Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Nikon D7200, héritier sans panache

02/03/2015 | Franck Mée

Comme tous les deux ans, Nikon renouvelle son reflex expert, le D7200 succédant logiquement au D7100. Au programme : une connexion WiFi, une plage Iso étendue et l’ajout de fonctions déjà vues sur d’autres modèles de la gamme.

Présentation

On ne peut guère parler de surprise : hormis le petit retard du D7100, justifié par le ralentissement japonais après l’accident de Fukushima, Nikon a toujours renouvelé ses reflex experts tous les deux ans. Le D7200 arrive donc précisément vingt-quatre mois après le précédent modèle pour répondre au Ricoh Pentax K-3 et au Sony Alpha 77 II, et se glisser entre les Canon EOS 70D et 7D Mk II. Nikon en profite évidemment pour apporter quelques évolutions : depuis la fin du D300s, cette gamme est le porte-étendard des Nikon au format APS, et il était inimaginable que le D7200 n’adopte les nouveautés apparues sur les modèles des séries 3000 et 5000.

La recette

Le premier point à noter est bien entendu l’apparence extérieure. Sur ce point, Nikon fait dans le statu quo le plus absolu : le boîtier du D7200 est identique à celui du D7100 jusqu’au dernier détail. C’est d’ailleurs presque étonnant : le D750 et le D5500 ont tous deux fait l’objet d’évolutions ergonomiques, avec notamment des poignées plus creusées et plus confortables que leurs aînés. Le D7200 conserve, lui, la prise en main de son aîné, avec sa poignée assez courte qui oblige les grandes mains à contracter un peu les doigts pour le tenir efficacement. Le bon point, c’est que la disposition générale des commandes est tout à fait satisfaisante et que le D7100 permet d’accéder aisément à la plupart des réglages ; le mauvais, c’est que certains détails discutables sont donc conservés, en premier lieu l’ambiguïté agaçante entre zoom, qualité d’image et Iso, qui complique la modification de la sensibilité en Live View.

Outre le boîtier, le viseur et l’écran sont identiques : pas question pour Nikon de courir après Canon et Sony en équipant son boîtier d’un écran orientable – là encore un choix étonnant, puisque le D750 en profite. Le module autofocus est toujours le même, mais dans la version utilisée sur le D810, sensible jusqu’à -3 IL. Le communiqué présente cela comme « une première pour un appareil photo au format DX », une affirmation quelque peu discutable : le D7200 égale juste l’EOS 7D Mk II et le K-3. Nous ne masquerons tout de même pas une déception : la rafale, élément assez important des fiches techniques à ce niveau de gamme, n’a pas bougé, restant à 6 images par seconde. Le mode recadré 1,3x, qui laisse 15 Mpxl, permet de passer à 7 im/s, mais le D7200 est sans conteste le moins vif du segment, derrière même le pourtant moins ambitieux EOS 70D.

Les nouveautés

Si le capteur reste à 24 Mpxl (sans filtre passe-bas), l’électronique évolue, le processeur passant à la génération Expeed 4 : le traitement du bruit amélioré permet d’atteindre 25 600 Iso en plage normale et 102 400 Iso en plage étendue et la vidéo 1080p passe à 60 images par seconde. Enfin… Presque : l’extension de sensibilité Iso bloque l’appareil en noir et blanc, une première, et les 60 im/s ne sont accessibles qu’en mode recadré 1,3x. Le grand-angle du 18-105 mm deviendra donc l’équivalent en 24 x 36 mm d’un 35 mm et non d’un 27 mm !

Cela peut être vu comme un avantage pour filmer des animaux farouches, mais c’est clairement un inconvénient pour les plans larges et c’est un cas assez unique sur le marché actuel – certains appareils utilisant des capteurs extrêmement similaires filment en 1080p à 60 im/s en employant toute la largeur de l’imageur, notamment chez Sony… Dommage car, avec un style « flat » plus conservateur que le réglage par défaut, un contrôle complet du son (avec sortie casque pour vérifier) et une sortie HDMI non compressée, le D7200 pourrait plaire à des utilisateurs exigeants en vidéo – Nikon a d’ailleurs eu la bonne idée de regrouper toutes les fonctions vidéo au sein d’un onglet dédié.

