Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Nikon D7500 : le reflex, valeur sûre

12/04/2017 | Benjamin Favier

Nikon persiste et signe sur un créneau qu’elle maîtrise bien, avec un reflex APS-C qui reprend des éléments-clés du D500, tout en conservant la philosophie de la série D7000. À l’approche du centième anniversaire de sa création et après différents couacs, dont l’enterrement de la gamme DL avant même sa commercialisation, la marque repart de l’avant.

Présentation

Après un décalage d’un an entre l’annonce des KeyMission et leur commercialisation et surtout, l’arrêt brutal de la production des DL avant même leur arrivée dans les magasins, et une gamme hybride en stand-bye, Nikon entend reprendre des couleurs, à l’aube de la célébration du centième anniversaire de sa création, au mois de juillet. C’est logiquement sur le créneau des reflex, que la marque compte se relancer. Un domaine qu’elle domine parfaitement, comme elle l’a prouvé l’an dernier avec les superbes D5 et D500 (les D5600 et D3400 furent plus anecdotiques). Cette fois, c’est au tour de la gamme D7000 d’être renouvelée.

JPEG - 57.3 ko
Outre la possibilité d’incliner l’écran, peu de différences par rapport au D7200. On remarque toutefois l’inversion des touches Info et « i », celle-ci étant désormais placée au-dessus du commutateur LiveView/Vidéo.

Des reflex APS-C experts, situés entre les boîtiers amateurs (D5000) et le D500, classé parmi les reflex professionnels. Place au D7500, qui succède au D7200, dévoilé il y a deux ans. Pourquoi pas un D7300 ? La raison est simple, Nikon souligne ainsi la filiation directe avec le D500, dont le nouveau venu reprend quelques attributs…

Cmos de 20 Mpxl

La définition, fait plutôt rare sur ce segment de boîtiers, recule, puisque le capteur de 24 Mpxl du D7200 laisse sa place à l’excellent capteur Cmos de 20 Mpxl du D500, dénué de filtre passe-bas (c’était aussi le cas sur le D7200). La page de sensibilité est donc identique, soit 100-51 200 Iso, avec la possibilité de l’étendre à 50-1 640 000 Iso. Une très bonne nouvelle, tant nous avions été impressionnés par les performances du D500 en hautes sensibilités (lire notre test terrain en Alaska dans MDLP 89, ainsi que notre bonus web). Cela fait oublier une particularité propre au capteur du D7200 : au-delà de 25 600 Iso, il photographiait uniquement en noir et blanc !

PNG - 298.7 ko
La disposition de la touche Iso est identique par rapport au D500. Par contre, sur la gauche, on retrouve le barillet propre à la série D7xxx. Le D500 a lui droit au trèfle des reflex pros.

En charge des opérations sur le D7500, on retrouve l’Expeed 5, processeur à l’œuvre sur les reflex pros D5 et D500. Et c’est donc fort logiquement que le D7500 filme en 4K UHD (3 840 x 2 160 pixels), à 24, 25 ou 30 im/s en mode progressif, avec un son stéréo en interne (il est possible de brancher un micro externe, ainsi qu’un casque). Toujours pas de mode 4K DCI, et il faudra toujours composer avec un recadrage supplémentaire (1,5x), en plus de celui inhérent au format APS-C (1,5x). Tandis que la cadence est toujours limitée à 1/50s en 1080p, mais cette fois, contrairement à ce qu’offrait le D7200, pas de recadrage 1,3x dans ces conditions. La stabilisation électronique est uniquement disponible en 1080p. Il est toujours possible de filmer sans compression sur un enregistreur externe en 4:2:2 sur 8 bits via la prise HDMI ; tout en stockant simultanément les rushs sur la carte SD. Oui, la carte, car le double compartiment du D7200 a été amputé d’un logement. Le D7500 dispose d’un emplacement pour carte SD, compatible avec la norme UHS-I. Sachez enfin que la limite de durée d’enregistrement, en interne, est de 29 minutes et 59 secondes et il sera possible de choisir entre les formats Mov et MP4.

JPEG - 78.9 ko
Le compartiment pour carte mémoire n’accueille qu’une seule SD, compatible UHS-I.

AF à 51 collimateurs

Jusqu’ici, le D7500 fait jeu égal avec le D500. Pourtant, il a bien fallu que Nikon opère quelques concessions pour qu’il n’empiète pas sur le territoire du navire amiral de sa flotte APS-C. Le module autofocus est celui du D7200, en l’occurrence l’AF Multi-Cam 3500 II à 51 points (collimateur central sensible à - 3 IL). Cela paraît logique, et la réactivité de l’AF du D7200 faisait partie des principales satisfactions. L’AF à 153 points des D5 et D500 demeure cependant ce qui se fait de mieux à l’heure actuelle, tous boîtiers confondus… par contre, en LiveView ou en vidéo, Nikon reste en retrait par rapport aux hybrides, mais aussi en comparaison avec les Canon EOS dotés du Dual Pixel AF, comme les 7D Mark II ou 80D, qui figurent parmi les principaux adversaires du D7500. À signaler, au niveau de l’AF, l’apparition de la fonction « Réglage précis de l’AF », vue sur le D500, pour calibrer soi-même son optique : en plaçant l’appareil sur pied, en LiveView et en mode AF-S, une fois la mise au point effectuée, il faut enfoncer simultanément les touches AF (à gauche en façade, sur le commutateur AF/MF) et Rec (bouton vidéo sur le dessus).

