleurs : AdobeRGB, sRGB
- Monture : Nikkor AF
- Coefficient multiplicateur : 1,5x
- Mise au point auto. : Détection de phase TTL
- Zones de mise au point : 9, 21 ou 51 (15 en croix)
- Illuminateur AF : oui
- Mise au point  : Automatique au déclenchement, ou continue, suivi dynamique, détection de visages en visée directe
- Mode d’exposition : PASM, modes Scènes (7)
- Mesure de l’exposition : TTL
- Plage d’exposition : nc
- Type de mesure : Matricielle 3D II (2 016 zones), pondérée centrale, moyenne, ponctuelle
- Compensation d’exposition : +/- 5 IL par 0,3 IL
- Bracketing d’exposition : 2 à 5 vues (par 0,3 ou 0,5 IL)
- Vitesse : 1/8 000 à 30 s
- Vitesse de synchro X : 1/250 s
- Rafales : 6 im/s
- Retardateur :
- Balance des blancs : Auto, préréglée (6), mesurée (5), 2 500 à 10 000 K, mesure spot de la balance des blancs
- Bracketing balance des blancs  : Oui
- Réglages divers : Mode Picture Control : 
 couleur, contraste, luminosité, accentuation, teinte, D-Lighting, correction de la distorsion
- Prise flash : Griffe
- Contrôle du flash : TTL
- Flash intégré : NG 12 à 100 Iso
- Compensation d’exposition au flash : - 3 à + 1 IL par 1/ ou 1/2 IL
- Commentaires sonores : -
- Visée : Reflex optique (100 %), grossissement 
, 0,94x
- Moniteur : LCD TFT 3,2 pouces/1,22 Mpts
- Écran LCD de contrôle : Oui
- Modes d’affichage : Index (4, 9 ou 72), calendrier
- Stockage : SD/SDHC/SDXC x 2
- Interfaces : Hi-speed USB, AV, HDMI, Micro, télécommande, casque
- Configurations utilisateur : 4
- Touches personnalisables : nc
- Divers : Guide et aide en ligne, surimpression, filtres, correction de distorsion, perspective, yeux rouges, filtres et effets, recadrage, conversion en Raw, intervalomètre, Effets
- Télécommande : opt.
- Logiciels : Nikon ViewNX 2
- Accessoires fournis : Accus et chargeur, bandoulière, 1 câble USB, 1 câble audio/vidéo
- Alimentation : accu Li-Ion EN-EL15
- Dimensions/Poids  : 136 x 107 x 76 mm/765 g (avec accu et carte mémoire)

Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Les commentaires liés à cet article

Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages

  • Supprimer le filtre passe-bas devient la nouvelle norme.
    Les propriétaires d’un D800 (non E) ou d’un D600 risquent ne pas comprendre !
    Mais un capteur FX avec passe bas est-il plus performant qu’un capteur DX sans ce fameux filtre ?
    Les test parleront....

  • Toujours pas d’écran orientable (les semi-pro ne semble pas pouvoir bénéficier de cette possibilité très utile), ni de pose B !
    Attendons les premiers tests pour voir si le prix est justifié par rapport au D5200.
    Castor

  • Effectivement on se rapproche de plus en plus de la catégorie du dessus.. à croire que Nikon ne sortira jamais de remplaçant du D300s ! Et avec la sortie du D600 l’année dernier cela semble se confirmer !
    Le fait qu’il n’ait pas de filtre passe bas n’est pas si étonnant que ça puisque les résultats obtenus avec ce genre de capteur est très bon et le risque de moiré semble être bien maitrisé (à condition d’utiliser des optiques de très bonne qualité). Par contre je ne comprends pas l’absence d’écran orientable !!!! A l’heure ou la fonction vidéo devient un argument commercial... je ne comprends pas !

    @steph On ne peut comparer un capteur full frame et un APS-C quand ils sont montés dans des boitiers différents avec des électroniques différentes. Il faut arrêter de tout vouloir comparer !
    @ Castor... les reflexes quelques soit le modèle possèdent tous un mode Pose B !!!!! Si vous utilisez un réflexe Nikon je vous conseille de replonger dans le mode d’emploi !!! Et je ne doute pas qu’il soit meilleur que le D5200... rien que les 51 collimateurs (contre 39) me feraient choisir le D7100 !

    • excusez mon ignorance mais juste une question qui peut paraître idiote : qu’est ce que le problème de moiré lié au filtre by pass a à voir avec les qualités d’une optique ? N’est-ce pas justement le type de sujet photographié (lignes à fort contraste par exemple des tôles ondulées en plein soleil) qui pose problème et pas le filtre ?

    • L’intervenant précédant (Esteban) s’est un peu emmêlé les pinceaux.
      Il faut théoriquement une très bonne optique pour profiter pleinement d’un capteur 24 MP.

      Dans la vraie vie, les optiques courantes de la gamme Nikon DX ont une définition insuffisante par rapport à celle de ce capteur (Ce sont des zooms, donc en principe moiuns performants que des focales fixes).

      Nikon a estimé que le pourcentage moyen des clichés affectés par le moiré réalisés avec ces optiques serait négligeable.
      Ils ont donc pris l’initiative de retirer le filtre AA.
      L’avantage, c’est que le capteur coûte moins cher à fabriquer (Un filtre AA, ça douille !)
      L’autre avantage, c’est que les clichés réalisés sont un peu plus "nets" (Les nikonistes ont pu voir la différence entre D800 et D800E réalisés avec une même optique sur un même sujet.)

      Là où je m’inscris en faux, c’est que l’utilisation d’optiques plus performantes (comprendre plus performantes) va au contraire augmenter le risque de moiré par rapport
      à une optique peu performante (moins bien définie.).

  • Si Nikon ne renouvelle pas sa gamme d’optiques DX avec des progrès significatifs en qualité, le potentiel de ce nouveau boîtier ne pourra être pleinement exploité. Déjà sur un 3200 la différence entre 14-24 85/1.8g 70-200 d’une part et 10-24 12-24 16-85 ou 17-55 d’autre part est évidente, l’absence de filtre passe bas sur le capteur Toshiba rendra cette différence encore plus visible.
    La seule chance maintenant, qu’un D400 vienne remplacer le D300s, serait de le voir disposer d’un mode vidéo 4K abordable ! (il pourrait alors s’appeler D4000)

  • L’annonce de la sortie du D7100 est une demi surprise (Deep Throat alias NR en parlait déjà depuis quelques temps) dans la mesure où les tarifs du D600 se rapprochent
    dangereusement de celui des APSC "haut-de-gamme".
    Officiellement, la différence est toujours de 900 €.
    Dans la vraie vie, on peut trouver (propositions honnêtes ?) des D600 pour 1600 €.
    1600 Vs 1200, il y a de quoi se poser des questions...

