Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Olympus Pen E-PL5 et E-PM2 : les cousins de l’OM-D

17/09/2012 | LAURENT KATZ

L’hybride OM-D E-M5 a surpris et séduit. Pour cette fin d’année, Olympus fait un copier/coller de son capteur pour l’introduire dans les successeurs des E-PM1 et E-PL3, respectivement chargés d’occuper les créneaux de l’entrée et de la moyenne gamme du Micro 4/3.

Les héritiers

Les deux appareils ne sont pas des jumeaux si l’on s’en tient à l’aspect extérieur. L’E-PL5 se distingue par une paire de touches dorsales supplémentaires et par un barillet pour choisir directement le mode d’exposition. Et aussi par un afficheur LCD orientable, qui de mon point de vue aurait aussi dû l’être sur l’E-PM2, car la mobilité de l’écran devrait être « obligatoire », au minimum dans l’axe vertical. À l’intérieur, c’est du pareil au même.

Le capteur Live Mos de 16 Mpxl n’est plus réservé à l’OM-D E-M5, auquel il apporte autofocus rapide et qualité d’image. Olympus l’introduit dans les deux petits nouveaux que sont les E-PL5 et E-PM2, où bat le processeur TruePic VI. Les rafales passent à 8 im/s, mais il faudra avoir les appareils en main pour voir dans quelles conditions. L’autofocus à 35 collimateurs, bien nommé FAST, offre le mode de suivi AF Tracking 3D pour les sujets en mouvement.

Olympus est restée dans un certain classicisme. Pas d’applications téléchargeables, ou au moins d’effets spéciaux qu’elle a été la première, sinon à introduire, du moins à mettre sur le devant de la scène. Pas de GPS ni de Wi-Fi. Juste la compatibilité FlashAir avec les SD Wi-Fi de Toshiba, qui viennent concurrencer les cartes Eye-Fi (également prises en charge). Olympus en place d’ailleurs une de 8 Go dans la boîte. Une application gratuite pour iOS et Android assure le partage, en cas d’utilisation d’une carte Wi-Fi.

L’E-PM2 (série Mini) gagne un afficheur tactile comme l’E-PL5. Les filtres (12 en tout) sont nombreux, incluant le nouvel effet aquarelle, à l’utilité contestable. Heureusement, le Monochrome granuleux, bien plus intéressant et fréquentable, est resté en place. Les deux hybrides sont enrichis à l’HDR, aux modes Live Bulb et Live Time qui servent à piloter les expositions longues avec un rendu en temps réel à l’écran. Les amateurs de light painting et de feux d’artifice s’en donneront à cœur joie. Et ceux qui veulent enregistrer les phénomènes lents, comme l’éclosion d’une fleur ou le déplacement des nuages, pour regrouper les photos dans une vidéo disposent d’un intervalomètre. Le versant créatif est bien fourni, mais un mode Panorama manque à l’appel.


La vidéo Full HD 1080p est de mise, avec une commande Art Fade pour introduire un fondu entre deux séquences. On retrouve, autre héritage de l’OM-D E-M5 les commandes Écho simple et Écho multiple qui, comme leur nom l’indique maintient des images d’un sujet en mouvement.

Les E-PL5 et E-PM2 seront disponibles avec le transstandard 14-42mm f :3,5-5,6 IIR à partir de novembre, pour respectivement 699 € et 599 €. En fin d’année, un caisson étanche jusqu’à 45 m, le PT-EP10, sera mis en vente pour l’E-PL5. Ce dernier disposant aussi d’un grip interchangeable.