JPEG - 65.5 ko
L’écran pivote de la même manière que celui du D500, et il est également tactile.

Toujours par rapport au D500, la construction est plus légère, même si, à l’instar du D7200, le châssis en fibres de carbone (magnésium sur le D500) du D7500 est paré de joints d’étanchéité. Sur la balance, le D7500 pèse 640 g, alors que les D7200 et D500 atteignent respectivement 675 et 760 g. La durée de vie de l’obturateur du D7500, qui plafonne à 1/8000s, est donnée pour 150 000 cycles.

JPEG - 130.7 ko
Le châssis en fibres de carbone du D7500 est paré de nombreux joints d’étanchéité.

Le design du grip a été revu : plus creusé par rapport au D7200, il s’inspire de celui du D500. Nous vérifierons, lors de notre test, si l’emplacement de la touche Fn, est judicieux ou pas. Celle-ci nous a semblé particulièrement protubérante sur la version de présérie que nous avons eue entre les mains. À l’arrière, l’écran LCD de 3,2 pouces devient inclinable et tactile, exactement comme celui du D500. Il est en revanche moins défini, à 922 kpts (contre 2,32 Mpts).

Le pentaprisme couvre 100 % du champ avec un grossissement de 0,94x (1x sur le D500). Nous n’avons pour l’instant pas de précision sur le dégagement oculaire. La mesure de l’exposition repose sur un capteur de mesure RVB d’environ 180 000 photosites (reconnaissance de scènes, détection des visages, suivi AF 3D…). Comme sur le D500. Au niveau de la cadence, le D7500 dépasse son prédécesseur, avec 8 im/s contre 6 im/s sur le D7200 ; surtout, la mémoire-tampon encaisserait, d’après Nikon, cinquante Raw 14 bits compressés (ou 100 Jpeg), là où celle du D7200 s’essoufflait au bout de dix-huit Raw. Dans ce registre, le D500 reste hors d’atteinte dans la gamme reflex Nikon avec 10 im/s et des performances de haut niveau, en utilisant une carte XQD.

JPEG - 77.5 ko
Prises micro et casque, HDMI type-C, High Speed USB et télécommande.

Avantage non négligeable sur le D500, la présence d’un flash intégré (NG 12 pour 100 Iso), avec la possibilité de piloter des flashs sans fil. En outre, le D7500 est compatible avec le système de déclenchement par ondes radio, comme les D5 et D500 : on peut ainsi asservir le SB-5000 en utilisant le connecteur WR-10. Comme toutes les récentes productions de la marque, SnapBridge fait son apparition, en même temps que le Bluetooth, qui rejoint le WiFi pour une connexion moins énergivore.

Il faudra attendre pour tester le boîtier. La sortie est prévue pour fin juin au prix de 1 549 € nu. Le D7200 coûte 1 149 €, tandis que le D500 est proposé à 2 299 €, au catalogue de la marque.

- Le site de Nikon

Premier avis

S’il y a un domaine dans lequel Nikon ne déçoit pas, c’est bien les reflex. Les D5 et D500 ont constitué une véritable révolution, grâce notamment à leur remarquable autofocus. S’il ne reprend pas le fameux système à 153 collimateurs, le D7500 conserve des éléments phares du boîtier professionnel APS-C, dont le capteur, l’écran orientable et tactile, le processeur et le mode vidéo. Et pour le reste, il arbore des caractéristiques qui le démarquent nettement de son prédécesseur, le D7200, dont les évolutions nous avaient semblé bien modestes, en le comparant avec le D7100. Avec un AF à 51 collimateurs, un obturateur à 1/8000s, une cadence à 8 im/s, une construction avec des joints et la capacité de filmer en 4K UHD, il semble taillé pour ferrailler non seulement avec le vieillissant 7D Mark II, mais aussi des hybrides polyvalents comme les Fujifilm X-T2 et Sony A6500, sur le front de l’APS-C.