    Certes, Nikon est parfaitement au courant du problème et a joué la surenchère en équipant le D7100 de l’AF du D300s !
    Et le tarif du D7100 n’est pas plus élevé que celui du D7000 (équipé d’un AF 39 pts).
    Certains clients du D600 vont peut-être se demander si on ne les prend pas pour des jambons...

    • Il faut soit comparer les prix public, soit les prix réel. Si le D600 est annoncer 2100, mais ce trouve à 1600, alors (pas à la sortie), mais dans quelque mois on devrait avoir la même chose pour le D7100, ainsi cela seras 1600 vs 900, et donc on garderas une différence significative.

    • Ha ha ha !

      Éric-P pris à son propre jeu !
      On ne compare pas les prix officiel et les street price.

       ;)

    • La structure et l’évolution des prix est chose compliquée. Tout comme pour les premières réservation d’avion, les premiers clients de nouvelles technologies sont censés amortir les coûts R&D. La rentabilité (et les bénéfices) d’un produit (y compris les livres) est calculée sur X exemplaires vendus à X prix, ensuite, selon l’évolution du marché et la concurrence et d’autres facteurs qu’ils serait trop long d’expliquer ici, les prix vont commencer à descendre.
      Alors, toutes ces discussions sur les prix et les suppositions que tel modèle va descendre à tel prix parce que ceci ou cela, c’est complètement inutile.
      Vous avez besoin d’un 7100, achetez le. Vous voulez attendre parce que vous avez déjà un D7000, attendez. Si vous êtes un amateur et que vous faites des tirages "normaux", vous ne verrez JAMAIS de différence entre les deux modèles. Les test de moiré sur le D800 ont montré des différences quasi imperceptibles et plus du tout visibles à partir de f5,6 entre deux photos prises avec et sans filtre by pass. Sauf si vous devez photographier des objets pour la pub ou des pièces de musée, le débat sur les différences de qualité bypass/sans bypass, ce sont des discussions vaines et stériles.
      bonnes photos à tous avec ou sans bypass !
      Entre parenthèses, je vous signale que le Fuji X100 présente de fort problèmes de moiré dans certaines situations et à l’époque, sauf erreur de ma part, pas grand monde ne s’est excité là-dessus.

    • Et pourquoi pas ?
      Le tarif officiel du D7100 est de 1150 €.
      Bon.
      En tout début de carrière, faut pas rêver, le tarif SP du D7100 restera à 1000-1100 €, histoire d’écouler les stocks de D7000.
      Quelque part, ça va un peu profiter au D600.

      Ensuite, on connaît la musique (en principe !) : Afin d’éviter que le D7100 ne marche sur les plates bandes du D5200, Nikon devra veiller à ce qu’il soit positionné
      sensiblement plus cher que le D5200 (En principe +50%).

      Or, le D5200 se négocie dans une officine bien connue d’Outre-Rhin 750 €.

      Donc la différence réelle de prix entre D7100 et D600 risque d’être plutôt de l’ordre de 600 € au lieu de 900 € entre un FF d’entrée de gamme et un APSC expert jusqu’à il y a peu.

      Il est également possible que le D600 baisse encore un peu avec l’amplification de la concurrence 6D Vs D600.
      Dans certaines annonces (honnêtes ?) , ces 2 FF ont franchi la barre psychologique des 1500 €...

      La bataille commerciale entre ces boîtiers va donc être très intéressante à suivre...

    • Non, les nikonistes ne vont pas croire qu’on les prend pour des jambons : le d600 est un FX bas de gamme, le d7100 est un apsc haut de gamme : il possède la meme tropicalisation que le d800, entre autre. Ce qui tendrait a confirmer qu’il n’y aura peut etre pas de d400. Il est vrai aussi qu’avec le systemede cropping du d800, on peut se demander a quoi peut bien encore servir un d7100, si ce n’est son prix. C’est toute la problématique de maintenir cote a cote deux formats de capteurs avec vous l’avez signale le probleme qu’en apsc, il n’y a pas de grand angle performant en optique fixe.

    • Eh bé ! Vous z’ont bien embobiné chez Nikon ! ;-)
      Le D600 et le D7000 ont le même chassis.La différence, c’est juste le capteur et le prisme, quelques caractéristiques (obtu au 1/4000" sur le D600, vraisemblablement bridé)

      J’ai pas trop regardé la différence D600 Vs D7100 au niveau des joints d’étanchéité mais c’est pas ça qui différencie le bas de gamme du haut de gamme.
      Il y a effectivement l’AF du D7100 qui est "emprunté" à la gamme pro, ce qui suggère que ce module AF ne coûte pas si cher à produire par rapport au module 39pts
      des D7k ou D600.(Les tarifs officiels des D7000 et D7100 sont quasi identiques en Europe à la date de sortie).

      Je suis pro FF, je ne m’en cache pas et il reste une différence essentielle à mes yeux entre ces deux formats : La gamme optique !

      Jamais Nikon ne sera capable de reproduire une gamme optique DX comparable à la gamme optique FX.

      Ensuite, la raison principale de la différence de coût APSC/ FF tient essentiellement à la différence de coût des capteurs.

      Officiellement, cette différence de coût s’explique par un taux de rebut beaucoup plus élevé des capteurs FF.
      Du jour où Nikon aura résolu ces problèmes de rebut (On parlait de 90% de rebut pour les capteurs FF), alors le surcoût d’un boîtier FF Vs APSC ne sera plus que
      de 100-200 €, une différence insuffisante pour assurer la viabilité commerciale du format APSC.
      Vous pouvez êtes sûr à 100% que les ingénieurs Nikon (et les autres aussi d’ailleurs !) cogitent à donf sur ce problème qui finira bien par trouver une solution.

