Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Olympus : sur le front des objectifs Micro 4/3

17/09/2012 | LAURENT KATZ

Alors que Panasonic étend sa gamme d’optiques Micro 4/3 avec des zooms lumineux (f/2,8), Olympus privilégie, pour l’instant, les focales fixes. Parfait pour l’usager du Micro 4/3 qui dispose d’une offre encore plus diversifiée.

Plus plat qu’un pancake

Il y a les pancakes, des optiques plus ou moins plates. Il faudra maintenant compter avec les objectifs capuchons, plus proche du bouchon protecteur d’une lentille avant que de l’objectif lui-même. Pourtant, ce 15 mm (30 mm eq. 24 x 36) comporte bien trois lentilles et offre un aspect spectaculaire à tout hybride Micro 4/3, comme peut l’être le pancake Pentax 40 mm Limited.

À ce niveau de compacité, il y a des compromis. Ici, l’ouverture est fixe (f/8) et la mise au point figée sur l’infini, ce qui vu la profondeur de champ offre une netteté sur la plage allant de un mètre à l’infini. Un petit commutateur offre néanmoins un réglage sur 30 cm. L’optique est attendue pour 79 € en octobre.

Fiche technique

  • Prix : 79 €
  • Type : grand-angle
  • Focale : 28 mm (42 mm, éq. APS-C)
  • Monture : Micro 4/3
  • Formule optique : 3 éléments en 3 groupes
  • Protection : -
  • Bague de mise au point : -
  • Motorisation : -
  • Stabilisation : -
  • Ouverture maximale : f/8
  • Ouverture minimale : f/8
  • Diaphragme : iris circulaire
  • Distance minimale de mise au point : 30 cm
  • Grandissement : 0,12x
  • Accessoires : -
  • Diamètre du filtre : -
  • Dimensions (L x ø)  : 56 x 9 mm
  • Poids : 22 g

Le 60 mm Macro arrive

On en a entendu parler depuis des mois et c’est en octobre que cette optique macro ambitieuse arrive pour 599 €. Le M.Zuiko Digital ED 60mm f/2,8, dont l’imposant pare-soleil n’est pas fourni en standard, descend à 19 cm pour assurer le rapport 1:1. Un curseur module le fonctionnement de l’autofocus qui ne se perdra pas à chercher un sujet au loin quand il ne s’agit que de photographier un insecte vagabond. Un curseur en limite donc les plages : 40 cm - ∞, 19 cm - ∞ et 19-40 cm.

La fabrication est « tropicalisée », ce terme désignant la protection contre l’humidité, les poussières et les projections d’eau. La formule optique est sophistiquée, usant de nombreux éléments en verre à faible dispersion de différentes natures (ED, HR et E-HR). Les lentilles bénéficient du traitement multicouche Olympus, le ZERO (Zuiko Extra-low Reflection Optical).

Une bague adaptatrice FR-2, optionnelle, assure le montage des flashs macro annulaire RF-11 et double tête TF-22.

Fiche technique

  • Type : télé macro
  • Focale : 60 mm (120 mm, éq. APS-C)
  • Monture : Micro 4/3
  • Formule optique : 13 éléments (1 ED, 2 HR, 1 E-HR) en 10 groupes, traitement ZERO
  • Protection : projection d’eau et poussières
  • Bague de mise au point : oui
  • Motorisation : oui (MSC)
  • Stabilisation : -
  • Ouverture maximale : f/2,8
  • Ouverture minimale : f/22
  • Diaphragme : 7 lamelles
  • Distance minimale de mise au point : 19 cm
  • Grandissement : 2x (éq. 24 x 36)
  • Accessoires : pare-soleil LH-49 (opt.)
  • Diamètre du filtre : 67 mm
  • Dimensions (L x ø)  : 82 x 56 mm
  • Poids : 186 g

Du noir pour le 12 mm

Ce grand-angle 12 mm on le connaît bien et on l’apprécie, tant pour sa qualité que pour sa bague mécanique des distances avec échelle de profondeur de champ (une rareté dans l’univers des hybrides !). Et ne voilà-t-il pas qu’Olympus nous fait le coup de l’objet en série limitée, donc plus onéreux, quand certains n’attendent qu’un changement de finition pour harmoniser l’aspect de leur objectif avec celui de l’appareil photo.

