Publié le : 26/05/2013
Par : Michel Lion

Objectif interchangeable... ou pas ?

Vous êtes de plus en plus nombreux à vous poser des questions légitimes pour faire le bon choix dans votre équipement. Cette rubrique vous est dévouée afin de vous faire part de nos conseils personnalisés.

- Bernard S. : Je cherche un appareil de petite taille, simple de fonctionnement (sans gadget que je n’utiliserais pas et dans une fourchette de 400 à 600 euros). J’ai déjà fait des parallèles entre plusieurs appareils tels que le fujifilm X10, Sony RX100, Panasonic LX7, Canon S110, Fujifilm XF1, X-E1, X20... Je m’ y perds pour réduire le choix sur ce qui précède, voire pour choisir un autre appareil.

MDLP : Cher Bernard, votre question rejoint celle de Mickaël (Cf. MDLP No 56, courrier des lecteurs), lui aussi à la recherche d’une solution compacte. Toutefois l’horizon semble plus large de votre côté, puisqu’il ne s’agit pas de l’avoir en permanence avec vous. Dans la tranche de prix que vous avez citée, figurent de nombreux modèles, allant du compact à l’hybride. En revanche le X-E1, que vous mentionnez, se situe plus aux alentours du millier d’euros que la fourchette 400-600 €. Dans votre liste, vous faîtes fi des Panasonic G et Sony NEX. Pourtant ces appareils sont simples d’emploi et offre un ratio poids/encombrement séduisant. Le Sony NEX-3N, par exemple (testé dans le No 55) s’est montré à la hauteur, à la fois en terme d’ergonomie et de performances. En attendant de les prendre en main, les Panasonic GF6 et G6 présentent des atouts intéressants. Tout comme l’Olympus PEN E-PL5. La question est de savoir si vous n’avez rien contre le fait de changer d’optiques. Dans ce cas le NEX-3N est un très bon choix, avec un capteur APS-C très performant. Sinon le Fujifilm X20 est un excellent compact, doté d’un viseur optique acceptable (unique dans sa catégorie puisqu’il affiche des informations). Mais il n’est pas forcément très intuitif à prendre en main au niveau de l’ergonomie.

Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Les commentaires liés à cet article

Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages

  • Je me promène partout avec mon nouveau Fujifilm X20 depuis 3 semaines et j’ai un plaisir que je n’avais plus ressenti depuis mes premiers pas en photographie. Je l’utilise comme un appareil argentique, c’est à dire à l’ancienne (bien que l’appareil soit truffé de nouveautés), en mode manuel et en tenant compte de ses relatives limitations (ne pas dépasser 800 ISO par exemple). Le fait d’avoir, en plus d’un écran de grande qualité à l’arrière, un viseur (intégré et qui affiche les principaux paramètres techniques au moment de la prise de vue) est un gros plus, le fait que la construction du boîtier (en magnesium) soit irréprochable et la finition parfaite (ce qui lui confère un certain poids que n’ont pas tous les appareils compacts mais aussi un charme rétro irrésistible et la sensation d’avoir un véritable appareil photo dans les mains) également, mais le plus amusant c’est que j’utilise le zoom, pourtant confortable et très simple d’utilisation, comme j’utilisais jusqu’ici mes 3 focales fixes préférées (35mm / 50mm / 85mm sur mon Canon 5D Mark II) grâce à une graduation sur la bague du zoom (manuel). De fait, je le fixe sur 35mm (en équivalent 24/36) et je me déplace en conséquence, comme si j’avais une focale fixe (à f-2.0 d’ouverture). Idem si je veux passer au 50mm ou au 85mm. Mais sans avoir à changer d’objectif (avec ce que ça comporte de perte de temps et de risques pour le capteur). Je n’imaginais pas que j’aurais un jour autant de plaisir à faire de la photo avec un appareil compact ! Le Fujifilm X20 est un véritable appareil de photographe, avec des images étonnament précises et détaillées et il n’y a rien que je faisais jusqu’ici avec mon Canon 5D Mark II qui me manque avec le Fujifilm X20 ou qui soit au-dessus de ses moyens (à part peut-être la photo de sport ; à titre d’exemple je viens de photographier une pièce de théâtre et j’ai été plus qu’impressionné par le résultat, tout à fait comparable à celui d’un APS-C). L’avantage du zoom du Fuji X20 est qu’il évite d’avoir à transporter autre chose que son appareil, que toutes les focales que j’utilise sont disponibles en permanence (avec le Canon 5D Mark II il m’arrivait souvent de laisser à la maison le 35mm ou le 85mm pour éviter un encombrement ou un poids excessif) et comme il s’agit d’un zoom manuel (réglable avec la bague), gradué, il peut être utilisé comme une focale fixe lumineuse (f-2.0 à f-2.8). Bien sûr, on peut toujours souhaiter plus de qualité ou de précision (même avec une qualité d’image bluffante pour un appareil compact il est évident que le capteur de petite taille du Fuji X20 ne peut rivaliser avec un capteur plein), certains gadgets aussi (un écran orientable par exemple) mais si le but est d’avoir avec soi, partout où on le souhaite, un appareil exigeant et discret (pratiquement silencieux), d’une construction qui tranche avec les standards peu élevés de ses rivaux et qui s’adresse aussi bien au grand public qu’au photographe averti ou au professionnel (pour autant qu’on puisse se contenter d’agrandissements jusqu’au format A3), alors le Fujifilm X20 répond à tous les besoins. A mes yeux c’est l’appareil (presque) idéal, celui que j’attendais depuis de très longues années. Surtout, c’est un appareil qui me procure un plaisir de photographier inégalé.