L’autre nouveauté est bien entendu la connexion WiFi, que Nikon généralise brusquement après l’avoir longtemps boudée ; las, comme sur les D750 et D5500 (testé dans ce numéro), celle-ci ne sert qu’à partager et prendre des photos depuis un périphérique iOS ou Android, et l’application Nikon WMU est sensiblement moins avancée que certaines concurrentes.

Lancé à 1 199 € nu (1 399 € avec le 18-105 mm ou 1 499 € avec le 18-140 mm), le D7200 arrive dès la fin mars à un tarif classique pour ce niveau de gamme.

Premier avis

Les Sony Alpha 77 II et Pentax K-3 avait apporté des surcroîts de performances appréciables et distancé le D7100 sur au moins un point important : la rafale. 6 images par seconde, à ce niveau de gamme, cela devient un vrai argument pour la concurrence – même l’EOS 70D, pourtant moins cher et moins ambitieux, est plus rapide. Le D7200 ne se met pas à niveau sur ce point ; c’est emblématique d’un appareil qui se contente trop souvent de mises à jour glanées sur le reste de la gamme.

Nikon semble curieusement renoncer à l’ambition de prendre l’ascendant sur la concurrence, ne serait-ce que sur un point que le marketing pourrait mettre en avant. Du coup, le D7200 passe aisément inaperçu ; il ne fait aucun doute qu’il sera un reflex expert de haute volée, efficace et performant, mais il lui manque clairement un élément qui le distingue du lot.

Fiche technique

- Capteur : Cmos 23,5 x 15,6 mm, 24 Mpxl, sans filtre passe-bas
- Définition maximale : [3/2] 6000 x 4000 pixels
- Coefficient multiplicateur : 1,5x
- Sensibilité : 100 à 25 600 Iso, jusqu’à 102 400 Iso en noir et blanc
- Vidéo : 1080p, 24 à 30 im/s (jusqu’à 60 im/s en recadrage 1,3x)
- Formats de fichiers : Jpeg, Raw (Nef) 12 ou 14 bits, Mov
- Protection du boîtier : oui
- Stabilisateur : -
- Wi-Fi : Transfert de fichiers et déclenchement à distance (application Nikon WMU)
- GPS : -
- Monture : Nikon F avec moteur AF et couplage AI
- Mise au point auto. : Détection de phase TTL sur 51 points dont 15 croisés
- Mise au point  : Manuelle ou automatique simple ou continue, suivi 3D
- Mode d’exposition : Auto, sans flash, PASM, scènes (7), personnalisé (2)
- Exposition : Multizone (2016), pondérée centrale, spot
- Compensation d’exposition : +/- 5 IL par 0,3 IL
- Vitesse : 1/8 000 à 30 s , B, T
- Rafales : 6 im/s (7 im/s en recadré 1,3x)
- Balance des blancs : NC
- Flash intégré : NG 12 à 100 Iso, contrôle des flashs distants
- Visée : Reflex 100 %, 0,94x
- Moniteur : LCD 3,2 pouces, 1,22 Mpts
- Stockage : 2 SD (UHS-I)
- Interfaces : USB 2, HDMI non compressée, accessoires, micro, casque, griffe flash
- Alimentation : accu Li-Ion EN-EL15
- Dimensions / Poids  : 135,5 x 106,5 x 76 mm / 765 g

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages

  • A ce niveau de prix, pas d’écran orientable alors que la serie 5000 en est dotée, vous avez bien noté cette petite deception..... Avec ce modele, rien vraiment - a part les Fanas de photos de sport et encore - de quoi susciter l’envie de changer son 7100.

  • On attendait avec impatience un "D7500, novateur", on se retrouve avec un "D7200, sans panache"... face à cet état de fait décevant, et vu que l’on a pas le budget pour passer en plein format, une seule réaction possible : quitter Nikon ! Dommage !

