Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

FUJIFILM

Nikon Z6 et Z7 : une nouvelle ère

23/08/2018 | Benjamin Favier

Nous y voilà. À l’issue de quelques teasers vidéos diffusés au cœur de l’été, Nikon dévoile son nouveau système hybride plein format, incarné par deux modèles. Les Z6 et Z7 paraissent taillés pour affronter les Sony Alpha 7 III et 7R III, notamment grâce à un somptueux viseur. Présentation, assortie d’une prise en main, dans un autre article.

Présentation

Fin juillet, Nikon annonçait la sortie prochaine d’un système hybride 24 x 36, doté d’une nouvelle monture. Tout en précisant, qu’un adaptateur serait bel et bien prévu, pour utiliser les optiques en monture F. Le compte à rebours était lancé, jusqu’à aujourd’hui. La firme nippone signe donc son retour sur le front des appareils à objectifs interchangeables dépourvus de miroir, après une première tentative infructueuse, les Nikon 1 et leur capteur 1 pouce n’ayant jamais trouvé leur place. Pour inaugurer son nouveau système hybride 24 x 36, Nikon lance simultanément deux modèles : les Z6 et Z7, chacun doté de capteurs Cmos plein format rétro-éclairés et stabilisés,aux définitions respectives de 24 et 45 Mpxl. Ils adoptent une monture inédite, baptisée Z.

JPEG - 293.3 ko
Les Z6 (photo) et Z7 sont absolument identiques et partagent nombre de points commun. Hormis la définition du capteur, l’autofocus et la cadence.

Gamme optique en développement

Avant toute chose, il fallait bien rassurer les possesseurs de reflex Nikon, tout comme les futurs utilisateurs de ces boîtiers hybrides. Les premiers pourront ainsi acquérir l’adaptateur FT-Z en monture F, pour utiliser leurs optiques conçues pour les reflex, en conservant toutes leurs caractéristiques (les optiques AF et AF-D pourront uniquement être sollicitées en mise au point manuelle). Futurs possesseurs de ces appareils, ils peuvent déjà se projeter, puisque outre le trio d’optiques (24-70 mm f/4 S, 35 mm f/1,8 S et 50 mm f/1,8 S, lire la présentation ici) dévoilé en même temps que les deux boîtiers, une feuille de route renseigne l’identité de neuf objectifs à venir lors des deux prochaines années, dont un impressionnant 58 mm f/0,95 Noct. (Lire le détail ici). Tous investiront la série « S », qui constituera le haut de gamme en matière de monture Z. Les teasers vidéos l’ont laissé entrevoir : le diamètre de la monture Z est impressionnant. Il mesure 55 mm (46,1 mm pour la monture Sony E et 44 mm pour la monture Nikon F), tandis que le tirage mécanique est l’un des plus courts du marché hybride, faisant jeu égal avec la monture Leica T, soit 16 mm.

JPEG - 244.9 ko
L’adaptateur FT-Z permet de monter quelque 360 optiques en monture F sur les Z6/Z7. Ici, l’AF-S 24-70 mm f/2,8 VR est utilisé sur le Z7.

En combinant une monture de cette taille avec un court tirage mécanique, Nikon souligne la compacité et la légèreté des optiques, ainsi que des performances à la hausse, par rapport aux objectifs en monture F. Nous vous en dirons plus dans le courant du mois de septembre, lorsque nous mettrons la main sur des modèles dotés de firmwares définitifs : une comparaison entre le Z7 et le D850 devrait être des plus instructives dans ce domaine…

Capteurs rétro-éclairés

Suivant la voie du D850 – qui lui-même empruntait celle des Sony A7R II et A7R III – le Z7 adopte un capteur Cmos plein format rétro-éclairé, d’une définition de 45 Mpxl, identique à celle du reflex de la marque. Par contre, l’imageur bénéficie ici d’un traitement en surface qui optimiserait le nettoyage, et Nikon souligne qu’il s’agit d’un capteur exclusivement développé pour ce modèle. La plage de sensibilité sest par défaut comprise entre 64 et 25 600 Iso ; elle peut être étendue à 32 et 102 400 Iso.

