Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Olympus OM-D E-M1X : cap sur les Jeux olympiques

24/01/2019 | Benjamin Favier

Un boîtier pro, comme on n’en voit presque plus. Cet hybride haut de gamme signé Olympus, intègre une poignée abritant deux accus et fait écho aux reflex professionnels Canon et Nikon. On s’approche du kilo, sans optique, tout en restant dans la sphère Micro 4/3…

Présentation

Plus de deux ans se sont écoulés, depuis la sortie de l’E-M1 Mark II. L’annonce de cet hybride haut de gamme, lors de la Photokina, en septembre 2016, avait fait grand bruit, notamment les performances alors revendiquées par Olympus en matière de rafales. Dans le même temps, Panasonic, partenaire et concurrent dans la sphère Micro 4/3, se concentrait sur la vidéo, avec la sortie du GH5, avant, quelques mois plus tard, de dévoiler un concurrent de choix face à l’E-M1 Mark II : le G9, plus orienté photo que les GH. Puis Sony a pris les devants en matière de photo d’action, au printemps 2017, en dévoilant l’A9, doté d’un capteur plein format, avec à la clé une cadence de 20 im/s. Un hybride d’obédience professionnelle, taillé pour affronter les les EOS-1D X Mark II et D5, colosses à miroir de Canon et Nikon. L’E-M1X, présenté par Olympus, entièrement conçu en alliage de magnésium, rappelle furieusement ces deux modèles, de par son gabarit.

JPEG - 463 ko
De nombreux joints d’étanchéité protègent contre l’intrusion de poussière et d’humidité.

Poignée intégrée

Contrairement aux deux précédents E-M1, ce modèle intègre d’emblée une poignée, qui abrite deux accus (livrés dans la boîte) BLH-1 : la batterie qui alimente l’E-M1 Mark II. Un choix qui s’inscrit à contre-courant de la philosophie des compacts à optiques interchangeables en général – et des modèles Micro 4/3 en particulier – qui prônent la légèreté. Accusant quelque 997 g sur la balance (avec deux accus et deux cartes SD), l’E-M1X devient, de loin, l’hybride le plus lourd, le plus massif, toutes marques confondues.


Le doublement des commandes (à l’exception du levier avec les position 1 et 2) sur la poignée facilite l’accès aux réglages et rend la tenue plus commode en position verticale. À noter, l’apparition d’un joystick (également dupliqué sur le grip), qui faisait cruellement défaut sur l’E-M1 Mark II, pour gérer les collimateurs AF (lire plus loin)…

JPEG - 263.8 ko
Les deux processeurs True Pic VIII.

Même capteur, duo de processeur

Pas de hausse de la définition. Olympus demeure prudent et conserve le Live Mos de 20 Mpxl, éprouvé sur l’E-M1 Mark II. Avec une plage de sensibilité comprise entre 200 et 25 600 Iso (200-6 400 Iso en mode Iso Auto), extensible aux plus bas Iso à 64 ou 100 Iso. Les Raw sont toujours sur 12 bits, sans compression. La stabilisation sur cinq axes est bien sûr de la partie.

JPEG - 298.5 ko
Ensemble stabilisateur et capteur.
JPEG - 197.4 ko
Le nouveau système gyroscopique. Grâce à lui, un gain de 7,5 vitesses est revendiqué avec le 12-100 mm f/4 IS Pro.

Le capteur gyroscopique a fait l’objet d’un nouveau développement. Son efficacité serait accrue, avec les optiques Zuiko IS : Olympus revendique un gain de sept vitesses et demi avec le 12-100 mm f/4 IS Pro. En photo, comme en vidéo. En outre, deux modes Haute définition sont disponibles.

JPEG - 76.7 ko
Le système de nettoyage du capteur a été revu pour plus d’efficacité, avec un nouveau traitement en surface.
JPEG - 232.7 ko
Mode Haute définition à main levée (cliché de 50 Mpxl) ; l’image est nette, mais le passant, au premier plan, est flou, en raison de l’assemblage de seize vues. Photo : BF

Le premier, classique, permet d’obtenir des clichés de 80 Mpxl, en travaillant sur pied. Sur l’E-M1 Mark II, on obtenait des fichiers de 50 Mpxl par ce biais. Le second mode délivre des fichiers de 50 Mpxl, à partir d’un assemblage de seize photos prises à main levée. Alors que l’E-M1 Mark II embarque un processeur TruePic VIII, l’E-M1X en intègre deux.

JPEG - 140.9 ko
Schéma montrant les mouvements compensés par la double stabilisation, avec le zoom M. Zuiko 12-100 mm f/4 IS Pro.
JPEG - 406.8 ko
On retrouve une connectique similaire par rapport à l’E-M1 Mark II.

Nouvelles fonctionnalités

L’implémentation de ces deux processeurs s’accompagne de nouvelles fonctions. La plus originale, consiste à choisir entre plusieurs simulations de filtres ND, pour effectuer des poses lentes. Ils sont seulement accessibles en employant les modes priorités S (vitesse) et M (manuel).

JPEG - 209.9 ko
Les filtres ND proposés dans les menus.

Cinq types sont disponibles : ND2, soit une vitesse ; ND4, soit deux vitesses ; ND8, soit trois vitesses ; ND16, soit quatre vitesses ou ND32, soit cinq vitesses. Parmi la pléthore de fonctions (une habitude sur les boîtiers Olympus), on trouve un GPS, une sonde de température, un manomètre et une boussole : des attributs habituellement réservés aux compact de la gamme Tough au catalogue de la marque.

PNG - 483.2 ko
À gauche, l’E-M1 Mark II, à droite l’E-M1X.
JPEG - 212.5 ko
Il est possible de configurer quatre menus différents.

Par ailleurs, un mode de prise de vue anti-scintillement – détection par le capteur – apparaît. Une mise à jour prévue de l’application OI Share ouvrira la voie au transfert des fichiers Raw en WiFi. Il sera désormais possible de piloter le boîtier sans fil, en WiFi, avec le logiciel Olympus Capture (compatible Mac ou PC) alors qu’il fallait jusqu’ici brancher un câble pour travailler en prise de vue connectée. Tout en bas des onglets, on note la présence d’une étoile : il est possible, à cet endroit, de configurer quatre sous-menus personnalisés, pour un accès plus rapide à ses réglages favoris.

Autofocus, rafale et obturateur

Pas de révolution dans le domaine de l’autofocus et de la visée par rapport à l’E-M1 Mark II. Le système Dual Fast AF (autofocus à détection de contraste et de phase) repose toujours sur 121 collimateurs en croix, avec une couverture de 80% en largeur et 75% en hauteur. Il sera toujours possible de les sélectionner individuellement ou par groupes, mais cette fois, avec des sélections plus ciblées (une rangée verticale par exemple). En mode AFC, des modes prédéfinis sont prévus, selon le type de sujet photographié : formule 1, rallye, moto, avion, hélicoptères, trains.


JPEG - 228.5 ko
Plusieurs exemples de sélection de groupes de collimateurs.
JPEG - 214.6 ko
Le nouveau joystick pilote les collimateurs AF.

Comme évoqué en début de présentation, un joystick permet de passer d’un collimateur (ou groupe) à l’autre, quand il fallait passer par le pad de l’E-M1 Mark II, ou l’écran tactile, ce qui sera toujours possible sur l’E-M1X. La cadence maximale avec suivi de l’autofocus et de l’exposition en mode AFC, sur toutes les images, demeure de 18 im/s, ce qui reste exceptionnel. Cela avec l’obturateur électronique.