Il en coutera donc 999 € pour se procurer le M.Zuiko Digital ED 12 mm f/2 Black Edition. Livré pour une fois avec son pare-soleil (quand la version silver à 799 € en est démunie). Et il faudra faire vite, car la France ne bénéficiera que de quelques dizaines d’exemplaire.

Fiche technique

  • Type : grand-angle
  • Focale : 12 mm (24 mm, éq. APS-C)
  • Monture : Micro 4/3
  • Formule optique : 11 éléments (1 DSA, 1 asphéri, traitement Nanocristal
  • Protection : -
  • Bague de mise au point : oui
  • Motorisation : oui (MSC)
  • Stabilisation : -
  • Ouverture maximale : f/2
  • Ouverture minimale : f/22
  • Diaphragme : 7 lamelles
  • Distance minimale de mise au point : 20 cm
  • Accessoires : pare-soleil (opt.)
  • Diamètre du filtre : 46 mm
  • Dimensions (L x ø)  : 56 x 43 mm
  • Poids : 130 g

Un 17 mm en devenir

Pour celui-là, il n’y a ni fiche, ni prix, ni date, ni photo. Olympus présente ce M.Zuiko Digital ED 17 mm f/1,8 comme une optique ambitieuse. Qui disposera d’une bague de mise au point commutable, avec échelle des distances. On n’en sait pas plus, si ce n’est qu’il intégrera la motorisation MSC pour l’autofocus.

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages

  • La comparaison avec le 40 mm Pentax me semble inadéquate. En effet, l’optique olympus est un vrai 30 mm (eq. 24x36) tandis que le 40 pentax ne peut actuellement etre monte que sur des boitiers apsc et devient donc approx. un 60 mm. Par conséquent, si en théorie un 40 mm ultra plat est bien un pancake, en pratique, il ne peut remplir son role sur les boitiers Pentax actuels. On peut donc dire que Pentax ne possède PAS a l’heure actuelle de pancake, cet objectif etant par définition un léger grand angle ultra plat.

    • C’est votre définition du "pancake", et je ne vois pas très bien d’où vient l’obligation que ce soit un "léger grand-angle" ultra-plat...
      Pour ma part, je pense que cette dénomination peut s’appliquer à tout objectif très plat.

    • Votre remarque sur le Pentax 40mm me semble inadéquate :-)
      Je rejoins M. Savio : C’est en effet un pancake : un objectif plat.

      Le mot pancake ne revoit qu’a l’idée de petite taille, de compacité. On peu retrouver des objectifs dit Pancake de 15mm à 77mm chez Pentax (15, 21, 31, 40, 43, 70 et 77) ou en m4/3. Et 70mm que ce soit en plein format qu’en APS-c ca reste dans tout les cas un télé.

      Et d’ailleurs, ce Pentax 40 couvre le plein format et ce dès la pleine ouverture. Et c’est mes pelloches qui me le disent !

      Donc bref : un pancake c’est un objectif fin, et juste un objectif fin, indépendamment de la focale.

      Pour en revenir au produit Olympus : l’idée est bonne pour cet équivalent 30mm, un poil de fesse plus lumineux aurait pus être judicieux ;-) mais à ce prix là, je ne ferai pas la fine bouche !

    • tout simplement parce qu’on considère que le gain de place la prédestine au reportage et qu’en reportage, on ne photographie pas avec un 60mm mais avec un 30-35mm !

    • deux choses :
      1. ma remarque est surtout justifiée par le fait qu’on compare deux focales tout à fait différentes : un 30 mm et un 40 qui en définitive est un 60 mm car Pentax n’a aucun boîtier FF sur lequel monter ce 40 mm. Le journaliste aurait évoqué le 20 mm pancake pentax s’il y en a un, cela aurait été cohérent mais pas dans ce cas. Il est un peu ridicule de gloser sur les "merveilles" de ce mythique 40mm comme si c’était un concurrent du 35 summicron alors que pour être un 35 mm, il lui faudrait un boîtier FF inexistant à ce jour, voilà ce que je voulais relever.
      2. mais je ne suis pas intégriste, si cela vous fait plaisir de voir des pancakes partout, c’est ok pour moi, sauf que les optiques telles que les 20 mm (en FF) et les télés, c’est compliqué de les fabriquer en pancakes comme le 40 pentax ou l’olympus, reconnaissez le, on est plutôt dans la compacité que dans le pancake ! Pancake, c’est ultra-plat, c’est plus que mince, et le terme pancake me semble usurpé par les fabricants tels pentax qui dénomment certaines de leurs optiques "pancake" pour essayer de se démarquer du marché (en vain d’ailleurs), alors qu’elles ne sont "que" compactes, ce qui n’est déjà pas si mal. Cela se fait au détriment de la luminosité contrairement à un 30 mm qu’on parvient encore à rendre plus ou moins lumineux.
      maintenant moi, les pancakes.... j’aime aussi les gâteaux de savoie....