JPEG - 289.7 ko
Le capteur Cmos rétroéclairé plein format de 45 Mpxl est différent de celui intégré dans le D850.

De son côté, le Z6 a aussi droit à un capteur Cmos rétro-éclairé, mais se contente de 24 Mpxl, avec une plage de sensibilités native comprise entre 100 et 51 200 Iso (50-204 800 Iso en extension). Nouveauté chez Nikon, les deux capteurs sont stabilisés, sur cinq axes. Une stratégie calquée sur les hybrides plein format Sony. À l’instar de ce que proposent les reflex Nikon actuels, il sera possible d’opter pour des fichiers Nef avec ou sans compression, sur 12 ou 14 bits. Plusieurs formats seront accessibles – dont le très apprécié 1:1 sur le D850 – et on pourras passer en mode DX, comme sur les reflex Nikon plein format.

Processeur, autofocus et cadence

Au niveau du processeur, les Z6 et Z7 font jeu égal et embarquent un Expeed 6 flambant neuf. En revanche, les caractéristiques diffèrent sur le plan de l’autofocus et du mode Rafale, ce qui est logique, au regard de leur définition respective. Le Z7, doté de 45 Mpxl, abrite un système AF hybride reposant sur 493 points à détection de phase (Nikon ne communique pas le nombre de collimateurs à détection de contraste), couvrant environ 90 % de la surface du capteur (idem sur le Z6). Le mode Rafale atteint 9 im/s et Nikon annonce vingt-trois vues consécutives en Raw compressé sans perte sur 12 bits et dix-neuf en Raw compressé sans perte sur 14 bits.

JPEG - 479 ko
Les Z6/Z7 intègrent un processeur Expeed 6.

Une capacité étonnamment faible de la mémoire-tampon, confirmée à l’issue de nos premiers essais (lire ici), avec une carte XQD Lexar 2933x. De son côté, le Z6 possède un système AF comprenant 273 points à détection de phase (comme pour le Z7, pas de précisions sur la détection de phase) et une cadence de 12 im/s : Nikon indique qu’on engrange trente-cinq vues en Raw compressé sans perte sur 12 bits. Dans chaque système AF, le collimateur central est sensible à -4 IL avec une optique ouvrant à f/2. La sensibilité passe à - 3 IL avec une optique ouvrant à f/2,8 ; et à - 2 IL à f/4. L’obturateur, testé sur 200 000 déclenchements, culmine à 1/8000s, qu’il soit en mode mécanique ou électronique, ce dernier assurant un déclenchement totalement silencieux (le D850 bénéficie d’un mode silencieux, mais uniquement en LiveView).

Viseur prometteur

Les appareils hybrides fêtent leur dix années d’existence. Et depuis l’apparition du Panasonic G1, en 2008, le débat opposant les aficionados de la visée reflex et ceux préférant les afficheurs électroniques, n’a jamais vraiment cessé. Depuis trois ans cependant, des progrès manifestes ont été accomplis dans le domaine des EVF : il suffit de photographier avec un Leica SL, un Panasonic G9 ou un Sony A7R III pour en témoigner.

JPEG - 368.3 ko
Le viseur Oled des Z6/Z7 offre une définition de 3,68 Mpts et un grossissement 0,80x.

De quoi convaincre les plus réfractaires à ce type de visée. Et le viseur Oled de 3,68 Mpts intégré dans les Z6 et Z7, avec un grossissement de 0,80x, risque d’enfoncer le clou. Les premiers essais effectués (lire ici) s’avèrent très encourageants, et l’on peut déjà saluer l’initiative d’avoir doté les deux boîtiers d’un viseur de même définition, alors que Sony a fait le choix de privilégier l’A7R III, au détriment de l’A7 III, qui se contente de 2,36 Mpts.