    • Vous confirmez en fait ce que j’ai ecrit : a savoir que nikon ne sortira probablement jamais de d400 vu le prix du d600, c’est pourquoi le d7100 peut etre considere a ce jour comme etant le "haut de gamme" des apsc. Vous confirmez aussi la faiblesse du système apsc a savoir le manque d’optiques fixes en dessous du 50 mm (eq. FX). il faut tout e meme savoir aussi que le d600 est un bas de gamme FX tellement bas de gamme qu’a ce jour Nikon n’a toujours pas résolu le probleme des projections d’huile sur le capteur, meme s’il l’a enfin officiellement reconnu. Cela fait quand meme désordre pour une firme comme nikon et on peut espérer que si comme vous le pré tendez le châssis du d600 et du d7100 seraient identiques, on ne retrouvera pas les memes problèmes qu’avec le d600.
      Je confirme aussi que nikon utilise différentes sources pour ses capteurs : Sony, Toshiba et... Nikon. Le nikon d7100 est aussi moins rapide qu’un d800 et peut etre meme qu’un d600 et son boitier n’est pas entièrement en magnésium. Ils reste qu’il est bien protège contre les intempéries (dessin visible sur dpreview) et qu’il utilise certaines technologies dérivées entre autre du d4. Le d7100 est donc un compromis mais un compromis interessant pour qui n’a pas le budget pour investir dans du FX. quant aux optiques fixes dites dédiées au FX, je terminerai en disant que les optiques "traditionnelles" grand angle a ouvertures moyennes (20, 24, 28 et 35 mm) sans etre des culs de bouteille ne sont pas des optiques extrêmement piquées et manquent toutes de definition a pleine ouverture. Pour avoir des lentilles de qualite, il faut aller vs les zooms pro ou vers les optiques plus lumineuses. La première fois que j’ai compare le vénérable 24 F2,8 nikon a un 24 leica, j’ai cru que mon nikon avait un probleme de décentrement. Ce n’était pas le cas. C’était simplement que le leica etait très très nettement (c’est le cas de le dire) supérieur.

    • Qu’apelez-vous "bas de gamme" au juste ?

      Etant Canoniste,la gamme de boîtiers Canon se répartissait ainsi du temps de l’argentique :

      *Un boîtier entrée de gamme (avec un tarif "Afflelou" !)

      *Un boîtier "amateur"

      *Un boîtier "expert" (Les anglais disaient "prosumer")

      *Un boîtier semi-pro

      *Un boîtier "pro"

      Aujourd’hui, Canon et Nikon reprennent plus ou moins ce type de gamme en numérique :

      *Entrée de gamme 1100D Canon ou D3200 chez Nikon

      *boîtier "amateur" 650D chez Canon ou D5200 chez Nikon

      *boîtier "expert" 60D chez Canon....ou 6D en FF (le boîtier a pratiquement le même poids/encombrement que le 60D)
      et D7100 chez Nikon ....ou D600 en FF (Le boîtier a des caractéristiques très proches du D7000 en terme de poids/encombrement)

      *D300s Nikon ou 7D chez Canon dans la gamme "semi-pro" en APSC OU D800 et 5D III concernant leurs équivalents respectifs en "semi-pro"

      *Enfin des modèles pro uniformément FF dans les 2 marques (et pour la première fois depuis 2012) : 1D-X chez Canon et D4 chez Nikon.

      Contrairement à ce que vous dites, le D600 est donc loin d’être un modèle "bas de gamme" au sens où l’entendent plutôt les fabricants.
      Le D600 est plutôt un modèle "expert".

      Si Nikon devait sortir un modèle "bas de gamme" (et ils sont théoriquement capables de le faire !), ils sortiraient plutôt un D400 avec un pentamiroir et un poids encore plus petit, comparable à celui du D5200.

      Pour ce qui est des problèmes d’huile, on a déjà vu ça sur d’autres modèles et les problèmes de jeunesse ne sont pas le monopole du D600
      (Certains Nikonistes ont la mémoire courte avec les problèmes d’AF du D7000 !)
      Je rappelle que Nikon a pas mal délocalisé sa production et que ceci explique peut-être celà.


      Concernant les objectifs dont vous parlez, je connais bien un 24 Elmarit Leica R mais on ne peut pas parler pour autant de "foudre de guerre" puisqu’il s’agit en réalité
      d’un...clone du 24/2.8 Minolta (Leica avait des accords de coopération avec cette marque à partir des années 1970’ ).

      Les optiques GA Nikon ne sont plus en honneur de sainteté ?
      Qu’à celà ne tienne : Nikon a décidé de les renouveler (enfin !).
      Ainsi, le 28/1.4 AFD a laissé sa place au 24/1.4 AFS et la critique l’a plutôt bien noté.
      Un 35/1.4 AFS a avantageusement remplacé le 35/1.4 AiS antédiluvien (La formule optique remontait à pratiquement 1970 !!!).
      Les nikonistes ont vu la différence.

      Un 28/1.8 AFS a fait récemment son apparition et je crois pouvoir dire qu’il surpasse largement l’antique 28/2 AiS que Nikon produisait en 1981.

      Canon a déjà renouvelé ses optiques 24/2.8 , 28/2.8 et 35/2 par des versions revues et corrigées mieux adaptées aux contraintes du numérique.
      Nikon suivra dans les années à venir selon sa logique industrielle.

    • salut,
      Il serait peut-être encore sage d’attendre à propos du remplaçant du 300s...
      voir ci dessous :
      http://nikonrumors.com/

      JLA

    • Toujours le même problème : Qui est prêt à acheter un hypothétique successeur du D300s "fin du monde" pour un tarif plus élevé que
      celui du D600 (celui-ci se trouve au jour d’aujourd’hui "supermarché" à moins de 1600 € ) ?

      Interviewé récemment (faire gaffe tout de même avec la langue de bois japonaise !), le "big boss" de Canon a déclaré que l’avenir des boîtiers "semi-pro" serait FF.
      Les D300s (ou 7D) sont clairement des boîtiers appartenant à cette catégorie.

      Personnellement je ne crois donc pas en l’hypothèse "D400" APSC pro...

    • Bonjour...............je m’excuses, mais après des années de photos avec le 17-55 2.8 DX, je peux vous dire qu’il vaut bien le 24-70 2.8 FX............

      à quoi se "glorifier" de posséder un D600 pour n’y mettre dessus qu’un 16-85 ?...........je préfère un D7000 avec le 17-55 !..........le boitier c’est une chose, le "caillou" en est une autre !

      très cordialement, bien sûr..................JPM-fotobike

    • Bonjour, serait-il possible d’avoir les coordonnées de cette officine outre-rhin ? Je suis à la recherhe d’un nikon 7200. Merci

  • Encore un autre problème avec ce D7100 :

    Nikon a récemment commercialisé les D3200 et D5200 qui comportent tous deux un capteur identique en définition à celui du D7100.
    Nikon nous dit que les capteurs des D3200 & D5200 comportent un filtre AA qui est pourtant paraît-il coûteux à produire.
    Aujourd’hui, Nikon justifie le retrait du filtre AA de son D7100 du fait que la résolution est suffisamment élevée pour ne produire des phénomènes de moiré que de façon marginale (L’utilisateur n’aura pratiquement jamais l’occasion de s’en plaindre).

    Question : Comment se fait-il que les ingénieurs de Nikon n’aient pas pris conscience du problème dès l’annonce des D3200 /D5200 ?

    Quelle est la marque de cigarettes des ingénieurs Nikon au bureau R&D ?