En revanche, il est dommage que Nikon ne fasse pas évoluer le système AF en LiveView et en vidéo. Les Canon EOS dotés du Dual Pixel AF ou les hybrides restent au-dessus dans ces conditions. La présence d’un flash intégré est appréciable par rapport au D500, d’autant qu’il permettra de piloter des flashs sans fil. Dommage qu’il n’y ait qu’un seul compartiment pour stocker fichiers photo et vidéo, d’autant que le D7200 permettait d’utiliser deux SD. Hélas, le prix s’inscrit dans la tendance observée depuis plus d’un an : proposé à 1 549 € nu, le D7500 navigue dans les mêmes courants tarifaires que les Sony A6500 et Fujifilm X-T2 cités plus haut, où l’on trouve aussi des boîtiers plein format, comme l’A7, l’EOS 6D… ou le D610. L’APS-C demeure malgré tout un format intéressant quand on privilégie les longues focales. Et quand on connaît le potentiel du capteur du D500, on se réjouit de le voir reconduit dans un boîtier somme toute moins onéreux. Il faudra patienter encore un bon mois pour effectuer les premiers clichés avec une version définitive…

Fiche technique

- Capteur : Cmos APS-C 15,6 x 23,5 mm, 20 Mpxl, sans filtre passe-bas
- Définition maximale : [3:2] 5568 x 3712 pixels
- Monture/Coefficient : Nikon F avec moteur AF et couplage AI/1,5x
- Sensibilités : 100-51 200 Iso (extension à 50-1 640 000 Iso)
- Vidéo : 16/9 3 840 x 2160 pixels 4K UHD (24p, 25p, 30p)
- Formats de fichiers : Jpeg, Raw (Nef) 14 bits, Mov, MP4
- Protection du boîtier : Oui
- Stabilisateur : -
- Visée : Reflex par pentaprisme 100 %, 0,94x
- Moniteur : LCD 8 cm et 922 kpts, tactile et orientable
- Flash intégré : NG 12 pour 100 Iso, pilote des flashs sans fil optique et radio
- WiFi/Bluetooth/GPS : Transfert de fichiers et déclenchement à distance/Oui (compatibilité avec SnapBridge)/-
- Autofocus : Détection de phase, AF Multi-Cam 3500 II à 51 points(15 en croix), sensibilité - 3 IL (collimateur centrale uniquement, capteur compatible à f/8 ; Détection de contraste en LiveView
- Vitesses : 1/8000s à 30s, Synchro X à 1/250s
- Rafales : 8 im/s sur 50 Raw 14 bits compressés ou 100 Jpeg
- Balance des blancs : Auto (2 types, couleurs neutres ou chaudes),
incandescent, fluorescent (7 types), ensoleillé, flash, nuageux, ombre, pré-réglage manuel ; ajustement manuel possible pour tous les modes sur 2 axes (Magenta/Vert et Bleu/Rouge)
- Réglages divers photo et vidéo : Modes scènes, Picture Control, Effets spéciaux, Intervallomètre, vidéo accélérée, traitement par lot des fichiers Raw, Auto AF Fine Tune
- Stockage : 1 x SDXC (UHS-I)
- Interfaces : micro USB/Hi-Speed, HDMI type C, microphone stéréo, casque, accessoires
- Alimentation : Accu Li-Ion EN-EL15a (7V, 1900 mAh, 950 vues d’après les normes CIPA)
- Accessoires : Chargeur, accu, œilleton DK-28, bouchon BF-1B, protecteur d’oculaire DK-5, courroie et câble USB
- Dimensions/Poids : 135,5 × 104 × 72,5 mm /640 g (sans accu et SD)

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages

  • Même si Nikon semble,positionner de manière logique sa gamme apsc, je regrette vivement l’absence du deuxième slot SD. Ce downgrade va en décevoir plus d’un, en particulier ceux qui pratiquent la,vidéo en même temps que la photo ou encore ceux qui comme moi pratiquent en même temps le jpeg et le raw. Pour le reste rien à dire.

  • Boitier intéressant mais proposé à un tarif trop élevé (encore une fois) en Europe. Il trouvera facilement son public aux USA où il est proposé à 1250$. Pck 1.549€ nu, ça fait mal !!

  • Les prix US sont des prix hors taxes. De plus, vous payez pour avoir une garantie. Enfin, le prix indicatif en Europe, en tout cas ici n’est jamais qu’indicatif. 1500 euros le positionne entre le d5100 et le d500 a 2200 euros (1990 euros en net). Son positionnement prix est donc logique. Reste à voir maintenant si un tel tarif reste pertinent pour de l’apsc, vu le prix du d610 par exemple, moins performant certes, mais lui au moins il a un double slot. C’est l’éternel problème et débat apsc/FF . Personnellement, si je ne fais ni photo animalière ni sportive, le FF s’impose.

  • Complément : d5100, je veux dire évidemment la série d5xxx

  • Le d5600 est à environ 700 euros neuf, le d7200 actuellement à 950 et le d500 à 1990 euros. On constate donc finalement que l’écart entre le d7200 et le d7500 est énorme. Vu le faible écart entre le d5600 et le d7200, ce dernier représente donc encore une bonne affaire , d’autant que lui a encore les deux slots. Il est probable que le,prix du d7500 "réel" avoisine les 1300 euros.

