Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Nikon D810 : une sage évolution

26/06/2014 | Franck Mée

Deux ans après les D800 et D800E, Nikon présente le D810, son nouveau 24 x 36 mm haute définition. Le capteur reste à 36 Mpxl mais est revu, et l’appareil profite des nouveautés apparues sur les autres modèles de la marque.

Présentation

2012 était l’année de l’offensive 24 x 36 chez Nikon. Si le reflex grand public D600 fut lancé à la Photokina, le D4 avait ouvert le bal en janvier et les D800 et D800E avaient enchaîné en février. Ceux-ci avaient marqué les esprits par leur définition peu commune : leur capteur comptait 36 Mpxl, trois fois plus que le D700 qu’ils remplaçaient ! Deux ans plus tard, cette définition n’est au mieux qu’égalée, sur le Sony α7R par exemple, et ne demande pas de révision. En revanche, le D800 commence à marquer le pas dans d’autres domaines, notamment en vidéo, justifiant une mise à jour.

Éléments de D4s

La révolution n’est pas du côté du capteur, qui reste sagement à 36 Mpxl – c’est bien suffisant pour faire apparaître les limites de la plupart des objectifs… Contrairement à la version précédente, il a été conçu pour ne pas être couvert de filtre passe-bas, ce qui permet d’éviter le « tour de magie » du D800E (en fait équipé de deux filtres biréfringents, le deuxième annulant l’effet du premier, pour ne pas modifier l’épaisseur de glace devant le capteur). Les problèmes de moiré étant désormais bien traités par voie logicielle, la version avec filtre disparaît, de la même manière que le Ricoh Pentax K-3 a remplacé à la fois les K-5 et K-5 IIs ; mais au contraire de Ricoh, Nikon n’a pas implémenté de technologie pour recréer l’effet anticrénelage, bien que la marque ait un filtre passe-bas réglable dans ses brevets.

Le processeur évolue aussi, puisque le D810 s’offre l’Expeed 4 vu sur les derniers reflex APS et sur le D4s, et l’obturateur est révisé : enfin, le claquement sec du D700 laisse la place à un bruit un peu plus feutré. En photo, l’ensemble permet de gagner une image par seconde en rafale et d’introduire le mode Qc vu sur le D4s, combinant la prise de vue à 3 im/s en continu et un mouvement du miroir ralenti pour diminuer le bruit.

La plage Iso est également élargie : la sensibilité de base est désormais de 64 Iso, et les 12 800 Iso sont accessibles en plage normale ; l’extension permet donc d’atteindre 32 Iso au minimum (avec sans doute une perte de dynamique notable) et jusqu’à 51 200 Iso au maximum.

Le module autofocus est bien entendu le MultiCam 3500FX, bien connu depuis le D3 ; il reçoit les dernières évolutions logicielles du D4s, en particulier le mode groupé permettant de fusionner cinq collimateurs adjacents. Autre emprunt au D4s, ceux que le poids des fichiers rebute apprécieront l’enregistrement en Raw S de 9 Mpxl.

Retouches diverses

Le reste de l’appareil évolue assez peu, la principale retouche étant sans doute l’ajout d’un mode d’exposition multizone supplémentaire, conçu pour préserver les hautes lumières. Plutôt qu’ajouter une quatrième position sur le sélecteur d’exposition, Nikon a préféré supprimer celui-ci, remplacé par une touche (qui elle-même fait disparaître l’accès direct au bracketing).

Le Picture control a été amélioré pour offrir plus de latitude dans le choix des rendus : il offre une meilleure gestion de la dynamique et des contrastes intermédiaires et est désormais disponible en vidéo.

Celle-ci, présentée comme un point fort au lancement du D800, ne subit qu’une mise à jour conforme à celle vue sur le D4s : la cadence passe à 60 im/s maximum, la sensibilité automatique est disponible en mode M, et le rendu des micros peut être optimisé pour mieux distinguer les voix. Le micro intégré passe également à la stéréo, et il est possible d’enregistrer le flux simultanément sur une carte mémoire et un enregistreur externe en HDMI. Il est toutefois permis de trouver l’évolution un peu légère, à l’heure où d’autres constructeurs n’hésitent pas à proposer des modes 4K. L’absence de peaking pour réaliser la mise au point manuelle est également difficile à comprendre.