  • ce d7100 est hallucinant !!! 24 mpix sans filtre AA, af pro 51 col, tropicalisé, visée 100% 6i/sec, obtu 1/8000ème etc.. pour moi,au vu de la fiche technique,c’est un bien meilleur rapport qualité/prix que le d600...
    franchement faudra vraiment comparer le piqué entre le capteur aps-c 24 mp sans AA du d7100 et celui FF de même déf mais avec filtre du d600... mais nikon fait encore très fort.
    nikon devra,par contre, renouveler certaines de ses optiques aps-c haut de gamme (un 16-50 2.8 vr,un 16-85 f4 vr, et une ou deux focales fixes grand angle lumineuses : 24 1.8, 10 ou 12mm 2.8 et le FF n’a qu’à bien se tenir)
    vive l’aps-c !!!

    • Attention cher ami, à dire vive Nikon et vive l’APS-C, tu vas t’attirer les foudres d’une certaine personne pour ne pas la citer ;)

    • Hem, je me sens légèrement visé ! ;-)
      Je précise tout de même que je ne suis pas forcément nikophobe ...du moment que la marque jaune propose du FF !!!

      Quant à l’APSC, je me suis déjà exprimé là dessus dans ce fil, ce qui explique ma méfiance vis à vis de ce format que j’estime provisoire.

    • pour info, on peut utiliser des optiques FX sur un APS-C et heureusement...ca apporte même des avantages comme l’élimination des bords souvent souvent plus mou que le centre, même sur du haut de gamme, et le coefficient multiplicateur x1,5 qui est bien pratique pour l’animalier

    • tout à fait d’accord gros avantage pour l’animalier ; la photo sport et la macro... à part quelques optiques grand angle/transtandard la gamme optique est aussi fournie pour le dx que le fx et revient souvent bcp moins cher...
      et puis entre 100 et 800 iso il y a très peu de différence de qualité d’image (souvent impossible de savoir si une photo a été prise au d300 ou d700 idem entre eos 5d et 7d)
      à part la taille du capteur, le 7100 offre bcp plus pour bcp moins cher
      et vive Chuck Norris ) :-[

    • Eh, mais c’est la propagande habituelle,ça !
      La réalité, c’est que les téléobjectifs de bonne qualité sont suffisamment homogènes pour qu’il ne soit pas nécessaire de cropper.
      Accessoirement, la PDC n’est pas la même entre une photo prise en APSC et la même réalisée en FF.
      Enfin,le contraste n’est pas le même entre une image croppée et une image issue d’un FF. C’est un peu comme comparer une image faite avec un objectif sur FF
      et la même avec cet objectif+converter ; on a bien une perte qualitative.

      Quand vous mettez 1500 boules ou plus sur un caillou FF, vous préférerez en tirer toute la substanfique moelle, non ? Une seule possibilité : Acheter le boîtier qui le permet !

    • faut arrêter de faire semblant de pas comprendre !!! ici on parle de qualité dimage à équivalance de grossisement : 200mm sur d7100 = 300 mm eq FF et on consercve la déf de 24mpix !!! ce même 200 mm sur d600 en crop 1.5x = 300mm mais 11mp donc moins de détails bruit amplifié etc...

    • Ben disons que dans la cour des FF, vous avez préféré être sonyphobe que nikophobe ^^
      Les autres ont soit déclaré forfait, soit ne sont jamais rentré dans la course.

      Ceci dit, j’aurais pas cru dire ça un jour, mais je prends plutôt du plaisir à vous lire en ce moment :-)

      En revanche, là où je ne peux être d’accord, c’est sur l’aspect provisoire de l’APS-C, tout du moins tant que le FF sera toujours plus cher à fabriquer que l’APS-C.
      D’ailleurs vous faites vous-même la démonstration.
      Là où l’évolution des choses me va très très bien, c’est que le secteur pro devient peu à peu exclusivement FF, tout en s’élargissant en niveau de la gamme, confinant l’APS-C à un usage ciblé aux débutants et aspirants, avec des coûts maîtrisés.

    • Désolé de vous décevoir mais la qualité d’image d’un APN ne dépend pas seulement du nombre de pixels de votre capteur mais également de la qualité de votre objectif.
      Celle-ci se mesure grâce à la MTF (fonction de transfert de modulation en Français).

      La qualité d’image ne dépend pas seulement de la capacité d’un objectif à restituer les plus fin détails mais également de restituer cette image avec un bon contraste.

      Ainsi une donnée importante consiste à mesurer la MTF à 10pl/mm pour un FF et donc 15pl/mm en APSC.
      Il est évident que le taux de contraste d’un objectif à 10pl/mm est plus élevé qu’à 15 pl/mm.

      Autrefois, le site DxO permettait ce genre de comparaison mais la politique de ce site a été modifiée dans le but d’une meilleure lisibilité pour les lecteurs (La plupart ne savent pas lire un e MTF !) et...pour quelques raisons inavouables.
      La nouvelle méthode s’appelle la "perception en Mpixels équivalents".
      Le site permet par exemple de comparer un 70-200/4 sur un Nikon D3 (12 MP) avec le même objectif sur D7000 (APSC, 16 MP).
      LE VAINQUEUR DE LA CONFRONTATION EST LE NIKON D3 , contrairement à l’intuition moyenne des photographes amateurs (qui ne comprennent généralement RIEN à l’optique photographique !)

      PS : Je ne mets pas le lien car interdit mais vous pouvez vérifier sur le site DxO.mark.

    • Ben oui mais c’est normal ! ;-)
      Quand Sony est arrivé sur le marché photo en 2006 en rachetant KM, il prétendait vouloir devenir le Nº1 du marché DSLR.
      À l’époque, tout le monde a hurlé de rire à l’annonce parmi la clientèle Canikon ! ;-)
      Au bénéfice du doute, j’ai regardé les atouts de Sony pour voir s’ils avaient une petite chance de rattraper la catastrophe Konica-Minolta :

      *De bonnes compétences en électronique (maîtrise des capteurs CCD & CMOS APSC )

      *Des investissements dans les fonderies (propriétaires)

      *2ème actionnaire de Tamron qui peut les aider à se doter d’un parc optique conséquent.

      *Quelques initiatives commerciales (extension de sa fourniture de capteurs à Pentax,etc...)

      *Des innovations technologiques (technologie Exmor, techno SLT, EVF haute déf,etc....)

      Quel est le bilan de Sony après 7 années d’activité ?

      Un bilan calamiteux !

      *Au lieu de devenir Nº1 du marché DSLR, ils sont plutôt devenus le Nº ZÉRO ! (La branche DSLR a été totalement substituée par la branche SLT !)

      *Le SLT n’arrive pas à séduire réellement la clientèle DSLR (Pourquoi choisir le SLT puisque le mirrorless est plus compact et léger ?)

      *Un fossé technologique qui tend à s’accroître entre Canikon et Sony au lieu de se stabiliser ou même se réduire (AF phase, software, optiques nouvelles,....)