  • Ça c’est du bricolage marketing, un boitier avec un chassis pas très rigide qui ne surportera pas des zoom conséquents.. ;
    En dehors du capteur et du processeur, le reste est une merdouille peu attirante même pour faire le clichetons de l’anniverssaire de tata Suzanne
    Une fois de plus quand ce sont les comerciaux qui définissent un cahier des charges...fuyons

  • Pas donné, rien de nouveau ni d’excitant... tu m’étonnes qu’il y’ait un gros plan de restructuration chez Nikon, leur sous-traitance constante est lassante...entre Sony qui les assassine avec des capteurs et de processeurs toujours plus chers et pas meilleurs, 75% des optiques ne sont plus faites maison mais sous-traitées à Sigma, Tamron et Fujinon, des SAV qui prend votre D4s et qui vous dit que ce n’est plus réparable et vous propose un avoir sur un D5, les grips qui se décollent, les modules WIFI qui se fissurent, les cartes aux normes à la con, les AF bourrés de back et de front focus dont personne ne sait régler vraiment,les menus de plus en plus mal fichus... J’en regrette de plus en plus mon D3s... En presse c’était une référence ! Et l’est encore ! Ca fait 35 ans que je suis chez Nikon et ça m’emmerde de les voir se viander comme ça, alors la sortie du D500 au prix annoncé m’a fait rire, le D7500 pareil...dommage

  • Bien d’accord avec DED sur tous les points.
    J’étais Nikon depuis le Nikkormat EL, disons début années 70...Je ne compte plus les modèles qui sont passés dans mes mains... jusqu’au F6, puis D3S, D4 en 2012 et puis j’ai quitté Nikon pour les raisons déjà évoquées et surtout un manque de visibilité et de confiance en l’avenir. Aussi quelques insatisfactions.
    J’ai tout revendu.
    J’utilise depuis 2013 un Canon 5DIII avec de merveilleuses optiques et flashs radios. Tout cela me convient très bien aujourd’hui.
    Je ne regrette pas Nikon, il me reste un Nikon One V1 pour le souvenir.
    La roue tourne et Nikon me semble en nette perte de vitesse, enfin pour le moment ?
    Concernant le Nikon D7500, j’ai pas d’avis.
    C’était une réflexion personnelle, suite aux propos de DED.

  • L’euro frappe encore : on n’aurait jamais mis l’équivalent en francs dans un appareil de ce type. Si l’on fait des tirages papier, des expos, cela peut (peut-être) se justifier. Mais si c’est pour visionner ses images sur l’ordi ou le web, se faire des livres photos, j’ai un doute. Pas sur que ça fasse la différence avec un bon bridge ou compact dans le cas d’une utilisation ordinaire (pas besoin de hauts isos, sports, etc..). On peut quand même s’interroger sur les tarifs du matos photo en général, à qui pensent-ils ces marketeux que leurs matériels s’adressent ?

  • Bonjour,
    Au moins avec cette mise à jour on aura droit a un écran basculant, et tactile.
    Dommage pour moi, j’en avais marre d’attendre je viens juste d’acheter un D5600 après un D5500. Ça rame pas mal chez Nikon.
    Cordialement

  • Je regrette que Nikon commence à faire disparaitre le bague d’indexation d’ouverture (AI) en toute discrétion et en silence sur cette gamme de boitier. J’ai un D7200 et je suis toujours heureux de pouvoir y monter des vieux cailloux (AI/AIS/série E), certes manuels, sans AF, mais ayant toujours de bonne qualité optique. Le D7500 est un peu plus léger que le D7200, cette différence vient en partie de la disparition du 2ème slot SD et de la bague AI, donc la réduction de poids n’a jamais rien d’exceptionnel.
    Aujourd’hui la bague AI sur le 7500, et demain le moteur AF comme les séries D3x00 et D5x00 sur l’autel de la légèreté et la réduction des coûts ?
    Je trouve regrettable que Nikon n’implante des nouvelles fonctionnalités que sur les nouveaux boitiers, une mise à jour de firmware pourrait apporter des nouvelles fonctionnalités sur les précédents boitiers, mais non...
    L’AF fine tuning automatique du D500 et du D7500 pourrait surement être porté sur D7200 ou D750 par exemple, le principe est seulement de comparer des images, prises par l’AF par phase (AF classique derrière le miroir semi-transparent) et par l’AF par contraste (analyse d’images en Live View) et d’ajuster le réglage de l’AF par phase en conséquence. La nouvelle fonction time-lapse du D5600 sur D5500, en ayant le même hardware. Mais non...
    Même la compatibilité des nouveaux objectifs devient limite, les AF-P et AF-S E ne sont compatibles qu’avec un nombre restreint de boitiers, et Nikon ne semble pas trop s’en soucier... La seule réponse semble être "Acheter de nouveaux boitiers avec de nouvelles optiques, point."
    J’ai 4 boitiers reflex numériques Nikon APS-C et FF, et un Nikon 1 J5 (charmant petit appareil, monture abandonné en silence par Nikon, à qui il manque des zooms rapides -f/1.8-f/2.8- comme il y a chez Sony et Canon sur leurs compacts expert le même format de capteur, ou les Nikon DL abandonnés avant la commercialisation...), et des tas d’optiques F. Je doute que j’achète encore longtemps du Nikon...