- Le site de Nikon

Premier avis

Le couple D800 / D800E était un gros changement stratégique : après l’ultra-sensibilité du D700, la marque jaune passait à la très haute définition et laissait au seul D4 le rôle de reporter nocturne. Le D810 est, pour sa part, une simple mise à jour, révisant quelques composants et installant un processeur neuf dans un boîtier finalement très conservateur. Les caractéristiques qui évoluent découlent presque évidemment des retouches effectuées, à l’instar de la vidéo 60p ou de la rafale améliorée qui vont de soi avec le passage à l’Expeed 4 ; le D810 sera à n’en pas douter un reflex très efficace, complet et performant, mais il n’a rien de surprenant ou d’innovant et ne devrait pas bouleverser la hiérarchie du segment.

Fiche technique

  • Capteur : Cmos 24 x 36 mm, 36,3 Mpxl effectifs
  • Protection du boîtier : Tropicalisé
  • Stabilisateur : -
  • Vidéo : 1080p (24, 25, 30, 50 ou 60 im/s, H.264)
  • Son : Micro stéréo intégré ou entrée stéréo
  • Sensibilité : Auto, 64 - 12 800 Iso (extension de 32 à 51 200 Iso)
  • Formats de fichiers : Jpeg, Raw (NEF), Raw S (9 Mpxl), Raw + Jpeg, Mov
  • Monture : Nikkor F avec moteur et couplage AI
  • Autofocus : Détection de phase sur 51 points (11 en croix) ; suivi 3D, zone dynamique 9, 21 ou 51 points, zone groupée
  • Mode d’exposition : PASM
  • Type de mesure : Matricielle sur 91 000 points RVB, matricielle avec préservation des hautes lumières, pondérée centrale ou spot
  • Vitesse : 1/8 000 à 30 s, Bulb, synchro X 1/250 s
  • Rafales : 5 im/s (FX), 6 im/s (DX), 7 im/s (DX et poignée MB-D12 + accu EN-EL18)
  • Flash intégré : NG 12 à 100 Iso, contrôleur iTTL de flashs distants
  • Flash externe : Griffe Iso avec pilotage TTL Nikon, prise synchro X
  • Viseur : Reflex par pentaprisme (100 % format FX, 97 % format DX et 1,2x), grossissement 0,7x, dégagement oculaire 17 mm
  • Moniteur : LCD 3,2 pouces, 1 229 kpts
  • Modes d’affichage : Zoom, index (4, 9 et 72 vues), indicateur surexposition
  • Wi-Fi : - (module optionnel WT-5 sur port USB)
  • GPS : - (module optionnel GP-1A sur port accessoires)
  • Stockage : CompactFlash et SD/SDHC/SDXC
  • Interfaces : USB 3, HDMI, entrée audio, casque, accessoire (télécommande, GPS...), synchro flash
  • Accessoires fournis : Accus et chargeur, bandoulière, câble USB, câble audio/vidéo, 1 protège-moniteur
  • Alimentation : Accu Li-Ion EN-EL15 7 V, 1 900 mAh
  • Dimensions/poids : 146 x 123 x 81,5 mm / 980 g (avec SD et accu)

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages

  • parfait, maintenant, il ne reste plus à nikon qu’à sortir un boitier avec moins de pixels, raison pour laquelle le D700 est encore fort demandé en occasion avec un prix surcoté. IL est dommage que nikon n’ait pas compris qu’il y a de la place pour un équivalent en qualité du d700 mais avec 16 mégapixels et un prix moins élevé que le DF qui par certains côtés a un aspect un peu plastoche, imaginons un D710 ???

  • Sérieux ? Le S-RAW à 9MPXL ? ... Mais POURQUOI ???
    Le principal défaut du D800 avait l’occasion d’être définitivement gommé (malgré une rafale toujours un peu poussive). Une valeur de base entre 18 et 24 Mpxl (boostée à 36 pour "les grandes occasions") était tellement plus cohérente !
    Bon ben mon D700 repart pour un tour. Mon prochain achat sera un pana pour la vidéo.