JPEG - 269.3 ko
L’obturateur de l’E-M1X.

Les rafales culminent à 15 im/s avec l’obturateur mécanique. En mode AFS, il est toujours possible de photographier à 60 im/s. Les deux compartiments pour cartes SD sont compatibles UHS-II et la mémoire-tampon s’annonce intéressante, puisque l’E-M1X engrangerait, selon Olympus, à 15 im/s, environ 103 Raw ou 132 Jpeg. Donné pour 400 000 déclenchements, l’obturateur mécanique culmine à 1/8 000s. On pourra aussi solliciter l’obturateur électronique, qui atteint 1/32 000s.

JPEG - 238.7 ko
L’EVF reste à 2,36 Mpts, mais le grossissement progresse, à 0,83x (équivalent 24 x 36).

EVF et LCD

C’est presque un status quo au niveau du viseur. L’EVF voit son taux de rafraîchissement (120 im/s) et son grossissement progresser (on passe de 0,75x à 0,83x en équivalent 24 x 36), ce qui est un excellente chose et se ressent, en passant de l’E-M1 Mark II à l’E-M1X. Mais là où un Lumix G9 propose un grossissement similaire, avec une définition de 3,68 Mpts, comme la plupart des viseurs électroniques actuels, celui de l’E-M1X se contente de 2,36 Mpts. Un choix surprenant sur un modèle haut de gamme. Pour ce qui est du LCD tactile, monté sur rotule et orientable dans toutes les directions – comme sur l’E-M1 Mark II ; seul celui de l’E-M1 s’inclinait sur un axe vertical – la taille et la définition restent inchangées : 3 pouces et 1,04 Mpts.

Vidéo

L’E-M1 Mark II tournait déjà en 4K DCI (4096 x 2160p) à 24 im/s, ou UHD (3840 x 2160p) à 25 im/s. L’E-M1X ne passe pas à 50 im/s à cette définition. Il sera possible de tourner en IPB avec un débit de 237 Mbps en 4K DCI. En 1080p, on aura accès au mode ALL-I, à 50 im/s et il sera possible de tourner à 100 im/s, via un mode haute vitesse. Parmi les profils disponibles, figurent les modes flat et OM-Log400. Côté son, il sera possible de brancher micro externe et casque.

JPEG - 180.8 ko
La cartouche embarque deux accus.

Stockage, autonomie et flash

Fichiers photo et vidéo seront stockés sur des cartes SD : l’E-M1X dispose de deux compartiments, tous deux compatibles avec la norme UHS-II. Le boîtier est d’emblée livré avec deux accus BLH-1 (le même qui alimente l’E-M1 Mark II). Ils pourront être rechargés simultanément via un système de cartouche (compatible avec l’E-M1 Mk II), en deux heures environ, d’après Olympus. Le chargement sera aussi possible en USB (mode USB Power Delivery, USB-PD). La marque revendique une autonomie de quelque 2580 images avec deux batteries BLH-1.

JPEG - 348 ko
Olympus a travaillé sur la dissipation de la chaleur en implémentant un système de refroidissement des composants.

Le FL-LM3, tropicalisé, et qui pilote des flashs sans fil, livré avec l’E-M1 Mark II, ne figure hélas pas dans la boîte de l’E-M1X. En revanche, il y a du nouveau côté logiciel avec l’avènement d’Olympus Workspace. Il offrirait un traitement beaucoup plus rapide par rapport à ses aînés… Une extension de garantie gratuite de six mois peut-être obtenue en s’enregistrant sur la plateforme dédiée ; et l’appareil est bien sûr éligible au service Olympus Pro.

JPEG - 149.7 ko
La feuille de route optiques pour 2019.

L’E-M1X sortira fin février au prix de 2 999 €. Dans le même temps, Olympus annonce le développement du zoom avec convertisseur intégré M.Zuiko Digital ED 150-400 mm f/4,5 TC1.25x IS PRO. Il offrira la possibilité d’aller à 1000 mm en équivalent 24 x 36. Commercialisation prévue pour 2020. Le téléconvertisseur M.Zuiko Digital 2x MC-20 est lui aussi dans les tuyaux, et pourra être associé au zoom en en développement, ainsi qu’aux M.Zuiko 300 mm f/4 IS Pro et 40-150 mm f/2,8 Pro. Il devrait être disponible dans le courant de l’été 2019. En outre, une feuille de route a été publiée, indiquant l’arrivée de plusieurs modèles M.Zuiko Pro…

- Le site d’Olympus

Premier avis

C’est un choix fort. Et unique, sur le marché des appareils à optique interchangeable. Olympus jure fidélité au Micro 4/3, alors que Panasonic, également fabricant d’appareils et optiques compatible avec ce système, se lance sur le 24 x 36, pour jouer sur deux tableaux. À l’instar de Canon (APS-C et 24 x 36), Fujifilm (APS-C et moyen-format), Leica (APS-C, 24 x 36 et moyen-format), Nikon (APS-C et 24 x 36), Pentax (APS-C et 24 x 36), Sigma (APS-C et 24 x 36 à venir) et Sony (APS-C et 24 x 36).

Le pari est donc osé. Mais le fait de parier sur le Micro 4/3, système qui offre, à notre avis, le meilleur compromis en termes de ratio poids/encombrement, tous hybrides confondus n’a rien d’irréaliste. En revanche, proposer un modèle si encombrant (le plus gros boîtier du marché hybride), doté d’un « petit » capteur, à ce niveau de prix, pose question. Si l’ADN de baroudeur et la pléthore de fonctions perpétuent la réputation de la marque, et si certaines améliorations sont les bienvenues (joystick, filtres ND intégrés) on se demande s’il n’aurait pas fallu faire évoluer l’a série E-M1 sur d’autres points. Notamment le viseur. Certes, le grossissement progresse. Mais la définition, de 2,36 Mpts, est clairement insuffisante en 2019.

Reste une gamme optique M.Zuiko très séduisante, et un redoutable système de stabilisation, qui, combiné avec la technologie IS des optiques, évite de s’aventurer dans des sensibilités trop élevées. Alors que la marque fêtera ses cent ans d’existence en octobre prochain, nous attendons toujours d’éventuels successeurs des très appréciés E-M5 Mark II et Pen-F… voire de l’E-M1 Mark II, cet E-M1X ayant surtout vocation à séduire des pros, en vue des JO d’été de 2020, qui se dérouleront à Tokyo, et de servir de porte-étendard à la marque autour des terrains sportifs. Nous devrions rapidement mettre la main sur un modèle finalisé pour réaliser nos tests.