  • En un mot... pingre.
    Normalement, le successeur n’a pas vocation à être moins bien pourvu, mais comme ils ont amorcé la donne avec le mal nommé D750...

  • @11
    je vous rejoins un peu. À un moment, tout le monde se jetait sur les "vieux" d700, costauds, rapides, efficaces. Maintenant, il devient plus’diffficle de les,vendre et je me suis demandé pourquoi. Je crois avoir une partie de la réponse. En fait, les déçus de Nikon , las d’attendre un digne successeur du d700 ont switché vers d’autres marques comme Sony ou Fuji. Tout le,monde voulait un boîtier digne de ce nom après le,d700. Le d800 n’a pas répondu vraiment aux attentes. Voila pourquoi le DF est sorti : les gens ont voulu avoir un boîtier sur lequel monter TOUTES les optiques Nikon sans problème, pas trop de mégapixels, etc. C’était vraiment le boîtier idéal sauf que l’appareil n’avait qu’un slot sd et que certains détails de finition fâchaient . Ici, ils,positionnent un boîtier entre le,d5600 à 750 euros et le d500 à 1990 euros, au prix de 1500 euros. L’erreur c’est de positionner le 7500 à un prix trop proche du d500 et de lui avoir enlevé le deuxième slot. Je comprends donc la,déception des nikonistes mais chez Canon, on n’est pas mieux loti. On a le droit à un 6d qui n’est vraiment pas fameux ou à un tres cher d5 version xxx. On s’étonnera après que les amateurs renoncent à leur dslr et achètent du fuji ou du Sony.....

  • Nikon n’a vraiment peur de rien. Créer un nouveau modèle qui prend en partie les caractéristiques de deux autres ne correspond à aucun besoin. Le D7200 répond parfaitement aux besoins de 90% des amateurs et le D500 permet d’accéder aux niveau professionnel pour ceux qui cherche la perfection. Alors débourser 1500€ pour un bâtard des deux me semble une nouvelle fois une erreur marketing et confirme le mépris afficher par Nikon pour ses adeptes. Sans doute un besoin de sortir rapidement un nouveau modéle après l’échec de la gamme hybrides DL.

  • @13 c’est vrai que les ventes de Sony et Fuji explosent et que Canon et Nikon s’effondrent...d’ailleurs, on n’en voit plus dans les images d’événements, les photographes n’utilisent plus que de l’hybride...

    P..., qu’est-ce qu’il ne faut pas lire comme c...

  • @13 : "le d800 n’a pas répondu vraiment aux attentes".
    ah bon ! merci de m’apprendre que je suis insatisfait de mon de800 depuis 5 ans : je n’avais pas remarqué ! suis-je distrait !

  • Ah bon, les ventes de Canon & Nikon s’effondrent !
    Que des amateurs désenchantés s’orientent vers Fuji ou Sony, c’est possible, mais dire que les ventes de Canon & Nikon s’effondrent est une contre-vérité. Nikon perd du terrain, aujourd’hui, je veux bien l’admettre.
    Toujours est-il qu’aujourd’hui les pros sont équipés en Nikon 24×36, du genre D5 ou D810, ou bien en Canon, du genre 1DX MKII ou 5D MKIII / IV, pour le moment.
    C’est à peu près cela l’équipement des agences aujourd’hui.
    Bien sûr, l’on trouvera toujours un pro équipé, ici ou là, d’une antiquité ou d’un petit boitier 4×3…Pour les mariages et communions, voire la PQR.
    J’ai qq. anecdotes précises sur le sujet, mais ici il ne faut pas dériver.

    Par ailleurs, au delà du range classique 20=>200mm, citez moi un objectif spécialisé qui existerait chez Fuji, Olympus ou Sony, du genre :

    – 17mm à décentrement,
    – 24mm à décentrement,
    – 45 mm à décentrement,
    – 90 mm à décentrement,

    J’espère que vous connaissez l’utilité de telles optiques. Et puis :

    – 1,2/85mm
    – 1,2/50mm
    – 2/135mm
    – 2,8/14-24 ou 4/11-24mm, et puis :

    – Les fish-eyes,
    – Les très très longues focales,
    – Les flashs radio.,
    – Ou autre boitier dédié à la prise de vues réservée à l’astronomie…

    Il faut aussi savoir que les SUPPORT & SAV apportés conditionnent le choix d’une marque.