- Le site d’Olympus

Fiche technique E-PL5

  • Capteur : LiveMos 4/3, 17 x 13 mm, 16,9 Mpxl effectifs, format 4/3
  • Définitions : [4/3] 4 608 x 3 456 [16/9] 4 608 x 2 592 [3/2] 4 608 x 3 456 [1/1] 3 456 x 3 456 pixels
  • Vidéo : 1080p (30 im/s, H264)
  • Stabilisateur : Mécanique en photo (3 IL), électronique en vidéo
  • Nettoyage du capteur : Oui
  • Protection du boîtier : -
  • Wi-Fi : -
  • GPS : -
  • Sensibilité : 200-25 600 Iso
  • Bracketing sensibilité : Oui
  • Formats de fichiers : Jpeg, Raw (ORF, 12 bits), MOV et AVI (vidéo), MPO (3D)
  • Espace de couleurs : AdobeRGB, sRVB
  • Monture : Micro 4/3
  • Coefficient multiplicateur : 2x
  • Mise au point auto. : TTL détection de contraste
  • Zones de mise au point : 35 ( auto ou manuel), détection de visage, suivi
  • Illuminateur AF : Oui
  • Mise au point  : Automatique, automatique continu, manuelle
  • Mode d’exposition : PASM, modes Scènes, filtres artisitiques, iAuto
  • Mesure de l’exposition : TTL
  • Plage d’exposition : IL 0 à 20
  • Type de mesure : Évaluative multizone (324), pondérée centrale, ponctuelle
  • Histogramme : Visée et consultation
  • Compensation d’exposition : +/-3 IL par 1/3, 1/2 ou 1 IL
  • Bracketing d’exposition : 2,3, 5 vues sur +/- 3 Il (par 1/3, 2/3 ou 1 IL)
  • Vitesse : 1/4 000 à 60 s
  • Vitesse de synchro X : 1/180 s
  • Rafale : 8 im/s (stabilisateur désactivé, 15 Raw, 19 Jpeg)
  • Retardateur : 2 s et 12 s
  • Balance des blancs : Auto, préréglée (7), manuelle (2), K, correction +/-7 sur axes rouge/bleu et vert/magenta
  • Bracketing balance des blancs  : 3 vues sur +/- 2, 4 ou 6 mireds
  • Réglages divers : Contraste, saturation, accentuation, mode N&B (4 filtres et 5 tonalités), gradation tonale, filtre bruit, filtres artistiques
  • Prise flash : Griffe
  • Contrôle du flash : TTL Auto, Auto, Manuel, FP TTL Auto, FP Manuel, TTL sans fil
  • Flash intégré : Amovible NG 10 (200 Iso)
  • Compensation d’exposition au flash : +/-3 IL par 1/3, 1/2 ou 1 IL
  • Flash sans fil : Oui
  • Visée : Opt. (viseur électronique LCD 1,44 Mpxl )
  • Moniteur : LCD tactile inclinable (3 pouces/460 kpts)
  • Ecran LCD de contrôle : -
  • Visée sur le LCD : Prévisualisation de l’exposition, grille de composition, loupe, histogramme
  • Affichage en lecture : 2x-14x, index (4, 9, 25 ou 100), accès calendaire, diaporama, hautes/basses lumières
  • Stockage : SD.SDHC, SDXC, Eye-Fi, FlashAir
  • Interfaces : Hi-speed USB/AV vidéo, mini HDMI, multiconnecteur pour accessoire
  • Configurations utilisateur : 4
  • Touches personnalisables : nc
  • Divers : Surimpression, conversion Raw, zoom 2x en vidéo
  • Télécommande : -
  • Logiciels : Olympus Viewer 2, iB
  • Accessoires fournis : Accu et chargeur/adaptateur secteur, bandoulière, 1 câble USB, 1 câble vidéo
  • Alimentation : Accu Li-Ion
  • Dimensions : 110,5 x 63,7 x 38,2 mm
  • Poids : 325 g (SD et accu)