Fiche technique

  • Capteur : Live Mos 4/3, 17,4 x 13 mm, 20,4 Mpxl, format 4/3
  • Définitions max : [4/3] 5 184 x 3 888, [4/3 High-Res] 8 160 x 6 120
  • Définition vidéo : C4K (4096 x 2160 pixels, 24p, IPB à 237 Mbps), 4K UHD (3840 x 2160 pixels, 30p, 25p, 24p), 1080p (100p, 50p, 60p, 30p, 25p, 24p), son stéréo
  • Monture : Micro 4/3
  • Coefficient multiplicateur : 2x
  • Stabilisateur : Mécanique sur 5 axes par translation du capteur
  • Nettoyage du capteur : Oui, filtre à ultrasons (Super Sonic Wave Filtre)
  • Protection du boîtier : Anti-poussière, anti-ruissellement, -10 °C
  • Wi-Fi : avec application OI Share ; prise de vue connectée avec Olympus Capture sans fil
  • GPS/Manomètre/Boussole : oui/oui/oui
  • Sensibilité : 200-25 600 Iso (extension Low à 64 et 100 Iso)
  • Formats de fichiers : Jpeg, Raw (ORF, 12 bits), MOV et AVI (vidéo)
  • Espace de couleurs : AdobeRGB, sRGB
  • Mise au point : Dual Fast AF : 121 points / Collimateurs en croix pour une AF à détection de phase ; 121 points / AF à détection de contraste. Toutes les cibles, cible unique (normale/petite), cible groupée (5 zones/9 zones/25 zones), cible personnalisée 1-4 (zone AF et incrémentation de paliers réglable)
  • Mode d’exposition : PASM, filtres artistiques
  • Mesure de l’exposition : Évaluative multizone (324 zones), pondérée centrale, Spot, Spot hautes lumières, Spot basses lumières ; correction sur +/- 5 IL par 1/3, 1/2 ou 1 IL
  • Vitesses : obturateur à plan focal : 1/8 000 à 60 s, B, T, synchro à 1/320 s ; obturateur électronique : 1/32 000s à 60 s
  • Rafale : 15 im/s (AF-C, obturateur mécanique, environ 103 Raw et 132 Jpeg), 18 im/s (AF-C, obturateur électronique, environ 74 Raw et 89 Jpeg), 60 im/s (AF-S, environ 49 Raw et 49 Jpeg)
  • Retardateur : 2 ou 10 s
  • Divers : filtres artistique, HDR, timelapse, pose B avec visualisation continue, édition du Raw, focus peaking, filtres ND (en modes priorité S et M)
  • Flash : -
  • Prise flash : Griffe et prise synchro
  • Contrôle du flash : Auto, anti-yeux rouges, contre-jour, synchro lente premier ou second rideau, manuel, pilotage de flashs sans fil ; correction sur +/-3 IL
  • Viseur : 2,36 Mpts, 100%, 0,83x (équivalent 24 x 36), dégagement 21 mm, correction de la luminosité et de la température de couleur, anti-scintillement, rafraîchissement à 120 im/s
  • Moniteur : LCD tactile multi orientable (7,6 cm / 1 037 kpts)
  • Stockage : 2 x SDXC/UHS-II
  • Interfaces : Super-speed USB type-C, micro-HDMI, WiFi, entrée micro, sortie casque, prise synchro X
  • Accessoires fournis : dragonne, câble USB, flash, deux accus et chargeur
  • Alimentation : Accu Li-Ion BLH-1
  • Dimensions L x P x H : 144,4 x 75,4 x 146,8 mm
  • Poids : 997 g (SD et accus)

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages

  • Pas mal, dommage que le viseur n’ai pas été amélioré.
    Mais le prix est fort tentant...

  • Impressionnant ce condensé de technologie. Certains vont certainement critiquer son poids mais sachant que ce boîtier est destiné avant tout à la,photo de sport, il est logique d‘avoir conçu un boîtier qui va procurer un bel équilibre avec des optiques plus lourdes.

  • 3000 euros pour un 4/3 aussi gros qu’un ff pas pour moi la photo maintenant c’est le ff c’est mon avis

  • Marrant de constater que toutes les critiques sur le poids, forcément insupportable des APN full frame, se taisent.
    Puisqu’on vous le dit, les mft sont bien Zéquilibrés.

  • @Gabriel (m-5)
    Ce n’est pas seulement votre avis : C’est l’avis de la quasi totalité des photographes professionnels !!!
    Il suffit d’ailleurs de se rendre à n’importe quelle manifestation sportive / médiatique notoire pour s’apercevoir que le FF règne en maître sur le secteur pro depuis longtemps.

    Pour qu’un photographe pro puisse espérer vendre ses photos aujourd’hui, il faut qu’il puisse offrir une qualité d’image au moins identique à celle de la concurrence. Or le FF offre un avantage indiscutable de ce point de vue.

    Les rafales de 15-18 i/s ? Sony fait mieux depuis longtemps avec son A-9 en attendant la réplique de Canikon qui ne saurait tarder.

    Le poids des optiques pour soulager le dos fragile de certains pro ???
    Problème : Le FF a largement réduit l’écart sur les supertélés ;
    Un 600/4 LIS III Canon pour FF est PLUS LÉGER qu’un 300/2.8 ZD alors que sa pupille d’entrée est 2x plus grande ! Cherchez l’erreur...

    Si les acteurs du FF avaient senti une demande réelle du côté des optiques ultra légères, ils leur auraient été facile de proposer des optiques d’ouvertures réduites. Or, ce n’est pas le choix qu’ils ont fait (sauf
    Tamron-SIgma qui sont parvenus à démontrer qu’on peut faire un 150-600 de moins de 2 Kgs !).

    Olympus a clairement le dos au mur et devra passer au FF au lieu de faire semblant de jouer dans la cours des pros. Ils se sont déjà fait éjecter du marché pro 2x. Pourquoi s’acharner ???

    Par ailleurs, Olympus semble victime d’un certain ostracisme de la part de son fournisseur de capteurs CMOS :
    Comment expliquer aujourd’hui l’absence d’un capteur CMOS-BSI alors que
    Sony est en train de le généraliser sur sa gamme A7-A9 ???
    Nikon en bénéficie déjà sur son D850 malgré les réticences évidentes de Sony !
    Last but not least, Fuji propose un capteur CMOS-BSI sur son XT-3.

    Placer un capteur CMOS-FSI FT dans un flagship, c’est un peu comme si Mercedes mettait un moteur 4 cylindres à carburateur sur sa série S : La concurrence hurlerait de rire !

    Bref, cet E-M1X ressemble malheureusement davantage à un chant du cygne pour le MFT pro voire pour le
    MFT tout court.

    Où est donc passé le 12/1.2 MZD qui devait compléter la trilogie 45/1.2 - 25/1.2 - 17/1.2 ?

    Qui, parmi les pros, va bien pouvoir se laisser berner par un 150-400/4.5 , qu’Olympus nous promet "demain"qui sera incapable de rivaliser avec un 800mm en FF, sachant que ce genre d’optique est très difficile
    à utiliser à main levée (même avec un boìtier stabilisé ).

    Les derniers résultats financiers d’Olympus confirment d’aiileurs ce que je ne cesse de répéter depuis 16 ans :
    Ce format n’est pas pérenne.
    Le FT /MFT a bénéficié d’un "effet nouveauté" qui a pu leurrer un certain nombre de "novices" en plus d’une certaine expérience du côté des optiques (Par rapport aux Sony NEX, les mauvaises langues diront que ce n’était pas si difficile....)
    Aujourd’hui, la donne a changé : Le numérique est parvenu à maturité et la concurrence est féroce.
    Même l’allié stratégique Panasonic a commencé par se convertir au FF !
    Fuji a, quant à lui, fait le choix du mini MF (capteur 33mm X 44mm ) pour ne pas contrarier sa gamme APSC.
    On aura l’occasion de voir combien de temps ils persisteront dans ce choix...
    Sigma a également reconnu qu’il travaillait sur un Fovéon 24x36...

