Tout savoir pour réaliser, optimiser et diffuser ses photos

Panasonic GM5 : mais pourquoi ?

15/09/2014 | Franck Mée

Panasonic présente son nouveau compact à objectifs interchangeables, le GM5. En substance : un GM1 plus gros, sans flash, avec un viseur. Difficile à comprendre, surtout qu’il est accompagné d’un nouveau télézoom encore plus compact…

Présentation

L’an passé, Panasonic jetait un très beau pavé dans la mare des compacts à objectifs interchangeables : le Lumix GM1. Plus compact que les Nikon 1 J, que le Samsung NX Mini ou même que le Pentax Q7, il conservait pourtant un capteur 4/3" et s’offrait le luxe d’un objectif de kit 12-32 mm stabilisé avec une commande mécanique, lui-même plus petit que ceux des hybrides à petit capteur ! Le résultat, c’était un pur coup de cœur pour un petit boîtier agréable, cohérent et efficace, dont les limitations étaient directement liées à la taille.

Un an plus tard, la marque explique avoir reçu un certain nombre de remarques de clients qui auraient souhaité avoir un viseur. Ça tombe bien : c’est justement l’une des tendances du moment chez Panasonic, qui équipe de viseurs un certain nombre de ses compacts – LF1, TZ60

Le nouveau GM5 est donc, dans le principe, un GM1 à viseur. Il garde le capteur 4/3" de 16 Mpxl, l’électronique, l’écran tactile, l’essentiel du boîtier, mais le capot supérieur rehaussé lui permet d’accueillir un molette de réglages, trois boutons et un viseur électronique de 1,16 Mpts.

Bonne nouvelle ? Oui et non. Bien sûr, un viseur est toujours utile en extérieur. Mais il repose sur une technologie d’affichage séquentiel des couleurs et sa taille est assez limitée : le grossissement est de 0,46x, contre environ 0,7x chez Sony et Fujifilm par exemple. Le confort est donc loin d’un bon Oled de la concurrence.

Et bien sûr, l’ajout du viseur a des conséquences. L’augmentation de hauteur de 4 millimètres passe assez inaperçu, mais le dépassement de l’oculaire vers l’arrière peut s’accrocher dans un collier ou une bandoulière. Le viseur prend en outre la place du flash, remplacé par une simple griffe ; un mini-flash est fourni, mais celui-ci est l’un des plus volumineux que nous ayons vus (il ne se replie pas comme chez Sony ou Samsung) et cela fait un accessoire de plus à transporter, ce qui va à l’encontre du concept même du Panasonic GM.

Et la molette, direz-vous ? Et bien, elle est bien pratique, mais pourquoi avoir supprimé la roue codeuse ? Sur le GM1, tous les réglages sont disponibles avec celle-ci en passant de l’un à l’autre d’une pression sur le haut de la couronne ; sur le GM5, c’est la molette et son clic qui remplissent les mêmes fonctions. De même, si une touche fonction apparaît à l’arrière du GM5, elle a en fait disparu du centre du sélecteur autofocus du GM1. En somme, Panasonic reprend d’une main ce qu’il donne de l’autre, ne profitant pas de l’espace supplémentaire pour augmenter le nombre de commandes.

Pis, l’écran est toujours fixe. Sur le GM1, nous comprenions : la finesse du boîtier ne permettait pas de loger une charnière. Mais sur le GM5, le viseur dépasse de toute façon de 5 mm de la face arrière : monter l’écran sur un berceau mobile n’aurait donc pas augmenté l’épaisseur globale de l’appareil et aurait même permis de noyer la surépaisseur de l’oculaire pour rendre le dos du boîtier plus homogène.

Télé compact

Cette présentation d’un GM plus encombrant est d’autant plus curieuse que Panasonic continue de toute évidence la course au compactage. La marque lance en effet un nouveau 35-100 mm, qui couvrira donc le champ d’un 70-200 mm en 24x36 mm, d’une compacité spectaculaire : avec 50 x 56 mm, il est plus petit que la première version du 14-42 mm, à commande mécanique. Il est également extrêmement léger : il ne pèse que 135 g !