  • Rien d’intéressant, hormis la disparition du filtre passe-bas...
    Rien d’intéressant non plus sur la dynamique du capteur (déjà bonne, il est vrai...)
    Quand au prix, qu’en est-il ??? (nikon justifiait l’écart entre 800 et 800E par le fait que ce dernier avait un 2° filtre pour annuler le premier !!!)
    Le Dxx continuera longtemps à faire geindre les éternels geignards qui veulent à tout prix moins de pixels !

  • Beaucoup de choses intéressantes dans ces évolutions.

    1) La poignée redessinée et galbée, comme sur les D3, D600 et D610. Je n’ai pas pu me faire à celle toute droite du D800 et c’est pour cela que j’ai pris un D600, changé plus tard pour un D610.

    2) La mise au point à diaphragme réel en mode LiveView (mais je n’en suis pas encore certain).

    3) Les performances de l’Expeed 4 pour l’AF 3D, très efficace sur le D4s, et le mode AF groupé, lui aussi très efficace sur le D4s pour certains sujets.

    4) Le nouveau design de l’ensemble miroirs-obturateur mécanique-obturateur électronique, qui doit permettre d’améliorer la netteté aux basses vitesses. A vérifier, bien entendu.

    5) le mode Qc, présent sur le D610 et qui offre une rafale très efficace en photo animalière, même si on peut craindre qu’il soit plus bruyant sur le D810.

    6) le nouveau mode de mesure destiné à préserver les hautes lumières.

    Toutes ces évolutions ne pousseront pas la majorité des utilisateurs de D800-D800E à passer au D810, mais en revanche les possesseurs de D600, D610 et D700 seront tentés par ce nouveau boîtier, dont le prix sera certainement plus abordable pour les fêtes de fin d’année.

  • C’est une belle évolution, avec quelques regrets mineurs comme l’absence d’écran arrière orientable, la non prise en charge des capacités des nouvelles cartes SD aux normes UHS II et le grip avec la batterie du D4S qui n’apporte une augmentation de la cadence de tir qu’en mode DX ( autant dire que l’investissement ne présente que peu d’intérêt ).

    Reste à savoir si l’AF est aussi performant que celui du D4S en basse lumière avec le mode AF groupé.

  • Les 60 i/s en vidéo, c’est bien gentil, mais qu’en est-il du suivi AF justement ?
    Car pour l’instant, aucun réflex ne brille vraiment dans ce mode ...

  • Ne voyez-vous pas que cette "sage évolution" consiste en fait à vous faire mettre une nouvelle fois la main au portefeuille...
    C’est tellement mieux de développer en vous de nouveaux besoins.

  • Nikon parle d’un nouveau capteur.

    Citation :
    " Je suis le summum de la polyvalence en haute résolution. Avec mon nouveau capteur au format FX de 36,3 mégapixels, mon processeur d’image EXPEED 4 et ma sensibilité pouvant varier de 64 à 12 800 ISO, je maîtrise la lumière.
    Mon mode de déclenchement en rafale capable de prendre jusqu’à 7 vues par seconde et ma fonction vidéo Full HD 1080/60p me permettent de ne jamais rater l’instant décisif.
    Je suis un créateur artistique."

  • La course à la plus grosse est toujours d’actualité.... Je me demande bien à quoi ça peut servir, quand on voit ce que l’on pouvait faire en 1950 quand on s’appelait Cartier-Bresson.... Heureusement que Fuji a de l’imagination à revendre.
    Je conserverai longtemps mon D700 !