Fiche technique E-PM2

  • Capteur : LiveMos 4/3, 17 x 13 mm, 16,9 Mpxl effectifs, format 4/3
  • Format : 4/3, compatible 3/2,16/9, 1/1 et 3/4
  • Définitions : [4/3] 4 608 x 3 456 [16/9] 4 608 x 2 592 [3/2] 4 608 x 3 456 [1/1] 3 456 x 3 456 pixels
  • Vidéo : 1080p (30 im/s, H264)
  • Stabilisateur : Mécanique en photo (3 IL), électronique en vidéo
  • Nettoyage du capteur : Oui
  • Protection du boîtier : -
  • Wi-Fi : -
  • GPS : -
  • Sensibilité : 200-25 600 Iso
  • Bracketing sensibilité : Oui
  • Formats de fichiers : Jpeg, Raw (ORF, 12 bits), AVI (vidéo), MPO (3D)
  • Espace de couleurs : AdobeRGB, sRVB
  • Monture : Micro 4/3
  • Coefficient multiplicateur : 2x
  • Mise au point auto. : TTL détection de contraste
  • Zones de mise au point : 35 ( auto ou manuel), détection de visage, suivi
  • Illuminateur AF : Oui
  • Mise au point  : Automatique, automatique continu, manuelle
  • Mode d’exposition : PASM, modes Scènes, filtres artisitiques, iAuto
  • Mesure de l’exposition : TTL
  • Plage d’exposition : IL 0 à 20
  • Type de mesure : Évaluative multizone (324), pondérée centrale, ponctuelle
  • Histogramme : Visée et consultation
  • Compensation d’exposition : +/-3 IL par 1/3, 1/2 ou 1 IL
  • Bracketing d’exposition : 2,3, 5 vues sur +/- 3 Il (par 1/3, 2/3 ou 1 IL)
  • Vitesse : 1/4 000 à 60 s
  • Vitesse de synchro X : 1/180 s
  • Rafale : 3 im/s (10 Raw, selon carte en Jpeg)
  • Retardateur : 2 s et 12 s
  • Balance des blancs : Auto, préréglée (7), manuelle (2), K, correction +/-7 sur axes rouge/bleu et vert/magenta
  • Bracketing balance des blancs  : 3 vues sur +/- 2, 4 ou 6 mireds
  • Réglages divers : Contraste, saturation, accentuation, mode N&B (4 filtres et 5 tonalités), gradation tonale, filtre bruit, filtres artistiques
  • Prise flash : Griffe
  • Contrôle du flash : TTL Auto, Auto, Manuel, FP TTL Auto, FP Manuel, TTL sans fil
  • Flash intégré : Amovible NG 10 (200 Is)
  • Compensation d’exposition au flash : +/-3 IL par 1/3, 1/2 ou 1 IL
  • Flash sans fil : Oui
  • Visée : Opt. (viseur électronique LCD 1,44 Mpxl )
  • Moniteur : LCD tactile (3 pouces/460 kpts)
  • Ecran LCD de contrôle : -
  • Visée sur le LCD : Prévisualisation de l’exposition, grille de composition, loupe, histogramme
  • Affichage en lecture : 2x-14x, index (4, 9, 16, 25, 49 ou 100), accès calendaire, diaporama, hautes/basses lumières
  • Stockage : SD.SDHC, SDXC, Eye-Fi, FlashAir
  • Interfaces : Hi-speed USB/AV vidéo, mini HDMI, multiconnecteur pour accessoire
  • Configurations utilisateur : 4
  • Touches personnalisables : nc
  • Divers : Surimpression, conversion Raw
  • Télécommande : -
  • Logiciels : Olympus Viewer 2, iB
  • Accessoires fournis : Accu et chargeur/adaptateur secteur, bandoulière, 1 câble USB, 1 câble vidéo
  • Alimentation : Accu Li-Ion
  • Dimensions : 109,8 x 64,2 x 33,8 mm
  • Poids : 269 g (SD et accu)

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages

  • Bonjours
    Je peux dire quelque chose ?
    Je me lance : essai tenté et raté !
    Je m’explique : quoi qu’en pensent les adversaires irréductibles du viseur électronique, il en a un pas si mal que ça au catalogue Olympus (VF2), qu’il aurait été assez simple d’intégrer, en gardant même au prix de quelques millimètres d’encombrement,la fonction de pivotement dans le plan vertical dans le coin supérieur gauche (géométrie des NEX). Cela aurait été un appareil à l’ergonomie remarquable, mais bon, on va attendre....

    • Et oui
      il existe déjà : OM-D 5
      Donc difficile pour le positionnement d’Olympus de proposer un produit équivalant à un pris plus bas
      ppb

    • la vocation des epl surtout l’epm, c’est d’être le plus compact possible, l’epm s’appelle d’ailleurs "mini". voilà la réponse. Ces boîtiers vise un public amateur qui veut un compact avec un capteur de meilleure qualité et une plus grande polyvalence, donc pas de viseur, c’est cohérent. Comme quelqu’un l’a dit, si vous voulez un viseur intégré, il faut s’orienter vers l’em5. Je trouve que c’est une solution intelligente de chez Olympus que de laisser le choix d’autant que les viseurs sont compatibles avec tous leurs appareils contrairement à Panasonic qui s’évertue à changer les caractéristiques de leurs accessoires à chaque nouveau modèle, y compris les batteries, obligeant ainsi à chaque fois, le consommateur à racheter toute la panoplie...

Ulule Lemondedelaphoto
CEWE