  • Méfiez vous de ce que dit Eric p, il se prend pour un orateur en macronie, beaucoup de paroles, Ne supportant pas de ne pas avoir raison...
    Je livre ici qq.reflexions :
    - Olympus a 100 ans et n’est pas seulement investi dans le domaine photographique, une belle carte de visite.
    - Olympus propose un boitier pro pour 3000€, le double chez Canikon.
    - Pour couvrir un format 30x45 par exemple dans un journal dont le grain du papier allié à la médiocre qualité de l’impression n’obligent aucunement un cliché réalisé avec un appareil FF.
    - L’excellence s’obtient avec le jumbo FF, c’est à dire le MF.
    - Le FF 24x36 n’est pas l’unique format réservé aux pros. Un peu de nuance dans le propos et de connaissance du métier (et oui je fâche) cher Eric-p. Comparaison n’est pas raison.
    - Et puis, pour finir, le quidam ne fera aucune différence entre un boitier Nikon à 6000€ et celui dont on parle ici à 3000€ , mais sera fier et gratifié d’avoir sélectionné un bon photographe, équipé comme tel, capable d’immortaliser les mariés en fournissant à la famille un résultat de qualité, avec un peu de vidéo itou.
    - C’est la mode, mais y a pas que Sony dans la vie !

  • Je rejoins le commentaire 8, je suis équipé Olympus E-M1 II, certes en photo de sport il y a des progrès à faire, je reste sur ma faim, sinon pour le rapport compacité/poids/qualité c’est top.
    Je fais régulièrement des tirages 44x33 que j’encadre dans un 50x60, et impossible de savoir avec quel taille de capteur la photo a été prise, de plus il n’y a absolument rien à redire sur la qualité des optiques, le piqué est au rdv.
    Sincèrement, beaucoup ne jure que par le FF et ne font aucun tirage ou en petits agrandissements, aller jusqu’à du 60x40 devient déjà plus rare.
    Je suis donc très satisfait quand je pars en voyage de pouvoir partir avec mes deux zooms f/2.8 et 3 focales fixes f/1.8 dans mon petit sac ONA (the prince Street) ; qui dit mieux.

    Donc, je n’achèterai pas cet OM-D-E-M1X sa taille et son poids ne correspond pas à la recherche des amateurs avertis ainsi que son prix, même s’il est très bon en photo de sport (les tests à venir le diront ou pas) , je pense que le fuji XT3 a un rapport qualité/prix imbattable pour la photo de sport.
    Ce boitier est vraiment destiné aux professionnels et croyez-moi, le prix de ce boitier ainsi que des optiques est un atout indéniable, la vie est dure pour tout le monde, et dans le sport la qualité des photos sera largement au rdv pour la presse spécialisée ou pour illustrer un livre dédié à un sport.

    Maintenant, j’attends avec impatience un E-M5 III ou E-M1 III avec un meilleur viseur ( je suis quand même très satisfait de celui du E-M1 II, (j’ai essayé des viseurs 3,69 Mp moins agréables que mon 2,36 Mp, la vitesse de rafraîchissement est très importante), et aussi des progrès pour la photo de sport, si le fuji XT3 avait la stabilisation intégrée, il ne serait pas loin du meilleur boitier tous formats confondus au prix qu’il est, et je switcherais sans doute pour cette marque.
    Et non je n’irai pas vers les hybrides FF, le prix des boîtiers et objectifs à qualité équivalente, est beaucoup plus cher qu’Olympus et Fuji et surtout plus lourd et encombrant.

    J’espère qu’Olympus réussira à convaincre les pros avec son boîtier car cela pérennisera le MFT qui a largement sa place auprès des amateurs pour son rapport compacité/qualité/prix ...

  • @ 7 & @8
    Vous avez raison tous les deux sur certains points...
    Oui, on peut tout à fait couvrir 2 pages d’un magazine avec ce format ; d’ailleurs, les éditeurs ne s’embarassent plus pour prendre sur la toile des phographies libres de droits non issues de boîtiers FF, malmenant ainsi les agences et par ricochet les photographes professionels à qui ils demandent de donner leur chemise pour toucher quelques € en leur faisant du chantage à la banque de données gratuites.
    Par contre, je ne vois pas vraiment d’intérêt à investir dans ce genre de matériel puisqu’on peut trouver sur le marché des offres FF en neuf et moins couteuses qui rempliront leur mission sans problèmes.
    Là où je rejoins l’un de vous, c’est à propos de l’impasse évidente dans laquelle les dirigeants Olympus se mettent en persistant dans ce format 4/3... Cela ne peut pas durer même si les produits qu’ils proposent sont plutôt bien pensés.
    Le seul acteur du marché qui me semble plus clairvoyant est Fujifilm qui au passage s’est construit sur le dos des premiers clients avec le X-Pro1 mais commence à faire des envieux puisqu’en se servant de ses client-testeurs il offre aujourd’hui des formats APS-C de grande qualité léger/compact/performant tout à fait aptes à couvrir du A2 et des moyen-formats à l’avenir très prometteur.
    Encourager des primo-acquéreurs à casser leur tirelire pour un système Olympus serait sans doute leur donner un mauvais conseil.

  • Ça y est le Cassandre de la photographie a encore frappé.....
    ce qu’il oublie de dire, c’est que on attend toujours le ff à mille euros (sauf A7 bradé).
    il oublie aussi de dire qu’olympus est en bonne position dans les ventes de mirrorrless
    mil oublie aussi de dire que de façon générale , mais cela frappe plus les réflex, les ventes continuent de décroître.
    on est donc loin d’une situation idyllique où chacun peut faire ce qu’il veut.
    A moyen terme, des marques vont sûrement disparaître mais ce ne sera pas olympus en premier....
    D’une part des tests ont bien démontré la difficulté voire l’impossibilite à voir une différence de qualité entre un m43 et un ff sur un tirage de 60 x 100 , d’autre part encore, de nombreux photographes professionnels utilisent le m43. Ce format, ce n’est pas que le emx d’olympus, ni qu’olympus d’ailleurs. Si panasonic est entré dans le ff, c’est parce que cette firme a vocation audiovisuelle à entrepris des partenariats sans lesquels elle ne se serait’pas Risquée à investir dans le ff.

  • @7
    la qualité d’une image, ce n’est pas seulement des pixels, c’est d’abord la netteté, puis’le rendu des couleurs, etc.

  • @11 : « des tests ont bien démontré la difficulté voire l’impossibilite à voir une différence de qualité entre un m43 et un ff sur un tirage de 60 x 100 »

    En plein soleil évidemment, mais en faible lumière (là où on fait les belles images, au lever ou coucher du soleil, ou en intérieur avec flash et pied interdit) la taille du capteur joue (= le 6400 ISO est meilleur).

    J’ai eu un Fuji X-T1, je suis passé au Pentax KP car je fais des photos du ciel (il a un mode Astrotracer) : ils ont des capteurs APS plus grands que le M4/3, et c’est limlite. Avec un 24X36 (Canon 6D, pas cher car "ancien") c’est meilleur.