  • Pas le budget pour un D610 ? Pourtant, il n’est pas beaucoup plus cher que le présent D7200, et y’a fort à parier que sur le marché de l’occasion, y’a bien quelques bonnes affaires à faire.

    Après, c’est sûr que si on cherche les 36MP d’un D810, évidemment que la recherche va se compliquer, mais ça restera moins difficile que de chercher sempiternellement un D400 qui ne sortira à l’évidence jamais, malgré la sensation que Nikon en garde sous le coude avec ce D7200 :-\

  • @Lionel Simon C’est le même genre de commentaire que l’on trouve sur les forums de geeks. C’est quoi un APN avec du panache (mon nikon F a encore beaucoup de panache) ?? Quitter Nikon pour qui ? je serais bien curieux d’avoir votre point de vue.
    Pour en revenir au 7200... j’ai du mal à voir la stratégie de Nikon sur le marché de l’APSC... pourquoi nommer ce boitier 7200 alors qu’il ne s’agit que d’une petite MAJ.

  • J’ai également de plus en plus de mal à suivre la stratégie Nikon ...
    Garder le boîtier du D300s en l’améliorant de ci de là et avec un couple capteur/ électronique moderne eut été une vraie bénédiction pour les Nikoniste, avec, soyons fous, un écran sur rotule et un mode vidéo totalement paramétrable et nanti d’un AF continu digne de ce nom.
    Mais bon, voeux pieux.

  • 7200 ou 7100S !! Visiblement on peut espérer autre chose de la part de Nikon...peut être un 7500, venant vraiment concurrencer le nouveau Canon 7D.

  • impression mitigée en ce qui me concerne.
    + Le buffer est enfin ce qu’il aurait du être dès le départ sur un DXXX ... : bien
    + au vue de la qualité de la gestion du bruit sur le petit D5500 sorti en janvier, ca promet une belle amélioration par rapport au D7100

    - la rafale est encore vraiment light ... Pentax propose 8.3 fps, Canon 7fps sur un 70D et 10 sur 7D ... Nikon a l’art de nous introduire des limitations "à la con" ... merci le marketing ... grr
    - on reste sur la cellule RGB 2016 ... dommage
    - mode silencieux absent ... dommage
    - et pour finir le 1080p est seulement disponible en mode crop 1.3 X ... c’est quoi ce nouveau bridage inédit NIKON ????

  • Eh bien, dans mon cas, pour Sony, avec beaucoup de bonheur, en gardant toutes mes optiques (plein format !) Nikkor, Zeiss et Voigtländer à monture F.
    Après 32 ans de fidélité (de plus en plus mal récompensée) à la marque jaune et noire.

    Pour le prix d’un D7200, je me délecte, depuis un an déjà, avec deux boîtiers compacts α A6000, l’un avec adaptateur F, l’autre avec adaptateur Leica M, en plus des éblouissants AF Zeiss FE Sonnar 55mm et 35mm en prime, pour voyager léger quand l’envie m’en prend.

    Pas une seconde de regret, que du plaisir. Et maintenant, avec un Sony α7 II qui ne coûte guère plus qu’un Nikon D7200 en kit avec un zoom DX assez moyen, le plein format stabilisé à petit prix, petit gabarit avec un capteur époustouflant et les optiques que j’aime et que je maîtrise.

  • @8 Si un hybride Sony plein format me permet de travailler dans les même conditions qu’avec un boitier Nikon pro dans des conditions de lumière difficile avec des sujet qui bougent (concerts, clubs de jazz) avec un autofocus qui accroche aussi bien et un rendu et un piqué du même niveau... alors pourquoi pas... mais j’ai des doutes...

  • Esteban : Après 45 ans de visée optique, je comprends vos doutes à l’égard d’un hybride.

    Quand je faisais du reportage de concert, j’étais obligé de mettre un viseur de sport DA-1 sur le F2 (ensuite, un DA-2 sur le F3 et DA-20 sur le F4) pour obtenir une m.à.p. fiable à pleine ouverture, f:1.2 ou 1.4.
    Je ne vous parle pas du Leica M avec un 135mm ; même le 135mm Elmarit-M "à lunettes" était une gageure côté m.à.p.