    • C’est rigolo de lire que Pentax ne propose aucun FF. Ce qui est vrai en digital... est faux en argentique sur lequel se monte le 40mm. Ceci dit, j’attends plus un éq. 35mm lumineux qu’un jouet tout plat qui n’ouvre qu’à f/8.

    • je répète : Pentax-Ricoh Imaging Systems ne propose aujourd’hui AUCUN boîtier FF. Le nombre de personnes qui possèdent (et utilisent) encore des Pentax argentiques doivent se compter sur les doigts d’un main. C’est bien malheureux que les fans de Pentax doivent se rabattre sur des boîtiers vieux de plus de trente ans pour monter les optiques dédiées au départ pour du plein format pour bénéficier de la focale réelle......
      Ceci dit, tout à fait d’accord, pour le grand angle lumineux, il semble que Canon ait réussi le pari avec un 40 mm tout à fait exceptionnel aux premières nouvelles (et je suis objectif, je n’ai pas de Canon) !

    • Ce qui est comparé dans l’article, c’est l’aspect spectaculaire (i.e. ultra plat) de ces 2 objectifs, c’est tout.

      Ce qui ressort de votre démonstration, c’est que l’appellation pancake pour un objectif vient du format de la zone sensible... (fort !)
      donc "si" Pentax avait un_boîtier_numérique_au_format_24x36 et que cet objectif soit accepté dessus, alors ce serait un pancake.
      Nikon avait un "45mm f/2.8 P" ultra plat (2001-2006). Si je le monte sur un boitier Nikon avec un capteur APS (c’est possible), ce n’est donc pas un pancake ?

      C’est exactement comme écrire que l’objectif Olympus est un "vrai" 30mm et ajouter derrière (équivalent 24x36)
      Cet objectif est un 15mm, point final.
      Si demain sort un boitier avec la monture ad hoc mais un capteur plus grand ou plus petit, il restera un 15mm, mais son équivalence 24x36 changera.
      — > Non sens.

      Pour information : l’objectif Pentax DA 21MM F/3.2 AL LIMITED (équivalent 35mm sur un capteur 24x36) ressemble franchement à ce que l’on pourrait appeler un pancake... (d’ailleurs, c’est ainsi que le surnomme Pentax). De là à dire que Pentax possède à l’heure actuelle un pancake...
      et comme par hasard, son équivalence dans le format 35mm est 35mm, pile dans la plage de focale que vous annoncez comme faisant parti de la définition des objectifs "pancake"... pas de chance.

    • Vous mélangez tout.
      1. Le 21mm pentax est bien un pancake par ses faibles dimensions
      2. J’ai ecrit qu’il est techniquement quasi impossible de fabriquer un grand angle (a partir du 28 mm FF) a la fois lumineux et ultra compact, idem pour les télés.
      3. J’ai ecrit qu’il etait inadéquat de comparer un 40 mm pentax a un15 mm olympus parce que les DEUX objectifs ramenés a l’aune du plein format sont de focale différente, etant donne que le 40 pentax ne peut etre monte sur un pentax digital plein format, il fait donc sur un pentax apsc 60 mm.
      4. Un 15 mm est un 15 mm : faux. Il n’y a plus d’absolu aujourd’hui avec les différents formats. Un 15 mm olympus, ce n’est pas un 15 mm Nikon FF.
      N’oubliez pas que lorsqu’on parle d’optiques, en particulier dans le MDLP, on ajoute toujours l’équivalent en format 24 x 36. Personnellement, je n’arrive a m’imaginer la vraie focale d’une optique apsc que quand je sais ce qu’elle représente en FF. Imaginez la gymnastique mentale qu’ont du pratiquer les leicaistes quand le m8 est sorti et qu’ils ont passer du M6 au m8.
      5. Je persiste a dire que le concept de "pancake" et de "limited" est une opération de marketing de pentax pour doper les ventes et faire oublier qu’ils n’ont toujours pas de FF. Pentax est une bonne marque et ils ont des optiques décentes mais ils n’ont toujours pas de plein format et c’est cela qui,pose probleme car cela peut freiner l’amateur devant un choix d’équipement, il.préféra peut etre se tourner vers une marque qui,propose les deux formats.