    Exemples de photos format APS dans mes livres : www.tmso-multimedia.com

  • A11 un capteur plus grand sera Toujours meilleur c’est physique un capteur moyen format est meilleur qu’un ff c’est encore physique

  • D’habitude les débats avec Eric-P me font ricaner doucement (ils sont bien plus instructifs sur l’âme humaine que sur l’art et la manière de prendre une photo) mais je ne m’en mêle pas (trop oiseux..).
    Mais là, je m’esclaffe !

    Monsieur ’P’ (qui mêle constamment analyse technique et considérations marketing pour arriver à un exercice de voyance) nous écrit ceci à propos du micro 4/3 : "...ce que je ne cesse de répéter depuis 16 ans : Ce format n’est pas pérenne"
    Mais revenons sur Terre, au XXIème siècle : 16 ans, de nos jours, c’est une éternité ! Lorsque Monsieur ’P’ écrivait il y a 16 ans que le micro 4/3 n’était pas pérenne, il se trompait donc lourdement et chaque année qui passera ajoute une année à son palmarès d’erreurs ; en plus, vous savez quoi ? un jour c’est sûr, le micro 4/3 disparaîtra ; comme le viseur optique ; comme le capteur CMOS.... parce que rien n’est jamais absolument "pérenne".

    NB- je n’ai rien ni pour ni contre telle ou telle marque d’appareil, ou taille de capteur : j’ai un Olympus Pen-F, un Fuji X100, un Nikon D800 et je lorgne avec hésitation, selon les jours, sur un .... Fuji moyen format, ou un D850, ou un D7, ou même un Fuji XT3 ... Je bouffe à tous les râteliers et je regretterais qu’un seul disparaisse.

  • @Christian B
    On dit souvent que l’amour rend aveugle et quand je vois les Olympussolâtres, j’ai tendance à croire en cette fameuse maxime.
    Quelques rappels des faits historiques :
    - Olympus en est déjà à sa 3ème tentative d’incursion sur le marché "pro" sans parvenir à convaincre (Canikon contrôle le marché pro depuis longtemps et personne n’est parvenu à les déloger de cette niche depuis
    les débuts du reflex (1959). Ils jouaient également sur le poids/encombrement en proposant des optiques "décalées" par rapport à ’offre conventionnelle de Canikon ou sur l’originalité des produits (350/2.8 OM, 250/2, 21/2, premier 24/3.5 shift, optiques macro,etc...) ; très bonnes initiatives...mais la mayonnaise est retombée au moment de la transition MF/AF... :-(

    - Ils ont refait une tentative 2003-2008 en partant sur de mauvaises bases :
    *Reflex alors que Panasonic planchait déjà sur le mirrorless
    *Capteur CCD alors que la messe était dite en faveur des CMOS
    *Format FT alors que le format 24x36 était déjà là (L’EOS 1 Ds a poussé tous les journalistes spécialisés à se prosterner devant le Dieu Canon à l’époque.)
    *Une gamme optique dévelopée spécialement autour des E1/E3/E5.....qui a fini À LA TRAPPE !

    À PART ÇA , LE FT EST TOUT À FAIT PÉRENNE...

    *Le MFT pérenne ???? Ça reste à démontrer, hein ?
    Pour celà, il faudrait qu’Olympus fasse des bénéfices....et ils n’en prennent pas vraiment le chemin.
    Je suppose que vous n’ignorez pas ce qui arrive à une entreprise qui accumule les déficits après un certain temps. Ils ne peuvent même pas espérer gratter sur les coûts en externalisant leur production car c’est ce qu’ils font déjà...

    Le MFT chez Olympus a en réalité MOINS DE 10 ANS...et il présente des signes évidents d’essouflements :

    - Pas de ralliement significatif chez les industriels

    - Pas d’optiques spécifiques issues des indépendants (Les optiques Sigma/Tamron adaptables sont en réalité des optiques bricolées à partir du format APSC ) et les rares optiques issues de Cosina peinent à convaincre.

    - Désertion en catimini de Panasonic qui prétend continuer à soutenir les 2 formats (Une hérésie industrielle)

    - Rythme de sortie des nouveautés optiques clairement à la baisse :
    PAS UNE SEULE NOUVEAUTÉ OPTIQUE DEPUIS PLUS D’UN AN... ET UNE PROMESSE DE NOUVEAUTÉ
    EN 2020 (On nous promet un 150-400/4.5 MZD "Pro").

    Tout celà n’est pas de nature à rassurer les investisseurs qui préfèreront investir ailleurs...

    À part ça, il est toujours permis de rêver : Il y a 10 ans, on me jurait, main sur le coeur, que la coexistence pacifique des formats était possible !

    Au jour d’aujourd’hui, ce que je vois , c’est que le format 1/2.3" (auquel Pentax fait semblant de croire) ne marche pas, le format 1" (Nikon Nain Samsung micro NX) a disparu, l’APSC a subi de sérieux revers (Disparition de Samsung, Pas de miracle chez Fuji ),
    L’APS-H n’a JAMAIS connu de développement sérieux (Canon et Leica l’ont abandonné et Sigma s’en débarassera une fois qu’il aura son Fovéon 24x36).
    Quant aux formats mini MF (Leica S, Pentax 645Z, Fuji ), ils sont marginaux et TROP PROCHES du 24x36 pour convaincre...

    PS : Moi aussi je suis multimarque : J’ai même offert un E-410 à ma femme ! Mais tout le monde n’a pas les moyens de se disperser et la réalité économique fnit par s’imposer.
    Il suffit de regarder le cimetière des industriels qui se sont déjà plantés depuis les débuts du numérique :
    Kyocera-Contax
    Konica-Minolta
    Samsung
    ...

  • @7
    Ai-je dit le contraire ?
    Effectivement,la qualité des images,
    ce sont les pixels, le rendu des couleurs, la dynamique, le rendement dans les hauts isos, la PDC,...
    Tout celà a déjà été laaaaargement commenté sur le site DxO qui confirme la suprématie du FF....

    Le problème, c’est que l’amour des p’tits hommes bleus pour Olympus les aveugle !
    Ils se contentent d’avancer des arguments spécieux tout en ignorant superbement les faiblesses du format MFT.
    C’est bien connu : Il n’est pire sourd que celui qui ne veut pas entendre !

  • @12
    la qualité d’une image, ce n’est pas seulement des pixels, c’est d’abord la netteté, puis’le rendu des couleurs, etc.

    Ah bon ? même pas. La qualité d’une image, c’est d’abord ce qu’elle raconte. La plupart des photos que l’on trouve dans les musées de la photo ont été réalisées avec des cul de bouteilles. Au delà de ce qu’elle montre, la qualité d’une image, c’est l’ensemble des choses qui accrochent l’oeil : composition, gestion de la lumière, transition des flous,... tout ce qui contribue à créer l’image. Mettre la netteté en premier, c’est, au mieux, céder aux sirènes du marketing...sauf, peut-être, pour les proctologues...

  • @11
    Effectivement, le FF à 1000 € n’est toujours pas là !
    Toutefois, comme vous l’avez vous-même souligné, il y a des FF bradés autour de 1000 €
    et pas seulement le A7. Il y a le 6D, Nikon a dû faire des offres dans le même genre...

    Vous devez néanmoins reconnaître que l’époque se prête mal à la démocratisation du FF :

    - Le marché global des reflex/mirrorless est morose ce qui n’incite guère les industriels à investir vers le tout FF.

    - Vous aurez également noté comme moi la remontée des tarifs dans le secteur pro /semipro, que ce soit pour le format APSC ou le MFT.