      *Une politique d’investissement coupée en 2 avec une priorité apparente donnée à la monture E et le mirrorless.

      *Des optiques qui sortent au compte-goutte en monture E et a des tarifs peu compétitifs (Sony 50/1.4 SSM Vs 50/1.4 AFS Nikkor)

      *Un fossé qui s’accroît en monture A Vs Canikon.

      *Impasse quasi complète sur le marché pro (Pas d’équivalent du Nikon D4 ou du Canon 1D X chez Sony).

      *Une usine optique qui ferme (monture A) chez Sony : Pas de nature à rassurer la clientèle...

      *Des lacunes technologiques qui semblent s’accroître (AF phase en retrait Vs Canikon .)

      *Un calendrier à géométrie variable en monture E (Il est où le transtandard G pro que Sony nous promet depuis des lustres ?

      *Des optiques en monture E qui sentent "l’improvisation" (Les 30/3.5 macro et 50/1.8 OSS ont été jugés défavorablement par un certain site bien connu.)

      Que dire de plus ?

    • oui mais ils ne comparent pas ce 70-200 f4 à grossissement égale ce 70-200 sur d7000 est un 105-300 c’est tout l’intérêt du capteur aps-c pour un grossissement identique avec le d3 il faut un facteur de recadrage 1.5x ce qui fait chuter la définition à 7mpix et du coup c’est le petit capteur qui l’emporte... la qualité de l’objectif ne varie pas qu’il soit vissé sur un FF ou un aps-c !!!!!!!!! idem pour le contraste...

    • Et si vous rajoutez un converter X1.4, vous retrouvez pratiquement l’avantage supposé d’un téléobjectif sur APSC.
      Bien sûr, vous allez me dire "Et si je mets un converter sur un boîtier D7000" ?
      Je vous répondrai alors que "La plus belle fille du monde ne peut donner...que ce qu’elle a !" ;-)

      Non, sérieusement : Il y a effectivement (la Vérité n’est pas forcément complètement dans un camp, amha) encore un avantage à disposer des deux boîtiers pour un photographe animalier. Un boîtier APSC remplace encore aujourd’hui plus efficacement un converter optique mais votre boîtier numérique APSC est plus coûteux qu’un converter optique, plus fragile (il dure à peu près le temps de l’obturateur !), plus lourd et moins fiable (dans l’absolu). Il est également plus encombrant.

      Selon ma propre expérience (J’ai un "antique" Canon 5D FF de 2005 et un APSC de 15 MP, le 50D), les AC engendrées par un converter et la qualité d’image résultante
      me font préférer le couple 50D+téléobjectif plutôt que le trio 5D+converter x1.4+ téléobjectif.

      Dans l’absolu, la situation n’est pas figée car la définition des capteurs 24x36 tend à augmenter (malgré le "coup de froid" apparent de l’année dernière sur la pixelrace)
      et finira tôt ou tard par rattraper la finesse des meilleurs optiques.C’est déjà pratiquement le cas du Nikon D800 E qui n’est plus handicapé que par ses rafales et les hauts isos....naturellement au niveau des boîtiers APSC.
      Quelle sera l’utilité des boîtiers APSC une fois les capteurs de 36 MP FF "démocratisés" et améliorés dans leurs performances (rafales) ? Nada !

    • Pourquoi une nouvelle tirade sur Sony alors que l’on parle ici du Nikon d7100 ?
      Quel rapport vis à vis de l’article commenté ? Quelle utilité ?

    • exactement on parle bien du 7100 ici... pour casser du sucre sur sony (démarche douteuse et partisane à mon sens) il y a des forums...

    • convertisseur = diminution de la qualité optique et baisse de la luminosité proportionnelle au facteur d’agrandissement... l’aps-c l’emporte à nouveau dans ce cas... par contre je suis d’accord avec l’augmentation de déf des capteurs FF : un d800 remplace sans problème un d7000 mais faut avoir les moyens...

    • Mais non. À définition égale, le capteur FF est 2.25x plus sensible que le capteur APSC (chaque photosite dispose d’une surface 2.25x plus grande).
      Dans la vraie vie, les capteurs FF peuvent monter à 100.000 isos voire 200.000 isos (reflex "pro")
      tandis que les reflex APSC stagnent à 25.000 isos.
      Donc la perte de luminosité de votre converter est bien compensée. CQFD !

    • n’importe quoi... d600 et d800 = 25600 iso tout comme les d7000 et d7100

    • Oui, chez Canon, la norme c’est 100.000 isos (20 MP pour le 6D et 22 MP pour le 5D III).
      Pas de ma faute si les capteurs Sony sont usés, vieillis , fatigués.... ;-)

      Le Nikon D4 grimpe bien à 200.000 isos...

    • Monter dans les ISO pour monter dans les ISO ne veut rien dire. Dans ces cas là, en appliquant une surexposition en post-traitement, je peux dire que j’atteins 1000kISO avec n’importe quel capteur. La valeur max d’un boitier n’a pas de sens, seul le rapport en montée en ISO et qualité d’image a son importance, et c’est ce que fait DxO à taille de tirage équivalente.

    • La sensibilité d’un 6D varie de 100 à 25600 isos.
      Le reste c’est effectivement de la "gonflette".
      Aujourd’hui, la sensibilité des meilleurs boîtiers APSC est limitée à 6400 isos (25600 en boostant le fichier).
      Toujours est-il que la montée du bruit d’un FF est plus lente que sur un APSC de définition identique, du fait que les photosites des FF soient plus gros.

    • si on compare canon et nikon (6d-d600) à 12800 et 25600 ça se vaut... canon peu de bruit mais très lissé nikon bruit mais plus de détails... canon 51200 et 102400 iso inutilisable... par contre j’ai comparé le d7000 au d600 et d700 à 1600, 3200 et 6400 iso et après passage dans LR3 la dif n’est pas énorme malgré ce qu’on aurait pu penser...

    • La technologie des capteurs n’est pas tout à fait la même non plus.
      Le D7000 a été un des premiers capteurs APSC à intégrer la technologie "Exmor" au sens où on l’entend généralement aujourd’hui et qui est appelé à se généraliser.
      (Canon ne l’a pas encore mais on peut être sûr qu’ils "cravachent" pour rattraper leur retard en ce moment même.)

      Pour ce qui est de la différence entre les 2 formats, elle n’est pas forcément énorme (J’ai les 2 formats) lorsque les conditions lumineuses sont excellentes.
      Après, il y a les différences propres aux formats (PDC à cadrage identique et ouverture identique, montée du bruit dans les isos, transitions flou-net plus progressives, richesses des tons et couleurs,viseur optique plus confortable,etc....). tout celà est aussi affaire de subjectivité. Beaucoup de photographes ne voient pas la différence ....parce qu’ils y sont peu sensible !
      Il y a surtout l’incomparable richesse de la gamme optique qui fait "qu’on est tranquille" si on a des besoins particuliers dans ce domaine...