Bien entendu, il est plus long en position de prise de vue, et la recherche de légèreté a des conséquences sur la construction : tout en plastique et avec une bague de zoom un peu dure, le 35-100 mm que nous avons pris en main est loin du toucher flatteur de certaines autres optiques de la gamme.

Voilà donc un petit télézoom qui pourrait être un complément idéal au couple GM1 + 12-32 mm, formant un ensemble couvrant les focales équivalentes de 24 à 200 mm, tenant dans n’importe quel sac à main et restant nettement sous les 500 grammes ! Il devrait être proposé fin octobre pour 399 €, mais pourrait également être proposé en double kit avec les prochains appareils.

Premier avis

Il ne fait aucun doute que le GM5 sera un bon appareil photo, efficace en toutes circonstances et performant au quotidien. Mais faute de commandes et de réglages supplémentaires, il ne peut pas revendiquer un côté expert comme le fait le GX7 ; et l’ajout du viseur entraîne trop de renoncements (flash à part, dépassement de l’oculaire) et d’occasions manquées (écran toujours fixe) pour nous le faire préférer au GM1.

Et cela, sans parler de la différence de prix : le GM5 sera lancé fin octobre-début novembre pour pas moins de 849 €. Oui, 250 € de plus que le GM1, c’est le prix d’un appareil avec un viseur en plus et un flash en moins.

Fiche technique

  • Capteur : Live MOS 16 Mpxl, 13 x 17,3 mm
  • Taille d’image : [4/3} 4 592 x 3 448 pxl
  • Monture : Micro 4/3
  • Stabilisateur  : -
  • Viseur : Électronique 1,166 kpts, grossissement équivalent à 0,46x en 24x36 mm
  • Écran : LCD 3", 921 kpts, tactile
  • Autofocus : Détection de contraste avec détection de visages
  • Mise au point : AF simple, flexible ou continu, manuelle
  • Exposition : TTL sur 1728 zones
  • Balance des blancs : Auto, préréglée (5), manuelle (2)
  • Rafale : 5,8 im/s, 5 im/s avec suivi AF sur 7 Raw, 40 im/s en Jpeg avec obturation électronique
  • Sensibilité : 200 à 25 600 Iso, 125 Iso en mode étendu
  • Vitesse : 1/16 000 s (électronique) ou 1/500 s (mécanique) à 60 s, pose B
  • Synchro-flash : 1/50 s
  • Flash : - (Flash externe fourni, NG=7 pour 100 Iso)
  • Vidéo : HD 1080p, 24 à 60 im/s, son stéréo
  • Formats de fichier : Jpeg, Raw, MP4, AVCHD
  • Wi-Fi : Transfert d’images, commande à distance
  • GPS : Non
  • Interfaces : USB, mini-HDMI, télécommande
  • Alimentation : Batterie Li-ion, 7,2 V, 680 mAh, autonomie : 210 images
  • Taille : 98,5 x 59,5 x 36,1 mm
  • Poids : 211 g (avec batterie et SD)

Cet article vous a plu ? Notez le et partagez le sur les réseaux sociaux !



Commenter cet article

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Messages

  • Je suis assez d’accords avec vos remarques.

    Il aurait été plus logique, plus efficace sur le terrain, mais je dirais aussi moins marketing de doter un GM1 mkII d’un peu de commandes physique comme une molette autour de déclencheur et un bouton au dos placé pour le pouce, d’une griffe flash et d’un LCD orientable.
    Un tel boitier aurait été plus compact que ce GM5, plus efficace et moins cher.

  • Tout est affaire de compromis.
    Un écran orientale au delà de la charnière rajoute non seulement du poids et du volume mais également des points de fatigue potentiels, pour une utilité assez limité.
    Il en va de même pour le flash, les flashs extractibles prennent de la place intérieure pour une utilisation limité.
    Effectivement il y a mieux mais pas forcément dans cette gamme de poids, et il y a bien pire.
    J’ai plusieurs appareils, et c’est celui qui remplace le mieux un reflex avec lesquels j’ai de plus en plus de difficultés de transport (et de mal au dos, avec 3 objectifs, un flash et le reste on atteint sans difficulté les 10kg) et les contrôles de sécurités obligent à tout sortir à chaque fois.
    Le GM5 le remplace avantageusement dans 95% des situations.
    C’est un excellent compromis.