    En particulier, le tarif de l’E-M1X par rapport à l’E-M1 Mk II a pris +50% en 28 mois...et ce n’est pas dû au renchérissement du Yen par rapport à l’€...

    Malgré tout, les industriels s’orientent tous vers le FF comme par hasard (même les Russes !) et les autres formats sont peu à peu désertés :

    *L’année 2018 a vu toute une pléthore de nouveautés optiques en FF pro

    *2 optiques "pro" en APSC

    *1 SEULE optique "pro" en MFT...

    Je persiste également à dire que les tarifs des boîtiers APSC "pro" / "semi-pro" sont délirants par rapport au
    prix du capteur qu’ils embarquent :

    1700 € un G9 équipé d’un capteur qui ne coûte sans doute pas plus de 50 $, c’est cher !
    1500 € un XT-3 équipé d’un APSC, c’est tout de même cher pour un capteur à 100 $

    Bien sûr, vous me direz qu’un Nikon Z6 est 50% plus cher...

    Pour autant, la situation en faveur du FF peut progresser si les ventes repartent, si les entreprises dégagent des bénéfices (Ce n’est malheureusement pas le cas actuellement ) ce qui permettrait de relancer les investissements en faveur de capteurs CMOS moins chers.
    On ne sait jamais, une bonne surprise pourrait venir du duo Fuji/Panasonic qui nous promettent un capteur
    hybride Si/org à moins qu’une startup américaine ou asiatique ne trouve une idée géniale pour remplacer le silicium par un autre semiconducteur "cheap" (Pérovskite ?).

  • @12
    Ouf ! merci, ça relève le niveau du débat et de la photographie ;)

  • Toujours aussi prolixe le monsieur .
    Approximatif, confus et fatiguant.
    Arretez le !

  • Juste quelques points pour calmer (?) ce débat...
    1) le marché pro du reportage et du sport rapide est actuellement calé sur 20 Mpxl ce qui correspond à une vieille norme d’agence du début du numérique "on veut des A3 à 300 dpi"...donc la double magazine en qualité maxi pour une trame offset 150.

    2) en cherchant un peu pour trouverez du reportage de guerre chez Magnum shooté en Olympus mft

    3) l’argument d’Eric P selon lequel c’est une hérésie industrielle de développer plusieurs formats vise à critiquer Panasonic, que dire de Canon qui fait des grosses ventes sur trois formats (FF, APS et 1 pouce). On pourrait aussi dire que Mercedes se disperse en vendant des Smart, des classes A, des classes S...et des moteurs de Formule 1.

    4) plus le capteur est petit, plus la profondeur de champ est grande à cadrage équivalent, il est plus facile de piloter rapidement l’autofocus avec un objectif de courte focale donc ce n’est une hérésie de développer un boîtier sport en petit capteur

    5) le FF de course restera bien sûr bien meilleur si on photographie en très faible lumière, non pour les performances d’AF "en soi" mais pour le rendement du capteur au délà de 3200 ISO

  • On ne débat pas avec Eric-p, on subit ses élucubrations en désordre dans le calme ou pas...
    En tout cas, merci JMS d’avoir apporté un peu de précision, un peu de contradiction, un peu de bon sens.
    Ouf !

  • Mon cher JMS,
    1) vous enfoncez une porte ouverte ;)
    2) n’importe quel format peut être utilisé si tant est qu’il y est une info comme l’évoque @19 ;)
    3) à propos des babillages de PP, il y a longtemps que les lecteurs se sont fait leur opinion ;
    4) sauf qu’en sport et animalier, ce ne sont pas vraiments les courtes focales qu’on utilise ;
    5) avec le FF utilisé en lumières difficiles on est d’accord mais il faut tout de même noter que les derniers capteurs Fuji ne sont pas à mettre au placard (rapport qualité/prix/poids/encombrement/ergonomie/menu).

  • 1 kilo boîtier nu pour du 13x18 mm... soit, selon les lois de la physique, un équivalent 8 kilos pour un capteur FF...
    A quand le téléphone de 2,5 kilos avec petit (pour la profondeur de champ) capteur 20 Mpx et focale équiv 400 mm, cap sur l’ Eurovision ?
    Remarque : le marché pro du reportage et du sport rapide, ça pèse combien (en % cette fois, pas en kilogrammes !) dans le marché des appareils photo, hors reflex dits "d’entrée de gamme" ???

  • Cher JMS

    Merci d’intervenir sur ce débat et de souligner nos désaccords apparents.

    Contrairement à ce que vous dites, Canon ne se disperse pas tant que ça !

    Canon n’a jamais fait de boîtier à optiques interchangeables au format 1".
    Il s’est concentré sur le format 24x36 et l’APSC, un APSC MAISON bien entendu (histoire de mettre des bâtons dans les roues à qui vous savez.).
    Et encore, en APSC, Canon se contente du "service minimum" avec une gamme famélique, que ce soit en reflex ou en mirrorless (alors que l’APSC est censé représenter le gros des ventes).
    Pas d’optique L en APSC en particulier.

    Pour ce qui est des autres marques, AUCUNE n’est jamais parvenue à maintenir durablement 2 formats INDÉPENDANTS.

    La coexistence "pacifique" APSC/ 24x36 est en réalité due à la symbiose (Nikon et Canon se partagent la même monture en reflex.).

    *Nikon et son système "1" ? Ils ont fait faillite ! Faut-il le rappeler ?

    *Samsung (format NX + micro NX ) => LA FAILLITE GÉNÉRALE !

    *Pentax et son format "Q" ? On peut dire qu’il est moribond (dévoré par les compacts 1")

    Et les Canon EF-M alors ??? Eh bien je n’y crois pas non plus !
    En apparence, le système fonctionne (Nº1 des ventes au Japon) mais j’affirme haut et fort ici que c’est un succès de circonstances
    (Déboires de Sony avec ses optiques "E", engagement timoré de Nikon en mirrorless et son système "1", tarifs chez Pana/Oly,etc...).
    D’ailleurs, la gamme EF-M se développe au ralenti.
    C’est dire si Canon y croit !
    Faut vraiment que les autres soient mauvais pour que Canon puisse s’imposer sur ce segment de marché...

    Pour l’instant, Canon bénéficie surtout de l’effet nouveauté ....ainsi que de son image de marque en reflex pour encourager une partie de sa clientèle à investir sur le fameux "format complémentaire".
    Sur la durée, je ne pense pas qu’ils puissent tenir la distance.
    Il suffirait par exemple qu’un concurrent de Canon sorte 2-3 bridges au format APSC pour torpiller ce format
    (ce qu’a réussi Sony sur le Nikon "1").

    Sony s’est contenté de garder LA MÊME MONTURE pour ses optiques "E" et "FE" malgré les critiques de cerrtains spécialistes...tout en faisant "hara-Kiri" sur sa gamme reflex (SLR transformés en SLT).

    Mon pronostic, c’est que Canikon feront plus ou moins la même chose par la force des choses : Entretenir 2 gammes optiques "pro", ça coûte trop cher !
    Donc les reflex vont trinquer !
    Pour ce qui est de Panasonic, je me répète : ils ne pourront pas développer 2 gammes "pro" (même en faisant appel à la sous-traitance pour le développement de leur gamme optique 24x36 ) en continuant à perdre de l’argent. Il va forcément arriver un moment où Panasonic se fera "recadrer" par ses investisseurs...