    Tout ça est fini avec les nouveaux EVF de la dernière génération, comme sur les A6000. Amplification de la lumière ambiante, edge detection, loupe électronique, live-view à luminosité constante même à diaphragme fermé (simulation de la profondeur de champ) : rien ne me ferait maintenant revenir aux viseurs optiques conventionnels.

    Il faut essayer un bon viseur EVF de nuit pour en prendre toute la mesure. Et nous ne sommes qu’au début de leur évolution.

  • à la lecture de la fiche technique, je découvre que le boitier ne propose pas non plus le mode AF zone groupé ...
    ca aussi, c’est un vraie lacune ...

  • @6
    Quitter nikon pour Sony....
    Bizarre, bizarre : c’est comme quitter Mercedes pour Renault....
    En effet : autofocus moins performant (sur les euqivalents FF, a7 etc), batterie faiblarde, incompatibilité optique (a cause de capteurs aux conceptions différentes) entre les optiques leica et les boitiers Sony (beaucoup ont mis en garde preuves a l’appui), obturateurs bruyants, poids des optiques disproportionné par rapport au boitier, mauvaise qualité des optiques non FF, prix trop élevé ses otiques dites de qualité, gamme incomplète , je continue ?

  • @salociN : Certes il n’y a que 300€ de différence entre le D610 (vendu à 1500€), et le D7200 (qui sera à priori vendu à 1200€), mais si j’investissais pour un plein format, j’appliquerai la même démarche que pour l’achat d’un Aps-c : investir dans un reflex qui n’est pas dépassé juste après l’achat, donc je me tournerai vers le D750 plutôt que le D610 ; et là, malheureusement c’est plus 300€ de différence, mais 900€ (D750 vendu 2100€). Et sans compter l’obligation d’investir dans des objectifs FX, et là on casse littéralement sa tirelire. En tout cas, trop pour moi ! La solution : le marché de l’occasion, peut-être ? Tenter le concours MDLP, il y a un D750 complet a gagné ? ;-)

    @4 : Je ne pense pas que c’est « geek », que de vouloir investir dans un reflex le plus pérenne possible , et que d’exiger de Nikon, qu’après 2ans, la mise à jour très attendue du Reflex DX « Haut de Gamme » D7100, soit une véritable mise à jour à la hauteur de nos espérances : une sorte de « D7500 », un D5500 (milieu de gamme) version +++, avec à la mode des D750-D5500, une réorganisation de la carte mère réduisant ainsi l’épaisseur du boitier permettant l’amélioration de la prise en main, poignée plus profonde, diminution de poids, avec le bénéfice d’un vrai enregistrement vidéo 1080/60p sans recadrage, avec un écran au minimum amovible voire tactile pourquoi pas, c’est très pratique pour la navigation, avec meilleur AF, …. (Que des trucs de Geeks ?). D’ici quelques jours, on connaitra les résultats des tests du D7200, qui feront sans nul doute état d’une montée en performance (encore heureux ! enfin un Buffer, Expeed 4,…), avec les améliorations de la qualité d’image, de la gestion du bruit, de la réactivité, de la sensibilité, de l’autofocus, du traitement des jpeg,... ?... Ok mais, Nikon aurait dû sortir ce modèle « D7200 » (resté au placard, bien trop longtemps, vu son nom ?), bien avant les évolutions D5300, D5500 et les nombreuses solutions concurrentes Canon, Sony, Pentax,…, pour ne pas apparaître comme une mise à jour minimale, et oui on peut le dire « sans panache ». Beaucoup attendait un "D7500" !