    • (Canon ne l’a pas encore mais on peut être sûr qu’ils "cravachent" pour rattraper leur retard en ce moment même.)
      pas certain c’est vrai que la technologie canon est dépassée mais c’est peut être aussi ce qui rend le rendu canon unique et à mon sens supérieur aux autres... moi suis nikoniste (pas les moyens de changer de matos) mais préfère le rendu canon...de plus dans mon cas la dynamique n’a pas d’importance j’utilise bcp filtres gradués, bracketing expo etc... si canon developpe une nouvelle tech de capteur j’espère que le rendu ne sera pas affecté...

    • Je suis assez d’accord avec ça. Sans être un expert, il me semble quand même qu’à génération égale, un APSC rend un peu plus d’un stop en sensibilité ISO. Niveau contrôle de le profondeur de champ, il faut aussi un objo avec un peu plus d’un diaph d’écart pour avoir la même chose (1,36 diaphs pour être précis). Donc : APS-C ou FF deviennent kif-kif du point de vue du rendu dès que l’on un objectif qui ouvre un diaph de plus sur l’APS-C. Moralité : si vous n’avez de toutes façons pas les moyens de vous payer les objectifs les plus lumineux qui existent en FF, ou si vous n’en avez pas l’utilité, comme les objectifs APS-C sont souvent bien moins cher à ouverture égale, rien à redire pour se tourner vers un boitier comme le D7100. En gros, l’APSC perdra de son sens tant que les boitiers et objectifs FF resteront plus chers.

      Maintenant, reste que la dynamique restera à l’avantage du FF, et que la visée n’a quand même rien à voir entre un FF et un APS-C qui restera toujours un trou de souris.

      Mais si on en vient à comparer un autre truc primordial pour la prise de vue, à savoir l’AF, celui du D7100 risque d’être à des années lumières d’un FF "bas de gamme" comme le D600. Celui du D600 n’est sans doute correct que pour qui n’a besoin que du collimateur central ;) car à voir la couverture de l’AF, c’est ridicule.

    • "la visée d’un APS-C qui restera toujours un trou de souris"
      sauf avec les EVF OLED Sony qui proposent des 100% et des grossissements à x1.10 en APS-C comme en FF ! :)

    • Ce qui fait essentiellement la raison d’être de l’APSC aujourd’hui, c’est la différence de coût significative entre un boîtier APSC et un boîtier FF.

      Jusqu’à récemment, l’écart de coût entre un APSC et un FF "comparable" était de l’ordre de 900€ (Par exemple Canon 5DII Vs 60D ou Nikon D700 Vs D7000).
      Depuis l’apparition du D600, l’évolution des tarifs "dans la rue" laissent espérer que cette différence de coût sera de 600 €, peut-être moins.

      Ainsi, on a pu constater au Japon que la part dews reflex FF Vs APSC a doublé environ en passant de 2-3% en 2009 à 6% en décembre 2012,
      ce qui est un exploit compte tenu du contexte économique actuel (C’est la crise !).

      Ce qui fait la différence de coût entre un reflex APSC et un reflex APSC, c’est essentiellement le coût du capteur.
      En 2005, Canon indiquait que le coût d’un capteur FF était > 20x celui d’un capteur APSC, essentiellement à cause du taux de rebut des FF beaucoup plus élevé.
      Les ingénieurs travaillent évidemment d’arrache-pied à la réduction de ce taux de rebut pour le ramener à un taux comparable à celui des capteurs APSC, à savoir <30%.

      Quand les ingénieurs parviendront à leur objectif (c’est à dire ramener le coût du capteur 24x36 à 3x celui de l’APSC) alors le surcoût des boîtiers FF sera considéré comme "négligeable" par les consommateurs qui préféreront dépenser 10% à 20% plus cher un boîtier...pour acheter la sérénité d’une gamme optique pérenne largement plus répandue que la gamme DX.

      Quant au coût des objectifs, l’économie légendaire du format DX est essentiellement....UN MYTHE, et j’insiste !

      La plupart des objectifs vendus au format DX ont un tarif comparable voire supérieur à celui des objectifs FX "équivalent" !

      Le 35/1.8 AFS DX est vendu sur le terrain parfois plus cher...que son équivalent FX, le 50/1.8 AFS !(Officiellement,ils sont au même prix, ce qui constitue déjà un scandale.)
      Le 30/1.4 EX DC HSM Sigma coûte généralement plus cher qu’un 50/1.4 AFS de marque ! Pas mal,non ?
      Les fisheyes DX sont vendus au même prix que les équivalents FX
      Le zoom 18-35/3.5-4.5 AFS ne coûte pas plus cher qu’un 10-24/3.5-4.5 AFS DX et ils font pratiquement le même travail...en mieux pour le FX.
      Le zoom 24-85/3.5-4.5 AFS VR FX est légèrement moins cher que le 16-85/3.5-5.6 AFS DX...mais il fait le même travail, en mieux !
      Un 70-200/4 LIS fait le même travail qu’un 50-150/2.8 EX DC HSM OS Sigma pour APSC...pour 30% plus cher (Canon Vs Sigma)...

      Si on tenait compte de la réduction de format, une optique APSC devrait coûter en réalité au minimum 2x moins cher qu’un modèle équivalent 24x36.
      Ce n’est pas ce qu’on observe dans la réalité.
      Dans le meilleur des cas, le "DX équivalent" est vendu 80% du coût du FX.

      Bref, l’APSC, c’est essentiellement de l’embrouille ! ;-)

    • Mouais. En réduisant l’autonomie des boîtiers de 40% et en offrant une visée "à parallaxe temporelle", des rafales à visée obstruée, un comportement discutable sur des contre-jours,etc... l’EVF a presque réussi à faire ses preuves !

    • Ce qu’on constate, c’est que Toshiba propose ses capteurs à Nikon avec une technologie comparable à celle qu’on trouve sur les capteurs Sony
      (En se fiant aux tests DxO).
      L’hégémonie de la technologie "Exmor" est telle que Panasonic a renoncé à ...ses propres capteurs pour utiliser un capteur Sony sur le GH3 (afin de mieux résister à la concurrence d’Olympus qui dispose déjà lui-aussi de cette techno.).
      Pentax l’a également adopté sur ses reflex (K5 & K5 II,...)

      La position actuelle de Canon est intenable à long terme étant donné qu’ils étaient les leaders de la technologie CMOS il n’y a pas si longtemps
      et que le mod`le pro souffre de la concurrence sur ce terrain (Manque de dynamique et surtout "Banding" ).