JPEG - 238 ko
L’écran LCD est inclinable et tactile.

L’autre solution pour photographier ou filmer avec les Z6/Z7 passera par l’écran LCD, inclinable sur un plan vertical et tactile (il sera même possible de naviguer dans les menus par ce biais). Sa dimension et sa définition sont identiques sur les deux modèles : soit 3,2 pouces et 2,10 Mpts. Hélas, les touches au dos ne sont pas rétroéclairées, contrairement à celles d’un D850…

Vidéo 4K UHD

Depuis la sortie des D5/D500 (le filmage sur le Nikon 1 J5 en 4K UHD à 15 im/s était anecdotique), la vidéo 4K UHD est la norme sur les boîtiers Nikon. Dans le sillage du D850, les Z6/Z7 tournent en 4K UHD et exploitent toute la largeur du capteur. À 25 im/s, sur 8 bits, en 4:2:0 (10 bits via la sortie HDMI). Alors que le focus peaking est étrangement inaccessible en 4K UHD sur le D850, il sera ici possible d’y recourir. Le zebra crossing figure aussi dans les menus, et on peut brancher un casque et un micro externe. Un mode de stabilisation électronique sera disponible, ainsi qu’un profil N-Log.

JPEG - 230.6 ko
L’afficheur sur le dessus rappelle celui du Leica SL.

Ergonomie familière

Justement, en passant du D850 aux Z6/Z7, on ressent une agréable sensation, en saisissant le grip : celle d’être en terrain connu. Dessiné de la même manière, il offre une excellente préhension (lire notre prise en main). Le reste du boîtier est une sorte de mélange entre trois modèles : le dos de l’appareil avec le repose-pouce a des faux-airs de Sony A7R III ; tandis que l’afficheur LCD sur le dessus rappelle celui du Leica SL. Mais pour le reste, on retrouve ce qui fait le sel de l’ergonomie des reflex Nikon experts et pro. Un barillet sur la partie supérieure gauche, une double molette à l’avant et à l’arrière, ainsi qu’un joystick près de l’écran pour piloter les collimateurs AF. Sur la face avant, près de la monture, on retrouve des touches paramétrables (Fn1/Fn2).

JPEG - 160.3 ko
Pas de flash intégré ni de prise synchro flash dans les Z6/Z7. Mais il sera possible d’utiliser les flashs et accessoires CLS Nikon.

L’interface des menus s’inspire logiquement de ce que l’on connaît sur les reflex de la marque. Avec une nouveauté appréciable, puisque la touche « i » appeler un menu de douze raccourcis répartis sur deux rangées, entièrement personnalisable. Regrettable constante depuis quelques années, le flash intégré (synchro X à 1/200s) est aux abonnés absents, sur les deux modèles.

JPEG - 437.1 ko
Les Z6/Z7 sont pourvus de nombreux joints d’étanchéité.

Pour ce qui est de la construction, elle s’inscrit dans la lignée d’un D850, à grand renfort de joints contre l’intrusion de poussières ou d’éclaboussures. Quant au poids, il est spectaculairement revu à la baisse par rapport au D850, puisque l’on passe de 1,05 kg à quelque 675 g !

JPEG - 266.2 ko
Les châssis des Z6/Z7 sont conçus en alliage de magnésium.

Carte mémoire, accu et connectique

Oui, carte mémoire s’écrit au singulier, lorsqu’on évoque les Z6 et Z7. C’est une surprise, et ce n’est pas la meilleure que nous avait réservée Nikon en dévoilant ces deux boîtiers. Si, dans un premier temps, le choix de confier l’enregistrement des données à une seule carte mémoire est contestable, sur des appareils à vocation experte et professionnelle, à l’heure où l’on est susceptible de mélanger photos et vidéos ou de séparer Raw et Jpeg, par exemple, la décision de s’en remettre uniquement aux cartes XQD (et CFexpress), interpelle encore un peu plus. Nikon argue que c’est la seule manière de tirer la quintessence de ces deux hybrides. Or, les performances en rafale, évoquées plus haut, apparaissent décevantes, et en-deça de ce que l’on obtient avec un D850. Nous attendrons bien sûr de tester un modèle doté d’un firmware définitif pour confirmer cela. Mais en l’état, il nous aurait semblé plus pertinent de proposer au moins un logement pour les cartes SD. Rappelons que les D850 et D500 possèdent chacun deux compartiments : un pour les XQD, l’autre pour les SD.

