Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Olympus E-420 + Zuiko ED 14-42 mm f/3,5-5,6

22/12/2008 | Jean-Marie Sépulchre
Caractéristiques :
-  formule optique : 10 lentilles en 8 groupes
-  distance minimale de mise au point : 25 cm
-  filtre : 58 mm
-  motorisation : micro-moteur
-  stabilisateur : non
-  dimensions : 65 × 61 mm
-  poids : 190 g
-  accessoires : bouchons et parasoleil tulipe
-  fabriqué en Chine


1.Le piqué


Toutes les mesures ont été effectuées selon la procédure décrite depuis le début des essais publiés par Le monde de la photo.com en photographiant une mire avec le système DxO Alalyzer. Les notes de piqué de ce couple boîtier objectif sont données pour le format A3, en détaillant quatre zones :
-  le centre de l’image
-  les lignes des tiers qui bordent la zone centrale
-  les bords de l’image
-  les angles de l’image

Les histogrammes détaillent ces mesures par focale et par diaphragme et la carte de piqué les résument de façon synthétique.

- 14 mm


- 20 mm


- 30 mm


- 42 mm


Par rapport à ses concurrents, le talon d’Achille des boîtiers Olympus a toujours été l’autofocus, d’autant plus qu’il présentent, du fait de la taille de leur capteur plus réduite que celles concurrents, la nécessité d’un système encore plus précis : plus petits sont les photosites, plus exigeante est la focalisation des rayons lumineux sur les micro-lentilles. Bien que très amélioré par rapport au premiers modèles, l’autofocus de l’E420 reste assez délicat à maîtriser pour une mise au point sur mire, ce qui a entraîné un résultat critiquable à pleine ouverture de 14 mm. Heureusement, aux autres diaphragmes on atteint toujours le niveau très bon voire excellent, et ce rendu très homogène et de haut niveau se retrouvera aux autres focales : jamais on descend en dessous du niveau très bon dans tous les points du champ, et l’optique ne souffre pas non plus de diffraction. L’autofocus étant moins nécessairement calé « au millimètre » sur un sujet en trois dimensions, on peut être assuré que l’objectif donnera un piqué très élevé dans toutes les conditions de prises de vues.


2. Les défauts optiques


Le vignetage est limité et jamais gênant en pratique, puisqu’il ne dépasse pas 0,8 IL à 14 mm, 0,4 IL à 20 mm et 0,2 IL à 30 et 42 mm. A f/8 il est presque invisible à toutes les focales (0,2 IL).

La distorsion est de 0,9 % à 14 mm, ce qui est une bonne valeur. A 20 mm elle diminue à 0,5 % pour être invisible à 30 mm et 40 mm (0,1 %), ce qui est excellent.



L’aberration chromatique est mesurée en pixels, une valeur supérieure à 1,5 peut implique que la frange sera visible, et au delà de 2,5 le résultat est mauvais. Elle est très bien contrôlée à 14 mm et à 20 mm elle reste proche de 1 pixel, mais augmente hélas à 30 mm avec 1,8 pixel à pleine ouverture et à 42 mm cette tendance se confirme car elle est de 2,1 pixels à f/5,6. On note que sa répartition montre que l’optique testée souffre d’un léger décentrage qui n’influe guère sur le piqué, heureusement.

Ouverture / Focale 14 mm 20 mm 30 mm 42 mm
f/3.5 1 - - -
f/4/4+ 0,9 1 1,8 -
f/5.6 1,2 1,3 1,7 2,1
f/8 1,3 1,2 1,2 1,6
f/11 1,3 1,2 1 1,2
f/16 1,3 1,2 0,9 1


3. Notre verdict :



Olympus a soigné ce petit zoom compact, qui donne des résultats très réguliers et homogènes, même si l’aberration chromatique reste un peu élevée aux focales moyennes. En pratique ces défauts mesurés demeureront le plus souvent invisibles et on a affaire à une optique de grande qualité.

On aime :
- très bon piqué,
- peu de vignetage et de distorsion
- mise au point manuelle aisée
- parasoleil fourni


On aime moins :
- un peu trop d’aberration chromatique en longue focale
- piqué très sensible à la précision totale de l’autofocus


NOTE : 8/10

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.