    • et hop, une nouvelle pirouette... maintenant, c’est moi qui mélange :-D
      ça devient risible de lire vos réponses, c’est tellement prévisible.

    • Votre argumentaire est à géométrie variable.

      Je vais donc m’y adapter.

      Vous dites (je reformule) que le Pentax DA 40mm f2,8 n’est pas un vrai Pancake car une fois monté sur APS-C il représente un équivalent 60mm en 24x36.

      Savez vous que ce 40mm n’est rien d’autre qu’un objectif pré-éxistant auquel on a ajouter le mécanisme d’AF et un traitement des verres plus adapté au numérique. Autrement dit, il existe un autre 40mm : le Pentax M 40mm f2,8 ! Qui fut en production de 1976 à 1984. A l’époque ou le format standard était ...(oh merde !) le 24x36 !!
      Donc, ce 40 (qui est somme toute très épais avec ses 1,5cm de haut) a bien été crée pour le 24x36, quoi que vous pensiez.

      Pour continuer sur le point Pancake, Pentax produit un

      15mm /4 de 3,9cm de haut
      21mm /3,2 de 2,5cm de haut
      40mm /2,8 de 1,5cm de haut (celui de 1976 faisait 1,8cm de haut)
      70mm /2,4 de 2,6cm de haut.

      Prenez une règle, regardez par vous même et dites nous après si vous croyez toujours que 2,6cm de haut pour faire un 70mm plutôt lumineux, c’est usurper le titre de "Pancake".

      Ensuite, ce n’est pas parce que VOUS n’utilisez pas de boitier argentique que personne n’en utilise. Un certain nombre de boutique dans Paris, dont le fond de commerce est axé sur les pellicules 24x36 et 120/220 ont un commerce florissant. Une preuve que ce commerce, bien que plus petit comparé à ses jours de gloire est encore très dynamique. Kodak à d’ailleurs crée une nouvelle formule pour son Portra 160 en 2010 ou 2011 !

      Pour continuer dans la foulé, les derniers boîtiers argentiques datent des année 2000 (aussi bien chez Canon, avec les dernier EOS, que chez Nikon et même Leica.), et pas des années 1980 comme vous semblez le croire. Regardez un peu l’histoire récente de la photographie, ça risque de vous faire un choc :P

      Enfin, si vous avez besoin de votre échelon, qui semble aussi être votre saint graal, 24x36 pour savoir comment utiliser votre appareil c’est bien triste, et ça dénote (à mon gout) un léger manque de créativité et de folie, dans votre pratique photographique.

      Sachant qu’en 2011, au Japon (Pays ô combien technophile) les ventes de FF digital ont représenté en valeur moins de 2% du marché (et donc encore moins en volume) des reflex (SLT compris, Mirrorless non compris), je pense que l’on peut dire sans trop de risque de très peu de personnes sont concerné par les FF, et les problématiques qui y sont liés.

      Ça affaiblis nettement le coeur de votre argumentaire à mon gout.

      Enfin, juste une question personnelle : A part pour des question de confort de visé, qu’est ce qu’un plein format vous offrirait en plus dans votre pratique photographique quotidienne ? Et est-ce que ce plus, si c’est du confort, vaut à ce point 1,500€ de plus, qu’un APS-C équivalent technologiquement ? Vous devriez y penser, vous, monsieur le grand gouroux du FF.

    • @Aurèle
      je crois qu’on est tous d’accord sur les commentaires de cet individu... anonyme bien entendu.
      Inutile de perdre du temps à argumenter pour contrecarrer ses allégations, de toutes façon il reviendra par le coté en changeant un ou deux mots, en dérivant légèrement du sujet, ou en extrayant le plus lointain sens de son discours pour faire croire qu’il dit vrai.
      Il y a des gens comme ça, qui veulent absolument passer pour compétent mais qui confondent optique et magie :-D
      En bref, c’est n’importe quoi (un troll en langage actuel).

  • Bonjour.
    Après avoir lu l’intégralité du billet et des réponses.
    Je reste pantois quand au débat qui à animé ce billet.
    Petite question : "Est ce qu’une focale fixe comme celle ci peut représenter une entrée dans le monde des focales fixes ? je possede un olympus epl 2 ?
    Merci
    En esperant n’avoir froissé personne.