  • « Babillage » a dit 25, moi je rajoute « pathétique ».
    Prions pour lui !
    Pas trop fort tout de même, il serait capable de se prendre pour Dieu...

  • @JMS

    "4) plus le capteur est petit, plus la profondeur de champ est grande à cadrage équivalent, il est plus facile de piloter rapidement l’autofocus avec un objectif de courte focale donc ce n’est une hérésie de développer un boîtier sport en petit capteur "

    Celle là, je l’encadre !
    Et je tâcherai de la montrer à vos amis nikonistes pour la peine !

    La capacité à faire rapidement le point dépend à la fois des performances du système AF....mais aussi des optiques !
    La meilleure preuve, c’est que les photographes animaliers préfèrent embarquer (malgré le poids !) des
    gros télés f/2.8 car ils trouvent les f/4 "un peu mous" en suivi AF lors des rafales....

    La dernière fois qu’une midinette a essayé de photographier une soucoupe volante de nuit, au dessus de son jardin, avec son compact numérique, (Comté de Bucks, 2006 USA =>Youtube ) elle a obtenu des résultats désastreux !
    Si cette femme avait eu un reflex à ce moment là, ...elle aurait fait fortune !

    Je vous invite à refaire le test comparatif Sony A9 Vs Olympus E-M1X équipés de focales équivalentes avec une ouverture identique et le Sony sera devant(Au hasard 200/2.8 Leica DG Vs 400/2.8 GM Sony ).
    (Pour ce qui est des soucoupes volantes, il paraît qu’on en trouve du côté de la zone 51 ou bien en Norvège
    du côté d’Hessdalen où les martiens possèderaient une base secrète.)
    En cas de succès,n’oubliez pas de publier les résultats sur LMDP : Les ventes du journal ne manqueront pas d’exploser !

  • Eric-p : « Encourager des primo-acquéreurs à casser leur tirelire pour un système Olympus serait sans doute leur donner un mauvais conseil. »

    C’est le moins qu’on puisse ! Ce produit est une erreur marketing MONUMENTALE.
    Mais c’est un bête problème de timing : cet APN arrive en même temps que la trahison de Panasonic.

    Panasonic FF : avenir (tout comme les Canon R/RP... , Nikon Z6/Z7...)
    Olympus MFT : passé (tout comme les reflex Canon, Nikon...)

  • @29, cad. Eric p qui raconte des cracks !
    OUI JMS à raison, il dit qu’a Cadrage identique le petit capteur procure une grande PdC, tandis que le 24x36 moins de PdC, le MF sèche davantage encore la zone de netteté.
    Ceci est l’evidence révélée d’une pratique régulière et non une pseudo théorie déformée à la Eric p.
    Vous ne devez rien comprendre à ce qui est écrit, en tout cas votre connaissance de base se noie dans la confusion d’un bavardage oiseux.
    Faites gaffes mesdames, messieurs cette personne raconte des conneries, c’est lui qu’il faut encadrer...On va bien rigoler au Club, mouarff !.. ( :>)))

  • Les opposants à Eric p vous êtes ridicule vous n’apporter rien sinon la pagaille

  • Non Gabriel, si vous êtes un bon photographe et averti du sujet vous constaterez aisément que JMS à raison, d’ailleurs sa réputation d’expert est largement partagée sans devoir en dire plus. Ceux qui le soutiennent ne mettent pas la pagaille, mais c’est un certain p qui veut toujours avoir raison bien connu pour son sectarisme...
    j’espere que vous ne cautionnez pas l’indéfendable ?

  • JMS et EP ont tort tous les deux :
    1. ce sont des photographes du dimanche ;
    2. ils veulent toujours avoir raison, l’un avec des briques et l’autre avec des chiffres.
    Qu’est-ce qu’on se marre ici :)

  • @34 :
    Sauf que le premier n’a plus rien à prouver avec ses écrits,
    quand le second n’arrive à toujours à rien du tout avec les siens !
    eric-p nous manquait tellement, tiens...

  • "d’ailleurs sa réputation d’expert est largement partagée sans devoir en dire plus"
    "Sauf que le premier n’a plus rien à prouver avec ses écrits"
    Bien dit, y a plus besoin de réfléchir, suffit d’apprendre par coeur et de répéter !

  • Un expert serait parmi nous...
    Dites les bisounours, il faut redescendre sur terre :)

  • Entre 37 qui dit que nous n’avons plus besoin de réfléchir et 38 que nous sommes en altitude je vois mal l’aterrissage...Un peu de calme, de bon sens retrouvé et tout ira bien, à moins que certains jouissent du buzz en réhabilitant l’ecrivain de pacotille devenu muet car sonné dans les cordes ?
    Belle continuation.

  • Pour les malcomprenants : je tenais à souligner le ridicule de l’ "argumentation" de 33 et 35 ; penez vos sonotones si nécessaire !

  • Si on revenait au fond de l’affaire ?
    J’ai écrit et je persiste et signe qu’il est plus facile à technologie égale de développer un autofocus efficace si pour un cadrage donné et à ouverture égale la focale de l’optique est plus courte du fait de la taille du capteur donc la profondeur de champ est un peu plus grande. Reste que cela s’évalue aussi à même taille de tirage et que si l’on vise les très grands agrandissements un MTF de 20 Mpxl seulement sera moins à l’aise de toute façon qu’un FF de 42 à 50 Mpxl ou qu’un MF de 50 à 100 Mpxl...

    PS : je crois me souvenir que le premier AF Phase capteur qui fonctionnait très bien figurait sur un Aptina destiné au Nikon One lequel avait un coeff de cadrage 2,7 tel qu’un zoom 30- 110 mm cadrait comme un 80-300 mm ...ce qui facilitait beaucoup les choses il y a 8 ans au début de cette technologie

  • Le fond de l’affaire ? Mais ce ne sont que des élucubrations de technophiles ! Voilà le vrai fond de l’affaire : confondre technique et art photographique.

  • @42
    Petit problème, nous sommes là dans les commentaires d’un article technique. Laquelle peut s’appuyer sur des grandeurs mesurables, alors que l’art est un tout autre domaine où la grandeur mesurable est le prix dans les galeries d’art, mais où l’émotion ressentie ne se mesure ni par la technique ni par le marché.

  • "il est plus facile de piloter rapidement l’autofocus avec un objectif de courte focale donc ce n’est une hérésie de développer un boîtier sport en petit capteur"

    Courte focale ne rime pas vraiment avec sport et animalier.

  • @44
    300 mm en MFT est plus courte focale que 600 mm en FF....mais aussi un 200 mm Leica à 2500 € est moins onéreux qu’un 400 2.8 à 10 000 €...maintenant avant essai je n’écris pas que l’Olympus a réussi totalement son autofocus, je dis juste que c’est plus facile à développer quand la pdc est plus large !

  • D’accord mais pour moi un 300mm ne sera jamais une courte focale

  • Enfin, bref, je trouve que ce constructeur fait des choses innovantes mais je suis très dubitatif.
    Plusieurs fois, j’ai tenté de me convaincre qu’Olympus était fait pour ma main, mon oeil, mon processeur :) et mes exigences de résultats mais à chaque fois j’ai préféré Fuji.
    Maintenant, chacun voit midi à sa porte ;)

  • @19
    d.accord avec vous, j’aurais du préciser : la qualité technique d’un image car évidemment que faisaient les photographes connus il y a dix ou quinze ans avec leurs capteurs de 8 megapixels, pas de moins « bonnes » photos qu’aujourdhui évidemment....

