Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Nikon Df : bonus web sur le couplage AI

01/02/2014 | Laurent Katz

L’une des originalités du Nikon Df réside dans la présence d’un ergot de couplage escamotable pour employer sans soucis mécaniques d’anciennes optiques. L’occasion de décrypter en plus quelques mentions figurant sur les objectifs.

Optiques AI et non-AI

La venue du Df remet sous le feu des projecteurs le dialogue entre le boîtier et l’objectif. Depuis des décennies, la liaison entre les deux ne se limite pas à la fixation mécanique. Des contacts électriques transmettent de l’énergie pour animer le moteur interne de l’autofocus ou le stabilisateur, et participent à l’échange d’informations. C’est ainsi que la focale ou la distance se retrouvent dans les données Exif des photos. Il existe aussi des couplages mécaniques. Par exemple pour que l’appareil photo puisse faire tourner la bague des distances, indispensable avec d’anciennes optiques dénuées d’une motorisation interne. Mais le plus ancien couplage est celui de l’ouverture, quand la rotation de la bague correspondante s’accompagnait du déplacement d’un ergot sur la baïonnette, couplé mécaniquement avec le boîtier. Ce dernier pouvant aussi en assurer la mobilité en liaison avec la mesure de l’exposition, pour ajuster le diaphragme.

JPEG - 127.4 ko
Les deux positions de l’ergot de couplage AI.

La version 1977 de ce système de couplage s’appelle AI chez Nikon. Non pas Artificial Intelligence mais Automatic maximum aperture Indexing ou Automatic Indexing. Il a été conçu pour que les objectifs AI puissent être monté sur les reflex plus anciens, dénués de ce couplage. L’inverse (objectifs non AI et reflex AI) n’est pas forcément possible, car la bague des ouvertures, empiétant un peu sur la baïonnette, peut abimer l’ergot de couplage du boîtier. C’est pourquoi, sur le Df, cet ergot est escamotable, ce que montre notre photo. Ce nouveau reflex à l’aspect vintage ne propose rien pour les optiques non AI juste munies de la fameuse « fourchette » (rabbit ears aux USA) servant au couplage externe avec d’anciens boîtiers argentiques, le Nikkormat par exemple. Ce qui n’est pas sans incidence sur l’automatisme d’exposition (voir l’onglet à l’usage).

- Lire le test complet du Nikon Df dans le numéro 62 du Monde de la Photo

Quelques liens sur le Web

Pour plus de détails, reportez-vous au site Nikon, dans la section Service & Support>Support et téléchargement et utilisez la zone de recherche avec « non AI ». Vous devriez tomber à cette adresse sur l’article 2329.
Une page Wikipedia consacrée à la monture F apporte des informations supplémentaires.
Et vous trouverez sur le site pictchallenge-archives.net qu’anime Jean-Marie Sépulchre, à cette adresse, un article sur la compatibilité entre objectifs et boîtiers Nikon, avec force photos montrant différentes réalisations mécaniques des index de couplage.

À l’usage

JPEG - 46.7 ko
Le paramétrage d’un objectif sans microprocesseur.

Dans la pratique, avant de monter un objectif non AI, pensez à désactiver l’ergot de couplage. Vous aurez aussi pris soin, lors de la configuration initiale du Df, d’aller consulter les pages 163 et suivantes du manuel. Pour voir que l’optique doit être déclarée dans le menu « Configuration>Objectif sans microprocesseur ». N’oubliez pas, outre l’ouverture maximale et la focale, de préciser dans « Couplage mesure expo » qu’il s’agit d’un objectif « Non AI ».
Vous en mémorisez neuf au maximum dont vous rappellerez le numéro à la prise de vue, via le paramétrage idoine de l’une des touches : « Fn », « AE-L/AF-L » ou « Commande d’aperçu ». Pensez à escamoter le levier de coupage avant de monter l’objectif.
Ensuite, le mode d’exposition « M » ou « A » étant sélectionné, ajustez l’ouverture sur l’objectif et activez la molette de commande secondaire pour afficher cette valeur dans le viseur ou sur le LCD de contrôle.

Glossaire des sigles Nikon

A-M
Commutateur autofocus-mise au point manuelle.
A/M
Passage de l’autofocus à la mise au point manuelle avec une légère temporisation, pour éviter une commutation involontaire.
AF-D, AF-G, AF-I, AF-S
Famille d’objectifs à microprocesseur, déclinée au fil des ans en AF-D (transmission de la distance), AF-G (idem AF-D mais sans bague d’ouverture), AF-I/AF-S (idem avec moteur de mise au point interne).
AI (Automatic maximum aperture Indexing) et AI-S (Auto Indexing Shutter)
Systèmes de transmission mécanique de l’ouverture entre l’objectif et le reflex.
AS
Lentille asphérique.
CRC (Close Range Correction)
Correction pour la mise au point rapprochée, reposant sur des lentilles ou des groupes de lentilles flottants.
D (Distance information)
Transmission de la distance au boîtier.
DX
Optiques dédiées aux reflex APS-C.
HRI (High Refractive Index lens)
Lentille à indice de réfraction élevé.
IF (Internal Focusing)
Système de mise au point interne.
M/A
Passage sans délai de l’autofocus à la mise au point manuelle.
ML (Meniscus protective Lens)
Lentille en forme de ménisque, employée pour la réduction des images fantômes.
N (Nanocrystal coat)
Traitement antireflet Nanocristal.
RD (Round Diaphragm)
Diaphragme circulaire.
RF (Rear Focus]
Mise au point par déplacement d’un groupe de lentilles arrière.
SIC (Super Integrated Coating)
Traitement multicouche.
SWM (Silent Wave Motor)
Moteur de mise au point par ondes ultrasoniques.
VR, VR II (Vibration Reduction)
Stabilisateur optique, première et seconde génération.

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.