  • @8
    Nous faire mettre la main au portefeuille ?
    De toute façon, on metla main au portefeuille. Nikon a ici fait le bon choix defusionner deux modeles en un en améliorant un déjà excellent boitier. En le dotant de technologies liées au d4s, il permet a celui qui ne cherche ni vitesse extreme ni robustesse a toute épreuve de trouver là un vrai boitier haut de gamme dépassant les performances pures d’un moyen format. Achète qui veut ou qui peut. Il est logique devoir évoluer les produits. D’autres marques aussi ont agi dela sorte : canon avec les series 5, Fuji,etc. Je ne vois là rien de négatif. Un autre point positif : on va pouvoir racheter moins cher des d800 aux geeks fortunés qui vont se jeter sur le d810......

  • @9
    Si vous ne voyez pas à quoi cela peut bien servir, c’est que vous n’en n’avez pas besoin, c’est un fait. Mais peut etre que d’autres en ont besoin, cela dépend du type de photo pratiquée. Quant à Fuji, je ne vois pas bien ce qu’il veut vient faire ici. Par imagination, vous voulez sans doute dire que Fuji répond davantage aux attentes des photographes. D’une certaine manière oui mais sachez aussi que tout le monde n’est pas d’accord sur les bienfaits de leur fameux capteur X trans. Pour des photos exigeantes, il faut du FF performant, pas de miracles. Quant a doisneau (sans parler de Cartier bresson) , la derniere fois que je l’ai vu en action lors d’un reportage tv en Chine, il avait un petit Canon apsc autour du cou avec un 18-55, alors.... tout est relatif. N’oublions pas non plus que les leica FF actuels sont nettement plus bruyants que les M6, moins fiables et moins pratiques.

  • Merci, Xam, pour cette belle citation qui met merveilleusement en valeur le crétinisme marketing.

  • Prix actuel du D800 : 2190 euros
    Prix indicatif du D810 : 3290 euros

    Le D810 coûte donc la bagatelle de 1100 euros de plus... pourquoi ?
    Pour quelques améliorations négligeables ...
    Sans parler des risques de moiré sur ce D810 dépourvu de filtre passe-bas !

    • Comme vous le savez très bien, il y a une différence entre prix indicatif et prix réel. Les tarifs des D800 et D800E n’ont pas changé : 2899 € et 3199 € respectivement.
      Le D810 est donc précisément au tarif indicatif du D800E. Il est probable que les marchands attendent un peu avant de casser leur marge sur le nouveau modèle, mais il n’y aura certainement pas 1100 € d’écart.

      Quant aux risques de moiré, en avez-vous beaucoup entendu parler sur le D800E ? Franchement, c’est très largement devenu un non-problème avec les algorithmes de dématriçage modernes — c’est pas un hasard si toutes les marques ou presque renoncent au filtre passe-bas en même temps.

  • Si le D810 est fort attirant, il subsiste un vide entre ce dernier et le D610.
    D’un coté le D810 un appareil au boitier passe partout, mais avec ses 36 Mpix c’est difficile à gérer., la cadence rafale reste modeste même si ce n’est pas un argument principal.
    De l’autre coté le D610 offre un boitier qui ne peut prétendre à un traitement passe partout (ambiance tropicale, reportage tout temps). L’ AF reste en retrait par rapport au D810.
    Beaucoup rêvent d’un D700 avec le capteur du D4, sans vidéo, ni GPS et écran tactile.

    Conclusion : je garde mon D700 pour l’instant.

  • D’autres rêvent d’un appareil léger.

    Ce D810 pèse 980 grammes ; c’est beaucoup.

  • Nikon 810 ou 8 ans de retard rattrapés : enfin se retrouve sur ce dernier boitier pro chez Nikon....... la fonction EFSC.
    Les photographes peuvent maintenant envisager de se lancer dans la macro de 1 : 1 à 40 : 1. Les vibrations dues à l’obturateur : c’est fini.

    Bernard Birsinger Photographe.

  • Nikon se met presque a niveau du sony a7r (meme capteur 36mpix) pour 1000 euros de plus en prix public (3200 vs 2100) sans doute les prix des 500 gr de plus !
    reste a faire un d820 pour aussi avoir l’ecran articule et le wifi integre comme sur le a7r et le video avec af performant

    pour les fan du d700 il y a le sony a7s : full frame 12mpix 400000 iso , mieux classe que le d4s a haut isos

  • @17
    "pour les fan du d700 il y a le sony a7s..."