  • @30
    canon n’est pas triste non plus, en enterrant indirectement sa gamme M comme l’a fait remarquer Eric P qui pour une fois à dit qqch de pertinent, puisque les optiques M ne sont compatibles avec rien d’autres que les boîtiers M ... et en pratiquant de nouveau des prix délirants pour ses boîtiers mirrorrless par rapport à ce qu’ils offrent.

  • Chaque fois qu’un boîtier m43 debarque sur le marché, tout le monde s’excite : les uns dénoncent le prix surfait du boîtier, les autres font des calculs ridicules pour essayer de convaincre que finalement les dslr ou autres sont presque aussi compacts que les m43, d’autres encore disent que fuji est le meilleur rapport qualité prix avant de se faire lyncher par ceux qui disent que les capteurs apsc sont pas chers et donc qu’on se fait avoir en achetant de l’apsc. Les Cassandre prévoient la fin du m43 (alors qu’a avis d’autres disparaîtront avant, comme Pentax ) , tout le monde dit qu’il a le meilleur matériel du monde avec SON matériel. Et bien moi, je me,pose une question : tous ceux là font ils vraiment de la photo ? Si oui, leur matériel leur convient il ? Si oui, pq s’enerver sur ceux qui ont envie d’autre chose ? Est ce que je me dispute avec mon voisin qui a une smart (il travaille en ville) alors que moi je ne jure que par mon 4x4, je suis fermier ? Non, et pourquoi, si vous avez trouvé , c’est que vous êtes à la fois pragmatique et lucide, si non, et bien vous continuerez à remplir ces colonnes avec des commentaires vains.

  • Il a l’air très bien cet appareil !

    C’est vrai que le full frame tend à s’imposer comme une norme, mais il existe encore bien des cas ou un capteur "croppé" peut être un avantage, longues focales, taille et prix des objectifs, etc. Et bien pour cela le micro 4/3 fait plus sens que l’APS-C, ainsi un 200mm devient un 400mm et non un "simple" 300mm. Et puis 20 Mpixels sur un capteur micro 4/3, ça fait beaucoup d’infos par mm² de capteur, plus que sur un D810 par exemple.

    Après ces histoires de taille de capteur c’est surtout dans la tête, un peu comme les gens qui ne jurent que par les moteurs atmosphériques ! Une fois la photo éditée et imprimée personne ne pourra deviner quel était la taille du capteur à la prise de vue. Je connais un mec qui photographie au Hasselblad 500cm et parfois avec à l’Iphone 7, et bien sur son compte flickr s’il ne mentionne pas l’appareil utilisé, impossible de dire quelle image est un scan de négatif 120 et quelle autre est issue de son Iphone.

  • Et bien moi je connais un mec, qui connaît un mec, qui connaît un mec...qui ne fait pas de photos mais préfère peindre, car il a dit au mec que ses toiles seront encore visibles dans 100 ans, tandis que les mecs qui ont pris des photos ne pluront plus les regarder car les mecs ne pluront plus les ouvrir parce que les raws seront différents dans 100 ans et le nuage sera pollué par d’autres mecs qui demanderont une rançon aux premiers mecs, c’est Weel Bec qui me l’a dit ( :>)))

  • @50
    Mon pauvre ami,
    Votre commentaire est aussi vain que celui des autres !
    C’est ça la démocratie :)
    Que voulez-vous, internet est devenu le bistrot du coion où les gens ne se voit plus mais pour causer ca y va...
    L’avantage, c’est qu’en plus on peut picoler car le lit n’est pas loin :)

  • @Nikolo (m-51)
    Il ne vous faut visiblement pas grand chose pour vous convaincre d’une soi-disant équivalence smartphone/MF ;
    c’est à se demander pourquoi certains fondeurs s’acharnent à développer des capteurs MF pour des boîtiers
    à 40.000 €. Ces amateurs de MF doivent être masos !
    Bien sûr, si je photographie une mouche au i-7, la différence ne sautera pas aux yeux avec une même image
    prise au 500 CM. Le problème, c’est que la comparaison s’arrête là.

    Outre l’aspect "portable" du i-7 (qu’on peut effectivement porter sur soi en permanence ),le plaisir d’utilisation n’a rien à voir (viseur, qualité des optiques, du boîtier, possibilité flash,optiques interchangeables,
    etc....

    Ce n’est pas encore demain la veille que les pros troqueront leur reflex/mirrorless FF pour un i-7 (dans un cadre général of course !).

  • "et (sic) bien sur son compte flickr s’il ne mentionne pas l’appareil utilisé, impossible de dire"
    ...
    si l’auteur de cette profonde pensée confond Flickr et la photo,

  • Tous ces fléaux sociaux, c’est vraiment Bleurrrk !

  • Mon pauvre @54, cet APN n’est pas pour les pro mais il existe simplement pour faire croire aux amateurs fortunées qu’ils ont un appareil pro. Du pur marketing. Olympus n’a guère d’autre issue que cet enfumage.

  • @57
    Il est bien vendu comme boîtier "Pro", c’est là le problème.
    À partir du moment où un fabricant commence à faire de l’enfumage, comme vous dites, pour justifier sa gamme de produits,
    il y a un problème. Et la clientèle, même la plus fortunée, va finir par s’en rendre compte.
    C’est d’ailleurs ce qui est en train de se produire car Olympus perd de l’argent quand Canon continue d’en gagner dans la même période (officiellement).
    C’est tout le problème que je dénonce depuis des années avec Olympus voire Panasonic.

  • D’après ce que je lis il y a beaucoup de commentaires négatif sur ce produit. Je vais vous faire confiance et je vais passer mon chemin. Merci pour vos lanternes.
    Préparateur de biberon

  • @59
    Mefiez vous des commentaires negatifs ici, l’appareil n’est pas encore en vente et les détracteurs s’amusent.
    Faites une prise en main, au pire lisez les prochains tests papier à paraître dans les magazines spécialisés, c’est plus sérieux avec le recul nécessaire permettant d’evaluer les plus et les moins.
    Olympus aux abois, je rigole. Enfin, c’est le point de vue d’une personne informée.

  • Bonjour,
    Cet équipement est intéressant et le prix également. Ici, on a affaire à de la belle et high technologie. Merci pour le partage et l’article de présentation de cet appareil, cela va surement me tenter prochainement.
    Yohan

  • Un bijou, je pense l’acheter pour mon blog voyage. Il correspond à toutes mes attentes et le prix est vraiment abordable !

  • ce site est aussi pas mal il propose de bonnes astuces pour booster vos photos sur instagram pour en savoir plus cliquez ici.

  • Excellent produit ! Qualité de photo de dingue !
    J’ai pu facilement prendre des photos du mes buis lorsque qu’il ont été ravager par la pyrale du buis.
    Heureusement j’ai su trouver un traitement pour lutter contre la pyrale du buis.

    Antoine

  • Les photos des schémas sont très bien faites. Un peu déçu de voir quand même que la résolution n’ai pas augmenté mais je voulais surtout savoir, si ce nouveau capteur gyroscopique avait réellement un intérêt au final ?
    _Merci
    Isabelle