Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Panasonic GF7 : un GM à écran orientable

20/01/2015 | Franck Mée

Après une année de pause, la série Lumix GF reçoit enfin son sixième modèle. Le Panasonic GF7 reprend la base technique des très réussis GM1 et GM5, dans un boîtier légèrement plus plastique et avec un écran orientable à 180°.

Présentation

Depuis 2009, les Panasonic GF s’enchaînent avec un rôle simple : fournir un appareil à objectifs interchangeables compact, abordable, simple et agréable à l’emploi. Après une année 2014 sans nouveau modèle, le GF7 marque une évolution notable du concept, héritant des innovations apparues sur les GM1 et GM5 pour devenir plus compact et plus stylé, sans se départir de ses qualités habituelles.

La construction progresse par rapport au précédent GF6 : assemblages plus soignés, construction plus compacte… Le style évolue également sensiblement, avec un gainage imitation cuir sur la face avant et un pavé prononcé au milieu de la face supérieure, abritant flash intégré et charnière de l’écran. Plus soigné que le GF6, le GF7 ne propose pas pour autant le design lissé des GM1 et GM5 : la hiérarchie est respectée.

L’écran, évidemment tactile, est toujours monté sur charnière permettant de le retourner pour les autoportraits, mais il n’est pas possible de l’abaisser pour photographier par dessus un obstacle : dommage. Notons que l’appareil propose des modes de déclenchement spéciaux pour les selfies : signe de la main, rapprochement de visages et même détection d’un saut via l’accéléromètre d’un smartphone, connecté en WiFi.

La vidéo reste logiquement en Full HD à 60 images par seconde et le GF7 propose des fonctions de stop-motion et de time-lapse. La rafale, quant à elle, n’évolue pas : elle atteint 5,6 im/s, comme sur le GM5.

Ce petit hybride sympathique et sans prétention sera en vente en mars pour 499 €, en kit avec le 12-32 mm pancake.

- Le site de Panasonic

Fiche technique

  • Capteur : Live MOS 16 Mpxl, 13 x 17,3 mm
  • Monture : Micro 4/3
  • Stabilisateur  : -
  • Viseur électronique : -
  • Ecran : LCD 7,6 cm, 1 040 kpts, tactile
  • Autofocus : Détection de contraste
  • Mise au point : AF simple, AF flexible, AF continu, manuelle
  • Exposition : TTL
  • Balance des blancs : Auto, préréglée (5), personnalisée (2), kelvins
  • Rafale : 5,8 im/s, 5 im/s en AFC sur 7 Raw
  • Sensibilité : 200 à 25 600 Iso, 100 Iso en mode étendu
  • Vitesse : 1/16 000 s (électronique) ou 1/500 s (mécanique) à 60 s, pose B
  • Synchro-flash : 1/50 s
  • Flash : Pop-up intégré, NG=4 pour 100 Iso
  • Vidéo : HD 1080p à 25 ou 50 im/s, son stéréo
  • Wi-Fi : Transfert d’images, commande à distance
  • GPS : Non
  • Interfaces : USB, HDMI
  • Alimentation : Batterie (7,2 V, 680 mAh), autonomie : 230 images
  • Taille : 106,5 x 64,6 x 33,3 mm
  • Poids : 336 g

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages

  • Pas mal, je le vois comme le véritable successeur du GM1.
    Un peu plus grand certes mais cella profite aux petits doigts du photographe et il a un LCD orientable.

    Dommage l’absence d’une molette de pouce à l’arrière à la place du déclencheur vidéo, déclencheur qui aurait pu trouver une place ailleurs.

  • Pas mal, dommage...

    On peu toujours trouver quelque chose à critiquer.

  • Version complète de Nikon ViewNX 2.10.3 disponible.

  • J’ai du mal à m’y retrouver chez panasonic, avec leur différent GM, GF, etc.... elle se situe où la différence ?