    • Dit comme ça c’est convaincant sur les histoires de coût. Je ne comprenais d’ailleurs pas pourquoi un boitier plus gros coûtait plus cher à fabriquer qu’un plus petit (au prix de la tonne d’acier et de plastique...).

      Pour les boîtiers, je ne suis pas certain que les différences de coût liées au capteur expliquent de tels écarts. Le prix du D600 (FF plancher) a l’air plus proche de celui d’un D7100 qu’aucun FF ne l’avait été mais ce n’est pas du tout la même gamme non plus. L’AF du D600 est tout simplement ridicule en comparaison (voir par exemple sur dpreview pour voir à quel point ses collimateurs ne couvrent qu’une toute petite partie de la visée) par exemple. Le système AF doit aussi tenir pour une bonne part dans la différence de coûts, quand même. Et en rajoutant au D600 un AF pour FF avec 51 collimateurs largement répartis, je me demande ce que ça donnerait niveau prix.

      Sur les objectifs en revanche, ton argumentation est très convaincante, force est de le reconnaître. Même sur les zooms où - même s’il y a une différence aussi dûe aux marges sans doute - les transtandards en F/2.8 ont des prix assez comparables. C’est moins net chez Canon quand même.

    • "Bref, l’APSC, c’est essentiellement de l’embrouille ! ;-)"

      Et donc moralité : si vous n’avez pas envie de porter 4 kg de matos, prenez un OM-D et passez l’étape APS-C ! Ou même, mettez un RX100 dans votre poche ;)

    • Il fallait s’y attendre : La secte schtroumpf s’immisce dans le débat APSC Vs 24x36 pour nous dire que La Vérité se trouve dans le FT !
      Ben non, ça prend pas !

    • Pour ce qui est de l’explication des différences de coûts peu apparentes entre format APSC et FF, on peut trouver plusieurs "indulgences" aux opticiens :

      1-Le coût de R&D d’un objectif est rigoureusement le même entre deux formats différents qui s’adressent à peu près à la même clientèle.
      Ainsi, le 17-55/2.8 AFS DX n’a sans doute pas coûté moins cher à étudier et développer qu’un 24-70/2.8 AFS FX sorti quelques années plus tard.
      La complexité optique de ces 2 zooms est sans doute comparable.

      2-Le coût des verres est moins élevé en APSC (À formule identique, la masse de verre varie comme le CUBE du format !)
      ....mais le reste change très peu :

      *Coût du fût (Les objectifs ne sont pas si différents que ça en volume et en poids, en partie du fait qu’ils partagent la même monture F, conçue avant tout pour
      le format 24x36. Le profane en optique ignore souvent celà.
      Adapter une optique APSC à une monture 24x36 impose des contraintes sur le poids final et l’encombrement de celle-ci.

      *Coût des accessoires sans doute comparable (moteur AFS en anneau, système de stabilisation, montage électrique)

      *Coût de la manufacture identique...voire supérieur en APSC Vs 24x36 : même nombre de lentilles à aligner, même durée d’assemblage.
      Il est possible que l’assemblage soit plus délicat en APSC car les tolérances sont peut-être plus faibles sur l’alignement des lentilles.
      À titre d’information, Leica a reconnu l’an dernier que le degré de tolérance d’assemblage des lentilles
      de son zoom 30-90/3.5-5.6(pour le format S intermédiaire entre le MF et le 24x36) étaient de 1.5-2 microns. C’est pas beaucoup !!!

      Dans ces conditions, il n’est pas forcément évident que les marges soient différentes entre APSC et FF à partir du moment où les volumes de vente sont comparables.

      Le moyen format 645 dispose d’une gamme optique beaucoup plus onéreuse pour deux raisons :

      1-Effectivement la qualité de construction des optiques disponibles dans les catalogues n’est pas la même que celle des optiques "non pro" en 24x36 ou
      APSC par exemple.Les optiques MF sont avant tout destinées à une clientèle pro voire amateurs fortunés. Il est bien évident qu’ils mettront plus de métal dans la construction et feront des efforts sur la finition.

      2-Les volumes de vente des objectifs MF n’ont rien à voir avec ce qu’on peut observer dans les formats "courants" (APSC voire 24x36),
      en partie à cause des tarifs prohibitifs des boîtiers MF (mais heureusement, les choses sont en train de s’améliorer sensiblement.)


      Pour ce qui est de l’AF du D600, faut quand même pas jeter le bébé avec l’eau du bain !
      Le module AF du D600 mesure 8mm X 15 mm, c’est à dire une taille classique qui permet donc de couvrir 14% de la surface de l’image.
      C’est le maximum qu’on puisse demander à un module AF traditionnel en format 24x36 (module par détection de phases, universalité des optiques AF)

      Qu’en est-il des modules pro disponibles sur les D3, D4 et les récents 1D-X & 5D III chez Canon ?
      Les modules couvrent une surface LËGÈREMENT plus grandes, pas beaucoup plus grande , soit 20mm X 8mm environ ou 19% de la surface de l’image.
      Ce que les gens ignorent généralement, c’est que cette couverture n’est plus universelle, en tout cas chez Canon.
      Par exemple le 800/5.6 LIS est incapable de fonctionner avec l’ensemble des collimateurs du 1D-X chez Canon.
      La couverture AF se limite à une surface restreinte du module AF.

      Le salut pourrait-il provenir d’un module AF directement intégré au capteur image ? Rien n’est moins sûr car la solution proposée par Sony (A-99) ne fait pas l’unanimité (C’est le moins qu’on puisse dire !).

    • Si la couverture AF du D600 est à peu près normale pour un FF, ça met quand même un gros argument dans la balance en faveur de l’intérêt "intrinsèque" des APS-C (même si l’AF n’est pas tout, mais comme la montée ISO ou les dynamiques extrêmes non plus, loin s’en faut. Et puis il y a la visée etc).

      Juste pour comparer :
      - couverture AF du D7100 : http://www.dpreview.com/previews/Nikon-D7100/images/afarray.jpg
      - couverture AF du D600 : http://www.dpreview.com/reviews/nikon-d600/samples/performance/afareacomparison.jpg
      il n’y a quand même pas photo !

    • J’étais juste un peu provocateur car j’avais un peu l’impression d’avoir affaire à une secte 24x36 ! Rien ne vaut un AF à détection de phase et tant que les petits machins n’en auront pas de convaincants, exit.

    • Mais oui, forcément : On passe de 20% à 45% avec le module AF pro Nikon.
      Doit-on justifier l’utilité de l’APSC pour ce seul motif ? J’en doute.
      La plupart des photos que je réalise ne nécessite pas de collimateur externe à la zone centrale qu’utilise la plupart des reflex.