    Je crois aujourd’hui le marché effectivement très ouvert avec des prises de positions sur les qq. niches encore libres, comme le DXO One, l’Instax qui cartonne chez FUJI, qui d’ailleurs revient vers le grand format pour 2017, ou autre Sigma SD Quattro.

    Alors faut arrêter les contre-vérités et prétendre le 24×36 Canon ou Nikon, càd. ceux avec le viseur clair en perte de vitesse au profit de…
    …boitiers qui sont renouvelés tous les ans ou presque, sans être parfaitement fiabilisés et dont la performance DU SYSTEME (Service, SAV, prise en main, choix des focales, flashs,…) reste TRES EN DESSOUS de ce qu’attend un pro ou un passionné.

    Je connais sincèrement assez peu d’utilisateurs frustrés de leur équipement « lourd » qui répond toujours présent, tandis que les autres Geeks sont constamment à la recherche du viseur qui pourrait être mieux sous le soleil, de l’optique plus petite en adéquation avec le boitier alors trop petit…Ah, oui j’oubliais le 1/40000 de seconde !!! ( :>)))

    Nikon et Canon ont cas bien se tenir, disent-ils.
    Si, si, certains le pensent et ils en ont le droit.

    Connaissant très bien FUJI & d’une moindre façon OLYMPUS, j’affirme que le viseur clair, le Full Frame, la gamme optique sans comparaison, l’éclairage, le Service,... Enfin disons, en gros, tout le système Canon ou Nikon est encore pour le moment sans concurrence et puis le marché des ténors tient bien la cote en occasion, aussi.

    Plutôt s’orienter vers un D800/810 ou 5DII / III en occasion - Le D810 & le 5DIII tous deux excellents - Des valeurs SURES, plutôt que faire la course à la nouveauté non encore fiabilisée et sujet à critique comme ici.

    Sur le marché de l’hybride, Canon est également présent, mais certains semblent l’ignorer ( :>))

  • Après avoir pris le temps de lire les commentaires ,je remarque que seuls (ou presque) les mécontents s’expriment...c’est toujours le problème des trains : on ne parle jamais de ceux qui arrivent à l’heure !
    _Heureux propriétaire (et utilisateur assidu) du D500 et toujours propriétaire du D7100 (que j’utilise beaucoup moins,ma femme en ayant "hérité") il est évident que celui qui possède un D7200 ne va pas et ne doit pas se ruer sur le D7500 (si on change,autant monter de gamme,sauf si on a toujours un boitier très à la ramasse et encore,j’ai des amis photographe de talent qui s’en trouvent toujours bien du D90) ,je ne vois pas bien où il se trouve encore de "mauvais" boitier,un D3200 (sauf pour l’ergonomie) aurait fait rêver les meilleurs photographes d’il y a 10 ans...ou alors,il s’en trouve encore pour penser que changer de boitier va améliorer la qualité de leurs photos ? bon weekend à vous .

  • @15
    vous pouvez vous énerver tout seul mais c’est un fait que les chiffres sont là : le marché des dslr s’est effondré régulièrement depuis huit années et perd environ 20 à 30 % de parts de marché tandis que le mirrorrles se stabilise. Le marché pro ne représente qu’environ 5 % du marché global. Enfin, des gros revendeurs photo ayant pignon sur rue vous diront que l’évolution est constante : on constate un désamour des dslr au profit de matériel plus léger. Une bonne partie de la clientèle argentée (soit les 50-60 ans) ne veut plus porter "lourd" tandis que les plus jeunes sont peut être davantage intéressés par les smartphones haut de gamme.
    Ca , ce sont des faits et votre réaction épidermique n’y changera rien. Voyez les chiffres publiés entre autres par le site bythom et vous verrez par vous même.

  • 19 @17
    le commentaire fait en 18 vaut pour vous aussi. Vous mélangez deux choses : les chiffres de vente avec les qualités intrinseques d’un produit. Personne n’a dit que Canon était mauvais. C’est une excellente marque quoique avec des produits faiblards comme,le six d. Dans un autre domaine, le système vidéo de Philips a l’époque était le plus performant, c’est cependant le vhs moins performant qui l’a emporté.
    Comme déjà dit, les chiffres sont là et ils sont édifiants ’ ils ne font que confirmer deux choses , que le marché devient difficile et que les gens achètent beaucoup moins de dslr qu’avant, ni plus ni moins. Les chiffres sont neutres, ils ne parlent pas de la qualité du matériel que je sache.

