Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

[PHOTOKINA 2018] L’argentique résiste

02/10/2018 | Jean-Marie Sépulchre

À l’heure du déferlement des hybrides à visée électronique, on a le sentiment que certains stands de la Kina n’ont pas bougé depuis plusieurs années… pourtant les comptoirs qui vendaient des pellicules avec des stocks issus de chez Agfa, par exemple, ne font plus le devant de la scène et qui croire quand Adox annonce construire une usine neuve et exposer trois canisters sur son stand ?

En matière de prise de vues on continue à trouver son bonheur dans la variété, depuis les magnifiques chambres en bois chinoises jusqu’à la résurrection chez Lomography d’une gamme complète de Diana.

JPEG - 161.7 ko
Réédition de choc, Diana était mis en avant chez Lomography. Photo : JMS

Reste que le débutant qui n’a jamais développé un film peut être intéressé par les cuves à chargement plein jour ou les énormes machines à développer…dans un coin sombre il pourra aussi trouver le produit miracle qui lui épargnera tout effort d’apprentissage des combinaisons chimiques.

JPEG - 195.1 ko
Chez Bergger démonstration de machinerie complexe destinée à ceux qui ont peur du noir pour charger leur film dans la cuve. Photo : JMS
JPEG - 173.7 ko
Jobo continue à produire des machines à développer mais aussi des cuves traditionnelles. Photo : JMS

Une fois la cuve choisie on découvre au stand Cinestill (sous la protection de Kodak et Leica) un bidon de révélateur-fixateur en un seul bain…quand j’étais jeune et ignorant combien de films ai-je maltraités avec de l’Ilford Monophen qui faisait tout le cycle en quelques minutes avec un seul produit, tout en un mais très mauvais résultat !

JPEG - 155.8 ko
Au fond de la vitrine, un flacon de produit « Monobath » miracle. Photo : JMS

Durst ou Meopta disparus, Kaiser résiste sur le marché des agrandisseurs amateur en présentant sur son stand un seul modèle avec tête couleur, tandis que Beseler présentait deux modèle et que la Rolls des agrandisseurs, Kentle, qui fournit encore des kits pour des marques maintenant disparues, avait comme en 2016 un grand stand avec une gamme complète.

JPEG - 187.1 ko
Kaiser propose toujours un modèle classique sérieusement construit. Photo : JMS
JPEG - 157.4 ko
Beseler s’adressait à l’amateur comme au pro. Photo : JMS
JPEG - 130.9 ko
Kienzle présente encore une gamme (haute !) très complète. Photo : JMS

Reste un certain découragement si on veut plonger…ou replonger…dans l’argentique du fait de la diminution des variétés de surfaces sensibles…Kodak avait divers stands compte tenu des licences qu’il délivre, mais au stand Kodak Alaris des Portra et une feuille en papier glacé présentant la nouvelle Ekta… « Saple for the press, please ? »…Hélas non mon bon monsieur finalement le film ne sera mûr qu’en novembre. Une halte chez notre émulsionner national, Bergger comme son nom de l’indique pas…n’existe qu’une seule nuance de film, une panchro 400 point final. Pas de stand de films Ilford ou Fomapan à l’horizon. Pas de Ferrania malgré les efforts visant à redémarrer l’usine…
Et finalement si on craquait pour le seul nouveau scanner du salon pour ne s’occuper que de ses vieilles archives ?

JPEG - 165.3 ko
Jolis boîtiers collectors en vitrine chez Bergger, mais une seule nuance de film en tout et pour tout. Photo : JMS
JPEG - 147.9 ko
Plustek présentait semble-t-il l’unique nouveauté en matière de scanner film avec une nouvelle version de son moyen format. Photo : JMS

- Légende image d’accueil : Les magnifiques chambres Shen Hao restent toujours disponibles pour tous les formats de plan film. Photo : JMS

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



TAMRON

CEWE