    Et ils font quoi de leurs objectifs ?.....................des presse-papier.

  • @17
    C’est certain qu’un capteur noté par DxO Mark fait toute la différence... le reste du boitier et les objectifs sont accessoires...
    Qu’est ce qu’on peut lire comme c... ici !

  • @ 16

    Tu pouvais mettre plombier car nous ni voyons pas d’inconvénients.

    Mortderires, philosophe.

  • C’est reparti pour une saison de plus avec mon D 700 qui a pratiquement 100 000 déclenchements au compteur. Et après, que vais-je faire lorsque l’obturateur aura rendu l’âme ? Je passe chez Canon, je me risque à investir dans un D 700, D3S d’occasion ou je ressors mon F5 du placard ? Dur, dur d’être un pauvre photographe pro nikoniste lorsque la marque fait tout pour séduire les riches chinois à coup de surenchères en pixels inutiles. Monsieur Nikon, faites un D800 avec le capteur du D4 pour les photographes fauchés. C’est pourtant simple, vous avez tout développé : le capteur et le boîtier. Il suffit d’encastrer le capteur du D4 dans le boîtier du D800 !

  • @21 : comme je vous comprends !!!
    Et fin du fin, en plus du capteur du D4, si vous pouviez nous mettre le joystick du même D4 afin de pouvoir piloter les collis de manière enfin intuitive, ce serait le top !
    Comme il commence à être loin l’ergonomie fabuleuse des D300 et D700 hélas ...
    Messieurs de chez Nikon, si vous pouviez nous entendre, de temps en temps !

  • "@au niveau du Sony. 7r......"
    Mais on croit rêver ! Si techniquement le Sony 7r présente une résolution "absolue" , il y a malheureusement tout le reste : obturateur avec vibrations, gamme optique défaillante, autonomie ridicule, et j’en passe. En fait, beaucoup semblent ignorer qu’on n’achète pas seulement un appareil mais bien une partie d’un systeme cohérent, fiable, pratique et fiable. Seules aujourd’hui deux marques en FF proposent ce type de produit : canon et nikon. Personne n’ale produit parfait a tous égards. Tout est question d’equilibre, de complémentarité. Le d810 a évolué comme ont évolué les Canon Mark I, puis II et enfin le III. Personne n’a hurlé contre canon d’avoir proposé des boitiers FF à ce prix, càd plus chers que les nikon. Ici, nikon a bien relifté ses 800 et 800E. Ils avaient d’ailleurs dit qu’ils repositionneraient leur gamme vu la chute des ventes au dernier trimestre 2013. Il est vrai qu’il reste un "trou" entre le d810 et le 610, patience, il reste dela place pour un 710. Quant au poids/ encombrement du d810, c’est relatif, voyez le,poids d’un d4....

  • J ai un D700 et je ne suis pas pres de le vendre.

    Le D810 est trop cher, achète un D4 d occasion, il y a a sur le web a moins de 2000 Euros. Pas besoin d’autant de Pixels pour 90 % de l’utilisation. Boitier Cheap, et le >Viseur du D4 est ce qui se fait de mieux. De plus, pour la photo sportive ou en mauvaise luminosité, le D4 est extraordinaire.

  • Ah les réacs en photo c’est quelque chose ! J’ai eu d700/800 puis d600 afin de m’adapter à ma pratique.

    Les pros d700 avec vous fait des photos avec les derniers boitiers ? La dynamique est hallucinante, la capacité de ces capteurs est incroyables, les détails conservés dans les zones d’ombre. La mesure de lumière, la balance des blancs, tout est en progrès. De plus si 36mpx étaient gros il y a trois ans maintenant au contraire cela devient petit à petit la norme. La montée en so pour info n’est pas moindre que le d700, et en mise à l’échelle il fait même mieux.

    Après oui je suis d’accord nikon n’a pas une gamme très lisible, suffit de voir le d750 avec un AF de feu de dieu pour un obturateur à 1/4000. C ’était plus lisible du temps du d700, même si celui ci a tout de même fait de l’ombre au d3