JPEG - 238.2 ko
Le nouvel accu EN-EL15b livré avec les Z6 et Z7 peut être rechargé dans les boîtiers via un câble USB 3.

Bonne nouvelle en revanche, pour les possesseurs de ces derniers, l’accu EN-EL15 pourra être utilisé dans les Z6/Z7, qui sont livrés avec un EN-EL15b. Il sera possible de recharger ce dernier via un câble USB 3 Type C (pas les autres modèles d’EN-EL15). Le volet connectique abrite une prise USB 3 Type C, une sortie HDMI, ainsi que des prises pour brancher micro, casque et télécommande.

Pas de prise synchro flash ; les Z6/Z7 sont toutefois compatibles avec les flashs et accessoires de l’écosystème CLS (Creative Lighting System) de Nikon. Il sera bien sûr possible de piloter les boîtiers en WiFi ou Bluetooth via SnapBridge. En attendant les tests, lire notre prise en main du Nikon Z7 ici.

Les tarifs

Nikon Z7
- 3 699 € nu
- 3 849 € avec adaptateur FTZ
- 4 299 € avec le 24-70 mm
- 4 449 € avec le 24-70 mm + adaptateur FTZ

Les kits dédiés au Z7 seront disponibles fin septembre.

Nikon Z6
- 2 299 € nu
- 2 449 € avec adaptateur
- 2 899 € avec le 24-70 mm
- 3 049 € avec le 24-70 mm + adaptateur FTZ

Les kits dédiés au Z6 sortiront fin novembre.

- Le site de Nikon

Premier avis

Sur le marché de l’hybride, les intentions de Nikon sont très claires : concurrencer les Sony A7 III et A7R III de manière frontale avec les Z6 et Z7. Sur le papier, ces deux boîtiers semblent largement en mesure de rivaliser avec les modèles plein format en monture E. Et le fait d’avoir pourvu les deux Z du même viseur risque de s’avérer décisif pour les photographes à la recherche d’un appareil plein format aux alentours des 2 000 €, car sur ce point, l’A7 III déçoit. Les premiers essais laissent augurer du meilleur dans ce domaine, avec une colorimétrie et une dynamique jamais vues jusque-là sur un hybride. En matière de qualité d’image et d’autofocus, on peut faire confiance au savoir-faire de Nikon, en espérant qu’elle soit à l’abri de couacs comme celui essuyé par le D600. Dernièrement, les D500 et D850 ont largement redoré le blason de la maison jaune.

Il reste cependant des zones d’ombre. Comment la marque va-t-elle mener de front hybrides et reflex ? Quelle politique va-t-elle adopter vis-à-vis du format APS-C ? La feuille de route optique dévoile uniquement des objectifs conçus pour le 24 x 36. Il est évident que Nikon joue très gros avec les Z6 et Z7. Après les revers successifs essuyés avec les Nikon 1, les Key Mission et le lancement avorté des DL, la marque n’a plus le droit à l’erreur. L’optimisme est de mise, quand on prend le Z7 en main et que l’on met l’œil au viseur. Reste à confirmer ces bonnes premières impressions lors d’un test d’une version définitive. Le seul regret, au regard des caractéristiques, réside dans le choix de ne jurer que par le format XQD. L’impact financier pour acquérir ce type de carte n’est pas négligeable. Et le gain en termes de performances, si les données fournies par Nikon sont confirmées, est loin d’être évident.