    • Tout a fait d’accord, sur ce petit appareil qui m’a bien surpris par sa qualité. Quelques points qui seraient à revoir :
      • Sur le Zoom : un léger cliquetis serait la bienvenue à chaque focale 35/50/85, ce qui permettrait de changer de focale à l’aveugle.
      • La possibilité de passer du mode Viseur au mode LCD facilement par une touche ou un raccourci quand viseur est sélectionné.
      • Se servir du Flash quand on a choisi le mode « silencieux »
      • Avoir dans le viseur un indicateur de charge de la batterie
      Pour une nouvelle version pour certaine fonction, par une mise à jour du firmware pour d’autres.

    • Pour le flash je dois avouer que je ne l’utilise jamais (c’était déjà le cas en 24x36), par contre le X20 passe automatiquement de l’écran arrière au viseur (et réciproquement) selon qu’on approche son œil du viseur ou qu’on s’en éloigne. Par contre c’est vrai qu’un crantage (ou un cliquetis) sur le zoom (à 35/50/85) serait très utile et permettrait de gagner du temps. Parmi les améliorations possibles, Fuji pourrait par exemple intégrer le réglage de l’autofocus dans le viseur (l’autofocus se règle par l’écran arrière). Une batterie avec une plus grande autonomie serait aussi bienvenue (je n’ai jamais eu de problème jusqu’ici mais, par sécurité, il vaut mieux s’assurer que la batterie est entièrement rechargée avant de partir en balade). Enfin, même si le capteur fait plus et mieux que les autres de la même taille (en mode macro c’est même époustouflant), voire supérieure (j’ai longtemps hésité entre le Sony RX100 et le Fujifilm X20, principalement en raison de la taille du capteur supérieure chez Sony, mais après avoir testé les deux je me suis rendu compte que, malgré son capteur plus petit, le X20 produisait des photos de qualité au moins équivalente, en plus d’avoir un viseur, une construction plus solide, plus de charme - même si c’est subjectif - etc.), un capteur plus grand dans un appareil de cette taille ne pourrait qu’être une évolution positive et permettrait au Fujifilm X20 de rejoindre définitivement la catégorie des Reflex experts.

    • MDL

      Bonjour,

      Votre article est intéressant, il rejoint ce que beaucoup d’amateurs ou « d’avertis » se posent comme questions.
      Savoir si oui si non prendre des objectifs interchangeables est, pour moi, assez simple.
      Voici quelques questions à se poser pour résoudre ce problème récurrent.
      Quelle est la limite du budget ?
      Quels types de photos vais-je faire ?
      Photos de paysages ? Photos de souvenirs ?
      Photos rapprochées de fleurs ? D’insectes ? D’animaux ? Macros photos ?
      Quelle est la limite du budget ?
      Faut-il acquérir un compact un hybride ou un réflex ?
      Faut-il se procurer un filtre de protection UV ?
      Photos avec un flash ? Un trépied ?
      Les amateurs "avertis" ont-ils suffisamment lu d’articles écrits par des pros concernant ce qu’ils souhaitent photographier ?
      Une fois avoir trouvé une, la bonne ou la vraie réponse, il faudra tout réétudier car il n’y a pas de miracle. Chaque vendeur proposera SA.SONNE, SA MEILLEURE proposition. Il ne faut pas se soumettre à n’importe quel vendeur.
      Une fois son matériel adopté, les tests s’imposent.
      Photos d’un sujet le matin, à midi puis en fin d’après-midi, toujours avec le même sujet pour comparer la meilleure lumière afin d’obtenir un bon rendu couleurs et du contraste.
      Puis immortaliser du même point de vue un arbre en « plongée », « contre plongée », en contre-jour,
      Photos prises avec une ou deux optiques différentes pour contrôler leurs capacités, tout en modifiant la distance de prise de vue.
      Pour un boîtier, 12 millions de pixels suffisent jusqu’au tirage de format A4, un collimateur de neufs zones est suffisant pour un amateur. Choisir un bon viseur pour le boîtier.
      Une fois tout acheter, ne pas oublier l’ordi fatigué à changer.
      Il est clair que la photo numérique a un prix. Tout amateur « averti » doit y songer.
      Une fois le tour des magasins effectués, d’autres questions et suggestions interviendront. Il n’existe pas de miracle du fait que tout matériel est fabriqué pour être modifié tous les six mois. C’est le prix à payer pour une tecnique ne cessant d’évoluer. Et qui fait vivre trop vite.
      Pour moi qui ai travaillé 50 ans dans la photo professionnelle à l’aide d’un appareil SINAR 4x5’, il y avait d’autres questions pour les prises de vues dans les fonderies, les barrages, les tunnels autoroutiers, les usines électriques, les aéroports,les bâtiments en constructions et j’en passe. Il y avait des obligations de toujours trouver une solution à ce qui m’était demandé, de façon à ce que les commenditaires soient satisfaits.. Et le prix des optiques ne se discutait pas. Il fallait des résultats probants. Aujourd’hui je me contente de deux boîtiers identiques et de deux obtiques différentes qui me satisfont.
      A vous tous bonne chasse et plein succés.
      Désolé si vous trouvez des fautes de frappes, je ne suis pas secrétaire.

[
0
]