    • Le foule-frêmisme n’est pas une secte,....c’est une religion. Nuance ! ;-)
      Le problème aujourd’hui, c’est que toutes les sectes se revendiquent comme étant des religions,alors...

  • Après avoir gouté aux joies du D7000,collimateur AF en panne,taches de graisse sur le capteur non prise en charge,je n’acheterai plus d’appareil de cette marque et encore moins un D7100...

    • Le monde de la photo...n’est pas parfait ! ;-)
      En changeant de marque, vous pouvez tout aussi bien tomber sur un boîtier défectueux.
      Canon a eu son lot de problèmes avec des boîtiers récents, idem pour les autres marques...

      Un conseil de "sagesse" consiste....à ne pas se précipiter sur la dernière nouveauté venue, sachant tout de même qu’il ne s’agit pas d’une garantie absolue.
      Même les boîtiers "pro" (construits avec un cahier des charges "béton") ont leurs problèmes en fonction du Nº (Obturateur qui lache prématurément,etc...)

    • Essaie l’OM-D, si pas déjà fait.
      Full magnésium(un tank) et IQ suffisantes pour me débarrasser de toutes mes Nikonneries, il est clair que ces grosses boites plastoc (genre d7100) aux performances + que discutables en comparaison directe meme avec un pauvre 4/3 récent appartiennent déjà au passé.

    • Quoi ? Le p’tit schmilblick à capteur 4 x plus petit qu’un 24x36 et EVF vendu 2/3 du prix d’un 24x36 ???? Jamais !

    • Specs Nikon (Autofocus, merci de vérifier...)
      D600 : en partant du centre, 7 capteurs opérationnels jusqu’à f:8 ; 33 jusqu’à f:5.6
      D7100 : seul l’unique capteur central "descend" à f:8 ; tous les autres requièrent f:5.6 ou plus !
      Le choix est à faire entre + de surface couverte mais moins de réactivité ou moins de surface couverte mais plus efficace.
      Mon D700 + 300mm f:2.8 + converter x1.7 "pataugeait" régulièrement (pompage intempestif) ; le même équipage (300mm + TC 1.7) n’hésite pas une fraction de seconde sur le D600.
      La surface couverte c’est bien... la réactivité et la précision aussi. Mon retour d’expérience (sous réserve des résultats complémentaires à venir ...) m’amène à une conclusion favorable pour un module autofocus + petit certes, mais plus sensible. A défaut d’avoir les deux avantages (Cf D800), bien évidemment !
      Tout se paye ;-)

    • A propos du OLPF (Optical Low Pass Filter), on devrait plutôt dire "coupe haut" ce serait plus clair que "passe bas" puisque la mission de ce filtre est d’atténuer les fréquences élevées (ex motifs récurrents bien serrés) pour éviter qu’elles n’interfèrent avec la grille d’échantillonnage constituée physiquement par le capteur matriciel.
      Le risque d’interférence est statistiquement d’autant plus faible que la densité des photosites du capteur augmente ; ce qui explique son abandon sur le D7100. Il est encore présent sur les boitiers d’entrée de gamme mais l’explication est vraisemblablement d’ordre historique (en industrie les modifs de fabrication ne se font pas instantanément...)
      Pour les objectifs un peu "mou" c’est une bonne nouvelle car leur faiblesse optique se traduisait par le même effet que ce filtre, qui maintenant disparaît.
      Du coup, ces objectifs retrouveront immanquablement un peu de potentiel. Indiscutablement sur un banc de test, reste à voir sur des images "naturelles".
      Mais en tous cas, ça va dans le bon sens, celui du piqué !
      Pour ce qui est du bruit et de l’inévitable perte de définition dans les hautes fréquences due au fourmillement (si on ne filtre pas) ou au lissage (si on filtre), il n’y a rien à attendre du 7100 par rapport au 7000, malheureusement...

    • vous avez parfaitement raison il n y a rien a attendre entre le d7000 et le d 7100 et la netteté est la meme jusqu a din a 2, je vais meme vous dire mieux en video le d7000 est plus fiable , avec mon d700 ou meme encore le d 90 de génération plus anciennes les résultats sont les quasiment les memes,je parle photos, pas video,et bien sur avec de bons objectifs ,ahh ce marketing il faut bien vendre , faire vivre les gens, mais pour ma part celui qui a acheté un d 7000 n a aucune raison actuelle d acheter autre chose avant au moins deux ans , rire de temps en temps je sors mon f5 ca vous dit quelque chose le f5 argentique , hee bien a genoux messieurs a genoux surtout pour le noir et blanc , pas de commentaire , mais évidement , il faut attendre le resultat en mordant ses pantoufles par rapport a la facilité du numérique ,on devient feneant c est ca le progrès, rire , je photographie rarement en full automatique ou meme en p ; la c est le photographe qui est a revoir pas l appareil,si c est pour faire de la photo en modeA avec un reflex cela ne sert a rien rire MOI J AI LE D90 D700 ET D7000 je les uses jus q u a la corde on verra apres , le résultat compte comme on dit on ne change pas une équipe qui gagne ,d700 et 24X70 ou d 7000 ET 17X55MM par exemple que faut il de plus ????? oui le d4 avec un objectif a la hauteur ùais alors 7000euros sinon prouut et la le poids et le prix ne sont plus les memes , mais la qualité de la photo ???? sensiblement la meme j en suis certain ,si vous avez un d7000, D700 , OU D90 attendez un peu car,comparé a l évolution avec les d 800 D600 D4 elles ne sont pas flagrante, c est psychologique , c est de la prétention simplement pour dire nja nja nja j ai le dernier modele , AAAAH au fait un ancien le nikon D2HS wawww c était un bete ca

  • J’ai beau lire dans tous les sens, Je ne vois pas si dans le D7100, le moteur d’AF est intégré dans le boitier comme pour le D7000.
    J’aimerais pouvoir continuer à utiliser mes anciens objectifs qui ne sont pas motorisés.
    Merci pour vos lumières.

  • Encore un nouveau NIKON ! Bien, bravo mais pourquoi s’acharner à nous IMPOSER la vidéo ? Moi je ne m’en sers pas.Je fais de la photo,rien que de la photo,et SOUHAITERAIS vivement que NIKON nous propose un "VRAI" appareil photo.
    Suis-je rétrograde ? Je ne pense pas mais passionné par la photo que je pratique depuis plus de 70 ans.
    Coucou32

    • Salut, j’ai un Fuji XE1 depuis pratiquement 6 mois et je n’ai toujours pas essayé la vidéo ! et si l’éventuel successeur du D300S daigne sortir un jour ce sera pareil !
      la vidéo est une démarche différente de la photo (scoop ! ) qui moi ne me convient pas. Toutefois je connais beaucoup de photographes que ça intéresse ; pourquoi pas ?

[
0
]