  • Pour les sceptiques, voici les chiffres officiels qui montrent clairement qu’en quatre ans, la vente des dslr a chuté de moitié , oui, vous avez bien lu : de moitié. alors avant de vous exciter, lisez les bonnes infos :
    http://www.dslrbodies.com/newsviews/2016-ilc-shipments.html

  • Ho !...Faut pas s’énerver comme cela ( :>)
    Nous le savons bien que la vente des réflex est en perte de vitesse depuis qq. années et les revendeurs surtout le mesurent (cf. Phox/Shop Photo), à quoi bon le nier.
    Nikon patine un peu, mais cette enseigne a encore beaucoup de ressources.
    Maintenant, faire l’apologie de l’hybrid dont les modèles se succèdent au rythme des saisons confirme, si besoin était que nous sommes dans l’air du jetable, comme pour les smartphones bien suffisants pour visualiser une bouse floue à l’écran.
    Il n’y a qu’à observer les gens qui tiennent leur smartphone d’une main, le bras en l’air et tout cela au 1/15è sec. le soir ou lors d’un concert...Résultat poubelle. Enfin, pour l’écran c’est parfois presque acceptable, mais si tirage A2 ?
    Chacun son truc, moi je respecte les avis des uns et des autres, mais c’est surtout le budget qui dicte.
    Par ailleurs, je connais des tas de gens qui se trimballent avec un reflex, 3 zooms 2,8 + flash, pied et prennent du plaisir à souffrir devoir porter le sac, qualité au RV, et puis d’autres qui prétendent que leur téléphone suffit bien pour une photo échangée sur le net.
    Quid du plaisir ?
    Le Nikon D7500 le procurera sans doute à celui qui l’aura acheté. ( :>)))

  • j’ai 64 ans j’ai un 5d3 canon que je viens d’acheter et un 6d canon parlez pour vous pas pour les autres j’aime le bon matériel pas les gadgets

  • @17

    les ventes de Canon et Nikon s’effondrent etc...
    c’était de l’humour...
    Je pense qu’on va vers un écrémage du marché : avant, c’était compact ou reflex, maintenant il y a les hybrides. Je comprends que certains abandonnent le reflex, dont ils n’avaient sans doute pas vraiment l’usage, pour se tourner vers l’hybride. Mais les reflex restent sans concurrent sur bon nombre d’aspects.

    Nikon donne l’impression de patauger pour l’instant, mais Canon développe une stratégie claire et cohérente. Après, on l’apprécie ou pas (surtout au niveau des tarifs...) mais c’est un autre problème...

  • @carpkoi
    Il y a beaucoup de photographes qui sont contents de leur reflex, et qui ne voient pas l’intérêt de basculer vers un système hybride qui, passé l’effet marketing, ne rivalise pas (encore) avec l’offre des reflex et des optiques associées.

  • A priori, pas de mesure de la lumière avec les objectifs manuels...
    Une première sur la série 7000 !
    Adios D7500 !

  • Il est amusant de voir ici ceux qui savent ce que Nikon devrait faire. Postulez !

  • @28
    il faut relativiser cette absence. En effet, les anciennes optiques ai et ais sont des optiques destinées au FF donc destinées à être montées en principe sur des boîtiers FF. Il est donc’ logique dans l’esprit de Nikon de ne plus équiper les boîtiers consumer de cette caractéristique.
    Ceci dit, pour répondre à la remarque consistant à penser que les dslr ont des possibilités que n’ont pas les mirrorrles, je suis d’accord à 200 % si on compare par exemple un Sony Alpha 6500 positionné au même prix qu’un d7500, le Sony ayant comme gros désavantage premier de ne pas comporter de gamme optique digne de ce nom.
    Je serai plus prudent avec la,gamme FF de Sony ai vent de ravir la,deuxième place des ventes au détriment de Nikon pour les ventes de janvier et février au USA. Ces données ne sont pas significatives sur une annee à venir mais elles ne vont pas manquer de susciter des commentaires....

  • @17 Effectivement les gammes des leaders que sont Canon et Nikon sont sans concurrence. Tous les créneaux ne sont pas couverts chez les hybrides en particulier chez Sony.
    Mais Olympus et Fujifilm disposent tout de même d’une gamme optique très attrayante avec certains équivalents des optiques que vous avez listées.
    On peut ainsi citer
    Chez Olympus :
    - le 25mm f/1,2 (équivalent 50 mm)
    - le 75mm f1,8 (équivalent 150 mm)
    - le fish-eye 8mm f/1,8 (équivalent 16mm)
    et des objectifs d’exception comme :
    - le 300 mm f/4 (équivalent 600mm)
    - le zoom 12-100mm f/4 (équivalent 24-200 mm)

    Chez Fujifilm on peut mentionner
    - le 56mm f1,2 (équivalent 85 mm)
    - le zoom 100-400mm f/4,5-5,6 (équivalent 150-600mm)
    Et des objectifs d’exception comme le
    - 14mm f/2,8 (équivalent 21 mm) d’une qualité non égalée dans d’autre gammes

    Bref, chez les hybrides c’est loin d’être l’indigence absolue et rares sont les affidés d’une grande marque comme Canon et Nikon qui possèdent toute la panoplie. En général on fait son petit marché selon ses besoins et ses moyens.