  • GM : serie mini (M comme mini ? )
    GF : gamme sans viseur, compacte
    GH : gamme avec viseur, design proche des reflex s

  • Je trouve cela tout a fait ridicule et affligeant que panasonic sombre dans le suivisme en équipant ce boitier d’un écran orientable a 180 degrés (et non pas orientable tout court comme on l’a écrit laissant ainsi supposer que cet écran peut être bougé dans tous les sens) pour faire plaisir aux narcissiques qui pratiquent cette mode "selfy" queeuvent faire les smarphones tout aussi bien . Maisoù va t on ? Où sont les vrais viseurs ???

  • Bon faudrait admettre que d’utiliser un viseur ne transforme pas d’un coup le photographe en photographe sérieux.
    Certains photographes amateur de haut niveau utilisent un LCD, même des pros d’ailleurs.
    Et pour un certains nombres de photos un LCD d’autant plus orientable est préférable au viseur.

    Une grande partie (majorité) des acheteurs de ce GF7 n’ont cure d’un viseur.
    Et vive le LCD orientable donc vers l’avant ce qui ne sert pas que pour des selfies ou pour du porno.

  • "... mais il n’est pas possible de l’abaisser pour photographier par dessus un obstacle : dommage. "

    Je n’y vois aucun problème. Il suffit de retourner l’appareil puis le jpg avec un logiciel (à supposer que l’appareil n’offre pas la possibilité en interne).
    Après je ne dis pas que c’est super pratique. Mais ça marche.

  • Tout à fait d’accord avec @7.
    Rappelons que l’acte de visée est la première étape pour faire une photo et si un viseur ne transformera peut-être pas celui qui prend la photo en photographe "sérieux", ça contribuera sans aucun doute à faire de la photographie plus "sérieusement" qu’avec un appareil tenu à bout de bras et pour le coup soumis à toutes sortes de vibrations : bref la position anti-photographique.
    On peut s’en passer pour faire de la photo de tous les jours, de la photo snapshot, de la photo familiale juste pour le souvenir rapide sans vouloir s’encombrer de technique et de matériel lourd, mais par pitié arrêtez de croire que puisque c’est une mode et que les constructeurs le font sur certaines gammes, alors c’est qu’on peut désormais s’en passer. Les pratiques changent, la physique reste !
    Panasonic sur son Lumix LX100 a placé un viseur électronique quand le LX7 n’en avait pas, et ce n’est pas un hasard, car ils savent que la cible de cet appareil sera le photographe expérimenté qui sait ce qu’apporte réellement un viseur et un grand capteur.
    Et puis effectivement quitte à faire reposer la visée exclusivement sur un écran orientable, pourquoi ne pas l’articuler de façon à pouvoir au moins l’orienter vers le bas pour, par exemple, prendre des photos à bout de bras au dessus d’une foule (concert, manifestations, etc.) ? Situation me semble-t-il plus courante en photo que le selfie à moins de chausser du 52 et se prendre en photo à longueur de journée, non ? Donc non, si ce n’est pas "super pratique" c’est qu’il y a un problème !

  • Il faut arrêter de croire que l’on a seul la vérité.
    As tu l’expérience de l’utilisation d’un reflex prêté à quelqu’un qui n’en utile pas, tu crois qu’il va utiliser le viseur qui ne trouve pas, ne connaissant pas son existence (c’était déjà le cas en argentique), il va viser d’instinct au LCD.
    Ce GF7 est principalement un boitier grand public, donc... .

    Comme dit plus haut, si tu ne réalises pas qu’un boitier pour être retourné pour que le LCD soit visible de haut,.... .

    Voici une bonne raison des possibilités d’articulation du LCD du GF7, la faible épaisseur (33mm) d’où le recourt à une articulation simplifiée, qui de toute manière ne limite pas la visée avec le boitier en hauteur, suffit de retourner le boitier, certes c’est pas si pratiques mais pour une image de temps en temps !

    Et citer le Lx100 en exemple, quelle grosse bévue que son LCD fixe si pénalisant sur un boitier si encombrant.

    Perso je suis pro EVF.

  • @11 "suffit de retourner le boitier"
    Déjà développé dans le message 9.

  • Utiliser un boîtier à l’envers, c’est très ergonomique.