Quoiqu’il en soit, le fait de pouvoir utiliser des optiques en monture F et la perspective de nombreuses sorties dans les deux ans à venir, est encourageant. Il faut dire que le retard accumulé sur Sony est important : il suffit de regarder l’offre pléthorique dans le domaine des objectifs en monture E, toutes marques confondues. En attendant de voir ce que va proposer Canon (si Canon propose quelque chose d’autre que ses EOS M APS-C !), Nikon ne compte pas jouer les seconds rôles sur le créneau de l’hybride 24 x 36. Plus qu’une mue, elle entame une vraie révolution.

Fiche technique Nikon Z7

  • Capteur : Cmos 23,9 x 35,9 mm rétro-éclairé de 45,7 Mpxl
  • Définition maximale : 8 256 x 5 504 pixels (3/2)
  • Montures/Coefficient : Z/1x
  • Sensibilités : 64-25 600 Iso (32-102 400 Iso par extension)
  • Vidéo : 4K UHD à 30 im/s sur 8 bits
  • Formats de fichiers : Raw (Nef) 12 à 14 bits, Jpeg, Mov, MP4
  • Protection du boîtier : oui
  • Stabilisateur : oui
  • Visée : Oled 3,68 Mpts, 100 %, grossissement 0,8x
  • Moniteur : LCD 3,2 pouces, 2,10 Mpts, inclinable et tactile
  • Flash intégré : -
  • WiFi/Bluetooth/GPS : Oui/Oui/-
  • Autofocus : Détection de phase sur 493 points ; couverture à 90 % environ ; sensibilité jusqu’à -4 IL
  • Vitesses : 1/8000s à 30s ; Synchro X 1/200s
  • Rafales : 9 im/s
  • Stockage : 1 XQD / CFexpress
  • Interfaces : USB 3 Type C, HDMI non compressée, accessoires, micro, casque, griffe flash
  • Alimentation : accu Li-Ion EN-EL15 (330 vues selon les normes CIPA)
  • Dimensions/Poids : 134 x 100,5 x 78,5 mm/675 g

Fiche technique Nikon Z6

JPEG - 293.3 ko
Les Z6 (photo) et Z7 sont absolument identiques et partagent nombre de points commun. Hormis la définition du capteur, l’autofocus et la cadence.
  • Capteur : Cmos 23,9 x 35,9 mm rétro-éclairé de 24,5 Mpxl
  • Définition maximale : 6 000 x 4 000 pixels (3/2)
  • Montures/Coefficient : Z/1x
  • Sensibilités : 100-51 200 Iso (50-204 800 Iso par extension)
  • Vidéo : 4K UHD à 30 im/s sur 8 bits
  • Formats de fichiers : Raw (Nef) 12 à 14 bits, Jpeg, Mov, MP4
  • Protection du boîtier : oui
  • Stabilisateur : oui
  • Visée : Oled 3,68 Mpts, 100 %, grossissement 0,8x
  • Moniteur : LCD 3,2 pouces, 2,10 Mpts, inclinable et tactile
  • Flash intégré : -
  • WiFi/Bluetooth/GPS : Oui/Oui/-
  • Autofocus : Détection de phase sur 273 points ; couverture à 90 % environ ; sensibilité jusqu’à -4 IL
  • Vitesses : 1/8000s à 30s ; Synchro X 1/200s
  • Rafales : 12 im/s
  • Stockage : 1 XQD / CFexpress
  • Interfaces : USB 3 Type C, HDMI non compressée, accessoires, micro, casque, griffe flash
  • Alimentation : accu Li-Ion EN-EL15 (330 vues selon les normes CIPA)
  • Dimensions/Poids : 134 x 100,5 x 78,5 mm/675 g

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



PHOX

BBB
Archives Le monde de la photo

NOUVEAUTE : Vous recherchez un article, un test ?

Accédez aux archives MDLP

Fujifilm