  • @31
    Yes, Olympus & FUJI proposent une gamme optique suffisante pour le commun des photographes et je respecte parfaitement le choix d’un hybrid dans le fourre-tout.
    D’ailleurs ces deux enseignes ne sont pas nées hier, fin 1960/début 1970 existaient les Fujica 801, STX, etc.
    OM1 ...chez Olympus en 24x36 argentique, associés d’optiques de qualité.
    Les TV japonaises sont depuis longtemps pourvues d’optiques FUJI, tandis que les cabinets des gastroentérologues disposent d’outils d’inspection (...) de marque Olympus.
    Dans mon propos (§’17) je relatais surtout le fait que les pros sont, très très largement équipés en Canikon, en contrepoint de ce qui était précédemment écrit.
    FUJI produit de merveilleuses petites optiques plus que recommandables, par contre les boîtiers sont un peu légers et les menus confus , selon moi (j’ai possédé un X100).
    Pas suffisamment d’expérience pour parler de OLYMPUS (j’ai possédé un Mju-II, mais c’est vieux). Par contre, j’ai testé rapidement (trop) le dernier OM-D au Salon de la Pte de Versailles : une usine à gaz, retour terrain inexistant, du marketing assurément. SELON MOI.
    Aussi je voulais attirer votre attention sur le fait suivant :
    Si, effectivement FUJI & OLYMPUS savent parfaitement produire des optiques de qualité qui ouvrent - vous citez les diaph de 1,2 / 1,8 - il faut savoir que le format non FF - 4/3 par exemple - ne permet pas une zône de profondeur de champ "...avec certains équivalents..."sic - identique à celle du 24x36.
    Le format des Hybrid donne une pdc plus importante que celui du Full Frame.
    L’on s’accorde pour dire que l’on est pénalisé d’un stop dans le cas d’une prise de vue "portrait", soit 2,8 au lieu de 2, par exemple ; au bénéfice du paysagiste qui va gagner un stop, 5,6 affiché pour une équivalence de 8 en FF. ( ;>/
    Tout cela c’est théorique bien sur et l’on peu très bien décider de réaliser un portrait en studio à f:4 et donc corrélativement 2,8 sur son objectif FUJI de 56mm.
    De plus, cela ne renseigne absolument pas sur la qualité du bokey, seulement sur la zône de pdc.
    C’est aussi pour cette raison que le Moyen Format est privilégié par les portraitistes de Studio/mode ou packshot à la chambre afin d’obtenir des flous de qualité, progressifs, précis, lisibles, voire contrôlables.
    Les "paysageux" profiteront des millions de pixels croustillants.
    FUJI sort actuellement un MF, le GFX50S et là vous aurez le meilleur des 2 mondes : une qualité superlative, un bokeh sublime, un fourre-tout alourdi en contrepartie d’un portefeuille allégé ( :>))

  • @30
    Je vais en effet relativiser en gardant un peu plus longtemps mon D7100 ;)
    Le D7100 n’était pas encore tombé dans la gamme consumer puisqu’il permet l’AF avec les objectifs AF anciens ET la mesure de la lumière avec les objectifs manuels ;)
    Je sais que Nikon ne va pas fort, mais franchement cette petite économie est mesquine et ne va pas dans le bon sens : J’ai toute la gamme de focale en Nikkor manuels, et je compte bien m’en servir, en dépit, ou grâce au crop factor.
    (et en FF => A7...)

  • Mon D700 acheté d’occasion à 7500 déclenchements me convient parfaitement et ce en complément d’un D300s. J’aime la qualité, la fiabilité et la robustesse. Je ne pense pas retrouver cela dans ces nouveaux boitiers faisant la course au pixels et gadgets.

  • Bonsoir, en Nikon D90 depuis sa sortie. J’ai toujours adorer ce boîtier. superbes photos. prochain boîtier D7100 et se sera reparti pour 8 ans comme le D90. quand ont connais par coeur son boîtier, ses défauts, on les contournes, ont est plus créatif et on est pousser pour faire aussi bien que des boîtiers plus récents. C’est un peu lourd et encombrent mais celà vous vraiment le coup. Visé optique irremplaçable. L’appareil ne fait pas le photographe.

  • J’ai acheté cet appareil et je trouve qu’il remplit totalement toutes mes attentes, donc tester le vous serez convaincu !

    Regis, rédacteur du site http://credit-renouvelable-france.com/

  • @ Regis : normalement dispo à la vente fin juin : vous l’avez acheté où ?
    Fred

  • je lis plus bas qu’y a des vainqueurs qui ont l’habitude de porter les gros télés par le boîtier !