    Croire qu’il n’y a que Nikon sur le marché, me semble être une hérésie, et s’attacher à l’idée « Nikon, l’unique et le meilleur » (« la Mercedes de la photo »), en niant la concurrence, ne favorise pas la remise en question stratégique et techniques des grands penseurs du marketing et autres de la marque, qui ici se contentent simplement d’une mise à jour basique du D7100, style « ça ira bien, comme ça, nos Nikonistes achèteront bien, ils nous sont fidèles depuis des décennies, pourquoi changeraient-ils d’un seul coup ? On est le prestigieux Nikon, tout de même ! ». On ne peut passer sous silence les récents ratés de la marque, avec les célèbres poussières sur le D600 (et sa mauvaise gestion de crise) ou encore le Flare sur les D750 (avec à priori là pour le coup, un service SAV à la hauteur !!!). Pour moi, Nikon commet sa troisième erreurs ici, en sortant le retardataire "D7200" à la place d’un ambitieux "D7500" attendu et qui aurait fait sans nul doute un carton ! L’aigle Royal à 3 plombs dans l’aile, tout de même : il est un peu moins prestigieux !

    Rectification de tir de la part de Nikon dans les 6 mois, 1an à venir, en sortant enfin le « D7500 » ? J’aimerai, mais je n’y crois pas ! L’avenir le dira ! Nikon semble avoir sorti son « D7200 » simplement parce que les deux ans avaient sonné (D7100 à la traîne face au milieu de gamme D5300) et pour contrer le Canon 7D (?), mais sans grande conviction alors, car sinon ils auraient mis le paquet ; le "D7500" n’était visiblement pas près, dommage !. Vu l’évolution minimale accordé à son Dx « Haut de gamme » en deux ans, il est clair que Nikon se désintéresse de cette cible « Experts Aps-c » (trop de coût de développement boitiers-optiques ? pour trop peu de rentabilité ?).

    Si politique ou orientation, il y a chez Nikon, pour ma part je la comprends ainsi : « Réorganisation DX vs FX : Nikon réactualise chaque année l’entrée, et milieu de gamme DX car c’est ce qu’il vend !!! Et pour ceux qui en veulent plus, ils n’ont cas passer au plein format (avec un D750 par exemple) ou se satisfaire de micros mise à jour tous les deux ans sur la série D7000 (voué de fait, à disparaître) !!! Chez Nikon on tend à faire, que le DX devienne l’entrée et milieu de gamme, et le FX se réserve la gamme supérieure Experts et Pros ! ». Partant de ce constat, et vu qu’il n’existe visiblement pas chez Nikon, je vais chercher mon Reflex idéal ailleurs ! Mais si quelqu’un veux me vendre un D750+Objectif à prix défiant toute concurrence (style au prix du 7200), même avec du flare, je suis preneur mdr ;-) Désolé c’est « un peu » long, mais je suis vraiment déçu… et à priori, on est nombreux à partager ce sentiment de frustration !

  • C’est vrai que, depuis quelque temps, je me pose des questions sur la logique marketing de Nikon. Pour faire mon bonheur de Nikoniste, j’ai simplement besoin d’un D4S à un prix inférieur à 3000 euros. Alors je garde bon espoir, à vos calculettes messieurs du marketing car votre succès commercial est au bout de votre calcul !!!

  • Bonjour , je possédais un d7100 depuis 1 an , et pendant tout ce temps je n’ai pas arrête de de me battre a essayer de comprendre pourquoi mon reflex me donnait des clichés sans réelle netteté , j ’ai tout essayé , mise a jour firmware , augmentation de la netteté dans le picture control et autres puis suite a un incident,(d7100 cassé ) j’ai acheté le d7200 , cailloux nikkor 50mm 1.4 posé dessus et LA !!! rien a voir clichés ultra net ,le jour et la nuit alors quand je lis "aucune reelle inovation" cela me fait bien rire
    cordialement

  • pour répondre a ce commentaire
    " Pas le budget pour un D610 ? Pourtant, il n’est pas beaucoup plus cher que le présent D7200, et y’a fort à parier que sur le marché de l’occasion, y’a bien quelques bonnes affaires à faire. "
    pour information la différence est grande entre un 610 et un 7200 pour le même prix car le D7200 est quand même équipé du speed 4 alors que le D610 seulement du 3 donc pour le même prix je préfère le D7200 et le D7200 du double slot de carte mémoire , avec le miens je fait du ports et de la streep photos je le changerai surement pas pour un D610